Affaire Zemmour : "Une petite meute persécutrice"

Affaire Zemmour : "Une petite meute persécutrice"

Publié dans Valeurs Actuelles du 24/02/2011

Le jeudi 13 janvier 2011, j’ai témoigné en faveur d’Éric Zemmour devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Qu’ai-je dit aux magistrats ?

D’abord, qu’une petite meute persécutrice monopolisait le droit de pourchasser, selon ses détestations, quiconque dérogeait à sa doctrine gauchiste.

La preuve : peu après que Zemmour eut indigné les petits Torquemada de la bienséance, le socialiste Malek Boutih déclarait en public (On n’est pas couché, le 10 novembre 2010) : « Quand je regarde le centre des jeunes détenus de Fleury-Mérogis […], je constate que la proportion de jeunes des minorités visibles, Africains, Maghrébins, est exceptionnelle par rapport à ce qu’ils représentent dans la société française. » Or ces propos furent enterrés et M. Boutih – ayant dit l’identique, sinon pis que Zemmour – n’a été poursuivi par personne, pas plus par une quelconque ligue de vertu qu’à l’initiative de la justice.

Symbolisée par une balance, signe de l’équilibre et de l’équité, cette même justice peut-elle encore prétendre incarner ces notions quand, par des poursuites unilatérales, elle réduit régulièrement les uns au silence en s’abstenant d’inquiéter les autres ?

Sur le fond, j’ai ajouté que les propos de Zemmour se prouvaient difficilement en France, faute de statistiques ethniques, mais se vérifiaient dans des pays voisins, où de telles données existent. Aux Pays-Bas par exemple – qui ne sont pas exactement une dictature fasciste –, on relève cinq fois plus de délinquants juvéniles ou de criminels d’origine marocaine que de Néerlandais de souche des mêmes âges.

Il y a sans doute des raisons à de telles disparités – mais relevant d’études ultérieures. D’emblée et de prime abord, disparité il y a bel et bien : c’est cela et rien de plus qu’a sans doute voulu exposer Éric Zemmour. Mais, au-delà de ce cas particulier, je voudrais ici attirer, et avec gravité, l’attention des magistrats sur les risques sévères qu’ils font collectivement courir à l’institution judiciaire en favorisant un déséquilibre chaque jour plus choquant.

À l’instant où Zemmour était poursuivi, des voyous se prétendant “artistes” publiaient ce cri de haine : « J’crie tout haut j’baise votre nation / On remballe et on leur pète le fion / […] À la moindre occasion, dès qu’tu peux les baiser / Bats les couilles des porcs qui représentent l’ordre en France. » Or, vingt fois récemment, de telles vomissures, et pire encore, ont été absoutes par la justice au titre de la création artistique, et les crapules qui les ânonnaient, présentées comme autant de nouveaux Rimbaud ou Apollinaire du “9-3”.

Ainsi donc les uns sont libres d’injurier, d’inciter au meurtre et à la haine raciale ; les autres étouffés à la moindre évocation d’une réalité constatable par quiconque dispose d’yeux pour voir.

Devant cela, comment encore parler de “liberté d’expression” ? Cela n’est pas raisonnable. Cela n’est pas juste. Et même, cela annonce – ce qui est grave dans un État de droit – une défiance croissante envers des magistrats à ce point hémiplégiques.

Xavier Raufer

Partager cette publication

(5) Commentaires

  • Emile Répondre

    Non seulement ces jugements pilotés par une partialité volontaire et doctrinaire sont détestables, qu’ils soient ou non soutenus par la Loi, mais ils sont destructeurs de notre équilibre culturel républicain qui enseigne que la Justice est l’instance suprême contre les crimes, les sévices et les injustices.
    Il n’y a RIEN DE PIRE pour un pays que sa Justice ne fasse plus l’objet du RESPECT mais seulement de la MEFIANCE ou de la CRAINTE, les magistrats devraient réflechir fortement à cette évidence !
    Emile

    28/02/2011 à 1 h 02 min
  • Chaero Répondre

    Je suis tout à fait d’accord avec les commentaires de Seal et Doe Jane.
    Ce que je puis rajouter à cela, que j’ai le sentiment de retrouver l’état d’esprit que fut celui des français lors de la deuxième guerre mondiale. D’un côté les résistants menacés de toute part (gouvernement de Vichy et Allemands)et les collabos.
    A chacun de choisir son camp, mais il faudra bien à un moment payer ses erreurs. Souvenez-vous, Messieurs, vous qui soutenez le mauvais camp. Un jour nous devrons payer lourdement ces erreurs de jugement.

    27/02/2011 à 12 h 49 min
  • Avauleau Répondre

    Monsieur Raufer est un homme remarquable, un réaliste, qui ne craint pas de faire des constats. Des « constats » ! C’est-à-dire le fait de noter, de dire, d’énoncer des évidences incontestables. A quand la condamnation de Monsieur Raufer ?

    27/02/2011 à 11 h 24 min
  • DOE Jane Répondre

    eh oui le système américain est nettement préférable en ce qu’un juge élu qui ne serait pas impartial perdrait son poste…
    il n’y a que dans notre pauvre pays que l’emploi à vie est une réalité monstrueuse

    27/02/2011 à 10 h 14 min
  • segal Répondre

    Monsieur Rauffer est sans conteste le spécialiste criminologue qui dit la vérité.

    Nos juges, fonctionnaires à vie intouchables ne connaissent aucune sentence autre que celle illusoire de leur hiérarchie gauchiste.
    Faut-il en arriver à les élire comme aux USA?

    27/02/2011 à 8 h 05 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: