Carence d’Etat

Posté le mars 02, 2013, 5:57
3 mins

Je serais tenté d’admirer l’apparente patience du peuple français, si j’étais moins porté à croire qu’elle n’est que l’expression du découragement, d’un sentiment d’inéluctabilité (la fameuse lutte du pot de terre contre le pot de fer, qui se joue à rôles inversés, le peuple devenant le pot de terre et le gouvernement le prétendu pot de fer…) et surtout d’un manque d’organisation qui empêche la plupart du temps nos concitoyens, lorsqu’ils ne sont pas pris en main par les partis de gauche et les syndicats, de descendre dans la rue – sauf par extraordinaire, comme le 13 janvier dernier lors de la manifestation contre le mariage inverti et l’adoption, qui est son corollaire.

Peut-on expliquer autrement l’apparente passivité de la majorité des Français devant l’injure que leur fait le gouvernement en supprimant l’unique jour de carence des fonctionnaires, pendant lequel l’agent de l’Etat absent de son travail  n’est pas indemnisé par l’assurance maladie ? Rappelons que ce délai de carence est de trois jours pour les salariés du privé…

Pourtant, Marylise Lebranchu, ministre de la Fonction publique, s’est avisée qu’appliqué aux fonctionnaires, ce jour de carence était « injuste, inutile et inefficace », voire « humiliant ».

Injuste ? Que devraient dire alors les travailleurs (salariés, indépendants et autres…) du secteur privé ?

Inefficace ? Sans doute, puisqu’il ne suffit pas à empêcher l’absentéisme d’être deux fois plus élevé dans le public que dans le privé. Cependant, l’efficacité ne serait-elle pas renforcée si le délai de carence était porté à trois jours, comme dans le privé ?

Reste ce sentiment d’« humiliation », que ressentiraient durement les fonctionnaires, à en croire Marylise Lebranchu, tandis que les travailleurs du privé y seraient insensibles. La plèbe n’a évidemment pas la même dignité que l’aristocratie d’Etat…

La suppression du jour de carence dans la Fonction publique a un coût : 60 millions selon le ministre, ce qui est probablement un minimum. Pendant ce temps, l’Etat désargenté cherche de nouvelles recettes dans la poche des retraités, des familles et des contribuables en général, qui auront la joie de savoir, en acquittant la TVA, l’IRPP, la CSG, la TIPP, etc., qu’ils contribuent  à restaurer le sentiment de dignité des agents de l’Etat.

Oui, décidément, nos concitoyens sont patients. A l’excès.

24 réponses à l'article : Carence d’Etat

  1. BRENUS

    05/03/2013

    @ CLAUDIO

    Vous voulez que je vous liste les fainéants profiteurs qui s’accrochent comme des poux du corps a leurs avantages immérités? Pourquoi? Vous êtes dans le déni le plus absolu et c’est normal d’ailleurs: personne n’attend des « ramiers » qu’ils reconnaissent quoi que ce soit. Continuez à pontifier et à considérer que vous constituez le sel de la terre. Sans oublier que trop de sel sur une terre la rend totalement stérile. Et puis, SVP, n’ayez pas honte de votre ancien pseudo (jojo) transformé en claudio pour les besoins de la cause de nuisance.

    Répondre
  2. HansImSchnoggeLoch

    04/03/2013

    Claudio: Seuls les fonctionnaires et les salariés travaillant dans des petites entreprises seraient concernés.

    Ce serait déjà pas mal pour commencer. Les restants devront être mis à ce régime au fur et à mesure y compris les politiques.

    Répondre
  3. 03/03/2013

    le vrai problème est purement électoraliste. La gauche ne peut évidemment pas toucher aux régimes favorables et inégalitaires que la fonction publique a acquises au fil des siècles (oui, ancien régime compris) sauf de perdre son crédit populaire. Quant à la droite même si les fonctionnaires ne lui sont pas majoritairement favorables, la moindre réforme ferait descendre un tel peuple dans les rues, avec évidemment l’assistance de tout le monde syndicalisé, qu’elle devrait immédiatement faire marche arrière. La France, comme l’Italie, devient un pays ingouvernable.qui va vers la faillite à grands pas. Paul Chérel

    Répondre
    • Claudio

      04/03/2013

      @ HansImSchnoggeLoch
      Ce serait déjà pas mal pour commencer. Les restants devront être mis à ce régime au fur et à mesure y compris les politiques.

      Ce serait en effet une mesure équitable.
      Mais je crains fort que : pour les restants, y compris les politiques, vous restiez sur votre faim.
      Pour s’en convaincre, il suffit de se souvenir des débats récents relatifs à la proposition d’un honorable parlementaire.
      Cet élu désirait que tous ceux qui percoivent l’indemnité de + 6400 euros/mois justifient de leurs dépenses.
      Sauf erreur de ma part, le député s’est fait envoyer sur les roses, lui, et sa proposition.
      Bonne soirée à vous.

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        05/03/2013

        Claudio: … sauf erreur de ma part, le député s’est fait envoyer sur les roses…

        C’est exact. et c’est à l’électeur de rééduquer cette faune pour qu’elle agisse au nom du peuple et non pour leurs propres intérêts.
        En alignant déjà fonctionnaires et salariés du privé sur la même longueur d’onde les arguments qui privilégient encore cette caste soi-disant intouchable seront affaiblis.

        Répondre
  4. BRENUS

    03/03/2013

    @CLAUDIO. Je passe sur l’ensemble de vos arguments tendant a justifier plus ou moins les avantages indéniables -et à mon sens inacceptables- donnés à des gens rétribués par nos impots. Mais ce qui me parait d’une arrogance sans limite de la part de ces gens et de ceux qui, comme vous, les soutiennent (peut être en faites vous partie), c’est ce leitmotiv que l’on nous ressort sans cesse : « nous avons passé des concours, pas vous, etc…) Je veux même bien admettre que vous soyez plus intelligents que nous et que nous n’ayions pas a vous envier quoi que ce soit. Mais alors, cessez vous même de jalouser les succès de ceux qui travaillent très dur et réussissent, d’autant que ce sont eux qui vous alimentent, vous et les impots que vous payez (si vous en payez). Par ailleurs, en quoi l’obtention d’un concours ou d’un diplome quelconque et quelqu’en soit le niveau, devrait vous valoir de pouvoir jouir d’une sinécure à vie et de nous tirer un bras d’honneur par la même occasion. Un ramier, même très diplomé, n’apporte rien à la communauté et celle ci est légitime de lui demander des comptes. N’en déplaisent à tous les profiteurs.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      04/03/2013

      excellente réponse à une pseudo-élite
      signé :
      un super-diplomé

      Répondre
    • Claudio

      04/03/2013

      …/…

      Un ramier, même très diplomé, n’apporte rien à la communauté et celle ci est légitime de lui demander des comptes. N’en déplaisent à tous les profiteurs.

      BRENUS,

      Le mieux, surtout sur ce site, serait (*) de nous lister les ramiers et les profiteurs auxquels vous pensez.

      Et surtout n’en oubliez-pas, prenez votre temps de manière à n’oublier personne.

      La France compte sur vous.
      Par avance, merci.

      (*): les quatre vérités

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        04/03/2013

        sans en arriver à la délation , attitude humaine particulièrement méprisable , on pourrait circonvenir les méfaits tout simplement en … évaluant honnêtement les activités professionnelles …
        par exemple j’avais un oncle ( de la droite  » figaroesque  » ! ) qui se rendait au Ministère vers les 10 heures et était de retour chez lui se plaignant d’atroces migraines tout juste avant … midi et cela pour ainsi dire deux à trois fois dans la semaine

        Répondre
        • Claudio

          04/03/2013

          Bonsoir quinctius cincinnatus,

          Désolé pour votre oncle, j’imagine que les progrès de la science ont vaincu ses migraines.

          Tout autant que vous, je méprise les délateurs. L’histoire nous démontre à quel point cette méthode de gouvernement (ou de gestion) ne cause que le malheur.
          Et j’ai tout autant d’estime pour ceux (*) qui dénoncent les abus des « ramiers », ces budgétivores inutiles tant décriés par la rumeur publique, mais sans jamais les nommer précisément.
          Ce type de comportement me rappelle le sketche de Coluche  » Le CRS arabe ».

          (*): vous n’êtes pas visé quinctius cincinnatus

          Bonne soirée à vous,
          Claudio

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            05/03/2013

            ce pauvre oncle est depuis longtemps décédé … victime collatérale et médicale des traitements anti-migraineux des plus grands  » spécialistes  » parisiens !

  5. mauvaisedent

    03/03/2013

    M. Menou, comme tous les badeaux vous regardez dans l’assiette du pauvre au lieu de regarder celle du riche. Pourquoi faudrait-il enlever des avantages sous le prétexte que certain on plus que d’autre. Ca s’appel de la jalousie mais dans le même temps c’est de la bêtise,car moi je vois plutot d’enlever les 3 jours à ceux du privé. Je ne vois pas pour quel raison plus on enlève aux Français et plus ça va mal, c’est bien que le prôblème est politique. Nos élus font retomber leur incompétence sur le peuple. Il y a 25 ou 30 ans avec tous les avantages que les prolétaires avaient la vie en France était bonne et maintenant qu’ils on tout enlevé aux plus défavorisés la vie en France est devenue un enfer. CHERCHEZ AILLEURS M. MENOU.

    Répondre
  6. Chevalier Noir

    03/03/2013

    Curieusement… Les stations de neige sont « archi-bondées » par les fonctionnaires? par les gens du privé? plus de réservation possible (dixit les infos TV) La crise???
    On vit une époque …(formidable?)
    Il est à mon avis impossibe que cela ne puisse durer bien longtemps comme çà;..

    Répondre
  7. Claudio

    03/03/2013

    …/… l’absentéisme d’être deux fois plus élevé dans le public que dans le privé. Cependant, l’efficacité ne serait-elle pas renforcée si le délai de carence était porté à trois jours, comme dans le privé ?
    Les quatre vérités, lorsque vous nous expliquez que l’absentéisme est 2 fois plus élevé dans le public que dans le privé, j’aurais aimé plus de précisions.
    En efffet, vous semblez oublier que de nombreux « absents » travaillant dans le secteur public, sont des salariés et non des fonctionnaires.
    A l’instar de ce qui se pratique dans certaines grandes entreprises, c’est l’employeur (de droit privé, même s’il a en charge une mission de service public) qui prend à sa charge les 3 jours de carence de son employé.
    En outre, la Cour des comptes, après enquête, avait révélé que les travailleurs les plus souvent malades, ne sont pas les fonctionnaires mais sont les salariés qui travaillent dans ces grandes entreprises chargées d’une mission de service public.

    De plus, on fait systématiquement l’impasse sur les avantages de ces personnels, dont certains perçoivent 14 mois de salaires, + le CE, plus d’autres avantages spécifiques négociés par leurs syndicats.
    Je veux bien que les fonctionnaires perdent 1 jour de traitement lors de chaque CM, au nom de l’équité.
    Mais j’aimerais également, par souci d’honnêteté, que l’on ne confonde pas, à dessein, les vrais et les « faux » fonctionnaires.
    Je pourrais en faire des tonnes, comme nous tous, sur le thème des injustices et de l’inéquité.
    Par exemple, est-il juste que des gens qui débarquent chez nous aient une couverture maladie totale (100 %) financée par le budget de l’État, cad nos impôts ?
    Est-il normal que d’autres personnes, paient des cotisations à l’assurance maladie et une mutuelle pour la même couverture ?
    Est-il juste que je ne gagne jamais au Loto ?
    Est-il juste que les personnels civils et militaires de l’État soient systématiquement jalousés ou critiqués alors que les concours sont ouverts à tous ?
    Est-il juste que je ne sois pas grand, beau, jeune et intelligent, avec plein de jolies femmes à mes pieds ?

    Et bien non, ce n’est pas juste, mais je fais avec.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      03/03/2013

      Claudio: En efffet, vous semblez oublier que de nombreux « absents » travaillant dans le secteur public, sont des salariés et non des fonctionnaires.

      Cela pourrait être le cas du détracteur principal de ce site. Mais l’un n’empêche pas l’autre.

      Répondre
      • Claudio

        04/03/2013

        @ HanslmSchnoggeLoch,
        Tout à fait d’accord, c’est peut-être le cas ?
        Quant à instituer 3 jours pour les fonctionnaires, effectivement l’argument équité est recevable.
        Et après, que se passe-t-il ?
        Seuls les fonctionnaires et les salariés travaillant dans des petites entreprises seraient concernés.
        Cela empêchera-t-il de conclure ou de péréniser des accords dans les grandes entreprises qui prennent à leur charge les jours de carence de leurs employés ?
        Pour en avoir discuté avec des salariés, qui justement en bénéficient grâce à leurs conventions collectives, je peux vous assurer qu’ils ne sont pas prêts de lâcher.
        Et pourtant, n’en déplaise à certain (s), ils ne sont pas fonctionnaires, mais, paradoxalement, trouveraient justes que ces derniers perdent 3 jours (voire plus) de revenus en cas de CM.
        Cherchez l’erreur !
        Puisqu’il en est ainsi, je me garderai de critiquer la position du ministre de la F.P, sans pour autant, et loin s’en faut, approuver celles et ceux qui, je veux bien le croire, sont accusés de tirer un peu sur la corde.
        Précision utile : je ne suis pas et n’ai jamais été adhérent, ni sympatisant du PS.

        Répondre
  8. philiberte

    03/03/2013

    tant qu’il n’y aura pas de « tête » pour mener le peuple, on ne pourra rien faire!
    le 13 janvier, on a vu un élan rarement obtenu auparavant, va-t-il se poursuivre le 24 mars? on n’en entend pas beaucoup parler…
    quant au jour de carence… pourquoi ne pas supprimer ceux du public?

    Répondre
  9. JEAN PN

    03/03/2013

    Le délai de carence des fonctionnaires a été supprimé pour que le gouvernement s’assure le vote de ceux-ci, en remerciement, aux prochaines élections.
    C’est pour quand la révolution ???…

    Répondre
  10. dissident

    02/03/2013

    ce gouvernement incarne l ignominie!

    Répondre
  11. de Prevoisin

    02/03/2013

    Non les français n’ont plus de patience. En période de crise l’inégalité s’accentue entre les travailleurs du privé qui craignent pour leur emploi et la sécurité du statut de fonctionnaire employé à vie. Il faut abolir le statut et supprimer 2 millions de fonctionnaires. Que l’état applique le principe de subsidiarité, se cantonne aux strictes fonctions régaliennes et nous rende une liberté et une responsabilité perdue.

    Répondre
  12. lapotre

    02/03/2013

    …. et, s’ils ne veulent pas écouter, nous exigerons leur départ en bloc.

    Répondre
  13. lapotre

    02/03/2013

    qu’importe les conséquences catastrophiques d’une telle décision sur les familles, sur nos agriculteurs et sur notre filière industrielle. S’il faut faire des économies nous pourrons leur dire comment sans que le peuple en subisse les effets désastreux et, s’ils ne veulent pa

    Répondre
  14. lapotre

    02/03/2013

    La patience a des limites surtout que maintenant pour des raisons de santé, bien sûr, il faudra payer le diesel plus cher; qu’importe les conséquences cata

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)