Au royaume de la triche

Au royaume de la triche

François Hollande a déclaré que les « Chinois trichent sur tout », ce qui était une excellente entrée en matière à la veille de sa visite officielle à Pékin. Les Chinois ont sans doute apprécié et ont pu lui répondre que les Français aussi « trichent sur tout ». Voilà donc deux peuples faits pour s’entendre.

S’agissant des Français, que l’on en juge :

Nos compatriotes aiment la bonne chère. Aussi vont-ils souvent au restaurant. On en dénombre 150 000 en France. Malheureuse­ment, ce que l’on sert au client, le plus souvent, ce ne sont pas de bons petits plats mitonnés par un bon chef, c’est de la bouffe industrielle, en particulier dans les restaurants qui ont pignon sur rue dans les grandes villes et d’abord à Paris. Voici comment ça se passe : les restaurateurs font leur marché dans de discrets et vastes centres de cuisine qui leur sont réservés. Là, des immigrés clandestins remuent des ingrédients dans de grandes marmites… Livrés dans les restaurants au petit matin, les produits sont artistiquement présentés par un préposé en toque blanche qui a disposé quelques petits trucs flatteurs sur le produit passé au four à micro-ondes. « Et, avec cela, dit-il, le client est content. »

Il va sans dire que, dans la France profonde, on trouve encore d’excellents et honnêtes restaurateurs, mais s’il faut aller à Charolles en Bourgogne, pour bien dîner, le soir, ça fait un peu long de l’aller et retour quand on habite Paris…

Beaucoup plus grave est la fraude aux prestations sociales. En ce domaine, les immigrés sont rois. Coût de la triche : près d’un milliard d’euros par an (et il ne s’agit là que de la fraude identifiée !). En 2011, les caisses d’allocations familiales ont débusqué pas moins de 15 011 fraudeurs pour un montant de 101,5 millions d’euros. Le RSA et l’allocation logement à caractère social, notamment, sont l’objet de fraudes gigantesques. Beaucoup ne vivent que de cela.

La CAF, c’est le phare lumineux qui, dans les « quartiers », guide les immigrés vers le port tant convoité. Écrasée par la paperasserie et la complexité de la réglementation, cette administration « sociale » aux effectifs pléthoriques se laisse aller à un cafouillage tel que les versements indus se sont élevés en 2011 à 2,13 milliards d’euros !

L’utilisation frauduleuse de la carte Vitale qu’obtiennent les « nouveaux Français » (il en est naturalisé 120 000 par an) explique que les populations des anciennes colonies où vivent de nombreux bi-nationaux sont abreuvées de médicaments que paie la Sécurité sociale (déficit en 2012 : près de 14 milliards d’euros). L’État-providence, c’est évidemment le désastre.

Si vous êtes étranger et qu’avancé en âge, vous voulez une retraite sans avoir jamais cotisé, venez en France ! Les vrais et bons Français vous la verseront. ça, c’est de la grande triche officielle.

Les aides au logement sont la première prestation sociale avec quelque 16 mil­liards d’euros distribués en 2010. Pour autant, le problème du logement n’est nullement résolu. C’est même l’une des plaies de la société française.

La fraude aux cotisations sociales, autrement dit le travail au noir, est, comme chacun sait, largement pratiquée. Un rapport de l’Assemblée nationale estime son coût à 15 milliards d’euros par an ! Pourquoi ? Parce que la fiscalité est tellement lourde et compliquée que, souvent, on ne peut pas faire autrement que « défiscaliser » des services parfois indispensables.

La France est, en outre, le pays développé où l’on travaille le moins. Les 35 heures, l’absentéisme, et les arrêts maladie en sont la cause. Les dépenses d’indemnisation d’arrêts en maladie ont augmenté de 50 % entre 2000 et 2011, pour atteindre 6,3 milliards d’euros. On observe aussi que, désormais, bien des parents prennent autant de vacances que leurs enfants. De plus, en France, surtout au mois de mai, les architectes des loisirs ont construit des ponts gigantesques. Lorsqu’un jour férié tombe le mercredi, c’est la semaine entière qui y passe. Ajoutons à cela les horaires en voie de rétrécissement. Inutile d’insister le vendredi après-midi et, le mercredi, il vaut mieux attendre le jeudi. Les jeunes mamans gardent les enfants, mais aussi les moins jeunes et encore les grands-mères.

L’idéal des Français est donc d’être payé à ne rien faire et ils y parviennent, au prix, bien sûr, de l’effondrement programmé de leur pays. Tout cela sous l’égide d’un président optimiste qui fera le gros dos jusqu’en 2017. Bien que « Pépère » ne soit pas à la hauteur, il espère bien être ainsi réélu.

Bien sûr, il y a quelques problèmes, mais c’est « la faute à Angela Merkel » ! Nouvelle trouvaille. Ce à quoi les Allemands répondent : « La grande nation, on la connaît. Il y a bien longtemps que nous savons que les Français ne sont pas sérieux. Il ne faut donc pas s’étonner qu’ils aient élu président le plus incompétent qu’ils aient trouvé. »

On pourrait faire un livre des multiples facettes de la triche française. Je me limiterai ici à mentionner les usurpations d’identité qui se multiplient, la fraude à la carte bancaire qui fait que vous pouvez être ruiné en dormant, les crédits pour la formation professionnelle qui partent dans les caisses des syndicats, la triche au sport où les matchs sont truqués par entente entre les équipes applaudies par leurs supporters (qui paient cher pour suivre les exploits de tricheurs payés comme des sultans), les 500 000 colis en moyenne volés à la Poste chaque année et, le comble, criminel, les trafics sur les médicaments et les prothèses par des laboratoires qui recherchent le profit au détriment de la santé et parfois de la vie de leurs clients.

En France, désormais, la malhonnêteté est la règle. L’honnêteté, l’exception.

Partager cette publication

(4) Commentaires

  • BRENUS Répondre

    Prenez bien en compte ce que vous dit un socialiste en matière de triche. C’est souvent un orfèvre en la matière. Pour ma part j’en connais, entr’autres, une, largement friquée qui utilise toutes les combines pour échapper en grande partie a l’imposition, allant jusqu’à faire classer une propriété de résidence(valant très cher) en soit-disant domaine agricole, au prétexte qu’elle maintient quelques pieds de vigne quasi improductifs, au vu et sut de tous. Ce qui ne l’empèche pas de donner constamment des leçons comme tous les profiteurs (euses) de son acabit. Alors la triche, parlons-en.

    08/05/2013 à 19 h 46 min
  • Capitaine Teach Répondre

    Être socialiste ? « C’est donner une chance à chacun », dixit Matthieu Pigasse dans un entretien ancien à L’Express. Dites à un chômeur d’envoyer au banquier punk (qui n’a pas dû comprendre les paroles des Clash…) de lui envoyer son cv, on verra bien si une chance lui sera donnée. Oui, s’il a la carte du parti.
    Être socialiste ? C’est se réclamer des Jacobins. Oui, ceux-là qui ont réprimé dans le sang les révoltes des Vendéens éreintés par la hausse des impôts, inquiets par la conscription qui retirait les hommes des terres, agacés par le mépris social.
    Être socialiste ? C’est s’effaroucher pour un rien devant les caméras et faire bien pire dans les coulisses… C’est accuser Merkel de tous les maux de la France, et condamner ces propos (et en même temps Cambadélis réclame des sanctions non pas à l’encontre de l’auteur de cette note, mais à l’encontre de celui qui l’a fait fuiter dans la presse).
    Être socialiste ? C’est être pur (comme une eau croupie), honnête (comme Cahuzac), franc (comme un hypocrite), tolérant (comme un dictateur).

    08/05/2013 à 17 h 33 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      vous dépeignez les … socialistes français qui sont soit des envieux ( quand ils sont pas  » assez » riches ) soit des hypocrites quand ils sont riches … de sorte que tous les Français sont dans leur âme et conscience des … socialistes … c’est donc LE MAL français que vous décrivez !

      14/05/2013 à 23 h 51 min
  • highlow Répondre

    Pour répondre aux anti libéraux, dans la tête des anti libéraux il y a deux idées, 1) le libéralisme c’est le mal, et 2) l’Etat c’est le bien.

    Toute leur pensée, leur raison et leur volonté sont utilisée pour justifier ces deux idées.

    Ils sont dans une pensée binaire, manichéenne, tout ou rien.

    Lorsqu’on demande à un anti libéral ce qu’est le libéralisme, il bafouille une réponse confuse, qui veut dire qu’il ne sait pas; Même chose lorsqu’on leur demande ce qu’est le socialisme, ils ne savent pas, ils sont socialiste mais ne savent pas ce qu’est le socialisme.

    Lorsqu’on essaye de discuter avec eux, ils ne comprennent pas ce qu’on leur dit. Et peu importe qu’ils soient juste pervers, qu’ils refusent de comprendre par un effort de leur volonté, ou qu’ils ne comprennent pas le français, alors ils doivent d’abord apprendre à parler Français, apprendre le sens des mots; mais dans tous les cas il ne sert à rien de discuter avec eux.

    En plus ils ne le savent pas parce que les journalistes dont la moitie sont des fonctionnaires, ne vont le leur dire
    ( FranceTV 131€ de redevance), mais leur idéologie de l’Etat c’est l’idéologie fasciste mot pour mot.

    http://antidragon.wordpress.com/2011/11/18/fascistes-ou-gauchistes/

    Et puis les fonctionnaires entrent dans la fonction publique parce qu’ils ne supportent pas la rentabilité, la compétitivité, donc en cas de problème un fonctionnaire n’essaye jamais de s’améliorer, ou d’utiliser des technique plus modernes, non le problème du fonctionnaire c’est de trouver de nouveaux impôts, de nouvelles taxes.
    .
    Comme dit l’article, les gens de gauche, les anti libéraux, sont moralement libéraux, ils revendiquent le droit de mentir, de tricher, ce sont des gens malhonnêtes.
    Et ils jugent des autres d’après eux-mêmes.

    08/05/2013 à 12 h 54 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *