Affaire Clearstream : un bilan désastreux

Posté le février 04, 2010, 12:00
5 mins

Le 28 janvier dernier, Do­mi­ni­que de Villepin a été relaxé dans la sordide affaire politico-financière Clear­stream… et le 29 janvier, le parquet faisait appel de cette décision.

Pas plus que les autres observateurs, je n’ai de compétence pour apprécier la culpabilité de l’ancien Premier ministre. Les juges eux-mêmes ont donné l’impression de s’y perdre. Il faut dire que le fonctionnement de la société Clearstream est, en soi, déjà complexe; si vous y ajoutez une pincée de services secrets et une bonne dose de manipulation politique, vous tenez là un bon dossier « d’affaires », quasiment impossible à débrouil­ler.
Pour ma part, je ne serais pas étonné qu’autour du clan Chirac – avec ou sans l’accord de Domi­nique de Villepin –, on ait monté une manipulation destinée à empêcher Nicolas Sarkozy de se présenter. Il semble désormais que ce genre de pratiques fasse partie de la vie courante au plus haut niveau de l’état. Quant à savoir si Villepin était coupable, complice ou innocent, je crois qu’il faut se résoudre à n’en rien savoir avant des années.
à vrai dire, la question la plus importante n’est pas là. Ce qui compte, c’est ce que cette affaire révèle des mœurs de notre classe politique et ce qu’elle entraîne comme conséquence.

Ce qu’elle révèle n’est pas beau à voir. La moralité de la classe politique semble inversement proportionnelle au coût des campagnes ! Cela n’est pas nouveau. Ce qui est plus étrange, c’est que moins le chef de l’état a de pouvoir, plus les candidats semblent prêts à « tuer » (au moins symboliquement) pour le poste !

Bref, cela ne va certainement pas contribuer à « réconcilier les Fran­­çais avec la politique », com­me on nous le serine à chaque élection depuis deux ou trois décennies !

Premier « dégat collatéral » de l’affaire : la campagne des régionales a commencé à être polluée par le procès et ses rebondissements. Et cela va continuer !

En matière de conséquence, c’est peut-être pire encore. Villepin relaxé, c’était l’assurance d’avoir au moins un deuxième candidat à droite, à côté de Nicolas Sarkozy. Et donc l’assurance de faire passer la gauche en 2012.

Mais, un Villepin à nouveau empêtré dans ses dossiers judiciaires n’arrange pas nécessairement les affaires de Nicolas Sarkozy. Certes, ce dernier n’est plus partie civile. Mais personne ne pourra empêcher les Français de penser que c’est lui qui tire les ficelles, via le parquet. Et cette affaire va continuer à empoisonner la vie politique au moins jusqu’en 2011 et entretenir l’idée du « tous pourris ». Réjouis­sante perspective !

3 réponses à l'article : Affaire Clearstream : un bilan désastreux

  1. sas

    07/02/2010

    Dans cette affaire clochemerde…….oublié les principaux interessés…..(sur fond maçonnique bien sure)

    …….les petites mains merdeuses et trucqueuses hautement initiées…….les bertrand, massoni et bien sure super voleur le chirac des chirac…..

    Ils auraient pourtant mérité une place d honneur dans les juridictions et des condamnation plus lourdes que les lahoud ou gergovin les couilons inutiles….

    pathétique l affaire……navrant la couradises et la mediocrité des investigations lancées au compte goutte dans les mêmes directions toujours….

    sas

    …..encore un "chantier " dons…

    Répondre
  2. Bainville

    04/02/2010

     

     

    D’autres affaires ont empoisonné la vie politique avec des conséquences très graves pour la France:

    Dans un précédent article votre journal évoquait certains procès bousculés par la politique.

    Entre autres on peut évoquer l’affaire Dreyfus dont la réalité est toujours occultée par l’ensemble des média.

    L’indépendance de la presse n’existe pas, et donc notre système politique est gravement faussé, d’où la pesante dérive actuelle.

    Les procès ayant marqué l’histoire  sont souvent  politiques et donc faussés.

    Celui de Dreyfus, reconnu coupable par deux conseils de guerre parfaitement bien menés et avec force preuves de premier plan, tourna en crise de régime.

    La puissance financière du syndicat mené par Reinach et certains financiers influença une partie de la classe politique, et à force de menées et de pressions fort persuasives, la culpabilité de Dreyfus fut muée en innocence , au mépris de toutes les règles juridiques les plus établies.

    Il fallut violenter les notions juridiques pour trouver une ombre d’apparence de fait nouveau motivant une révision  judiciaire invraisemblable, avec un déni systématique des faits les mieux établis .

    Une des conséquences, très grave pour la vie de nos soldats pendant la Guerre de 1914, fût le démantèlement  de notre service de renseignements pourtant fort efficace pour contrer le puissant espionnage allemand; en effet un agent français cité et mis en cause est grillé et ne se remplace pas aisément.

    Voir le Livre " Lumières sur l’affaire Dreyfus", basé sur les archives du ministre  de la Guerre Godefroy Cavaignac et sur les archives de la Cour de Cassation, livre écrit par  Henriette Dardenne, fille de Godefroy Cavaignac,  polytechnicien, et plusieurs fois ministre de la Guerre à cette époque.

    Le manuscrit original, de 8000 pages, est déposé à la Bibliothèque  Nationale

    Répondre
  3. sas

    04/02/2010

    …pas plus brillant que l affaire OUTREAU….

    quand comprendra t on enfin la nuisance et le tord systématique opéré par artifice et cancérisation de cette "administration", irresponsable", sur la vie economique et sociale de notre pays ?

    ….cette justice largement infiltré par la maconnerie entre-autre, n’est pas n’a jamais été et sera jamais indépendante…….elle est AUTONOME…..et contribue à notre ruine et au desordre…

    ……trouvez ceux qui historiquement ont inventé la loi…..et vous trouverez qui en a le plus grand profit.

     

    pathetique…..après la grèce des colonels……nous voicui avec la france des juges…

     

    sas

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)