Bretagne : les débuts de la révolution fiscale ?

Posté le 30 octobre , 2013, 12:30
6 mins

La politique fiscale du gouvernement est de plus en plus incompréhensible.

La semaine dernière, nous apprenions qu’à la faveur du vote du budget de la Sé­curité sociale, les Franken­stein de la taxe avaient décidé « d’harmoniser » (sic) les taux de prélèvements sociaux sur l’épargne des Français – le tout, rétroactivement.

Concrètement, cela revenait à taxer à 15,5 % l’ensemble des comptes d’épargne des Français (y compris les PEA, PEL et assurances-vie)… en remontant jusqu’en 1997 !

L’État estimait que cela lui rapporterait 600 millions d’euros.

Pour cette somme dérisoire (rappelons que l’immigration coûte au moins 100 fois cette somme chaque année…), le gouvernement était décidé à ruiner définitivement toute confiance des Français dans l’économie et donc à condamner l’économie française à ne jamais repartir – sauf quand les Chinois ou les fonds de pension américains viendront racheter nos entreprises à prix cassés…

En outre, la mesure était totalement absurde. La gauche ne cesse de dénoncer les spéculateurs et prétend encourager l’épargne de long terme. Ponctionner rétroactivement des li­vrets d’épargne ouverts depuis plus de 15 ans était en parfaite contradiction avec ce qui était annoncé.

J’ajoute que la France souffre précisément, par rapport à ses concurrents, d’un déficit important d’épargne po­pulaire. Sanctionner les trop rares Français qui épargnent, et placent leurs économies dans le développement des entreprises françaises, était la mesure la plus absurde que l’on puisse imaginer.

Certains ont tenté de montrer qu’il ne s’agissait pas d’une mesure rétroactive. Il est vrai qu’elle ne frappait pas les plus-values réalisées depuis 1997. Mais elle frappait l’ensemble des contrats ouverts depuis 1997. Or, ceux-ci avaient été ouverts notamment pour cause d’attractivité fiscale. Je veux bien qu’il ne s’agisse pas de rétroactivité au sens constitutionnel du mot, mais il s’agissait bel et bien de spoliation – ainsi que d’une nouvelle marque de la catastrophique insécurité fiscale dont nous souffrons en France.

Devant la levée de boucliers, le gouvernement a, dit-on, reculé.

En réalité, ce n’est pas tout à fait vrai. Il recule certes sur les PEL et l’épargne salariale. Mais il maintient sa thèse absurde pour les contrats d’assurance-vie (et, à l’heure où j’écris ces lignes, il n’a rien dit sur les PEA !). Le ministre du Budget avait naguère déclaré que traiter différemment les divers livrets d’épargne entraînerait des risques d’inconstitutionnalité, mais il y va gaiement, dans l’arbitraire le plus total.

Pour qu’il soit bien clair qu’il ne s’agit plus de la (déjà scandaleuse) chasse aux riches, je précise que 24 millions de Français détiennent un contrat d’assurance-vie – et, pour eux, la disposition est maintenue.

Mais, par-delà l’incohérence économique, l’amateurisme juridique et le fanatisme spoliateur, il y a une chose à retenir de ce nouveau « couac » du gouvernement. C’est que nos protestations peuvent le faire reculer.

En matière fiscale, le gouvernement marche sur des œufs. Il sait que nous avons atteint un niveau d’exaspération, dont, à ma connaissance, le seul exemple dans notre histoire remonte à 1789. Il y a certes eu des révoltes fiscales avant et après, mais jamais une pareille colère et une pareille volonté de renverser un système fiscal. Même en 1789, ce qui était visé était le caractère injuste et inefficace du système fiscal, non son caractère spoliateur. Aujourd’hui, la révolution fiscale gronde et le gouvernement, aveuglé par son idéologie, incapable d’imaginer la moindre mesure d’économie, continue de jeter de l’huile sur le feu…

Ce que nous venons de voir en Bretagne, avec le renversement de tous les portiques d’écotaxe, sauf un, puissamment gardé par les forces de l’ordre et pour l’attaque duquel, le 26 octobre, on a dénombré plusieurs blessés, pourrait bien n’être qu’un signe avant-coureur de cette révolution.

Nous préférerions, bien sûr, que le gouvernement recule parce qu’il aurait enfin compris que l’impôt n’est pas là pour « punir » des prétendus « riches ». Nous en sommes, hélas, bien éloignés.

Que le gouvernement y prenne bien garde, s’il persiste à ne pas écouter la colère populaire qui gronde, ce n’est pas simplement une débâcle électorale qu’il connaîtra, mais bel et bien une révolution, lorsque tous les mécontentements (et Dieu sait s’ils sont nombreux) auront convergé. Avec tous les risques que cela comporte – mais aussi l’assurance que n’importe qui ferait bien mieux que ceux qui nous gouvernent aujourd’hui !

ARTICLE SUIVANT

Lampedusa

20 Commentaires sur : Bretagne : les débuts de la révolution fiscale ?

  1. HansImSchnoggeLoch

    4 novembre 2013

    Économiser en France est comme jouer à la belotte avec un 10 solitaire dans la main. Il vaut mieux le risquer et le perdre sur la table que dans la main (ou à la banque pour les économies).

    Répondre
  2. Magne

    3 novembre 2013

    La rigueur : est-ce le round final ou un galop d’essai pour assouplir le cuir des Français ?
    Le plus gros problème pour la France avant de réformer ( trouver des réformateurs qui ne soient pas pourris , autant chercher une aiguille dans une botte de foin ) c’est la lutte contre la corruption .
    Nous sommes classés 25 éme sur l’échelle de Transparency International , autant dire les derniers d’Europe , n’ayant pas de problèmes particuliers comme un pays qui connaîtrait la famine .
    Nous sommes tous responsables , même les non corrompus comme disait G. Bernanos dans ” Le Chemin de la Croix-des-Ames ” Ce qui rend la corruption , ou même la simple médiocrité des élites , si funeste , c’est la solidarité qui lie entre eux tous leurs membres , corrompus ou non corrompus , dans la défense du prestige commun ” .
    Nous avons progressé ces 5O dernières années . Fini les assassinats politiques du début de la cinquième république , le financement des partis par des entreprises qui bénéficiaent ensuite des ” Marchés publics ” , mais le népotisme et l’obligeance perdurent . L’obligeance étant le étant caractérisé par celui qui aime rendre service ( et qui attend le renvoi d’ascenseur) la corruption n’étant absolument pas de même nature et provenant du latin corrumpere c.- à-d. cum rumpere (briser, rompre un ensemble jusque-là cohérent), aux effets dévastateurs .

    On pourrait avant de se pencher sur les ” réformes ” certes nécessaires , se pencher sur la corruption dans les Institutions judiciaires , la Fonction publique , les Partis politiques et dans quelques autres secteurs .

    Il ne s’agirait pas que le personnel lambda de certaines administrations , certains personnels politiques ou judiciares soient tranformés en boucs émissaires .

    Pas question , non plus de faire une chasse aux sorcières liés à des fantasmes .

    Les prochaines élections vont permettre aux Français de faire un peu le ménage . Certes un bulletin de votre n’est pas grand chose , mais un plus un et encore d’autres cela peut faire la différence .

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    3 novembre 2013

    Soyons pour une fois …honnêtes

    Les Français, avec François Hollande, font enfin connaissance avec ce que le mot ” rigueur ” signifie … Jusqu’à présent, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy les avaient anesthésiés par la fuite en avant de la dette publique
    Ce qu’on peut reprocher à l’actuel Président, c’est que pas davantage que ses prédécesseurs il ne s’attaque aux causes du Mal : secteurs publics pléthoriques, législation empêchant toute prise de responsabilité et d’esprit d’entreprendre, dépenses ” dites ” sociales qui sont un véritable Malström etc

    le reste ne sont que discours partisans …

    Répondre
  4. Magne

    3 novembre 2013

    Ce Gouvernement est monté sur le dos des Français et leur fait les poches en leur sussurant à l’oreille que c’est pour leur bien ( en pensant pour leurs biens ) que c’est écrit dans la Constitution et que les plus hautes autorités du pays n’y voient aucun inconvénient .
    Ils doivent rire en privé d’avoir joué ce bon tour .
    Les Français grogneront mais marcheront , ils finissent par se demander si ce n’est pas effectivement pour leur bien .
    La Communication est bien faite ( on disait avant Propagande ) .

    Ayant atteint leur premier but , rétablir la confiance de l’étranger ( le CAC 40 est passé en un an de 3000 points à 4300 ; qui dit mieux ) le Gouvernement s’est dit qu’il fallait relancer la consommation .

    Les plus grands experts se sont réunis et ils ont trouvé un moyen simple .

    On va lancer se sont -ils dit , la folle rumeur suivante : faire passer sans en avoir l’air ( puisqu’ils nous prennent pour des TONTONS FLINGUEURS , voir ce vieux film que je viens de découvrir ou un gangster emploie la manière forte pour faire rentrer les rentrées qui tardent à venir ) , que nous allons flinguer l’épargne .

    Consternation chez les épargnants qui sont en train de se ruer chez leurs banquiers pour retirer quelques économies pour acheter qui une voiture ( allemande c’est du solide ) , qui un petit bien immobilier etc… à noter les départs massifs vers le soleil , mais pas bien loin , au cas ou .

    Ils avaient bien compris que le slogan acheter pour relancer la consommation n’avait aucune chance d’être suivi d’effets .

    Ils sablent le champagne en gardant un oeil sur leurs ” alliés ” ( leur seul talon d’Achille ) qui ont toujours en tête ( ces sots pensent -ils ( le Gouvernement ) peut -être ) l’égalité réelle chère à Karl Marx du partage effectif des richesses , n’ayant pas compris qu’il ne fallait pas confondre la proie et l’ombre de la proie .

    Je vais préparer mes cannes à pêche .

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      3 novembre 2013

      La Bretagne était à la fois ” productiviste ” et ” catho-socialiste ” un Monde de bisounours
      Le réveil est brutal et je doute fort que des fonds saoudiens investissent dans la filière ( industrielle ) … porcine !

      Répondre
  5. BRENUS

    2 novembre 2013

    Les bretons veulent bien recevoir ( quasi autoroutes gratuites financées par la communauté nationale, réduction de la taxe pour ces messieurs, arnaques de tous genres envers les touristes) . Lorsque vous circulez “chez eux” avec un véhicule immatriculé ailleurs, vous avez droit aux queues de poissons – normal ce sont tous des pécheurs émérites- , des doigts d’honneurs et des insultes quand bien même vous vous tenez bien tranquile. Ils ont largemennt profité de la politique européenne, mais veulent nous en laisser la facture. Certains réclament la régionalisation à la catalane, mais ne veulent pas payer. En quoi la communauté française devrait plus alimenter leur caisse que celle du centre, du sud-ouest et d’ailleurs. En bons socialistes, ils considèreront toujours que seuls les autres doivent passer à la caisse. Si ce post passe et que les séparatistes gueulent, tanrt mieux. Qui a payé la réfection du parlement de bretagne incendié par des abrutis?

    Répondre
    • YRA

      3 novembre 2013

      Bonjour Brennus
      Exact, les bretons profitent de la France, c’est à dire Nous, et il est vrai que nous avons payé pour le parlement de Bretagne incendié par des imbéciles. Mais, si c’ était seulement les bretons ce ne serait pas si embêtant. Il s’ agit en fait de nous tous, taxés de tous côtés, avec prière de se taire ( on en a d’ailleurs oublié au milieu de tout ça la taxe à 15,5% sur l’ assurance-vie avec effet rétro-actif, mais je n’ ai pas vu les Assureurs qui nous l’ont vendue se rebeller, d’ ailleurs ils s’en foutent ce n’ est pas leurs économies ). Je disais seulement que si nous ne sommes pas capable de faire comme les bretons, alors taisons-nous et PAYONS !

      Répondre
    • qunctius cincinnatus

      4 novembre 2013

      voilà pourquoi ils ont voté à 57 % pour Guimauve Le Conquérant

      … dans l’espoir que la manne d’Etat continuerait à se déverser sur eux comme Corne d’Abondance

      Répondre
  6. druant philippe

    1 novembre 2013

    @oeildevraicon:

    excellent “l’ effet radioactif ” dans votre commentaire quand on sait que ces tarés socialos sont grands émetteurs de rayonnement BETA . .

    Répondre
  7. HOMERE

    1 novembre 2013

    Pour compléter ce qu’écrit 0094917 et qui est la base idéologique de tout bon socialiste qui se respecte,sans respecter les autres,il demeure un moyen imparable de redistribuer ce que l’on n’a plus….c’est la dette !!
    Avant que de fâcher les tâcherons de la publique fonction,il reste la dette inépuisable ressource…..cautionnée par l’épargne des français…c’est pas beau çà ? sauf que de s’attaquer à taxer l’épargne risque d’user la ressource….
    C’est ce qu’aurai dit mon arrière grand père à Moscoveni vedi vici !! le comptable adjoint aux manches de lustrine….

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      5 novembre 2013

      dans le cas de figure politique que vous décrivez Chirac et Sarkozy SONT AUSSI des ” socialistes ” … comme l’auraient été Ballamou ou Bayrou

      Répondre
  8. 0094917

    31 octobre 2013

    Marx disait que le meilleur moyen de tuer le capital était l’impôt, encore l’impôt, toujours l’impôt. Mais qui croyez-vous avoir élu ?

    Répondre
  9. vozuti

    31 octobre 2013

    Les français ont peu à peu accepté que leurs élus soient des voleurs.Cette tolérance s’exprimait par des phrases absurdes du style “c’est dans la nature humaine”,”on aurait fait pareil à leur place”,”il n’y a pas eu d’enrichissement personnel”.Cette tolérance a permis une explosion de la corruption qui amène le pays à la ruine. Les français vont bientot se rendre compte (mais trop tard) que les voleurs umps qu’ils ont élus ne leur laisseront rien.Un voleur prend tout ce qu’on lui laisse prendre et c’est une folie de lui chercher des excuses et de lui confier le pouvoir.

    Répondre
  10. 30 octobre 2013

    Pompidou disait déjà, que les français sont trop gavés de confort et de télé, pour aller faire des révolutions dans la rue.

    Répondre
  11. YRA

    30 octobre 2013

    Oui, ça y est, nous atteignons des niveaux de taxes insupportables, mais puisque 24 millions de français ont une assurance-vie, qu’est ce qu’ils attendent pour descendre dans la rue (comme les bretons pour l’ écotaxe). Si au moins 2 millions de nos concitoyens ne sont pas capables d’ investir les rues parisiennes (ou autres villes), alors ce gouvernement de Zéros aura eu raison de taxer ses concitoyens ! Non ?

    Répondre
  12. mariedefrance

    30 octobre 2013

    Les Bretons ne veulent pas payer mais….. les autres, non plus !

    Répondre
    • Oeildevraicon

      31 octobre 2013

      Vous dites: Les Bretons ne veulent pas payer mais….. les autres, non plus !
      Et c’est exacte!

      “Il faut que” toutes les populations touchées par ces taxes, spoliés par les prélèvements et impôts abusifs, se joignent partout ou elles auront lieues, les manifestations.
      Hier en Bretagne, aujourd’hui au viaduc de Millau, demain en Alsace, dans le pays Niçois et Basque ou ailleurs.
      Ne comptons pas sur un quelconque parti politique pour nous épauler (UMP ,UDI) , ils n’étaient que 20 sur 191 députés UMP à l’assemblée, lors du vote de la taxe de 15% avec effet radioactif.
      Aujourd’hui “manuel gaz” a trouvé 111 millions d’euros pour la police et la gendarmerie, plus une rallonge de 10 millions d’euros pour la rénovation de leur logement.
      Faut-il que la panique les gagnent , pour jouer à ce point une partie des français contre les autres, car ce n’est que le but de cette manœuvre (acheter les flics pour réprimer les révoltes) .
      Bien vu…Pour un président qui se voulait rassembleur?

      Je pense que la plus part d’entre nous sait que ce gouvernement a besoins d’argent pour financer sa politique d’assistanat et que ce seront toujours ceux qui travaillent (et retraités avec de petits revenus) qui seront ponctionner.

      Exemple tout récent: La famille Léonarda , celle qui menace de faire la loi en France à son retour, a couté
      107 013,33 euros par an au contribuable français, ce qui fait un total de 594 697,118 euros.
      Si elle revenait seule pour terminer sa scolarité, 3 ans jusqu’à sa majorité, il nous en couterait 150 000 euros.

      Parmi nous, qui ne rêve pas d’un revenu de 50 000 euros annuel, en travaillant!

      Famille Léonarda, source: fdesouche.com

      Répondre
      • mariedefrance

        1 novembre 2013

        Je suis entièrement OK avec vous simplement les Français sont longs à la détente et qq peu égoïstes malgré leur générosité parfois.

        Je rappelle tout de même que nos amis bretons ont voté à plus de 56% pour Hollande et donc….. l’intérêt électoraliste de pépère est évidente !

        Pour la famille roumaine, voici le détail des 595000€ :

        http://www.observatoiredessubventions.com/2013/combien-a-coute-la-famille-de-leonarda/

        Ce sont désormais dans les dépenses publiques que pépère devra chercher à faire des économies !

        Dépenses publiques, c’est embêtant aussi car intérêt électoraliste, AU SSI !!

        Répondre
      • quinctius cincinnatus

        1 novembre 2013

        la pose fiscale promise par François Hollande, se traduit tout naturellement par des taxes nouvelles à hauteur de 13 Milliards d’euros … comme ce Gouvernement est à la recherche des 2 Milliards qui manquent, et que les dépenses publiques continuent d’augmenter ( seule l’accélération de ces dépenses est modérément ralentie ) et que les socialistes ne PEUVENT pour des raisons électoralistes ( hypocritement affublées de ” valeurs morales ” ) en aucun cas réduire les dépenses publiques … la pression fiscale atteindra un nouveau maximum en 2014, d’autant que les rentrées escomptées par une ” reprise ” économiques ne se feront pas … pour François Hollande c’est nos bourses ou sa survie …et les imbéciles génétiques qui croient en Manuel Valls, le Commissaire Politique du Peuple, déchanteront

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          3 novembre 2013

          Les zeks du goulag étaient convaincus que le petit père des peuples n’étaient en rien responsable de leur sort et n’en savait rien.
          De même pour manuel vals la plupart des citoyennes et citoyens croient ferme qu’il oeuvre pour leur bien.
          Pour “leus biens” tout à fait d’accord, mais il y a déjà le crocodile hollandais qui bouffe tout ce qui bouge. Deux crocos dans le même marigot c’est un de trop,

          Répondre

Répondre

  • (pas publié)