Au service du système communiste français

Au service du système communiste français

Dans la tribune libre qu’il donne régulièrement à l’hebdomadaire « L’Express »,parue récemment, Jacques Attali, à la fois polytechnicien (Corps des mines) et énarque (Conseil d’État), qui fut le conseiller très écouté de François Mitterrand, appelait ses ex-amis socialistes à redécouvrir ce qui, à ses yeux, doit constituer le véritable clivage droite/gauche, à savoir : il y a ceux qui sont partisans de l’extension des lois de l’économie de marché à une sphère de plus en plus large des activités humaines et ceux qui, au contraire, à l’inverse, sont partisans de réduire toujours plus la sphère des activités soumises à la libre initiative des individus et à la concurrence.
Le point de départ de ce brillant esprit semble être le suivant : un miraculeux progrès scientifique et technique perpétuel – que l’État doit évidemment encourager, à grand renfort de milliards d’euros – permet d’obtenir une croissance économique durable ; les gains procurés par celle-ci seront soit laissés à la disposition des agents économiques, soit confisqués par la collectivité. Dans le premier cas, on ira vers toujours plus de marché et de libéralisme, tandis que dans le second cas, on ira vers plus de collectivisme.
Jacques Attali, qui aime provoquer, et qui n’a pas les pudeurs des politiciens professionnels, n’hésite pas : le marché, c’est aussi l’inégalité, c’est donc de droite, et il est contre ! Il est favorable à une gestion administrative des besoins, seuls susceptibles d’aller dans le sens de l’égalitarisme. Et il précise les secteurs qui, demain, au nom de ce progressisme, pourraient échapper complètement ou largement aux lois du marché : la culture, l’éducation, le logement, la santé, les assurances, l’alimentation…
Pour y parvenir progressivement, sans révolution de type bolchevique, il faut simplement étendre la collectivisation au rythme permis par l’accaparement public des fruits de la croissance.
Jacques Attali appelle ses amis politiques à soutenir clairement et explicitement un tel projet communiste. Ce serait de nature, en effet, à éclairer et à simplifier le débat politique en France. Mais il se trompe lourdement quand il pense que ce serait aussi de nature à opposer la gauche à la droite, en tout cas, s’agissant de cette dernière, à la fausse droite qui nous gouverne depuis trente ans.
Car l’utopie politique esquissée, avec une franchise désarmante, par Jacques Attali, est, dans les faits, concrètement, aussi bien mise en œuvre par notre fausse droite que par nos socio-démocrates.
Et, si l’on veut bien observer le débat politique, les propositions des uns et des autres ainsi que les décisions prises par ceux qui nous gouvernent, au travers du prisme de ce communisme concret, on est amené à constater qu’il progresse presque chaque jour !
En lever de rideau, Jean-Louis Borloo, nouveau ministre de la cohésion sociale, vient de nous donner un avant-goût de ce que sera l’esprit du plan qu’il fera connaître à la rentrée de septembre, en annonçant, il y a quelques jours, que les locataires de logements sociaux ne payant pas leur loyer, ne seraient plus expulsés, à la seule condition d’être « de bonne foi ». Comme dit l’autre, c’est un « message fort ». Bientôt, ceux qui paient encore leur loyer rubis sur l’ongle se considéreront eux-mêmes comme de simples imbéciles. Un pas de géant vient d’être accompli sur le chemin lumineux du logement gratuit pour tout le monde.
On objectera que la mesure annoncée par M. Borloo ne concerne que le parc dit « social ». Mais celui-ci représente déjà plus de la moitié du parc locatif et notre Président de la République n’a de cesse de faire en sorte qu’il s’étende toujours plus. Il a d’ailleurs « promis » que 80 000 nouveaux logements sociaux seraient construits à partir de cette année. Dans le même temps, on décourage l’investissement locatif privé, ou plutôt, tandis qu’on dit vouloir le favoriser avec quelques carottes fiscales, on le dissuade avec une jurisprudence qui aboutira bientôt  à un droit absolu au maintien dans les lieux pour tout locataire, « de bonne foi », bien sûr…
Dans son article de « L’Express », Jacques Attali cite également les secteurs de la culture et de l’éducation. Dans ces deux secteurs, la gestion collectivisée, de type communiste, version anarchisante pour le premier, version autoritaire pour le second, est quasiment achevée. D’ailleurs, les revendications des professionnels intéressés portent davantage sur la défense des systèmes tels qu’ils sont plutôt que sur leur transformation.
C’est cette collectivisation généralisée et toujours plus poussée, étendue à des domaines toujours plus nombreux, qui est le véritable projet politique des politiciens qui nous gouvernent, tous issus ou presque de la fonction publique. C’est une forme de communisme, à développement lent mais inexorable. Il se construit chaque jour. Sans révolution apparente. Avec de simples inflexions. Comme celles annoncées lundi soir par Philippe Douste-Blazy concernant la réforme de la Sécurité sociale. Qui vont toujours dans le même sens : davantage de contrôles et moins de liberté (voir aussi l’éditorial page 1).

Partager cette publication

(5) Commentaires

  • X Répondre

    Vous fustigez « l’accaparement public des fruits de la croissance »… fort bien. Mais l’accaparement privé des fruits de la croissance vaut-il vraiment mieux ? Car qu’est-ce que le profit si ce n’est justement cet accaparement privé, réalisé au seul bénéfice des inactifs que sont les actionnaires, et ce sur le dos – et donc au détriment – des actifs ? On prétendra, certes, que les profits alimentent l’investissement, malheureusement ils ne le font que (très) partiellement car l’actionnaire prélève discrétionnairement au passage sa quote-part. Ceci est d’autant plus vrai dans un monde essentiellement vieillissant (tous continents industrialisés confondus) où l’immense majorité de l’actionnariat est constitué de personnes de plus de 55 ans, lesquelles maintiennent discrètement par ce biais les jeunes générations d’actifs dans un véritable esclavage, au détriment de l’avenir. Tout ceci – système aussi absurde que cynique – trouve actuellement opportun de se dissimuler derrière le terme flatteur de « libéralisme », croyant par-là pouvoir mieux s’annexer l’idée-même de liberté, de sorte qu’il entend bien renvoyer toute alternative à son hégémonie gério-ploutocratique dans les limbes répulsives de l’arbitraire et de la tyrannie. Seulement voilà en vérité ce sont les ex-soixante-huitards – eux qui ont en leur temps jouit sans compter des largesses de l’État-Providence, d’un chômage nul et d’une inflation qui profitait alors à plein aux actifs – qui ont, dès qu’il l’ont pu, impulsé le « tournant de la rigueur » à leur seul profit. Pour les générations suivantes plus d’État-Providence, du libéralisme (privilégions les actionnaires, c’est-à-dire les vieux) ; un chômage pléthorique qui les pousse à se mettre au service sans regimber des mêmes générations déclinantes ; et surtout une inflation tenue en laisse par des banques centrales ad hoc afin de ne risquer d’éroder en rien les capitaux accumulés par les possédants. J’en passe et des meilleures… Ceux qui en douteraient encore pourront utilement se reporter aux très sérieux travaux universitaires du sociologue Louis Chauvel, lesquels travaux ne laissent plus le moindre doute sur la justesse d’une telle analyse : http://louis.chauvel.free.fr/ Aussi continuez, Monsieur Dumait, vous finirez bien par nous faire apprécier, en comparaison de cela, l’idée communiste…

    28/05/2004 à 17 h 00 min
  • Stephane Répondre

    C’est avec des commentaires comme ceux du ss-commandant Marcos ou de Tatangas qu’on voit qu’il y a encore des progres a faire chez la droite nationale, a savoir se debarrasser de ses prejuges anti-semites! L’article de M. Dumait etait dirigé contre les idées de M. Attali, a raison, mais nos commentateurs veulent transformer cela en une attaque contre les hommes politiques de gauche d’origine juive (« Attali, Straus-Kahn, Fabius ou Lang…. et autres Cohen »). Or, a ce que je sache, le PS comporte egalement des chretiens, et a droite c’est sur le juif Sarkozy que nous comptons pour mettre fin a la Chiraquie. J’espere m’etre trompe sur vos commentaires. En ce sas, acceptez mes excuses, mais a vous de vous excuser egalement pour cet amalgame douteux.

    27/05/2004 à 12 h 20 min
  • TATANGAS Répondre

    Il est maintenant bien connu qu’en France la poursuite d’idéaux à large vue ou de politiques humanistes et (pourquoi pas ?) égalitaires, sont loin de hanter l’esprit de nos distingués faiseurs de nouvelles. Heureusement que des Attali, Straus-Kahn, Fabius ou Lang…. et autres Cohen, y songent de temps en temps pour nous sortir de cet univers matérialiste et basé sur l’argent qui est le notre.

    24/05/2004 à 21 h 19 min
  • a Répondre

    Vivement que ca péte : Vive la Révolution !

    24/05/2004 à 8 h 33 min
  • Sous-Commandant Marco Répondre

    A l’écoute de la proposition de Jacques Attali de rendre la nourriture gratuite, une question se pose: le caviar sera-t-il lui aussi gratuit? Cela permettrait indéniablement à nos chers humanistes de gauche, Attali, Fabius, Strauss-Kahn, Lang, de continuer à prospérer sur notre dos. Que celui qui a parlé de « démagogie » se dénonce, il aura droit à un repas gratuit chez McDonald’s, aux frais du contribuable.

    22/05/2004 à 21 h 54 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: