Briser le tabou religieux sans lever celui de l’immigration

Briser le tabou religieux sans lever celui de l’immigration

Nicolas Sarkozy, laicitéNicolas Sarkozy a jeté un nouveau pavé dans la mare. Dans un ouvrage d’entretiens avec le dominicain Philippe Verdin (Acheter Chapitre.com -ou Amazon.fr ) et avec le philosophe catholique Thibaud Collin, le Ministre des Finances – et ancien Ministre des Cultes – s’attaque à l’un des tabou de la République : la place des religions dans la société. En particulier, le futur président de l’UMP souhaite en finir avec l’interdiction pour l’État de financer les cultes. Interdiction qui remonte à la fameuse loi de 1905.
Cette nouvelle prise de position a un objectif politique évident : se démarquer de Jacques Chirac qui demeure attaché à son vieux fonds de radicalisme corrézien. Pour autant, il n’y a pas lieu de douter que Sarkozy soit convaincu de l’opportunité de revenir sur la loi de 1905.
Le ministre le plus populaire du gouvernement Raffarin n’a jamais fait mystère de son admiration pour les États-Unis. Or, la question de l’intégration des minorités et la question religieuse sont au cœur des divergences entre la France et l’Amérique.
Au demeurant, de solides arguments militent contre cette loi de séparation des Églises et de l’État. Le premier tient à la différence d’état d’esprit entre le début du XXe siècle et le début du XXIe : la République est désormais assez solidement installée pour ne pas craindre « la Réaction ». Et d’ailleurs, l’Église catholique en France, qui fut certainement la principale visée par la loi de 1905, est aujourd’hui l’une des institutions les plus attachées au statu quo.
Le second, et politiquement le plus important, tient à l’arrivée d’une nouvelle religion en France. La loi de 1905 ignore naturellement l’islam. Or, le vide juridique fait le jeu des divers extrémismes qui travaillent cette religion depuis quelques décennies.
Par conséquent, on peut comprendre la préoccupation d’un ancien Ministre de l’Intérieur. Il n’est pas souhaitable que la plupart des lieux de culte musulmans soient financés par des groupes étrangers, par ailleurs fréquemment soutiens idéologiques ou logistiques du terrorisme.
Autant de raisons de se réjouir que Nicolas Sarkozy « mette les pieds dans le plat » ! Le débat sur ces questions ne peut qu’être bénéfique.
Pourtant, la condition sine qua non pour un bon débat, c’est que la question soit bien posée. Or, cette condition n’est pas remplie. On mélange à plaisir deux problèmes distincts : un problème politique et un problème religieux.
Sur le deuxième, nul ne se plaindrait d’une liberté religieuse plus étendue. On ne voit, en effet, pas très bien pourquoi l’État qui s’affirme neutre en matière religieuse persiste à vouloir trancher un nombre incalculable de débats théologiques comme celui de l’obligation coranique du port du voile.
La question politique est toute différente. Elle touche deux sous-problèmes qu’il serait également nécessaire de distinguer soigneusement : un problème de sécurité, en lien avec la lutte contre le terrorisme, et un problème proprement politique, concernant l’intégration des immigrés de souche maghrébine.
La question religieuse est moins tabou que la question de l’immigration. Par conséquent, tout homme politique désireux de faire savoir, par des messages subliminaux, à ses électeurs qu’il entend leurs craintes en matière d’immigration et de sécurité sera tenté de le faire par des biais, comme la question religieuse.
Tant que la question de l’immigration ne sera pas librement débattue entre les hommes politiques ou dans les médias français, les fantasmes les plus absurdes circuleront dans la population. Et retarderont d’autant l’intégration des immigrés, les rejetant dans les bras des extrémistes.
Et, accessoirement, faute de ce libre débat, un doute persistera dans l’esprit de tout lecteur de Nicolas Sarkozy : A-t-il voulu lancer un débat sur la place des religions (toutes les religions, et pas seulement l’islam) dans la société ? A-t-il voulu donner un programme politique d’intégration des immigrés musulmans ? Ou bien  mettre en garde contre les dangers que le financement de l’islam français fait courir à la sécurité nationale ?
Toutes ces questions sont sans doute légitimes, mais elles sont suffisamment complexes pour que l’on ne mélange pas tout !
Réjouissons-nous que Nicolas Sarkozy brise un tabou, mais souhaitons qu’il en fasse autant rapidement avec bien d’autres tabous…

……………………………………………………………………………………

D’autres livres sur Nicolas Sarkozy ?

Sur Chapitre.com ou Sur Amazon.fr en partenarait avec

Partager cette publication

(16) Commentaires

  • Stéphane Répondre

    M. Baudouin Pierre, votre article est confus et hors sujet. Votre article est confus car si vous appuyer constamment la démarche du « ministre le plus populaire du gouvernement Raffarin », qui a ouvert le débat sur « l’un des tabou de la République », vous déplorez que la question soit mal posée et vous concluez qu’il ne faut pas tout mélanger ! En fait, vous donnez la réponse à la fin : « Réjouissons-nous que Nicolas Sarkozy brise un tabou, mais souhaitons qu’il en fasse autant rapidement avec bien d’autres tabous… » ! Non et mille fois non. Nous n’avons pas besoin d’un trublion, qui brasse des concepts qu’il ne maîtrise pas et qui rate tout ce qu’il entreprend : la Corse, le Conseil islamique de France composé d’intégristes en lieu et place de musulmans représentatifs et modérés (mais ces derniers sont rares, il est vrai !), l’économie etc. Quant à la discrimination positive, autre débilité, il n’a qu’à regarder les ravages de cette politique aux Etats-Unis. Avec Kerry de préférence. « Tant que la question de l’immigration ne sera pas librement débattue entre les hommes politiques ou dans les médias français, les fantasmes les plus absurdes circuleront dans la population. » : pourquoi attribuez aux petites gens des défauts constatés largement chez des Sarkozy et des médias qui le soutiennent ? Votre article est hors sujet également. Vous dîtes ne pas vouloir mélanger la sphère religieuse de celle politique. Cette recommandation ne concerne pas l’islam, religion totalitaire par excellence et qui prône la théocratie plutôt que la République. En effet, on ne retrouve pas des préceptes comme « rendre à César, ce qui lui appartient » ou « libre-arbitre », qui sont catholiques. C’est d’ailleurs pourquoi l’épiscopat catholique a pu, dès le haut moyen age, définir sa sphère « spirituelle » par opposition à la sphère « temporelle » appartenant aux rois. En revanche, je suis entièrement d’accord avec F&H, ainsi qu’avec Aude. Mais j’irais encore plus loin. Restaurer les églises ne suffit pas pour réaffirmer ses valeurs face à l’islam. Il faut supprimer effectivement la loi de 1905, pour reconnaître la religion catholique comme religion d’Etat. Est-ce que l’Angleterre officiellement anglicane est plus sectaire que la France ? Non, bien sûr. Cela serait supprimer une hypocrisie vieille depuis la Révolution française et qui fait que la France, fille aînée de l’église, est le seul pays d’Europe à reconnaître la religion islamique comme seconde religion officielle. Regardons autour de nous, tous les pays d’Europe reconnaissent la religion catholique comme religion officielle. Pour stopper l’invasion islamique, il faut réaffirmer ses valeurs. Celles-ci n’ont rien à voir avec la contre-culture officielle depuis 68, qui ne satisfont pas les maghrébins. Ceux-ci n’ont d’autre choix qu’adopter une culture intégriste et obscurantiste qui les empêche de s’intégrer et rejeter une contre-culture qui prône l’homosexualité, l’athéisme et toute autre inversion de valeurs.

    12/11/2004 à 13 h 00 min
  • Christophoros. Répondre

    La nouvelle position de Sarkozy. La position du missionnaire ? ( avec une haine ou deux haines ? )

    12/11/2004 à 10 h 44 min
  • Adolphos Répondre

    On se demande bin pourquoi les enseignants osent se plaindre de l’Islam puis finalement attaquer le catholicisme. D’abord ce n’est un secret pour personne que les enseignants sont des immigrationnistes convaincus. S’imaginaient-ils vraiment que les immigrés allaient abandonner leur culture comme ca ? Ensuite quel peut bien être le rapport entre l’Islam conquérant et agressif -sasn même parler de l’Islamisme- et le catholicisme actuel ? Qui peut prétendre sérieusement que l’Eglise soit un danger pour qui que ce soit ?

    12/11/2004 à 1 h 12 min
  • fleurac Répondre

    dimanche soir sur tf1 à 19h00 ,il y avait un reportage très intéressant sur le comportement des corses vis àvis des magrhébins.j’en serai presque arrivé à les admirer etcurieusement eux,peuvent parler librement sans crainte de représailles….pour une fois,bravo les corses….

    11/11/2004 à 23 h 06 min
  • Thierry Répondre

    Un gars de la trempe de Sarkozy aurait été parfait pour la France de la fin des années 80. Aujourd’hui il nous faudrait une Tatcher et un Reagan!!

    09/11/2004 à 22 h 17 min
  • T.LARGER Répondre

    pour simplifier tout celà il suffirait de mettre une référence à l’héritage chrétien de la france( mais ça fait encore plus peur aux laïcs que les mosquées…) qui a près de 2000 ans

    09/11/2004 à 20 h 21 min
  • Adolphos Répondre

    Sarkozy à le mérite de mettre les pieds dans le plat. Ses arguments sont interessants. Cela dit un probléme va vite se poser. Si l’on finance les religions, pourquoi seulement l’Islam et celle de la France historique , pourquoi pas le secte moon ou je ne sais quoi ? Il est probable que l’Europe nous obligerait alors à reconnaitre une bonne centaine de religions…

    08/11/2004 à 22 h 02 min
  • Christophoros Répondre

    Kerry rime avec Sarkozy l’un « se trouve être » « catholique » l’autre se souvient qu’il est « catholique » devant le cercueil des copains aux enterrements ( cela lui fait une belle âme et les yeux humides…. ) et puis la messe de Paques à Neuilly c’est plus chic que la mosquée en Seine-Saint-Denis….

    08/11/2004 à 21 h 06 min
  • T.LARGER Répondre

    la république laïque n’a aucune valeur, elle se donnera au groupe électoral le mieux organisé et le plus puissant

    08/11/2004 à 20 h 26 min
  • MHAP Répondre

    Sarkosy voulant devenir Président, lorsqu’il parle des Musulmans, il s’adresse à de possibles électeurs…

    08/11/2004 à 13 h 45 min
  • Angelos TSIRIMOKOS Répondre

    Pour expliquer la nouvelle prise de position de Nicolas Sarkozy sur les rapports entre les religions et l’Etat francais, et notamment sa suggestion de supprimer l’interdiction du financement des cultes par les pouvoirs publics, vous invoquez entre autres l' »admiration [du] ministre le plus populaire du gouvernement Raffarin […] pour les États-Unis ». Permettez-moi de vous rappeler que tout financement des cultes par les pouvoirs publics est rigoureusement interdit aux Etats-Unis par la Constitution même. L’interdiction faite à l’origine au pouvoir fédéral d' »établir » une quelconque religion – « establish » étant le terme anglais traditionnel qui exprime encore aujourd’hui la position privilégiée de l’Eglise Anglicane en Angleterre – a été élargie par la jurisprudence au point de s’appliquer aussi aux états et au municipalités, et de les empêcher, par exemple, d’accorder des réductions d’impôt aux parents qui envoient leurs enfants dans des écoles privées. Il n’y a certes pas d’hostilité entre les églises et les pouvoirs publiques – on sait que la devise « In God we trust », « nous avons confiance en Dieu » figure sur les pièces de monnaie – mais la séparation _financière_ est stricte et totale.

    08/11/2004 à 12 h 26 min
  • R. Ed. Répondre

    Anecdote au sujet de la terre d’adoption: un africain, un blanc, d’Egypte, qui vit depuis des années dans mon pays,avec une compagne de par chez nous, bien intégré, selon les gens de son entourage. Un beau jour, on le voit avec une jeune fatma. Il est allé chercher ( acheter ?)au bled son épouse, c’est-à-dire la future mère de ses enfants. Le « nationaliste » Pim Fortuyn a été assassiné à sa sortie des studios de télé où justement il avait débattu de ce sujet (il s’en prennait aux comportement des Turcs de Hollande). Intégration vous dites ? A la bonne heure !

    08/11/2004 à 11 h 37 min
  • Aude Répondre

    Au lieu de construire des mosquées où on y enseigne que la femme doit faire preuve de pudeur, doit obéir à l’homme, que seul les musulmans sont dignes du paradis de leur prophète et j’en passe et des meilleurs, on ferait mieux de restaurer toutes ces églises délabrées qui représentent notre patrimoine culturel et religieux à nous les Français. A ceux qui seraient tentés de me rétorquer qu’il y a des musulmans français, je leur réponds tout de suite : eux mêmes ne se considèrent pas comme français mais comme musulmans et/ou arabs, je ne vois pas pourquoi dans ce cas je ne pourrais pas en faire de même.

    08/11/2004 à 9 h 47 min
  • R. Ed. Répondre

    J’entend encore Monsieur Nicolas Sarkozy pérorer devant M. Le Pen à l’émission 100 min. pour convaincre : Il n’y a aucun endroit en France où je ne puisse me rendre ! 3 semaines plus tard, malgré sa cohorte de bodyguards (armés uniquement de sifflets à roulette), il s’est encourru sur ses petites jambes devant quelques loubards de 15 ans et n’a dû son salut au fait que malgré l’heure tardive il a pu être receuilli dans un commissariat « encore ouvert ». Il a la honte comme on dit dans ces quartiers émotifs.

    08/11/2004 à 1 h 04 min
  • chevalier de la Liberté Répondre

    Je rêve ? Faire financer les mosquées par les CONtribuables français !

    07/11/2004 à 11 h 49 min
  • F&H Répondre

    Bonjour, Mr Baudoin, Toute votre analyse n’est que leurre, mensonge et poudre de perlimpinpin. Et elle ne résiste pas à un fait simple, avéré, tétu et sans appel : on ne peut intégrer celui qui ne veut pas s’intégrer. Vous imaginez que votre ami Sarkosy et vous voulez revenir sur une Loi, pour des motifs purement électoralistes, pour faire plaisir à des gens qui crachent sur le Président de la République, volent dans les poches de Mr Bayrou, obligent justement votre ami Sarkosy à fuir la queue entre les jambes à Mantes-la-jolie, puis au forum des halles, en plein Paris !!! Ce même Sarkosy qui est conspué lors d’un meeting du CFCM, que lui-même a crée, permettant au intégristes (70% d’électeurs au CFCM !!!) d’avoir pignon (légal…) sur rue !!! Et maintenant des mosquées financées avec mes impôts !!!! Vous et les gens de votre espèce êtes dangeureux, mortellement dangeureux pour notre civilisation. En informatique, je dirais que vous êtes un trojan. Psychologiquement, un dhimmi. Rappellez vous encore un fait simple et tétu : il n’existe aucun pays musulman dans le monde respectant la démocratie, les droits de l’homme, de la femme et de l’enfant. Aucun !! F&H

    07/11/2004 à 8 h 37 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: