Casseurs et faiblesse de l’État

Posté le 09 mai , 2018, 10:14
6 mins

Le syndrome Malek Ousse­kine a encore frappé, plus virulent que jamais, car il a conduit les pouvoirs publics à laisser le champ libre à 1 200 à 1 500 « Black Blocks » et autres anarchistes ayant prévu de mettre à sac un quartier de Paris.

Ce n’était pas faute d’être prévenus : les « Black Blocks » et autres émeutiers professionnels de toute l’Europe, s’étaient donné rendez-vous pour tout casser dans ce quartier et les messages qu’ils avaient échangés n’avaient pas échappé à une police qui avait, semble-t-il, bien fait son travail – quoique certains observateurs pensent que le nombre des déprédateurs avait été sous-estimé.

Comme tous les émeutiers portaient des cagoules dissimulant leur visage, il n’était pourtant pas très difficile de les distinguer des participants au défilé syndical du 1er mai comme des habitants.

D’ailleurs, le port d’un masque dissimulant le visage étant interdit par la loi (à plus forte raison lors d’une manifestation), ils auraient pu, dès qu’ils se sont réunis, être interpellés sur le seul fondement de cette infraction, sans qu’ils aient eu le temps de commencer leurs déprédations.

Pourtant des effectifs de forces de l’ordre, en nombre important mais peut-être insuffisant, avaient été convoqués et attendaient les ordres.

Ils les ont attendus longtemps.

Tétanisées par la peur de l’incident grave, arc-boutées sur leur politique du « zéro blessé », les autorités compétentes se taisaient.

Le président de la République, qui se trouvait en Australie, s’est contenté de faire savoir qu’il se tenait au courant de la situation.

Ce n’est que lorsque l’on a pu penser qu’il n’y avait plus dans le quartier que les émeutiers eux-mêmes (la population et les manifestants pacifiques du 1er mai s’étant terrés ou ayant fui), que l’ordre de s’attaquer aux destructeurs a été donné, avec un succès mitigé d’ailleurs puisque sur 1 200 casseurs environ, les forces de l’ordre n’ont réussi à en interpeller que 287 dont seulement 109 ont été maintenus en garde à vue pour une courte période et seulement six ont été présentés à un juge d’instruction en vue d’une mise en examen.

Nous avons constaté le 1er mai une situation inouïe : les pouvoirs publics, dans leur crainte qu’une intervention policière entraîne des dommages corporels pour la police ou les casseurs, ont décidé de ne pas défendre la population du quartier de la gare d’Austerlitz à Paris contre les émeutiers.

Comme il est en pratique interdit de défendre par la force ses biens, et même des personnes, le quartier était livré sans opposition aux casseurs.

Les habitants de Notre-Dame-des-Landes, ceux des villes de Rennes et de Nantes, ont depuis longtemps constaté que c’était le plus souvent leur sort quand les « Black Blocks » étaient de sortie dans leur voisinage. Mais les médias nationaux n’en parlaient pas. Il a fallu qu’ils agissent en plein Paris pour qu’il soit impossible de dissimuler et leurs méfaits, et leur impunité.

Le Premier ministre et le préfet de police, eux, sont satisfaits : il n’y a effectivement eu ni mort, ni blessé gravement atteint parmi les manifestants. Mais les policiers, eux, ont subi des attaques au cocktail Molotov. Six d’entre eux ont été blessés, dont deux très grièvement.

Si l’État, responsable des dégâts provoqués par une manifestation que les forces de l’ordre n’ont pas pu ou voulu maîtriser, ne paie pas les dégâts, ce sont les victimes qui devront subir les conséquences financières de cette liberté de casser. Les médias évoquaient benoîtement des « centaines de milliers d’euros », mais c’est plus probablement par millions qu’il faut chiffrer l’addition.

Mais le plus grave n’est pas là.

Les promesses du ministre de l’Intérieur : « Tout sera mis en œuvre pour retrouver ces criminels, les traduire en justice et les faire condamner à des peines exemplaires » seront-elles suivies par la justice ? Celle-ci sait faire montre d’une extrême sévérité pour les participants à la « Manif pour tous », comme pour les automobilistes dépassant légèrement la limite légale de vitesse. Mais jusqu’ici, elle a été d’une grande indulgence envers les « Antifas ».

Cette impunité pourrait alors inciter les « Black Blocks » et assimilés à récidiver en plus grand nombre et pour faire pire. La faiblesse de l’État pourrait alors nous mener fort loin.

N’oublions pas que c’est la faiblesse de Charles Ier d’Angleterre, de Louis XVI ou de Nicolas II devant des émeutiers assassins qui a causé les révolutions où ils perdirent la vie.

25 Commentaires sur : Casseurs et faiblesse de l’État

  1. HansImSchnoggeLoch

    11 mai 2018

    Les khmers rouges ont transformé le Cambodge en ossuaire pendant leur règne.
    Certains de leurs dirigeants n’avaient-ils pas pour “alma mater” des universités parisiennes.

    Ne pas oublier que l’iMonde un journal ayant son siège à Paris avait salué de triomphale l’entrée de ces mêmes khmers à Phnom Penh.
    Ce torchon ne s’est jamais excusé par la suite.

    Si par malheur LanJuq MéchantCon prenait un jour le pouvoir nul doute que l’ossuaire de Douaumont sera rélégué au rang de modèle réduit de ce qui suivra.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      12 mai 2018

      ” Phnom Penh libéré ” était le titre exact

      p.s. c’ est de Gaulle qui avait rebaptisé ” Le Monde ” de Beuve-Méry “, une … ” grande conscience ,” …du titre d’ ” iMonde “

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        12 mai 2018

        Libéré, c’est exact.

        Avec ses “décodeurs” l’iMonde peut se targuer de faire mieux que les Izvestia et le Dr.Goebbels réunis.
        On peut se demander quel genre d’homo lit ce papier toilette tout juste bon pour l’hygiène du postérieur en cas de crise *).

        *) Voir lendemains qui chantent sans Lotus au Vénézuéla.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          12 mai 2018

          qui lit ” Le Monde ” ?

          les ” gens biens ” !

          enfin parmi mes … ” connaissances “

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            12 mai 2018

            lisent avec assiduité ” Le Monde ” bien entendu comme une drogue … moralisatrice

            … une véritable addiction

          • HansImSchnoggeLoch

            12 mai 2018

            Ils doivent le lire comme certains lisent les instructions d’IKEA.
            Je suppose que le tournevis et la visserie sont livrés avec.

          • quinctius cincinnatus

            13 mai 2018

            ma préférence va à la lecture des instructions en coréen, du nord ou du sud, ou en volapük courant je les trouve plus commodes

          • HansImSchnoggeLoch

            13 mai 2018

            Essayez les langages C++ ou C# vous verrez que c’est le pied.
            Une fois accroché c’est pire qu’une addiction au “crystal meth”.
            Avec un peu de doigté vous faites sauter le site de l’iMonde.

  2. BRENUS

    11 mai 2018

    “Les habitants de Rennes et Nantes” sont, parfois de beaux faux-derches dans leur genre. Ou est le centre le plus prolifique et actif des vaillants “antifas”, si ce n’est Rennes. Qui tient les universités de cette ville si ce ne sont les gauchos avec l’approbation des habitants. Alors, s’ils s’en prennent en retour, c’est un prèté pou un rendu, après tout. Il faut savoir ce que l’on veut et ne pas venir pleurnicher ensuite. Nous nous rappelons aussi de ce que nous ont couté les dégradations de ces braves gens avec le saccage des “portiques” et autres (qui eux sont en fonction a l’étranger)

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      12 mai 2018

      c’ est une ville socialiste ( un nombre considérable de fonctionnaires ) issue des ” jeunesses agricoles … catholiques ” ceux … des lisiers !

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        12 mai 2018

        Les socialistes attirent la chienlit comme l’aimant attire le fer.
        C’est une loi de physique bien connue de tous étudiants non grévistes.

        Les grévistes eux en sont encore à différentier le “zéro” du “un”, ce qui les prédestine tout naturellement à devenir les ingénieurs informaticiens de demain.
        Le plan macronique “IA” et la “startup France” sont là pour les accueillir, à nous “Silicon Valley” deux mots, watch out France is back…

        Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    10 mai 2018

    déjà sous Louis-Philippe le préfet de Paris estimait à plus de 10 % de la population ” parisienne ” ( ” barrières ” comprises bien entendu ) celle qui présentait un risque important de troubles à … l’ ordre public ( assassins, voleurs, prostituté(e)s, incendiaires, ivrognes, mendiants ou simples vagabonds etc … ou même simples ” ouvriers ” et ” compagnons ” ) et je ne vous ” cause ” pas de la … bonne société … victorienne … même les soldats et marins de métier se … prostituaient …. quant à Jack l’ éventreur on a de bonnes raisons de croire qu’ il appartenait à la très haute aristocratie

    lire ” la goguette et la gloire ” un récit ” picaresque ” de cette époque ou bien plus avant Restif de la Bretonne

    Répondre
  4. HansImSchnoggeLoch

    10 mai 2018

    Un héro des “sixties” et les maternelles.

    Dixit ce héros:
    “Mon contact constant avec les enfants pris bientôt une tournure érotique.
    J’ai pu constater que dès l’âge de cinq ans les fillettes s’essayaient à me faire des passes.
    C’est presqu’incroyable, mais la plupart du temps j’étais sans défense.”

    Sans défense comme Polanski, Weinstein et Colby.
    Où sont donc #balancetonporc et #me too?

    Vous l’avez deviné ce héros c’est l’inénarrable Cohn-Bendit grand supporter du présent Macron.

    PS: Avec des antécédants pareils le citoyen lambda se planquerait chez lui et longerait les murs en sortant.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      12 mai 2018

      … Dany Hosenschiltz

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        12 mai 2018

        Correction: Hosenschlitz

        Une autre variante: Dany Schlitzohr, si on veut rester dans les “Schlitz”.

        Répondre
  5. Hilarion

    10 mai 2018

    Très heureux de retrouver dans votre post cette réflexion que je m’étais faite sur ces micro-sociétés qu’étaient les goulags si bien décrites, et pour cause, par le Grand Soljenitsyne dans l’Archipel du Goulag. On y trouve le “socialement proche” délinquant ou criminel à qui était livré le malheureux peuple des Zec, citoyen lambda, détenus politiques pour opposition supposée au régime et surtout pour satisfaire au besoin en esclaves de l’état. Volé, violenté, spolié, quelquefois assassiné, le malheureux Zec n’avait aucun secours à attendre d’une administration du camp constituée d’individus qui ne se distinguaient guère des “socialement proches” que par l’uniforme. C’est à l’état larvé que l’on retrouve en France un fond idéologique victimisant les délinquants et surveillant de très près les faits et gestes du citoyen lambda, se montrant des plus suspicieux quant est invoquée la légitime défense. On a vu avec l’affaire du “Mur des cons” comment une certaine “justice” rouge méprisait ignominieusement les parents de victimes d’individus ayant commis des crimes qui auraient pu être évités sans la mansuétude de juges politisés.
    Un article du Figaro des années soixante quinze pendant la révolution cambodgienne relatait cette anecdote: les médecins bénéficiaient d’un prestige en raison du service qu’ils rendaient à la population. Ces médecins avaient évidemment fait les études nécessaires à accéder à la profession. Or chez les khmer rouges, tout ce qui pouvait ressembler à un “sachant” était maudit, et il suffisait de porter une paire de lunettes, témoin d’une éventuelle capacité à la lecture, pour se retrouver dans un camp de la mort.
    Trouvant en conséquence comme particulièrement inégalitaire que certains ( les médecins) bénéficient d’une aura que d’autres n’avaient pas, ils avaient décidé que des enfants analphabètes pouvaient être déclarés médecins et ainsi accéder à la reconnaissance, mais niant toute nécessité d’acquérir un savoir.
    Cet épisode ne fait-il pas penser à ces “étudiants” gauchistes qui revendiquent la moyenne pour tous, voire quinze sur vingt à tous les examens, notamment en raison de leur militance et leur participation à la dévastation des locaux universitaires. Depuis plus de soixante dix ans la gauchosphère est omniprésente dans tous les domaines et elle injecte jour après jour son venin nihiliste souhaitant dévaster une société qu’elle hait, tout en ne sachant pas ce qu’elle construira à la place, semblable à la cellule cancéreuse qui se condamne à disparaître avec l’organisme qui la porte.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      12 mai 2018

      En 1976 les khmers rouges rebaptisèrent l’école Tuol Svay Pray en S-21 et la transformèrent en centre d’interrogation, de torture et d’éxecution.
      Les tortionnaires agés de 15 à 20 ans étaient tous issus de la classe paysanne.

      Le comble du cynisme était atteint lors des interrrogations musclées.
      Un panneau à l’entrée de la chambre d’interrogation était ainsi libellé:
      “Pendant l’interrogation et les coups vous ne devez en aucun cas pleurer.”

      Tout cela au nom du socialisme qui s’affiche toujours innocent de tout.
      À quand le grand nettoyage?.

      Répondre
  6. Gérard Pierre

    10 mai 2018

    Syndrome de Malik Oussekine, …… ou syndrome de mai 68 …… ? ? ? …… ! ! !

    Cinquante ans après l’explosion de l’immense pagaille de mai 1968, les motifs de ce mouvement d’humeur m’échappent toujours ! …… et les ‘’explications‘’ dithyrambiques d’un philosophe d’inspiration marxiste comme Alain Badiou, … qui veut distinguer quatre sortes de « mai 68 », … m’aident encore moins à la compréhension du phénomène !

    La France se reconstruisait sur les ruines de 1944. Les guerres d’Indochine et d’Algérie appartenaient désormais au passé. Le service militaire avait été ramené de vingt-huit à seize mois. C’était le rythme minimum des 48 heures par semaine. Le travail ne manquait pas et celui qui ne rechignait pas à relever ses manches pouvait rêver de se faire une petite place au soleil. Chaque année, le niveau de vie des Français s’améliorait. Le choc pétrolier ne s’était pas encore produit.

    Tout à coup, des gamins gâtés, des enfants de « bonnes familles », des dilettantes un peu lettrés, mais aussi de fieffés corneculs ripailleurs, des éphèbes aux neurones inexpertes, prétendirent refaire le monde avant même d’avoir pris le temps d’examiner comment il fonctionnait.

    Ils se prirent pour des révolutionnaires, pour des rebelles, pour des guérilleros ! … Les uns se voyaient en Vladimir Ilitch Oulianov, d’autres en Léon Trotski, voire en Mao Zedong, ou en Che Guevara ! …… Pourquoi pas ? … puisque c’était sans risques !

    Les rues furent dépavées ! …… certains ‘’innocents‘’ pensèrent même trouver une plage sous les blocs désassemblés ! …… L’interdiction d’interdire fut proclamée !

    Le jour, ils tenaient colloques sur colloques dans les amphithéâtres, ils débattaient de tout et de rien dans toutes les salles ouvertes, sans contrôles à l’entrée. Parce qu’ils bavassaient interminablement ils s’imaginèrent qu’ils pensaient, … et que leur ‘’pensée‘’ constituait le lait d’un humanisme qu’ils portaient en bandoulière ! … Ils en bavaient de bonheur et lévitaient dans l’éther de la conceptualisation !

    La nuit, ils brulaient des voitures (déjà), mais surtout pas celle de papa ! … Ils caramélisaient le mobilier urbain ! … les feux de joie embrasaient les rues de Paris ! … Ils criaient « CRS S S ! » comme pour se convaincre qu’ils étaient aussi téméraires que les FTP M.O.I. de Manouchian ! … Le lancer de pavés devint l’expression d’un renouveau de justice sociale. Ils les jetaient, ainsi que des cocktails Molotov, sur les forces de l’ordre, n’ignorant pas qu’elles avaient reçu l’ordre formel de ne pas tirer ! …… Bref, ils jouaient aux chevaliers sans peur, sachant parfaitement que, la séance finie, ils s’en retourneraient chez papa-maman déguster les croissants frais du matin avant d’aller se coucher, boules Quies vissées dans les oreilles afin de se remettre des ‘’combats‘’ de la nuit !

    Le temps des vacances arrivé, les galopins attardés s’en furent dans des directions diverses et variées. Certains s’octroyèrent quelques années sabbatiques qu’ils consacrèrent à l’élevage amateur de quelques caprinés ou ovins laissés en liberté, à la culture de curieuses plantes qui, séchées puis fumées consciencieusement, leur permettaient de contempler sur pieds des éléphants roses et des vaches lilas dont on utilise le lait pour fabriquer le chocolat à la violette ! …… Beaucoup optèrent pour l’activisme politique, … à gauche, cela va sans dire ! …… Les professionnels du bonheur de l’humanité ne vont tout de même pas aller se commettre à droite, avec les capitalistes oppresseurs, avec les Cathos ‘’réac‘’, avec les militaristes dont le képi trop serré empêche le cerveau de se développer !

    Non ! …… Eux sont devenus des artistes ‘’engagés‘’, et autant que possible subventionnés ! … Tant qu’à faire ! … la France se devant d’aider ces « créateurs » de richesses musicales, théâtrales, cinématographiques, littéraires ! …… Ils sont devenus des politiciens décidés à lutter contre les ‘’zinégalités‘’ ! …… Ils entendirent réveiller un racisme en sommeil profond, afin de mieux le pourfendre ostentatoirement sans rencontrer de grande résistance ! …… Ils entendirent terrasser un fascisme moribond, qui pesait alors moins lourd qu’un taux d’escompte de la banque Varin-Bernier ! …… Ils entendirent libérer les femmes en leur infligeant le cumul d’un travail mal rémunéré avec celui d’un foyer forcément délétère ! …… Ils entendirent mettre autoritairement un terme à des conflits lointains qui ne nous concernaient en rien ! …… Ils défendirent parfois même jusqu’à l’indéfendable, pour le simple plaisir de voir jusqu’où pouvait culminer un plaisir de sophiste !

    C’est alors que les sociologues, les psychologues, les politologues, les zintellos, et toute la cohorte des phraseurs impénitents, entreprirent d’intellectualiser le prurit petit bourgeois de mai 68 ! …… et le sieur Badiou, pour ne citer que lui, ne pouvait pas manquer d’être de leur nombre !

    Ils tentèrent de l’élever à la hauteur des révolutions de 1789, de 1830, de 1848 ou de la Commune de Paris ! …… mais la mayonnaise tourna ! …… peu de gens étaient dupes !

    Alors les farouches ‘’rebelles‘’ redevinrent ce qu’au fond d’’eux-mêmes ils n’avaient jamais cessé d’être : des bourgeois mesquins attachés à leurs acquis, qui continuaient à cultiver un romantisme de façade pour capter la sympathie des faibles, des frustrés, des insatisfaits et des naïfs, … et accessoirement leurs suffrages lorsqu’ils postulaient à une élection ! …… Ils cultivèrent la satire, la litote et l’euphémisme dans toutes les colonnes de la presse écrite, ainsi que sur les plateaux de télévision. On entendit même Michel Rocard s’exclamer un jour sur une antenne de radio qu’il rêvait d’un socialisme national, à la française ! …… J’en eus le dos glacé, …… quand on sait qu’en allemand l’usage est de toujours placer l’adjectif devant le nom commun !

    Treize ans après mai 68, ils se répartirent les maroquins et les prébendes. Ils noyautèrent l’administration, sabotèrent l’économie, la police, la défense nationale, la justice, l’éducation et l’esprit patriotique. Ils se constituèrent par contre de solides avoirs !

    Par conséquent, qu’on ne me parle pas de commémorer le cinquantième anniversaire de la contraction d’une maladie grave, … et, de surcroît, soignée par des rebouteux inconséquents, mais cupides ! …… Ils dévorent la bête encore debout, morceaux après morceaux, jusqu’à ce qu’elle s’affale ! …… après quoi ils trouveront encore un ‘’vétérinaire‘’ apitoyé qu’ils accuseront d’incompétence devant son impossibilité à sauver la carcasse décharnée !

    Répondre
    • HOMERE

      10 mai 2018

      Oui
      Tous les ingrédients de la décadence pour achever notre pays…nous y allons allègrement ! avec Sodome en bandoulière et musique afro en batterie….sans compter les street art et autres merdes picturales…ajoutons y une pointe de média d’égout….et une goutte de hip hop ,nous devenons les barbares que nous avions éduqués….c’est le pied !!

      Répondre
  7. Henri de Montfort

    10 mai 2018

    Qu’espèriez-vous d’autre d’un “gouvernement ” qui oscille
    entre celui d’une république bananière et celle de Weimar?
    Gabegie, incurie, chienlit, velléité, mensonges ,grosse voix et mains
    tremblantes ! Rien d’autre en attendant le Francarabie de
    cœeur !Mais ils se sauveront aux Etats-Unis lorsqu’elle
    arrivera!

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      12 mai 2018

      la République de Weimar, qui n’ avait plus un lingot d’ or dans ses … caves, fut avant tout le République de … LA PLANCHE à BILLETS, qui fonctionna à plein régime pour à l’ origine honorer les ” réparations ” imposées par le Traité de Versailles ce qui entraîna des dévaluations astronomiques et en cascades du Mark

      remarquons que, parmi les alliés, l’ Angleterre ne fut pas aussi cupide que la … France et la Belgique qui se payaient en charbon et en acier ( occupation de la Sarre et exécution des mineurs allemands par l’ armée française )

      Adolf Hitler fut le seul homme politique allemand à refuser ce système de spoliation nationale qui enrichissait les plus riches et ruinait les classes ouvrières et moyennes; il indexa alors le Mark sur les richesses industrielles et minières de ce qui restait du Reich et axa toute sa campagne politique sur ce thème; il réussit ainsi à stabiliser le Mark … il fut donc considéré légitimement comme le ” Sauveur ” du Peuple et de la Nation allemande

      Répondre
  8. HansImSchnoggeLoch

    9 mai 2018

    Pendant ce temps au Vénézuéla…

    La république modèle de LanJuq MéchantCon tourne au cauchemar.
    Et ce gugus pense pouvoir installer quelque chose de similaire ici.
    Réjouissons-nous donc, gaudeamus igitur…

    Près de 1 million de Vénézuéliens se sont déjà enfuis en Colombie et dans les pays voisins.
    Et la famine menace, la Croix Rouge dénonce une crise humanitaire mais n’est pas foutue de citer la cause de ce désastre.

    Faudra-t’il encore aller chercher ces migrants par bateaux?

    Répondre
  9. Janvier

    9 mai 2018

    Les Blackblocs se joignent aux No-borders comme les No Borders se joignent aux Black blocs.
    Et une bonne pincée d’antifas et la soupe est prête .
    Cui buono ?
    Tout ce petit monde , 1200 personnes , s’est regroupé sur le Pont d’Austerlitz.
    Si l’action n’etait organisée ou coordonnée par le régime , les CRS les évacuaient avant leur intégration dans la Manif.
    Ils utilisent « la nasse «  contre les manifestants paisibles , pas contre l’ultra-gauche.
    Ça interroge ..,
    Mais ils « n’ont pas reçu les ordres « 
    Un cégétiste SNCF témoigne en éructant de rage (BFM ) : à mon arrivée , je suis palpé, mon sac fouillé, c’est normal.
    Je vois les autres encagoulés , sacs remplis de pierres et autres .,, je vais vers ceux qui m’ont fouillé pour prévenir , je me fais virer « pas d’ordres « .
    Cui buono ?
    Objectif atteint : qui a parlé du contenu des revendications syndicales ?
    Personne .
    Mainstream s’est ruée sur « l’émeute « .
    Quelle émeute ?
    Une « émeute «  de 1200 personnes dont la plupart sont allemands ou belges etc … ?
    Valait de rappeler nos ambassadeur en Allemagne et en Belgique et convocation des ambassadeurs à Paris.
    Le message : que vos types aillent faire ça chez vous.
    Interrogeons – nous
    – qui sont-ils
    – qui les finance ?
    On y trouve la patte de Soros par le biais de ses ONG
    On y ajoute les FEMEN
    Soros s’attaquerait à un régime qui le ravit ?
    Non. Il s’attaque à la France et aux Français
    Ces groupes sont les meilleurs alliés du capital .
    Question : « on » lui a demandé un coup de main ?
    Elle vaut qu’on la pose
    Leur profil : moyenne bourgeoisie, en accession pour certains à la bourgeoisie supérieure.
    On y trouve un centralien , une fille de directeur financier ..,
    Probable des enfants d’élus
    Et ils font le job
    Donc stop au « syndrome Malek Oussekin» , ce n’est pas ce qui a tétanisé et paralysé les forces de l’ordre.
    On a vu idem au Bataclan
    On y a vu une série de dysfonctionnements qui eût dû, dans une démocratie , entraîner la démission du gouvernement et de son président .
    – des passants voient des hommes armés sortir de voitures et s’engouffrer dans le Bataclan .
    Citoyens normaux, comme vous et moi, ils appellent la police.
    Manque de bol , le standard ne fonctionne plus. Une panne.
    Je vous passe les 6 militaires armés devant le Bataclan , qui ne reçoivent pas l’ordre d’intervenir
    Encore un dysfonctionnement
    Qui refusent de passer leurs Famas, ils n’ont pas le droit sans ordres.
    De la cie de militaires toute proche, confinée dans ses quartiers
    2 policiers héroïques , pas en service , mais armés , vont , eux, intervenir .
    Nous ne donnons pas cher de leurs carrières respectives .
    Pendant ce temps , un bain de sang.
    Nos enfants et dans quelles conditions ..,
    Je n’ose pas même écrire .,,
    Je note juste qu’il y avait un texte liberticide à faire voter.
    Corrélation ? Ou pas ?
    Juste « un coup de bol « ?
    – un type se fait sauter en terrasse
    Juste une femme blessée
    Il s’installe pour boire un café et boum !!!
    Sa ceinture déclenchée par lui ?
    A distance ?
    Idem pour St Denis.
    Au lieu d’un carnage évident , les types se font sauter dans une ruelle
    3 morts plus eux.
    Ils ont actionné dans une ruelle ?
    En entrée ou sortie de Stade , le « score » était hallucinant .
    La question est : dysfonctionnements répétés ou autre chose ?
    Je ne sais pas y répondre .

    Répondre
    • Henri de Montfort

      14 mai 2018

      Monsieur Janvier ,votre long réquisitoire est excellent !
      Rien à y ajouter !
      Nous sommes un “bateau ivre ” en train de couler !
      Le capitaine et son équipage sont des psychopathes suicidaires ,
      inconscients ou criminels qui nous entraînent vers l’abîme!
      Pour eux , aucun problème , au dernier moment ils sauteront dans
      le canot de sauvetage américain !

      Répondre
  10. HansImSchnoggeLoch

    9 mai 2018

    Dans les camps du goulag soviétique les prisonniers de droit commun avait main libre sur les internés politiques avec la bénédiction des responsables du camp.
    Le gouvernement soviétique français applique cette même stratégie cynique à l’échelle du pays entier.

    Il ne faut donc pas s’attendre à une amélioration de la situation sécuritaire dans ce pays, tant que le bordel généré dissimulera la mauvaise gérance des responsables politiques.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)