Bavardages et réalité

Posté le décembre 02, 2020, 10:09
5 mins

Tous les jours, on reçoit au moins une publication traitant des problèmes qui nous assaillent: l’insécurité, la fiscalité ou le pouvoir d’achat. Beaucoup disent alors : c’est du bavardage. On ne va pas en tenir compte. Eh bien, non, on a tort. Car le bavardage est le reflet de la réalité dont je donne ci-après quelques échantillons. Je rappelle en avoir déjà longuement parlé dans le n° 1266 des «4 Vérités».

De façon générale, le ministère de l’Intérieur recense environ 4 millions de crimes et délits par an, chiffres officiels et très en deçà de la réalité! Selon une étude déjà ancienne de l’INSEE, plus de 9 millions d’atteintes aux biens avaient été commises en France en 12 mois.

Une lettre d’information très sérieuse (UNI) nous apprend que 4 000 individus, des immigrés musulmans en grande majorité, sont prêts à «passer à l’acte». Pour pouvoir renvoyer chez eux ces assassins en puissance, un amendement est régulièrement soumis au vote de l’Assemblée nationale. Mais il est systématiquement rejeté!

En 2015, on comptait 857 élèves radicalisés dans nos lycées et collèges, dont les contribuables paient le fonctionnement. Parmi eux, Sid Ahmed Glam, étudiant en informatique, vivant dans une résidence universitaire grâce à une bourse d’études publique. À ses côtés, Ahmed a un gilet pare-balles, deux revolvers, 4 fusils-mitrailleurs kalachnikov.

Il convient également de tenir compte des «revenants», c’est-à-dire des mercenaires volontaires qui reviennent de Syrie et d’Irak. Il s’agit de quelque 20 000 individus souvent accompagnés de leurs familles. Il en resterait 180 sur place qui seront bientôt de retour. En d’autres termes, plus le temps passe, plus nous avons une «chance» d’être poignardé par un radicalisé au cri de « Allah ouakbar ». Un radicalisé souvent soutenu par notre contribution fiscale au crime …

Nous n’avons aucun moyen de nous protéger car on ne peut tout de même sortir de chez soi, toujours avec un gilet pare-balles. Il m’a été donné d’en porter un lorsque j’étais en fonction dans l’ex-Yougoslavie. Il était lourd et sale.

Ce qu’il y a de particulièrement inquiétant dans ce tableau, c’est qu’on a le sentiment que l’État et son très lourd appareil ne nous viennent pas en aide. Et pourtant que d’euros verse-t-on à cet État pour qu’il protège le citoyen qui, en réalité, est spolié et abandonné à lui-même. Là, installé chez lui, dont souvent il n’ose pas sortir – et pour cela le confinement est bien utile –, il apprend que l’on construit à Strasbourg, capitale de l’Alsace très chrétienne, la grande mosquée Eyyub Sultan.

Le gestionnaire de cette future et immense mosquée est la confrérie islamique Milli Görus, très proche du parti islamiste turc du président Erdogan. Cette mosquée est considérée comme une place forte turco-musulmane qui doit servir de base à l’islamisation de la France. Dalil Boubakeur, le recteur de la grande mosquée de Paris, très respecté par les pouvoirs publics, proclamait déjà en 2015 qu’il faudrait que le nombre de mosquées en France passe de 2 200 à 4 400 et que les églises sans fidèles soient transformées en mosquées.

Le général Leclerc disait en 1941 qu’il ne s’arrêterait que lorsque le drapeau français flotterait sur la cathédrale de Strasbourg. Ce qui paraît sûr en tout cas, c’est que de la nouvelle et grande mosquée qui va se bâtir, on entendra – et jusqu’au milieu de la nuit – la chahada lancée du haut des minarets: «Allah est le plus grand. Il n’y a pas d’autre Dieu qu’Allah. Et Mahomet est son prophète.»

Si le général Leclerc revenait parmi nous, ce qui serait souhaitable, on pourrait lui demander de chasser l’ennemi qui envahit notre pays. Mais qui est cet ennemi aujourd’hui?

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

Une réponse à l'article : Bavardages et réalité

  1. ELEVENTH

    03/12/2020

    Comment peut on dire, intelligemment – mais c’est peut être trop demander – : « untel est LE PLUS grand » et ajouter « IL N Y EN A PAS D AUTRES ».
    En bon français (langue) , je ne parviens pas a comprendre que quelqu’un, fut il un dieu, soit LE PLUS grand s’il n’y a rien à coté
    Plus grand que quoi, ou qui, si l’on dénie toute autre existence.
    Cela me rappelle une vieille comptine de gamins de jadis : » à l’enterrement de ma grand mère, j’étais devant, j’étais derrière, j’étais tout seul à l’enterrement » ( sur l’air des « bretons » )
    Décidément , les textes et proclamations religieuses ne font pas dans la finesse. Il faudrait reformuler tout cela si l’on veut être crédible.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)