Analyser avant de décider…

Posté le septembre 25, 2015, 9:56
4 mins

Souvent, y compris dans les « 4 Vérités », j’ai dénoncé l’habitude bien française de décider, condamner et parfois glorifier, avant d’avoir analysé froidement et intelligemment une situation. Il me semble qu’aujourd’hui, nous battons des records au sujet de l’insécurité, de la délinquance et de l’immigration. Voyons tranquillement ces trois cas.

L’insécurité, de quelle insécurité parlons-nous ? Agressions, cambriolages, violences conjugales, dangers sur la route ? Tant que nous ne saurons pas qui sont les auteurs, ni pourquoi ils commettent leurs méfaits, à quoi sert de se désoler et surtout de perdre toute capacité à réagir sainement ?

Prenons l’exemple du danger sur la route. Quand on nous dit que c’est la vitesse qui crée les accidents mortels, sait-on combien sont dus à l’endormissement sur autoroute ? Quand on nous dit qu’il y a plus de morts sur la route, sait-on combien y ont échappé grâce à la sécurité passive des voitures d’aujourd’hui, ou même, et là je deviens très « réactionnaire », grâce à la capacité active d’un chauffeur éveillé à accélérer pour éviter une collision ?

La délinquance ? Qui sait exactement qui commet les délits les plus graves : jeunes, moins jeunes, étrangers ou Français de pure souche ? Il est impossible de le savoir, puisque toute mesure basée sur l’ethnie est interdite. Alors arrêtons de dire n’importe quoi, puisqu’on ne sait pas.

Pour les violences conjugales, connaît-on l’origine ? La pau­vreté ou l’alcool, dit-on le plus souvent. Dans quelles proportions ? Et chez les gens riches, dans la haute société, n’y a-t-il pas de violences conjugales ? J’en doute.

Pour l’immigration, je pense que ce sujet mérite une place de choix, tant il est d’actualité et tant chacun a sa petite idée qu’il partage volontiers – et pas seulement au café du commerce. Alors seulement une question : les derniers méfaits récents ont-ils été commis par des personnes fraîchement immigrées ou par des « Fran­çais » nés et éduqués en Fran­ce ? Qu’en est-il des immigrés illégaux qui hantent les villes, dont Calais ? Oui, bien sûr, ils inquiètent par leurs attitudes, mais combien de délits réellement commis en comparaison de ceux perpétrés par des jeunes « Français » qui sévissent dans nos banlieues ?

Enfin, et pour parler de cette nouvelle immigration venue de Syrie et d’Irak, doit-on la craindre, l’accepter provisoirement ou espérer en faire un atout pour la France ?

Mme Merkel a-t-elle perdu provisoirement la raison ou bien, au contraire, voit-elle dans cette nouvelle main-d’œuvre un élément futur de la croissance de son pays ?

J’entendais récemment que la France compte 6 000 médecins syriens. Dans l’état où est notre système de santé, qui se demande où nous en serions si nous n’avions pas cet apport dans nos hôpitaux ?

J’imagine déjà le nombre de réactions, y compris de la part de mes amis, que provoquera ce texte. Pourtant, je ne tire aucune conclusion ; je ne fais que poser des questions pour lesquelles nous avons beaucoup moins de réponses que de déclarations péremptoires de la part de personnes qui voudraient pouvoir tout guérir sans connaître l’origine des maladies !

6 réponses à l'article : Analyser avant de décider…

  1. DESOYER

    30/09/2015

    Les 4 Vérités s’UMPéisent de temps en temps.
    6 000 médecins syriens en France: cela risque d’être une « information » jorésienne »!
    Il fut un temps, dans les années 1980 et 1990, où il y avait 30 000 médecins de trop en France par suite de promotions pléthoriques dans les facs de médecines dans les années 70-80 (jusqu’à 10-11 000 par an). On a alors trop réduit les effectifs des promos à 3 000 par an, alors qu’il aurait fallu réduire à 4 000 pendant 10 ans. Maintenant, nous n’en aurions pas assez (bien que nous ayons remonté, pas suffisamment tôt, les promos à 6 à 7 000 par an il y a 3 ou 4 ans). Tout cela parce que nous avons des ministres de la santé qui ne savent pas résoudre des équations du niveau de terminale S. Nous aurions eu des promotions de 5 à 6 000 médecins par an depuis 1968 (ah! tiens, pourquoi depuis 1968?), nous aurions suffisamment de médecins en France, et des médecins bien français!

    Répondre
  2. druant philippe

    27/09/2015

    « Mme Merkel a-t-elle perdu provisoirement la raison ou bien, au contraire, voit-elle dans cette nouvelle main-d’œuvre un élément futur de la croissance de son pays ? »

    Elle a définitivement perdu la raison en pensant que cet apport va doper la croissance allemande .
    Faire venir du métèque muzz en Europe pour stimuler la CON – Sommation , voilà qui relève de la haute stratégie !
    Pour CON – SOMMER , il faut de l’ argent et on peut deviner que la truie va pressurer les allemands qui ont encore un emploi et distribuer à ces métèques le produit de leurs impôts .

    « J’entendais récemment que la France compte 6 000 médecins syriens. Dans l’état où est notre système de santé, qui se demande où nous en serions si nous n’avions pas cet apport dans nos hôpitaux ? »

    Il serait intéressant de voir si ces 6000 postes occupés par ces syriens ne pourraient pas être dévolus à des FDS !
    Au fait , ces 6000 postes syriens émanent -t-ils d’ une statistique jauressienne (statistique s qu’ il a falsifiées mais auxquelles lui seul croit) .?

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    25/09/2015

    C’ est encore bien plus complexe et beaucoup plus  » fin  » que ne le pense l’ auteur de l’ article …. Voici la démarche intellectuelle, je dirais clinique, à suivre :

    observer, examiner, comprendre, hiérarchiser, évaluer les capacités de réaction, avant de prendre une décision en ayant pris soin d’ en avoir prévu les effets secondaires !

    le doc

    vous voyez comme tout ceci est facile … encore faut il avoir une intelligence formée  » à la globalité  » …

    Répondre
    • Rosenberg

      26/09/2015

      Une intelligence formée à la globalité ? ça veut dire quoi ?

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        27/09/2015

        ne pas focaliser son intelligence sur une idée fixe : ne voir , n’ entendre,et ne dire qu’ elle seule : une cécité partielle en quelque sorte

        Répondre
        • Seppidalsace

          04/10/2015

          Cincinnatus : Cécité partielle , etes-vous ophtalmo?

          Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)