Antisémitisme : la lourde responsabilité des politiciens français

Posté le juillet 17, 2004, 12:00
7 mins

Il y a quelques années, comme on demandait à Marie-France Garaud si, selon elle, Jacques Chirac avait vraiment des convictions, celle qui fut pendant plusieurs années son mentor, répondit que l’intéressé en avait au moins deux : « Il est viscéralement hostile à la peine de mort ; son antiracisme lui fait exécrer l’extrême droite ».
Il n’y a donc aucune raison de mettre en doute son discours prononcé le 8 juillet à Chambon-sur-Lignon, en Haute-Loire, il décrit la France à laquelle il croit, un pays ouvert et accueillant, fraternel, respectueux des différences, tolérant, toujours prêt à se porter au secours des persécutés.
Il n’y a pas de raison non plus de ne pas croire à sa détermination ni aux consignes très fermes qu’il donne et qu’il demande de transmettre à tous les responsables publics de ce pays, pour lutter contre ce qu’il a appelé, lui aussi, « une dérive intolérable ».
Celle-ci se manifeste d’abord par une accélération de ce qu’il est convenu d’appeler des actes racistes ou antisémites. Concrètement, cela recouvre des injures, des inscriptions, voire des coups. Selon les statistiques disponibles du ministère de l’Intérieur, de tels actes ont été aussi nombreux au premier trimestre 2004 qu’au cours de l’ensemble de l’année 2003.
Mais dissocier ces délits-là de la délinquance générale a un caractère artificiel. C’est l’ensemble de la délinquance qui est en augmentation, malgré de meilleurs résultats enregistrés par les services de police et en particulier, la délinquance ethnique, propre aux bandes de jeunes désœuvrés opérant dans des banlieues devenues des zones de non-droit. Différents travaux menés par des sociologues, aussi bien au niveau des tribunaux que des prisons, montrent qu’entre la moitié et les deux tiers des délinquants ont au moins un père étranger presque toujours né dans l’un ou l’autre des pays du Maghreb.
À Chambon-sur-Lignon, Jacques Chirac a feint de croire que l’antisémitisme remontait à la surface de la société française, comme un cancer qu’on croyait guéri, soixante ans après ses dernières manifestations. Mais ce n’est pas de la société française en général qu’il ressurgit mais bel et bien d’une catégorie très particulière de la population, constituée par des jeunes issus de l’immigration, et dont l’intégration est, à ce jour, un échec cuisant.

Le RER D, ça craint !

S’il en était besoin, le fait divers odieux qui s’est produit le matin du vendredi 9 juillet dans une rame du RER D circulant dans le Val d’Oise, illustre tragiquement, non seulement la réalité quotidienne de la vie dans plusieurs centaines de quartier de banlieue aujourd’hui en France, mais encore, le décalage énorme entre le discours historique et éthéré du Président de la République et ce que vivent concrètement un grand nombre de Français modestes, demeurant encore à l’intérieur de ces quartiers, où dans leur environ immédiat.
On sait que la victime, une jeune femme de 23 ans, avec un bébé dans une poussette, a été molestée par six jeunes, armés de couteaux, quasiment sous les yeux d’autres passagers. Unanimes, les médias reprochent à ceux-ci leur inaction. On se demande si les éditorialistes de la presse parisienne ont déjà voyagé, fut-ce une seule fois, dans le RER D…
Les insultes antisémites – proférées en l’occurrence envers quelqu’un qui n’est pas juif… – comme les croix gammées, ne sont rien d’autre que des provocations, exprimant la haine de ces jeunes pour la société qui les a pourtant nourris. Le nihilisme l’emporte sur le racisme.
Pourtant, défilant à tour de rôle devant les micros et les caméras, les professionnels de la classe parlante ne peuvent s’empêcher de débiter leurs sottises.
Le Président de la région Ile-de-France voit aussitôt ressurgir le spectre de la déportation des enfants juifs pendant la guerre 40. Les présidents des associations qui ont fait de l’antiracisme leur fonds de commerce, pour un peu, demanderaient qu’on active l’état d’urgence prévu à l’article 16 de la Constitution française ! Et le recteur de la Mosquée de Paris, également président du Conseil français du culte musulman, le docteur Dalil Boubakeur, inévitablement interviewé, craint, une fois de plus, que les bons musulmans de ce pays soient ostracisés.
Il serait plus simple, plus honnête et plus efficace, aussi bien pour le Président de la République, Jacques Chirac, que pour l’ensemble des belles âmes qui disposent du monopole de l’expression dans nos médias conformistes, de voir enfin la vérité en face : notre pays est aujourd’hui confronté aux conséquences d’une politique d’immigration suicidaire, suivie avec entêtement par tous les gouvernements depuis trente ans. Et Jacques Chirac, pour la première fois Premier ministre en 1974, est forcément le premier responsable de cette politique-là.
Bien sûr qu’il faut réagir ! Mais pas dans le sens indiqué le 8 juillet par le Président de la République à Chambon-sur-Lignon.

12 réponses à l'article : Antisémitisme : la lourde responsabilité des politiciens français

  1. Isabelle

    24/07/2004

    Chers Aude et Rosanov: Juste une remarque: Aude: Votre phrase elle-meme repond a votre question. Je vous cite: « Serait-ce parce que aggresser une personne CAR* elle est juive est plus grave qu’aggresser une personne (QUI S’AVERE ETRE**) Catholique? ». Dans un certain sens la reponse est oui, de la meme facon qu’il serait plus grave d’aggresser une personne CAR elle Catholique que d’aggresser une personne (qui s’avere etre) juive, surtout si cela arrivait dans un pays ou les catholiques sont une toute petite minorite et auraient subit nombre d’attaques recentes dues au simple fait d’etre catholique. Logique, non? *mis en majuscule par moi ** ajoute par moi.

    Répondre
  2. Rosanov

    22/07/2004

    Tout d’abord, il est un peu lourd que vous ayez maintenu cette page dont la mise à jour s’imposait. Dès lors cet article reste un peu risible puisque participant à la précipitation ambiante, même si l’on ne peut que vous rejoindre sur un argument essentiel : l’échec absolu de l’immigration incontrôlée. Avec le recul des faits remis en questions, je souscris en totalité au point de vue d’une lectrice ci-dessus (Aude). Cette affaire a mis le pays en émoi parce qu’elle touchait les Juifs, fut-ce indirectement. Pour preuve la même personne avait déjà déclaré à plusieurs reprises s’être salement fait agresser, … sans toutefois préciser qu’on l’avait prise pour une Juive. Qui avait entendu parler de ses précédentes déclarations ? Du coup je suis plus qu’agacé par tous ceux qui tiennent le discours : «certes ce n’était pas raciste, mais ça aurait pu l’être !». Tout comme je suis agacé par le discours de Chirac qui appelle à ce que la fautive soit punie. On entend évidemment qu’elle soit sanctionnée mais seulement pour sa faute et en appréciant ses motivations, et non pour l’incurie des politiques qu’elle a révélée malgré elle. Mais ce qui me scandalise le plus c’est que les lois visant les actes racistes ne s’appliquent pas lorsque les Français en sont victimes. Ainsi, dans la suite de cette lamentable affaire, pourquoi aucun procureur ne poursuit-il Jean-Paul Huchon après ses déclarations tonitruantes sur la lâcheté des Français, leur soumission aux plus forts, etc ….? Qu’attend Monsieur Chirac pour se scandaliser publiquement des propos de Jean-Paul Huchon, lui qui se déclare si viscéralement opposé au racisme ? Qu’attend t’il, en tant que gardien de la bonne marche des nos institutions, pour s’indigner d’une telle inertie du pouvoir judiciaire ? On a vraiment l’impression qu’il y a une hierarchie des actes racistes et que le racisme contre les Français n’est pas un véritable racisme.

    Répondre
  3. T.Larger

    22/07/2004

    cast, rappelez vous l’histoire de cette boulangère agressée de façon répétitive et dont le mari avait abattu un des emmerd… qui comble de malchance n’était pas originaire de scandinavie, rappelez vous les déchainements de haine dès qu’un français osait se défendre contre des délinquants, si on avait une élite plus préoocupée des problèmes des français d’en bas, qui ne passe pas son temps à réprimer les types qui se défendent et sont solidaires des véritables opprimés, on aurait plus de comportements normaux en cas de conflit. Nous payons 20 ans d’idéologie laxiste et haineuse envers dupont la joie, (face à mohamed la tristesse?)

    Répondre
  4. cast

    21/07/2004

    Même s’il est avéré que le fait divers du RER est une invention,tout le monde y a cru car il est totalement plausible,et ce sur plusieurs points: 1) l’antisémitisme des immigrés maghrebins 2)l’absence de réaction des spectateurs.Force est de constater en effet que la France est un pays de couards et de collabos.Des dizaines d’années d’assistanat tous azimut ont transformé les français en petites poules craintives.Et surtout ce qui est déterminant,c’est l’impossibilité de défendre ses biens corporels ou matériels.Vous vous faites attaquer dans la rue,avant de vous défendre il faut calculer votre riposte pour qu’elle soit proportionnelle à l’aggression.Vous trouvez un braqueur chez vous ,ne vous avisez pas de lui mettre un coup de gourdin:c’est vous qui retrouveriez accusé au tribunal.Vous avez travaillé toute votre vie,croyant avoir créé un petit patrimoine:que nenni,l’état se charge de vous voler sur la transmission à vos héritiers. Les français sont et resteront des poules mouillées,tant que le droit de proprieté ne sera pas établi en France.

    Répondre
  5. sas

    20/07/2004

    SHARON demande aux juifs de france de fuire le pays et la terre de gaulle…..ils n’auront aucune difficultées vu qu’ils ont pour beaucoup double passeport… Je me demande comment aurais réagi les médias si JM LEPEN avait formulé la même demande…. 1° CAS SHARON c’est une mesure humaniste…. 2° CAS LEPEN ce serait de l’antisémitisme… Le problème est que la vérité est têtue la FRANCE est toujours la fille aînée de l’église donc majoritairement chrétiene et ce ne sont pas les utopies de 1789 relayées par les maçons « la pseudolaicité » qui empêchera la guerre qui s’installe….dans une france qui n’existe plus… cqfd

    Répondre
  6. Arthur Roak

    20/07/2004

    La disparition des petites filles en Alsaces, particuliérement celle de Jeanne-Marie à fait beaucoup de bruit ! Et ce bien avant que l’on ne decouvre, malheureusement, qu’elles avaient été assassinées. Des juifs ont été agressés de facon a peut pret similaire a ce qu’a inventé la mythomane du RER D, les affaires n’ont pas été médiatisées. Si celle-ci l’a été c’est parce que : – Il s’agissait d’une femme avec un bébé ( toujours plus émouvant et poignant ) -Chirac venait de faire un « grand » discours sur la tolérence et la vigilance anti-raciste … etc … il s’agisssait d’une actualité « chaude ». Pour les journalistes c’était donc un tres bon sujet à ce moment là.

    Répondre
  7. Aude

    20/07/2004

    Pourquoi cette jeune fille a-t-elle fait croire que ses agresseurs l’ont prise pour une juive ? Serait-ce parce que agresser une personne car elle est juive est plus grave qu’agresser une personne catholique ? Cette histoire n’aurait sans doute pas fait autant de bruit si on n’avait pas parlé d’antisémitisme. Une autre chose, on ne cesse de nous parler des cimetières juifs et musulmans qui ont été profanés. C’est bizarre, il y a également eu un cimetière catholique profané en Alsace mais à priori ce n’est pas aussi grave…

    Répondre
  8. Georges

    19/07/2004

    Tout à fait d’accord avec Catherine, sur sa première partie, en rajoutant, pour faire bonne mesure, qu’un journaliste digne de ce nom, et qui plus est dans un site nommé les 4 vérités, se doit de vérifier ses informations. N’étant ni journaliste, ni homme politique, j’avais dès le début (c’est facile à dire, mais, tant pis) trouvé que cette histoire sans témoin déclaré sentait très mauvais. Quant à la France des « beurs » donc des français d’origine arabe pour beaucoup, les traiter d’anti-sémites participe de la subversion, ce sont eux-mêmes des sémites ! De plus, je croyais que la notion de race n’avait pas de sens, contre qui donc peut d’exercer l’antisémitisme ? C’est une très mauvaise plaisanterie dans un pays qui, même sous le joug national- socialiste a réussi à faire que 3 fois moins de juifs de France que de Belgique aient été expédiés dans les camps de la mort nationaux-socialistes, et qui ne connait que très peu d’actes racistes commis par ses nationaux de souche. Quant à Charles, il me fait penser à la fameuse phrase de J-J. Rousseau qui nous disait que les faits n’ont pas d’importance.

    Répondre
  9. JD

    19/07/2004

    Je remarque seulement que, plus ce brave JC se lance dans des discours distribuant des  » consignes très fermes  » à  » transmettre à tous les responsables publics de ce pays, pour lutter contre  » cette dérive intolérable » et plus souvent, dans les 48 heures, il s’en produit des vraies (Herlisheim) ou des fausses (RER D). Plus les journalistes y accordent de la place, sans même en vérifier le fondeent ou l’origine et plus il faudrait se méfier de leur véracité.

    Répondre
  10. Charles

    18/07/2004

    Que cette histoire se soit avéré être une affabulation n’a aucune importance pour la démonstration. Il se produit chaque jour des « faits divers » prouvant la montée de l’antisémitisme.

    Répondre
  11. Sagala

    18/07/2004

    La question est de savoir si la France est aujourd’hui capable d’une réaction; ses représentants politiques et la population elle-même. ma conviction est que la France n’a plus ce ressort qui a fait d’elle pendant longtemps la championne des Drois de l’Homme. C’est bien dommage car elle signe de ce fait son arrêt de mort.

    Répondre
  12. Catherine

    18/07/2004

    Je suis une grande lectrice de votre site mais la… c’est la gaffe complete! Vous auriez pu corriger votre article ca fait une semaine que l’on sait que l’histoire du RER est du fait d’une mytho! Il n’en reste pas moins que la France « des beurs » est antisemite, et que certains francais prefereraient serrer la main de Arafat plutot que de Sharon…….La France a toujours eu un penchant pour les dictateurs!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)