Attentisme et démagogie pour la fin du quinquennat

Posté le mai 26, 2020, 11:24
5 mins

Le 17 mai, alors que les Français avaient davantage les yeux fixés sur le déconfinement (et sur la calamiteuse gestion de la crise sanitaire par l’exécutif) que sur la vie parlementaire, un petit séisme politique a eu lieu : LREM a perdu la majorité absolue à l’Assemblée nationale.

De peu certes : le groupe LREM compte désormais 288 députés, alors que la majorité absolue se situe à 289.

D’ailleurs, avec ses alliés, LREM dispose toujours d’une majorité confortable.

Mais, symboliquement, cet événement passé relativement inaperçu est significatif.

Il pourrait même bien indiquer la fin du quinquennat et le retour aux grandes manœuvres politiciennes avant les échéances électorales de 2022.

La grande force d’Emmanuel Macron a été naguère de disposer d’une majorité parlementaire qui lui devait tout.

La contrepartie était évidemment l’amateurisme d’une partie de ces nouveaux députés. Mais les gaffes ne faisaient les gorges chaudes des médias que durant quelques jours et l’on passait à autre chose.

Cet amateurisme pouvait même contribuer à donner une forme de « légitimité » à la nouvelle majorité en laissant croire qu’il s’agissait d’une Assemblée issue de la société civile.

Naturellement, cette image était fausse car beaucoup de « nouveaux » élus étaient, en réalité, des caciques du PS recyclés.

En tout cas, l’eau a coulé sous le pont Alexandre III et les nouveaux députés trouvent – non sans raison – que la place est bonne et donc songent à tout faire pour la garder, qu’Emmanuel Macron réussisse ou non les réformes promises.

Or, pour la réélection, rien de mieux que l’attentisme et la démagogie !

L’attentisme, c’est-à-dire reporter au prochain mandat (toujours le prochain !) la réforme des retraites, la baisse des dépenses publiques ou la libération des entreprises.

La démagogie, c’est-à-dire l’ouverture en grand des vannes de la dépense publique.

Les deux « stratégies » sont, d’ores et déjà, appliquées.

À la faveur de la crise sanitaire, des dizaines de milliards d’euros ont été promises pour acheter telle ou telle clientèle. Et ce n’est probablement qu’un début.

Bien sûr, le gouvernement pouvait difficilement faire autrement, s’il voulait éviter les faillites en cascade et une hausse brutale du chômage déjà très élevé. Mais les milliards ne poussent pas sous les sabots des chevaux et il faudra bien les rembourser et, pour cela, commencer par réformer l’État et la sphère publique.

Quant à l’attentisme, il n’est nul besoin d’être prophète pour le prévoir : de toute évidence, la majorité comme le gouvernement sont enchantés que la réforme des retraites ait été abandonnée à la faveur du confinement et l’on imagine mal qu’ils relancent ce dossier en pleine campagne pour leur réélection.

Cette réforme était pourtant la seule réforme économique et sociale un tant soit peu importante – et il est d’ailleurs fascinant que cette unique réforme ait été aussi mal engagée. Tout se passe comme si le seul objectif avait été de déclencher des grèves ruineuses sans aucune volonté d’aller au bout d’une logique d’ailleurs incompréhensible.

Ajoutons à cela que les « mutins » qui ont quitté le groupe LREM sont presque tous issus de la gauche du mouvement et que cela va contraindre la majorité à prêter encore davantage attention aux sirènes de la gauche – comme naguère François Hollande avec ses frondeurs.

Oui, décidément, le quinquennat semble bel et bien terminé. Et les réformes nécessaires au pays passeront une nouvelle fois à la trappe !

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

10 réponses à l'article : Attentisme et démagogie pour la fin du quinquennat

  1. quinctius cincinnatus

    28/05/2020

    le problème des oppositions c’ est soit qu’ elles n’ ont pas les bonnes armes , soit qu » elles n’ ont pas le bon angle d’ attaque … souvent les deux d’ ailleurs … c’ est pour cela qu’ il faut savoir choisir et ses arguments et sa sémantique

     » Les 4 Vérités  » ne sont fameuses ni dans les uns ni dans l’ autre c’ est comme me disait un ancien abonné de mes amis  » son poil à gratter « 

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    28/05/2020

    ne vous faites pas d’ illusions c’ est l’ épargnant qui sera le dindon de cette farce

    Répondre
  3. OMER DOUILLE

    27/05/2020

    La grande force de Macron est surtout la quasi absence d’une opposition crédible.
    Si cette opposition existait, elle aurait toutes ses chances tant une grande part des Français voudrait changer, quitte à promettre – comme l’autre – la lune en sachant très bien que c’est impossible.
    Actuellement c’est « maman bobo » et « je prends tout ».
    Autant demander à un porteur de covid19 confirmé et expectorant : craches moi dans la bouche et dis moi que tu m’aimes..

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      29/05/2020

      ça vient, ça vient mais bien sûr, héritage … gaulois oblige … en ordre dispersé et sans idées communes

      il n’ y a pas d’ Opposition , mais il y a DES Oppositions

      et avec des chefs de la trempe et de la qualité de M. Le P. ou de Jacob? Naboléon n’ a pas trop de soucis à se faire dans l’ immédiat sur son aile droite

      Répondre
  4. Gérard Pierre

    26/05/2020

    La France est devenue la captive d’une bande de faquins qui se repaissent avec gourmandise de ses charmes et la relègue dans ses lieux de plaisir, avec la complicité d’une cohorte de janissaires à la plume melliflue et aux propos encenseurs !

    Malheur à celui qui, d’ores et déjà, n’applaudit pas !…… Les cul-de-basse-fosse de la société orwellienne le guettent !

    Néanmoins, la vie est trop courte pour se fourvoyer dans le « camp des vainqueurs » ! …… Et puisqu’il nous faut un jour mourir, mieux vaut encore mourir debout à Verdun qu’à genou lors de l’Épuration !

    Ça devrait rendre moins difficile le passage dans « l’Autre Monde » !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      27/05/2020

      quel lyrisme … d’ un autre âge ( je parle du vocabulaire employé )

      plus concrètement :

      TOUT LE MONDE est dépassé par l’ évolution économique (financière, industrielle, commerciale, désirs dans la consommation etc … ) et personne ne voit par quel bout empoigner le problème et quelles solutions y donner

      tout le monde est dépassé par l’ évolution des moeurs et des mouvements de populations qui d’ ailleurs y participent et personne NE PEUT s’ y opposer

      tout cela c’ est déjà produit dans l’ Histoire de l’ Humanité avec la disparition de Civilisations qui semblaient être immortelles

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        27/05/2020

        S’ est déjà produit

        Répondre
      • Gérard Pierre

        28/05/2020

        Certes, tout cela s’est déjà produit par le passé, mais pas sur un laps de temps aussi court que deux ou trois générations ! …… et c’est bien ce qui exacerbe la perception du phénomène !

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          29/05/2020

          c’ est comme les trous noirs, arrive toujours le moment de  » rupture  » ( ou de perte d’ équilibre(s) ) où tout s’ accélère

          Répondre
          • Gérard Pierre

            02/06/2020

            C’est bien précisément cette accélération qui m’impressionne !

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)