Borloo : vraiment pas le sursaut qu'il nous faut

Borloo : vraiment pas le sursaut qu'il nous faut

B La presse n’en finit plus d’ergoter sur le nom du successeur de François Fillon. Le nom de l’actuel ministre de l’écologie revient le plus souvent. Le Salon Beige rappelle pour quoi ce n’est pas la solution :

Rappelons que le président du parti radical (et vice-président de l’UMP, lequel a été aussi l’un des co-fondateurs de Génération Ecologie avec Brice Lalonde et Noël Mamère), le parti le plus maçonnique de France, se voyait déjà succéder à Villepin en 2006.

Parmi les mesures qu’on lui doit, il y a le fameux bonus-malus, qui a le désavantage de pénaliser les familles, qui possèdent généralement un véhicule spacieux.

En 2004, alors ministre de la cohésion sociale, il avait échoué à imposer le CV anonyme.

En 2006, Jean-Louis Borloo avait expliqué benoîtement que l’avenir de la France est dans les banlieues, parce que le taux de fécondité y est le double qu’ailleurs. La même année, il avait fait une blague antireligieuse façon « Canal+ ».

En octobre 2007,  Jean-Louis Borloo s’est déclaré pour le mariage gay.

En 2009, il s’est montré hostile au retour du MPF dans la majorité UMP. Il est vrai qu’il préfère la compagnie de Daniel Cohn-Bendit.

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *