Burqa : la franchise d'Yvette Roudy

Burqa : la franchise d'Yvette Roudy


Entendue par la commission de l’Assemblée Nationale, la féministe et ancien ministre, Yvette Roudy n’a pas
mâché ses  mots :
« Un des arguments avancés est qu’il ne faudrait pas stigmatiser une
communauté. La communauté musulmane serait-elle si fragile ? J’ai discuté avec des musulmans, des imams, qui défendent la laïcité, qui ne sont pas favorables à la burqa et qui, à
mon sens, voudraient que l’on vote une loi. Au reste, je leur ai demandé pourquoi ils ne pourraient pas régler eux-mêmes le problème au sein de la communauté : ils sont tout de même les
premiers intéressés. »

Elle n’a pas hésité à dessiner la perspective de ce dossier :
Attention à ce « cheval de Troie » que l’on veut faire pénétrer dans notre société. Les personnes qui sont derrière savent très bien ce qu’elles font. Après le port de
tel costume pour sacrifier à la tradition, on nous demandera des horaires réservés dans les piscines – j’ai même entendu dire que certains maires les avaient acceptés – ou des programmes
scolaires édulcorés, notamment en biologie, etc. Et pourquoi pas, peu à peu, des espaces séparés pour les hommes et les femmes dans les bus, dans le métro, dans les restaurants, les
théâtres ou les cinémas ? On risque d’aboutir à un véritable apartheid. C’est un engrenage, et sachez que les femmes qui circuleraient librement s’exposeraient à des
agressions.

Yvette Roudy s’est ensuite étonnée que la loi de 2004  « n’est pas appliquée dans les universités, ce qui est dommage, ni dans les lieux publics. »


enfin, elle accuse carrèment les milieux islamistes de déstabilisation :
Je crois profondément que le phénomène auquel nous assistons est une affaire politique. C’est une tentative de déstabilisation, extrêmement habile, quasiment machiavélique.

Concernant l’éventuelle interdiction, son langage est ferme :
« Allez-y carrément. Et ce n’est pas notre faute si la Ligue des droits de l’homme a pris une telle position [ndlr : en faveur du voile, au nom de la liberté individuelle ]

On le voit, des personnalités connues pour leurs engagements à gauche sont bien conscientes du danger et des enjeux que représente le voile islamique. Reste à l’ensemble de la classe politique de
tenir un discours ferme et à nos institutions à en appliquer les principes !

Partager cette publication