Aubry soutien Guérini

Aubry soutien Guérini

Le PS ne  pourra plus nous faire le coup de la morale et des mains propres ! Pour des raisons bassement politique, Martine Aubry et la direction du parti, au grand dam d’Arnaud Montebourg, ont réitéré leur soutien à Jean-Noël Guérini englué dans des affaires de corruption où il apparaît que son frère n’est pas le seul coupable dans la famille…

 » Hier soir, lors du bureau national du Parti socialiste, Martine Aubry a refusé de condamner Jean-Noël Guérini, le président sortant du conseil général des Bouches-du-Rhône, candidat à sa réélection demain. « Ce n’est pas le rôle du PS de trancher une instruction en cours » a assuré selon le Parisien la première secrétaire du PS, en référence à l’enquête pour détournement de bien publics et corruption dans laquelle Alexandre Guérini, le frère du dirigeant socialiste marseillais, est mis en examen.

« Si nous devions attendre la justice pour à chaque fois se prononcer, nous pourrions attendre parfois très longtemps et les dégâts seraient faits et en l’espèce, les dégâts ont été faits », a répondu Arnaud Montebourg, auteur d’un rapport sur les « dérives » de la Fédération PS des Bouches-du-Rhône que dirige Guérini. Le dossier fourni en annexe par le député de Saône-et-Loire fait notamment état de fraudes lors du scrutin du congrès de Reims en 2008. « J’ai également arrêté de la main un adhérent qui tentait d’introduire une poignée de bulletins dans l’urne », relate ainsi un scrutateur.

La direction du Parti socialiste a annoncé avoir « installé » la commission d’enquête sur le fonctionnement de la Fédération des Bouches-du-Rhône qui sera présidée par l’ancien ministre Alain Richard.
Sauf coup de théâtre, Jean-Noël Guérini, qui a promis de quitter la direction de la fédération en cas de nouveau mandat à la présidence du conseil général, semble promis à la réélection contre l’UMP Martine Vassal. Une défaite nécessiterait que des élus de droite – certains l’ont d’ailleurs proposé – s’allient à d’éventuels dissidents du PS, autour d’un candidat sorti du chapeau à la dernière minute. Un scénario qui nourrit des rumeurs à Marseille et suscite des entrevues en catimini, mais ne paraît guère probable, même dans l’entourage de ceux dont les noms circulent comme artisans potentiels d’un putsch anti-Guérini. » Le Figaro

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: