Cacophonie de la politique familiale

Posté le 16 avril , 2008, 12:00
9 mins

Vendredi 11 avril, Nicolas Sarkozy a reçu les représentants des associations familiales à l’Élysée et mis fin à la cacophonie relative à la suppression de la carte « familles nombreuses » de la SNCF.

De quoi s’agissait-il ? Dominique Bussereau, secrétaire d’État chargé des transports a annoncé que les coûts relatifs à cette carte « familles nombreuses » seraient désormais assumés par la SNCF et non plus par l’État. En réponse, Nadine Morano, secrétaire d’État chargée de la famille, a signalé que ce projet ne verrait pas le jour… Qui croire ? Finalement, le chef de l’État a tranché : le projet est enterré.
L’impression pénible de cacophonie et d’incohérence dans la réforme a ainsi ressurgi. L’annonce de la suppression a été un coup de sonde, vite retiré à la première manifestation de mauvaise humeur. C’est peut-être de bonne tactique en matière de communication, mais absolument désastreux en politique. Car s’il est bon de réfléchir avant de lancer une réforme, une fois la réforme est lancée, ce n’est pas aux manifestants de décider de la politique nationale.

Cela étant, sur le fond, la décision d’abandonner la carte SNCF était curieuse. Les médias, comme la classe politique, se gargarisent volontiers de la natalité française, l’une des plus hautes d’Europe – bien qu’elle soit inférieure au taux de renouvellement des générations, rappelons-le !
Mais ils refusent d’accepter les questions sur ce fait brut : nous n’avons pas le droit de savoir (peut-être pas même le droit de s’interroger…) sur la part respective des immigrés naturalisés et des « Français de souche » dans cette natalité ; nous n’avons pas non plus le droit de savoir le rôle joué par la politique familiale dans ce résultat. Faute de cette dernière indication, il nous est impossible d’apprécier le bien-fondé d’une évolution de la politique familiale : si les dépenses de la politique familiale n’entraînent pas de conséquences sur la natalité, supprimons donc la politique familiale (mais quelques indications en provenance de Scandinavie semblent indiquer un lien assez fort entre natalité et politique familiale) ;
si la politique familiale joue principalement en faveur de la natalité dans les foyers modestes, la mise sous condition de ressources des allocations familiales peut se comprendre… Mais, de grâce, cessons de prendre des décisions sans les fonder sur rien !

Par ailleurs, des rumeurs ont affirmé que la HALDE était à l’origine de ce projet, au nom de la non-discrimination entre familles françaises et familles immigrées. Si c’est le cas, la HALDE aura montré une fois de plus non pas son inutilité (coûteuse, puisque son budget annuel est de plus de 10 millions d’euros), mais sa nocivité. La non-discrimination, en France, entre Français et étrangers est absurde. Et d’ailleurs la carte « familles nombreuses » est accessible aux étrangers non clandestins. Si la HALDE se préoccupe d’économies, dissolvons-la donc ! Ce seront déjà 10 millions d’euros de gagnés…

Dernier point, j’ai pu lire sur internet des remarques sur le thème : personne ne force les familles à avoir des enfants ; qu’elles les assument donc sans l’aide publique. Soit. Cette logique de responsabilité me convient bien. Mais, alors, suivons-la jusqu’au bout : réservons la retraite par répartition à ceux qui « investissent » dans la natalité ! La responsabilité à géométrie variable est insupportable : vous avez des enfants, c’est votre choix, débrouillez-vous, mais nous voulons une retraite, vos enfants paieront pour nous…

En toute hypothèse, la plupart des problèmes à long terme d’un pays se fondent dans la démographie : faute de renouvellement de la population, nous pouvons bien être un pays riche, d’ici quelques décennies, les survivants devront faire venir massivement des immigrés et financer les simples conditions de leur survie par un impôt prohibitif. Je ne suis pas sûr que la politique familiale française soit efficace. Mais ce dont je suis sûr, c’est que l’avenir du pays passe par l’investissement et par la natalité. Soutenir l’un sans soutenir l’autre est tout simplement absurde.

NB : dernière nouvelle en matière d’incohérence. Au moment même où on apprenait le retrait du projet de suppression de la carte « familles nombreuses », on apprenait également l’existence d’un projet de suppression de la majoration pour âge des allocations familiales. Soit une perte de 586 €E par enfant. Une fois de plus, il va falloir choisir : Dieu sait si nous sommes favorables aux économies dans les dépenses publiques. Mais ce sont les dépenses de fonctionnement qu’il faut couper, pas les investissements. Et la politique familiale est un investissement. Alors, étudions ses résultats, travaillons à l’améliorer, mais ne la supprimons que si nous sommes sûrs de son inutilité…

Partager cet article sur Facebook

Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

12 Commentaires sur : Cacophonie de la politique familiale

  1. francine lesserteur

    30 décembre 2008

    ALLOCATIONS FAMILIALES  pour une mise à plat!

    Trop d’injustices . Je demande qu’elles rejoignent le modèle SUISSE , c’est à dire une harmonisation du premier au dernier enfant .  Aucune argumentation ne doit justifier cette forme de DISCRIMINATION , qui pénalise les familles modestes avec 1 ou 2 enfants.  Les allocations familiales doivent rejoindre le concept de DE GAULLE , c’est à dire protèger contre un retour de la misère .La natalité doit être traitée par un retour de l’emplois et des salaires décents.  Car si nous n’avons que du chomâge à proposer pour nos jeunes une fois en âge de travailler, ce n’est pas de cette façon qu’ils rempliront les caisses de retraites. – pétition à voir dans le site qui s’affiche

    http://allocsfamillespourtous.wifeo.com

     

     

    Répondre
  2. sas

    22 avril 2008

    Merci mohamed……dur rappel à l’ordre…..mais vennant de vous  , cela servira peut être de coup de fouet…..

    salamalikoum

    sas

    Répondre
  3. Abdel MOHAMED

    22 avril 2008

    Monsieur Gérard PIERRE

    bravo pour votre excellent constat. Ce constat  (femme = homme) étant – à quelques variantes près – le même partout en Europe, mais il est vrai (droits de "l’homme" obligent) particulièrement en France.

    Petite nuance : les communautés muslims sont plutôt bien à l’abri, et nous essayons vaillament (et nous réussissons plutôt bien) de pallier à vos carences de fécondité. La France peut nous remercier.

    Rassurez vous donc, dans 30 / 40 ans – grand maximum – la France reviendra dans la "normalité" et les femmes feront à nouveau profession première d’être des vraies femmes, épouses et mères.

    Ce qui est le plus triste à lire de vraies intelligences comme vous, Monsieur PIERRE, Gérard, (Mais Lance aussi c’est pas mal) – comme des Jean Claude THIALLET  et j’en passe et des meilleurs, c’est que vous vous accrochez désespérément à une France – l’image d’une France – depuis longtemps disparue…  (30 / 40 ans ? : mai 68 + regroupement familial ? politique devenue fonds de commerce transmissible de père en fils et de mères en filles ? Miterrand ? Chirac ? Le tout cumulé ?)… 

    Pourtant vous êtes  – très  – lucides…

    Pourquoi vous accrochez vous tous à vos nostalgies ? Par patriotisme ? Mais votre Patrie n’existe plus…

    Cette question et ce constat ne sont pas ironiques. Je peux comprendre votre désarroi profond, à tous.

    Cordialement,

    Abdel MOHAMED – Casablanca

     

    PS :

    Il y a quelque temps j’avais évoqué dans ces colonnes – et reçu pas mal d’ironie en retour – le don par la France du TGV…

    Extrait du journal de Tanger du 19 avril 2008 (mais information relayée par tous les média Marocains) :

    "M. François Fillon est arrivé jeudi  à Rabat où il a co-présidé le 9ème séminaire inter-gouvernemental, marqué par l’octroi d’aides financières importantes de la France au Maroc, sous la forme de prêts ou de dons. Dont une subvention immédiate de 75 millions d’euros  pour une première étude de faisabilité du tracé Tanger / Casablanca. Monsieur Fillon était accompagné par quelques 45 chefs d’entreprises Français  et de nombreux contrats commerciaux ont été signés"…

    Pas mal pour une France "Titanic" chère à Monsieur JC THIALLET. Elle n’a pas encore touché le fond apparemment.

    Manoeuvre simple : grâce aux impôts charges et taxes, la France subventionne  "gracieusement"  le Maroc – entre autres Pays "en développement"…

    Le Maroc grâce à l’argent des contribuables Français, achète des produits (TGV – et autres…) aux entreprises Françaises "agréées" – qui "rétrofinancent" – commissionnent – vos politiques – partis et individuels – la boucle est bouclée… Hocus / Pocus !  On recommmence demain un peu + loin… Et on reviendra ici dans quelques temps – (l’Afrique quel Paradis)… – tant que le système n’aura pas craqué… Que le Titanic flottera encore  même un peu… Comme il a raison Claude REICHMAN   –  "vivement la crise"…

    Vu de France – dans vos grands médias stipendiés : "pléthore de contrats commerciaux signés par la France au Maroc – bravo Sarko – bravo Fillon" !

    Réalité : vue plus haut.  Ajouté à cela : quelques dizaines de camions 38 tonnes sévèrement gardés par les différentes polices nationales des pays traversés seront "chargés" (hum) d’aller – depuis le Rif  – sans encombre – livrer "gracieusement" vos caïds de banlieues. Pax françaouïa oblige…

    Morale de l’histoire, il reste de la laine sur le dos des moutons français. Les moutons français avaleront TOUT jusqu’au bout, mais lequel de bout ?

    Nous, Marocains, vous disons merci. Poliment. Lucidement.

    Dans d’autres pays que la France, on fait des révolutions pour moins que ça. Chez les moutons d’Orwell on applaudit et on défile pour l’égalité des chances, les "lycées", l’égalité des sexes, ou pour la Gay Pride…

    D’où ma question + haut : pourquoi – vous si intellectuels – dit sans aucune ironie, je suis même souvent admiratif de vos écrits – vous accrochez vous tant que cela aux vestiges d’une France du passé, sans plus aucune morale politique*… Il vous manque des canons ? Des c… ?

    * TOUS vos "grands" politiques ont – notamment – au moins un – au moins un – palais personnel au Maroc… Notamment… Ici de façon notoire.  Vous ont-ils dit merci ?

     

    Répondre
  4. Gérard Pierre

    19 avril 2008
       Guillaume De Thieulloy voit juste lorsqu’il énonce que la plupart des problèmes à long terme d’un pays se fondent dans la démographie. Il convient à mon sens de préciser également que la démographie d’un pays est elle-même tributaire de l’idée que l’on se fait de la femme dans le dit pays.
     
       En France la femme est devenue SUJETE depuis de nombreuses années à une exigence sociétale incontournable. Elle doit être :
     
       BELLE, INDEPENDANTE et PARITAIREMENT CONTRIBUTIVE.
     
       Belle : Cela veut dire maigre, à la limite de l’anorexie. Son corps doit servir de préférence aux publicitaires plutôt qu’à la natalité. Son image, entendez son « look » doit être irréprochable. La maternité ? …… vous n’y pensez pas, ça arrondi le ventre ! …… ça épaissit les traits, …… ça alourdit les seins ! …… Ainsi se voient elles dans les yeux de l’homme du 21ème siècle (1) qui détourne alors son regard vers …… d’autres silhouettes. De plus en plus superficiels, ces pauvres types sont dans l’inversion totale des valeurs en ayant oublié que l’on aime pas une femme parce qu’elle est belle, mais qu’elle est belle parce qu’on l’aime ! …… la politique familiale, …… dans tout cela ! …… on s’en fout, on est dans la consommation immédiate ! …… no future !
     
       Indépendante : Elle « doit s’assumer », sur le plan professionnel, financier, ……………… et surtout sur le plan affectif. Plus question de soumission. Elle a droit à la valse des aventures au nom de l’égalité des sexes, comme si le « droit à l’aventure » était un droit imprescriptible. Je sais que dans l’esprit de certains hommes c’est réservé à eux seuls, cela n’a jamais pour autant constitué un droit. Le résultat est évident : Tu me plais je te prends, tu ne me plais plus je te laisse. Nous en sommes à la notion de partenaires réciproquement jetables ! …… la politique familiale, …… dans tout cela ! …… on s’en fout, il faut se réaliser d’abord ! …… no future !
     
       Paritairement contributive : La femme ayant par idéologie dominante les mêmes « droits » que ses confrères, il convient qu’elle soit dorénavant maire, pilote de chasse, fusilier commando, députée, sénatrice, ministre, mécanicienne outilleuse, chef de chantier, technicienne de surface ou Pédégère. Bien ! …… et les enfants dans tout cela ?…… on s’en fout, …… accrochés au porte manteaux !
     
       Tant que nous serons dans l’inversion des valeurs, que l’image de la famille recomposée sera de plus en plus normalisée (2), que les féministes hargneuses et stériles infesteront les plateaux de télévision pour imposer leur vision égocentrique, que l’avortement sera considéré comme un contraceptif banal dont la pratique atteste « l’ouverture d’esprit », que les poncifs égalitaristes seront chevillés au prêt-à-penser, que l’hétérosexualité et la fidélité seront considérées comme des pratiques de plus en plus archaïques, que le stéréotype social sera formaté sur la base de deux salaires confortables de cadres supérieurs, bref, que l’on continuera à se soucier de l’avis des publicitaires (3) comme s’ils étaient des maîtres à penser, …………… toute politique de la famille imaginée par nos édiles nationales aura le sort d’un château de sable par grande marée.
     
    ****************************
     
    (1)               Organisme frénétiquement modifié qui mériterait une redéfinition tant il diffère de ses pères, grands pères et ancêtres par sa profondeur (au sens de creux) actuelle.
     
    (2)             Lors d’une interview télévisée, David Douillet (une grande conscience nationale) et sa nouvelle épouse nous ont même expliqué que leur enfant commun était celui qui avait le moins de chance par rapport à ceux issus de leurs mariages respectifs précédents : ils n’avait qu’un cadeau au moment des fêtes alors que ses demis frères et sœurs en avaient deux ! ! ! ……………… vision consternante du bonheur familial !
     
    (3)             Il faudra m’expliquer un jour pourquoi le lifté bronzé permanent Jacques Ségala s’exprime partout, sur tous les sujets de société, alors que de nombreux écrivains à la pensée autrement plus féconde sont relégués ad vitam aeternam dans leurs bibliothèques ?
    Répondre
  5. HansImSchnoggeLoch

    18 avril 2008

    Pour Marc.

    il est très facile de s’attaquer aux familles nombreuses qui elles n’ont pas le temps de descendre dans la rue pour manifester. Qui garderait leurs gosses pendant ce temps? La CGT, les fonctionnaires, mmm…

    Avec près de 6 millions de fonctionnaires soit 1/4 des actifs (si toutefois on peut les qualifier ainsi!) ce ne sera pas une sinécure pour en réduire le nombre. Leur degré de réactivité et leur pouvoir de nuisance sont très élevés. A moins qu’un virus sélectif n’en fasse le tri, il faudra encore les supporter pour longtemps.

    Coluche a bien dit en son temps: <<Les fonctionnaires, ils sont tellement habitués à ne rien foutre, que quand ils font grève, ils appellent cela une journée d’action.>>

    Vox populi, vox dei!

    Répondre
  6. Augustin92

    17 avril 2008

    Communiqué de Laissez-les-vivre : http://laissezlesvivre.free.fr/index.htm :

    Manifestation pour la famille

    "Au "grand jury" RTL – Le Figaro – LCI du dimanche 13 avril, Mme BACHELOT, ministre de la santé, a annoncé la fin du remboursement des soins optique par l’assurance maladie de la sécurité sociale, engageant désormais les assurances complémentaires santé à rembourser la totalité des verres correcteurs et montures. Sachant qu’un quart des familles de France ne bénéficie pas d’une "mutuelle" santé, leurs enfants devront-ils être euthanasiés ?

    Cette nouvelle atteinte aux droits fondamentaux des familles intervient à peine 48 heures après la pseudo-reculade du gouvernement sur la carte famille nombreuse : reculade mi-avril, qui s’achèvera, n’en doutons pas un seul instant, par une mesure en catimini mi-août ou entre Noël et le jour de l’an !

    En conséquence, les familles en colère viendront manifester leur dégoût pour le cynisme de "la politique familiale" de M. SARKOZY devant le ministère de la santé de Mme BACHELOT et le secrétariat d’Etat à la famille de Mme MORANO qui partagent l’immeuble du 14 avenue Duquesne (Paris VII°) le MARDI 20 MAI à 18 HEURES."

    Répondre
  7. Marc

    17 avril 2008

    Une fois de plus,ce gouvernement de couilles molles,veut s’en prendre aux familles,pour éssayer de faire des économies! Tout cela,parce-que les politicards qui nous gouvernent,n’ont rien dans les trippes ! Que ces fumistes commencent par le commencement, dégraisser la fonction  publique, pléthorique et de ce fait fainéante et inutile ! Mais pour cela, il faut du courage, et il semblerait qu’il soit aux abonnés absents ! Tous des couilles molles ! Ce ne serait pas quelques millions d’euros que l’état économiserait,  mais plusieurs dizaines de milliards ! Car la France aujourd’hui, c’est 1million et demi de fonctionnaires en trop ! Ce n’est pas un poste sur trois,qu’il ne faut pas remplacer,ni même un sur deux, c’est pas un seul ! 70 000 partent en retraite cette années, quelle occasion de débarrasser la France de cette gangrène,qui ronge notre pays ! Entre 400 et 500 000 fonctionnaires de moins sur 10 ans ! Alors qu’à l’allure où c’est parti,c’est 2 siècle qu’il faudra à la France,pour revenir,ne serait-ce qu’au niveau actuel de l’Allemagne qui elle en baisse encore le nombre ! Mais pour ces pourris, il est plus facile de s’en prendre aux plus fragiles,qu’à ces salopards de la CGT de la fonction publique !

    Répondre
  8. Pitch

    17 avril 2008

    Cher Florin,
    admettre que la SNCF est bénéficiaire en 2007 sous-entend que la subvention étatique annuelle de 13 MILLIARDS D’EUROS qu’elle enregistre dans ses comptes est une recette comme une autre.

    Pour ma part, je ne considère pas que la SNCF soit bénéficiaire s’il faut que le contribuable l’aide à rendre positif son compte de résultat (surtout à hauteur d’un tel montant…)

    Répondre
  9. Anonyme

    16 avril 2008

    Les choses vont lentement, il est vrai, et souvent dans une confusion masquant certaines difficultés. Mais il est en tout cas satisfaisant que le principe d’une prise en charge par une SNCF bénéficiaire, des avantages consentis à ses usagers, quels qu’ils soient, se trouve ainsi introduit.  Une telle disposition fera Peut-être jurisprudence ? Souhaitons le au contribuable.

    Répondre
  10. Florin

    16 avril 2008

    Rappelons les chiffres : elles ne sauraient mentir, dans le cas d’espèce.

    SNCF : 1 milliard de bénéf en 2007. Coût de la subvention de l’Etat pour la carte "famille nombreuse" : 70 millions !!!

    Les énarques sont des gens con-pliqués : au lieu de dire à la SNCF, lorsque vous étiez dans le rouge, on vous a soutenu, maintenant, avec vos bénéfs, payez !!! (et ce n’est que justice !), ils se sont pris les pieds dans les épais tapis ministériels pour débiter des conneries, aussitôt retirées.

    S’il y a une chose qui manque dans notre pays, ce n’est pas le pétrole, mais plutôt le bon sens !

    Répondre
  11. thetruth

    16 avril 2008

     

    Le problème est de savoir de quel démographie l’on parle !

    Les 1,42 de familles d’origine ou les 0,5 supplémentaires d’origine indéterminée…

    Le résultat n’est pas du tout le même !!!

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)