Alain Juppé : une année sabbatique

Posté le décembre 12, 2004, 12:00
7 mins

La Cour d’appel a donc remis en selle M. le Marquis Juppé de Lemploifictif. Elle l’a condamné à une année sabbatique, c’est-à-dire à rien. Certes, il a dû quitter pour un temps la Mairie de Bordeaux. En faisant ses adieux à ses administrés, il eut quelque peine à retenir son émotion, et je crois qu’elle n’était pas feinte. Après tout, Alain Juppé est un être humain, et devoir quitter le trône d’une grande ville française peut tirer une larme à quiconque.
N’empêche que cette décision n’est guère de bonne justice. Car enfin, de deux choses l’une : ou M. Juppé était innocent de ce qui lui était reproché et il convenait de l’acquitter, ou il était coupable et la sanction qu’on lui inflige est proprement dérisoire.
La Cour d’appel a motivé sa décision sous le prétexte que M. Juppé ne devait pas servir de bouc émissaire. Sans être un spécialiste des lectures bibliques, je rappelle qu’un bouc émissaire est une victime totalement innocente que l’on charge de tous les péchés et que l’on sacrifie pour blanchir les coupables. (Ce qui, soit dit en passant, ne fait pas grand honneur aux inventeurs de cette pratique aussi aberrante qu’ignoble. Mais qu’est-ce qu’une religion, sinon de l’aberration codifiée ?)
Alain Juppé était-il totalement innocent des pratiques frauduleuses de la Mairie de Paris, qui payait des employés du RPR avec
l’argent des contribuables de toutes opinions ? Ce n’est pas ce que les juges avaient estimé en première instance. J’admets que dix ans d’inéligibilité était une sanction sévère, car elle ruinait complètement la carrière politique du prévenu. On aurait pu comprendre que la Cour d’appel ait voulu réduire cette peine, à cinq ans par exemple, voire à trois. Mais à un an, ce n’est plus de la réduction, c’est de la pulvérisation. Oserai-je parier que si le quinquennat n’avait pas été sottement substitué au septennat et que la prochaine élection présidentielle ait donc dû avoir lieu en 2009 et non en 2007, M. Juppé aurait écopé de trois ans d’inéligibilité ? Cette décision sent la politique politicienne à cent lieues à la ronde. On m’affirme que les juges sont indépendants. Soit. Mais indépendants de quoi ? Car s’ils se rendent indépendants de la simple équité, c’est grave.

Un record d’impopularité


Je n’ai aucune animosité particulière contre Alain Juppé, bien qu’il soit le type même de l’énarque imbu de son pseudo-savoir.
Mais je ne peux pas oublier qu’il fut, lorsqu’il était Premier ministre, le principal artisan du retour de la gauche au pouvoir en 1997, après avoir pris une série de mesures absurdes dont la principale fut le passage de la TVA au-dessus de 20 %, ce que les électeurs de droite ne pouvaient lui pardonner, ni les autres d’ailleurs. Et lorsque Jacques Chirac déclara un beau jour : « Alain Juppé est le meilleur d’entre nous », je ne pus m’empêcher de frémir en songeant : « Eh bien alors, les autres, qu’est-ce que ce doit être ! »
Après cette décision incroyablement indulgente de la Cour d’appel, les commentateurs ont imaginé l’ancien Maire de Bordeaux se présentant à la présidentielle de 2007. Les socialistes, pour leur part, sont restés assez discrets.
Cela pour deux raisons sans doute. La première, c’est que, dans ces affaires d’emplois fictifs, les socialistes sont loin d’être blancs comme neige. La seconde, c’est qu’ils seraient très contents, si Chirac ne se représentait pas, de voir Juppé entrer en lice. Car ils ont une peur bleue de Sarkozy, mais savent qu’ils n’ont rien à craindre de Juppé. Nicolas Sarkozy a su se rendre populaire, et pas seulement à droite. À l’inverse, Alain Juppé a su se rendre impopulaire, et pas seulement à gauche. Ce n’est pas qu’il faille faire de la popularité un critère de valeur, car tout dépend de la manière dont elle est obtenue. Mais, dès lors que nous nous plaçons dans l’optique des prochaines élections, il est impossible de n’en pas tenir compte.
Je ne suis pas un fan de Sarkozy, surtout depuis qu’il cligne de l’œil vers les mosquées et qu’il manifeste l’intention de « rénover » la loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l’État. Il faut le surveiller, ce petit qui grandit un peu vite. Si Alain Juppé est aussi intelligent que certains le prétendent et que lui-même le croit, et s’il est aussi dévoué à l’avenir de son pays que je veux bien le supposer, alors il devrait augmenter de son propre chef sa sanction et se retirer de l’arène politique, où il ne peut que desservir son propre camp. Mais pour cela, l’intelligence ne suffit pas. Il faudrait un peu d’héroïsme.

8 réponses à l'article : Alain Juppé : une année sabbatique

  1. Pierre Lance

    17/12/2004

    Je remercie les lecteurs qui ont apprécié mon article, mais j’aimerais donner deux précisions, l’une à M. Thierry, qui trouve mes articles « définitivement meilleurs » lorsqu’ils évoquent des problèmes d’actualité, l’autre à M. Tramboule, qui voudrait que je m’abstienne de ces « petites piques » contre les religions, qu’il trouve « agaçantes » et « insultantes ». Les deux propos se rejoignent d’ailleurs en me souhaitant beaucoup plus « conforme » au bon ton. Je suis au regret de les décevoir, mais il n’y faut pas compter. Pourquoi ? D’abord parce que les problèmes d’actualité, et notamment de politique politicienne, ne représentent que l’écume de la vraie politique. On ne peut les ignorer totalement et ils permettent parfois de mettre en lumière certaines questions plus importantes (celle de la justice en ce qui concerne Juppé, celle de la pseudo-intégration en ce qui concerne Sarkozy), mais il convient de s’attaquer le plus souvent possible aux causes premières de nos turpitudes socio-politiques, et celles-ci sont essentiellement philosophiques, ce dont peu de gens ont pris conscience. Ensuite parce que la philosophie, au sens le plus élevé et civilisateur du terme, est inéluctablement l’ennemie irréconciliable des religions, depuis les présocratiques jusqu’à Nietzsche en passant par bien d’autres. Ma conviction personnelle, qui résulte à la fois de mon tempérament instinctif et de plus de 40 années d’étude des civilisations, des sociétés, des cultures et des croyances, est que l’état psychologique consternant de l’homme moderne est précisément le fruit de toutes ces religions qui prétendent depuis des millénaires « l’éduquer et l’améliorer » et n’ont réussi à en faire que ce pantin dérisoire s’agitant follement sur une planète qu’il est en train de corrompre et de détruire stupidement. Et si j’attaque plus particulièrement le christianisme (bien que l’Islam soit évidemment pire), c’est parce qu’il a dévoyé en premier lieu l’homme européen, qui a pris la tête de la civilisation planétaire. Bien entendu, je conçois combien il peut être « agaçant » pour un croyant qui ne peut ni ne veut remettre son credo en question, de lire les « piques » que j’adresse en toute occasion aux divers monothéismes. Mais il ne doit pas supposer que je le fais par manie, provocation gratuite ou obsession anticléricale. Je le fais pour des raisons très supérieures et beaucoup plus nobles. Et s’il se sent interpellé, voire « insulté » (ce qui est bizarre), eh bien qu’il fasse l’effort de prendre connaissance d’au moins une partie des quelque 15.000 pages que j’ai publiées à ce jour. Car je ne peux pas dans chaque article justifier mes positions. Comme le disait Nietzsche : « Il y a longtemps que j’ai vécu les raisons de mes opinions ». Pardon pour ce texte un peu long qui se voulait pédagogique. Cordialement à tous. PL

    Répondre
  2. sas

    16/12/2004

    a thierry…. le modèle démocratique francais « initié » par les frères dès 1789…à un nom : UNE OLLIGARCHIE MAFIEUSE MACONIQUE…. tous est sujet a arrangement ,à derogation et a particularisme…d’où la décentralisation…principe girondin(contraire au jacobinisme centralisé mais sans système de contrôle extèrieure et autonome)…et les girondins appartenaient massivement au siècle des lumières (des franc-macobn)…cqfd on arrive ainsi à la france coloniale, et son cortège népotique qui vient d’être vomi en Cote D’ivoire…cqfd sas

    Répondre
  3. Thierry

    15/12/2004

    Cher M.Lance, Vos articles sont definitivement meilleurs lorsque vous évoqués des sujets proches de l’actualité Francaise… Votre article rapelle ce phenomene tres Francais de justice a plusieurs vitesse: -Si vous travaillez dans le privé, vous n’etes bon qu’a payé des impots et etes un citoyen de troisieme zone. -Si vous etes fonctionnaire, vous beneficiez d’une aura d’indulgence de toute les institutions public et privé(meme en terme de pret bancaire, vous beneficiez d’avantages!!!). -Si vous etes Politicien, vous etes un super-fonctionnaire : vous beneficiez d’indulgence de la part public comme du privé…. Et meme la justice est plus tolérante avec vous. C’est ce que cet article montre, c’est ce que l’on appelle la justice « a la Francaise », a geometrie variable en fonction de votre statut sociale. La France ressemble de plus en plus a ce que petit, j’ai appris du moyen-age….

    Répondre
  4. sas

    15/12/2004

    Au meilleur d’entre eux…. En1996,je t’avais adressé de nombreux courriers pour expliquer avec force de détails les dérives mafieuses et les mariages contre-nature entre escrocs multirécidivistes francs-maçons et des magistrats (qui seront radiés et mis à la retraite)non moins francs maçons….cela se déroulait en martinique département soit disant français où les lois de la république s’applique « pas » comme ailleurs….je t’expliquais , chef d’entreprise de métiers de la sécurité comment j’avais été honteusement présenté avec témoignade télé directes et anonyme… comme un assassin et un trafiquant de drogue à heure de grande audience..cette TV privée en redressement et liquidé depuis (à la tête de laquelle se trouvait des « frères »… Ministre de la justice , tu t’étais fendu d’un courrier pour m’expliquer la séparation des pouvoirs… …et bien à la vue de ton jugement d’appel , ta prose républicaine semblait être juste… ….à moins que la grande différence entre toi et moi (et outre l’appartenance aux loges), c’était peut être que moi j’étais totalement innocent….donc la machine judicaire ne puvait que m’esquinter… Sacré JUPPE ,va…TOI TU NE TE SERA PEUX ËTRE PAS ENRICHI ? MAIS TON FISTON AURA PROFITE DE LOYER A TARIF IMBATTABLE SUR PARIS ,GRACE A TES INTERVENTION. Le peuple ne respecte les lois que parcequ’il les croit justes et applicables à tous,qu’il en soit autrement et c’est l’anarchie (socrate) Ces affaires se mesureront dans les banlieux… SAS

    Répondre
  5. tramboule

    13/12/2004

    Moniseur LANCE, Enfin un article intéressant, bien que pour une fois je ne vous trouve pas assez sévère. Soit Monsieur Juppé est innocent et dans ces conditions il est innadmissible qu’il soit exclu de la politique durant un an et il doit être lavé de toute accusation. Soit il est coupable et dans ces conditions il ne doit plus jamais faire de la politique. En effet les hommes politiques ont en plus des autres citoyens un devoir d’exemplarité qui ne leur autorise aucun écart de ce genre et surtout pas comme on l’entend bien souvent: « c’est tentant autant de pouvoir et d’argent, si on était à leur place on ferait pareil… » NON, c’est justement pour cela qu’on n’est pas à leur place. Ne pouvez-vous, Monsieur LANCE vous abstenir de ces petites pics que vous jetez à tout bout de champ sur les religions, c’est énervant et insultant. Bien à vous.

    Répondre
  6. Jean-Claude Lahitte

    13/12/2004

    Un seul commentaire en 24hoo! il semble que Pierre LANCE, cette fois-ci, ait convaincu l’ensemble des lecteurs par la justesse de propos que, pour ma part, je trouve quelque peu modérés dans la mesure où il eût été juste que « le meilleur d’entre nous » recueille le meilleur d’une loi qu’il avait lui-même fait voter: à savoir dix ans d’inélégibilité. Ce qui lui aurait permis d’entrer dans la « vie civile » et de nous monter de quoi il était utilement capable. En ce qui concerne Sarko, je doute que Pierre Lance ait véritablement des illusions sur le personnage, mais – peut-être dans un esprit de « conciliation », mais je ne souhaite pas qu’il entretienne celles de gens qui s’imaginent encore qu’avec le nouveau pdt de l’UMP, cela va changer. P.L.,lui-même, reconnaît qu’il a déjà commis quelques « bavures » (en oubliant la suppression de la « double peine »!), mais il faut que les gens de droite se rendent compte que Sarko est un autre Chirac (celui d’il y a quelques lustres) qui est prêt à tout pour parvenir au sommet de l’Etat. Y compris accepter l’entrée de la Turquie dans l’Europe, et bien d’autres concessions au politiquement correct s’il le faut. Et comme j’ai remarqué à travers l’histoire aussi bien passée que présente que, chez les politiciens (et pas seulement eux !), l’ambition est inversement proportionnelle à la taille, il y a tout à craindre de ce faux « Napoléon ». Bonne semaine à toutes et à tous, Jean-Claude Lahitte

    Répondre
  7. Gino

    12/12/2004

    Bien de votre avis. Une fois de plus, dans ce pays les juges n’ont vraiment pas honte ! Quant-à Juppé il me semble qu’il est inspecteur des finances, c’est à dire une caricature d’énarque : encore plus technocrate qu’un énarque moyen, encore plus imbu de lui-même, encore plus incapable comprendre pourquoi il hérisse fatalement tout un chacun. Bien que moins pompeux, moins gauche et moins ridicule, il me rappelle Giscard à bien des égards. L’un comme l’autre cumulent les bourdes monumentales tout en étant dits , l’un comme l’autre attirent fatalement l’impopularité sans en comprendre le mécanisme, l’un comme l’autre ne pourront jamais se remettre en question.

    Répondre
  8. Bourbaki

    12/12/2004

    Merci, Pierre Lance, pour cet autre excellent article. Vous avez parfaitement raison de dénoncer les dérives et l’hypocrisie inacceptables de ceux qui sont comptables de la bonne administration de nos institutions, bien entendu quelle que soit leur famille politique.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)