Agression d’élus et ensauvagement

Agression d’élus et ensauvagement

L’émotion devant les incivilités perpétrées contre les élus ayant été récemment réactivée, certains d’entre eux, ne craignant pas de rappeler les heures les plus sombres de l’Ancien Régime, ont osé proposer que l’élu soit revêtu d’une sacralité rendant son agression plus grave que celle de tout autre.

Si les actes violents ne sont bien évidemment pas acceptables dans un pays démocratique l’érection de l’élu au rang de demi-dieu ne l’est pas davantage pour au moins deux raisons.

Il conviendrait d’abord de vérifier que les incivilités dont ils sont l’objet ne sont pas un volet particulier de l’ensauvagement qui frappe déjà bien d’autres représentants de l’État, en premier lieu policiers et pompiers.

Pour cela, il suffirait d’exiger de ces élus qui ont la bouche pleine du mot « transparence » de lister les prénoms de leurs agresseurs au fur et à  mesure sur un site accessible au public.

Il est possible qu’au vu du faible pourcentage de Marcel et de Delphine dans cette liste, mis en regard de 40 ans d’acharnement de toutes les formations politiques « de gouvernement » pour importer des comportements en rupture totale avec le savoir-vivre français, on puisse avoir envie de leur poser la question : de quoi vous plaignez-vous ?

Ensuite, c’est oublier qu’avant d’accéder à ses fonctions, l’édile a fait campagne et tenu des promesses de servir l’intérêt général et le bien commun, alors qu’une fois élu, l’intérêt qu’il défend n’est pas toujours général, le bien pas toujours commun, et les promesses pas toujours tenues.

On a du mal à percevoir dans ce cas un surplus de mérite par rapport au policier ou au pompier agressé qui n’a trahi aucune promesse et qui fait simplement son boulot.

Face donc à une surdose de « pas de vagues » et d’arrogance, le citoyen n’est-il pas fondé à dire comme après une bagarre dans une cour de récré : « C’est eux qui ont commencé, M’sieur ! » ?

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • Laure Tograf Répondre

    Les « élus  » et autres détenteurs de la force publique veulent être respectés ? Pas de problème : qu’ils soient d’abord respectables. Comme dans certains services de l’ Etat ou des individus vont jusqu’à travestir les choses , s’appuyant sur leur pseudos intouchabilité et outrepassant largement leurs prérogatives. Et n’hésitant pas à avancer la menace à peine voilée pour vous faire taire. Quand le bâton leur revient dans la tronche en retour, ils sont alors mal placés pour chouiner. Ne leur en déplaise. Je ne pleurerai pas sur leur sort.

    30 novembre 2022 à 16 h 49 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *