Bilan de l'UMP

Bilan de l'UMP

Lu dans Marianne, via là :

« En prenant les rennes de l’UMP en janvier 2009, il avait promis un grand chambardement […] Quelques mois après son intronisation, le député de l’Aisne [signait] un protocole entre l’UMP et le Parti communiste chinois. […]

X Deuxième accroc à la renommée du parti majoritaire : les traces indélébiles qu’il laisse sur la Toile. Il y a d’abord eu le fameux lipdub mettant en scène ministres et militants poussant la chansonnette (en playback) main dans la main. […] Si la faute a été imputée à Benjamin Lancar, président des Jeunes populaires, il n’en reste pas moins que le secrétaire général de l’UMP avait donné son accord pour le tournage du clip le plus ridicule de l’année 2009. Puis, en janvier 2010, à peine remise du lipdub, l’UMP doit faire face au lancement raté du tant attendu réseau social, Les créateurs de possible. […] 500 000 euros de budget, un an de préparation, ce qui devait être «le projet phare de la modernisation du parti», selon les mots du secrétaire général s’est soldé par un échec. […]

Bertrand entend battre les records d’adhésions réelles et non virtuelles au parti. […] Dans sa lancée, Bertrand brandit fièrement le chiffre de «250 000 adhérents» en janvier 2010. Le hic ? Ils étaient  270 000 en janvier 2009.  La mémoire des chiffres, on l’a ou on ne l’a pas. Bertrand ne l’a pas. C’est peut-être pour cela qu’il garde le moral. Car au total, plus de 63 000 adhérents n’auraient pas repris leur carte entre 2009 et 2010. […]

Selon Bernard Reynès, député des Bouches-du-Rhône et soutien de Copé, «le parti n’est pas une simple caisse d’enregistrement, il doit aussi être l’expression des militants». C’est bien là le problème: les militants, justement, n’ont pas leur mot à dire dans «l’élection» du secrétaire général désigné par le président de la République et ensuite ratifiée par le bureau national. Or depuis quelques mois, Bertrand doit faire face à la montée au créneau de plusieurs personnalités politiques, comme Valérie Pécresse, qui militent en faveur d’une élection par la base du secrétaire général du parti. »

Un bilan qui tombe bien au moment de désigner un nouveau responsable de l’UMP dans la foulée du remaniement du gouvernement…

A quand une critique comparable du PS ? allez messieurs les journalistes, un peu d’objectivité !

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: