Avec 5 200 milliards de dette, la France est en faillite !

Posté le juin 24, 2015, 9:18
3 mins

Depuis quelques jours, on voit beaucoup circuler sur internet une excellente étude de l’économiste Jean-Yves Archer sur la véritable dette de la France.
J’avais eu l’occasion de dire à plusieurs reprises que la dette était nécessairement beaucoup plus élevée que les fameux 2 000 milliards dont parlent les gazettes, puisque ce chiffre – déjà faramineux ! – ne comptabilise pas les engagements contractés pour les pensions des fonctionnaires. Mais j’étais, pour ma part, incapable de chiffrer ce supplément.
Jean-Yves Archer estime, lui, à 3 200 milliards d’euros les engagements « hors bilan » de la France – c’est-à-dire ceux qui ne se voient pas dans la loi de finances et qui n’apparaissent donc pas dans les plus de 2000 milliards de dette publique dont on parle en général.

Vous avez bien lu : 3 200 milliards d’euros de dette hors bilan, c’est-à-dire une dette publique totale de l’ordre de 5 200 milliards d’euros.
En d’autres termes, chaque habitant du pays, du nouveau-né au vieillard, citoyen ou immigré, porte sur ses épaules une dette publique de l’ordre de 80 000 eu­ros. Sans parler de ses propres dettes privées.

Comment en arrive-t-on à ce chiffre gigantesque ?
En additionnant les pensions de fonctionnaires qu’il nous faudra payer (autour de 1 500 milliards) et les cautions que l’État a données pour toutes sortes d’organismes.
Parmi les engagements hors bilan, Jean-Yves Archer fait une mention spéciale (et parfaitement justifiée) à Mme Duflot qui a augmenté les engagements de la France d’environ 50 milliards d’euros au seul titre de l’aide au logement !

Un État n’a, à ma connaissance, que 3 solutions pour lever de l’argent (qu’il prendre nécessairement dans les proches des contribuables) : l’inflation, l’impôt et la dette.
L’inflation est profondément immorale, puisqu’il s’agit, à proprement parler, d’une fraude. La dette n’est légitime que si elle correspond à un investissement qui profitera aux générations futures – ce qu’elle n’est plus que rarissimement. Quant aux prélèvements obligatoires, ils at­teignent le chiffre extravagant de 870 milliards d’euros.
C’est catastrophique. Mais il y a donc pire encore : la sphère publique s’est endettée pour un montant 6 fois supérieur à celui de ses rentrées annuelles.
Nous sommes en faillite. Et on ne laisse pas des gérants faillis poursuivre leur gestion. Sortons au plus vite ces irresponsables ; n’importe qui fera mieux qu’eux !

15 réponses à l'article : Avec 5 200 milliards de dette, la France est en faillite !

  1. 05/08/2015

    Je suis pas d’ accord avec ce raisonnement :il y a des gens qui sont sérieux ,économes et qui ne se sentent pas concernés par la dette publique :ce ne sont pas nos dépenses ni notre responsabilité :qui a fait ces dépenses ?Des politiques crapuleux et alcooliques ,des maires ivres et stupides ;des gouvernements saouls républicains ;mais qui a voulu de ce régime et de cette révolution pourave ?Certains se sont battus à en mourir pour défendre le royaume à l’ époque ,pour défendre le capitalisme ;Ils n’ ont pas voulu de ce régime anti-argent ,anti religieux ;nous accusons les alcooliques de France de ne pas payer leurs impots ,ceux du gouvernement qui dépensent tout et qui vivent au dessus de leurs moyens .Ce système va exploser ;en + des étrangers alcooliques viennent s’ installer et écrasent les autres ;à la fin pour faire face tout le monde doit se ruiner .http://blog.doctissimo.fr/alcoolisme-passif/

    Répondre
  2. Magne

    25/06/2015

    La dette mondiale est trois fois supérieure au PIB mondial et la dette japonaise atteint 234 % de son PIB .

    Quand tout va s’écrouler , le vacarme sera assourdissant .

    Bien que Français , inutile de me compter parmi les gens qui auraient 80 000 euros de dettes . Merci .

    Répondre
  3. Magne

    25/06/2015

    La dette mondiale est de deux cent milliards de dollars ( 200 000 milliards ) et la dette française n’atteint que 104 du PIB , bientôt ( en 2019 ) 119 .
    La dette mondia

    Répondre
  4. BRENUSAVECUN"N"

    25/06/2015

    L’auteur de cet article n’a rien compris a l’affaire : le parfait modèle de parasites – jojo – va lui expliquer que les retraites des fonctionnaires et agents spéciaux (EDF, SNCF, j'(en passe et d’innombrables) aux revenus de retraites non cotisés mais largement supérieurs a ceux du privé cotisés sont une véritable bénédiction pour les finances de la France, au même titre que cette merveilleuse immigration galopante de peuplement que la gauche appelle de ses voeux (avec succès). Vous rendez vous compte : plus vous distribuez a ces bienfaiteurs de l’humanité, plus vous faites tourner la machine a consommation. Peu importe si ladite conso bénéficie in-fine aux produits importés. Mais l’argent pour cette distribution me direz vous? La corne d’abondance, la chèvre Galatée ? Dans la dette mon cher. On peut aussi dire comme le faisait les Ivoiriens en un temps qu’il existe un « trésor des Baoulés » aux ressources insondables qui déversera éternellement sa manne aux bénéficiaires reconnaissants. Amen.

    Répondre
  5. DESOYER

    24/06/2015

    L’infâme socialiste qui pollue ce site continue à la ramener en nous disant que tout va bien: pourquoi n’est-il pas porte-parole du gouvernement? Ce serait un bon débarras!

    Répondre
    • JPS

      24/06/2015

      Je suis entièrement d’accord avec toi ! Et dire qu’il y a des citoyens moutons pour voter pour des oiseaux pareils ! J’attends avec une grande impatience la remise en fonction de la machine à raccourcir ! Je veux pouvoir tenir la corde et la lâcher !

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        25/06/2015

        Honte à vous ! vous  » décevez  » @ Jaurès, notre parangon de Vertu et de Morale, et vous serez de ce fait interdit de son Paradis … sur Terre

        Répondre
    • Jaures

      24/06/2015

      Allons, l’ami Pierre, faites un petit effort ! Je suis sûr que vous êtes capable d’écrire un ou deux arguments pertinents.
      Ne me décevez pas une fois encore.

      Répondre
  6. Jaures

    24/06/2015

    Rouxel devrait se poser une question simple: comment un Etat en faillite trouve-t-il des créanciers disposés à lui prêter des milliards à un taux négatif ?
    Si Rouxel avait raison, ce n’est pas la France qui serait en faillite, mais le monde entier car tous les Etats cumulent également dettes, engagements et caution.
    On va voir sur chaque poste ce qu’il en est.

    Concernant la dette, elle est égale à 95% du PIB. Doit-on s’en inquiéter ? Certes, ce montant doit être mieux maitrisé pour que le service de la dette ne grève pas trop le budget. Mais quand un ménage emprunte pour acheter son habitation, il s’endette jusqu’à 4 ou 5 fois ses revenus annuels. Dit-on pour autant qu’il est en faillite ? Le problème est, plus que l’endettement, le tassement de la croissance (comme le serait pour notre ménage une baisse des revenus) et rien ne dit qu’en réduisant la dette on accélère la croissance.

    Même chose pour les retraites des fonctionnaires. Celle-ci coûte 37 milliards chaque année mais l’Etat n’a pas de caisse de retraite. Dire que l’Etat serait en faillite parce qu’il devra payer les retraites dans 10 ou 40 ans est aussi ridicule de dire que les régimes de retraite seraient pareillement en faillite. Cela serait le cas s’il n’entrait plus de cotisations pour le RG ou d’impôts pour l’Etat. Cela ne correspond pas à la situation actuelle.

    Enfin, concernant le cautionnement, il est aussi ridicule de spéculer sur un défaut des bénéficiaires de ces cautions que de tabler sur la ruine simultanée de tous les clients de la BNP. On sait que les banques prêtent bien plus que ce qu’elles détiennent (elles touchent ainsi des intérêts sur des capitaux qu’elles ne possèdent pas). Dit-on pour autant qu’elles sont en faillite ? Bien sûr que non.

    Enfin, dire que nous serions sur le chemin de la Grèce est pareillement inepte. C’est comme avancer que sous prétexte que votre voisin a pris des crédits revolving et a tout dépensé alors qu’il n’était qu’intérimaire vous suivrez obligatoirement le même chemin.
    Bien heureusement, l’organisation administrative et fiscale de la France n’a rien à voir avec la Grèce.

    Répondre
    • Raoul Villain

      24/06/2015

      Si mon oncle en avait on l’appellerait ma tante. L’intelligence est à Jaurès ce que Fillipeti est à la culture: un corps étranger. pas plus qu’on ne s’improvise Ministre de la culture en pondant trois lignes érotiques ridicules, on ne peut s’improviser analyste en multipliant les paralogismes.

      Pas d’industrie, promotion du tourisme, trop de fonctionnaires, de clientèlisme: France ou Grèce même combat.

      Répondre
      • Jaures

        24/06/2015

        Visiblement, cher Raoul, vous ne connaissez strictement rien à la situation de la Grèce.
        Mais que cela ne vous empêche surtout pas de débiter vos vulgarités: ce site est également fait pour cela.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          25/06/2015

          Vous perdez pieds !

          Répondre
    • quinctius cincinnatus

      25/06/2015

      alors là pour ce qui est des retraites de la Fonction Publique attendez UN PEU que les Teutons ressortent die grosse Bertha contre le rondouillard de l’ Elysée

      Répondre
  7. vozuti

    24/06/2015

    Seuls des escrocs peuvent gérer aussi mal un budget.
    Mais il y a quelques années la télé nous a dit carrément « votez escrocs » , »les escrocs sont sympas,ce ne sont pas des extrémistes »……. les français vont bientôt comprendre qu’ils se sont fait plumer….. et les escrocs estampillés umps leur répondront goguenards de leurs yachts : « on ne vous a pas obligé à voter pour nous ! »

    Répondre
  8. quinctius cincinnatus

    24/06/2015

    La France est une Grèce ( encore ) riche, mais une Grèce en devenir ! Notons au passage que si Hollande et Moscovici demandent à Tsipras d’  » instaurer ENFIN des réformes véritables  » la Grèce présente ( hors remboursement des intérêts et de la dette elle même ) un budget … excédentaire ! ce qui signifie tout simplement que malgré des rentrées fiscales misérables, les dépenses publiques ont été drastiquement nivelées ( pour le malheur des plus pauvres parmi les grecs ) alors que ce n’est pas le cas français … Toujours donneurs de leçons nous autres !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)