Bureaucratie et fiasco vaccinal

Posté le février 02, 2021, 10:26
2 mins

Au printemps 2020, AstraZeneca et la start-up française Valneva s’adressèrent aux divers gouvernements européens pour solliciter des financements afin de finaliser la réalisation de vaccins contre le coronavirus.

Dès juillet 2020, seul le Royau­me-Uni répondit à leurs demandes et apporta les fonds attendus.

Simultanément, il signa avec ces deux firmes des accords commerciaux garantissant à la Grande-Bretagne la fourniture prioritaire de vaccins en cas de pénurie.

L’Union européenne ne donna son accord qu’en octobre 2020.

AstraZeneca et Valneva ont terminé la mise au point de leurs vaccins et les ont mis en production.

Aujourd’hui, compte tenu de la pénurie de vaccins sur le marché, seule la Grande-Bretagne reçoit de ces deux firmes les livraisons attendues. Les livraisons à l’Union européenne ont été réduites.

L’Union européenne a entamé une vive contestation contre AstraZeneca, accusant cette firme de ne pas tenir ses engagements.

Il est difficile de se faire une opinion sur ce contentieux car les accords commerciaux n’ont pas été rendus publics.

Toutefois, on peut faire quelques observations préliminaires:
– Cette pénurie qui affecte l’Europe, et surtout la France, est l’illustration concrète de l’incapacité d’une organisation bureaucratique telle que l’Union européenne à faire face à une urgence.
– La France se retrouve dans une situation particulièrement humiliante puisque la production de Valneva, seule firme ayant réalisé un vaccin français, lui échappe et va au Royaume-Uni.
– Humiliation supplémentaire pour les dirigeants politiques: ils avaient prédit – et même certifié – que le Royaume-Uni souffrirait terriblement du Brexit sans la solidarité européenne.

Or, aujourd’hui, c’est le Royaume-Uni qui ridiculise l’Union européenne !

Pourcentage de la population vaccinée:
– Grande-Bretagne: 12%;
– UE et France: 2%.

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)