Ces français qui « foutent le camp »

Posté le avril 08, 2013, 12:57
3 mins

Exil fiscal : en vingt ans, 12 000 exilés fiscaux, un million d’emplois créés à l’étranger, 60 000 entreprises perdues et actuellement, 5 000 menacées ! Sans la fuite des exilés depuis vingt ans, il y aurait un million d’emplois supplémentaires en France.

L’image de la France en termes de compétitivité et d’attractivité est désastreuse. Moins d’investissements, c’est plus de chômage ! Avec une taxation du capital de 50 à 60 %, la collecte de fond pour financer les entreprises est en chute libre. Compétitivité : 30/40 milliards d’impôts et de taxes sur les entreprises (de droite en 2012, de gauche en 2013). Pour 2013, une nouvelle usine à gaz : une niche sous la forme d’un crédit d’impôt de 20 milliards. Cela ne redonnera pas de la compétitivité face à nos concurrents, tout au plus une amélioration des faibles marges françaises.

Chômage et emplois

Face à la crise économique, les mesures prises en 2013 ne peuvent qu’aggraver notre chômage de masse. Folie fiscale, émigration des entrepreneurs, des investisseurs français et étrangers, ce qui accélère les délocalisations, les fermetures d’entreprises  qui désertent la France, ses réglementations, ses impôts et une faible rentabilité…

C’est seulement la baisse des dépenses publiques qui assurera la compétitivité de nos entreprises. Ces dépenses sont supérieures à celles de l’Allemagne de 10 % du PIB, soit 200 milliards d’euros par an. Définir un cadre juste et équitable pour encadrer l’économie, c’est le « boulot » de nos élus ! Leur confier la direction de nos entreprises, c’est la faillite assurée. Ce qui génère toujours une politique définie par des élus fonctionnaires, pour des fonctionnaires, mise en musique par des fonctionnaires. Avec, pour résultat, une sphère  étatique qui ne cesse de gonfler ses troupes aux dépens du privé contraint à dégraisser ou à délocaliser ou à déposer le bilan (désindustrialisation-délocalisation).

Pour un vrai choc de compétitivité, il faudrait des réformes de structures réelles et sérieuses. Harmoniser nos cotisations, impôts et taxes et sur les moyennes européennes, revoir nos lourdeurs administratives et réglementaires. La vraie catastrophe à laquelle nous assistons ne vient pas en effet de telle ou telle gestion momentanée de la dette. Elle résulte de l’État Providence aujourd’hui à bout de souffle. Il prétend gérer 58 % de l’activité économique d’un pays comme la France.  En cas d’échec prévisible de notre économie, d’aggravation du chômage de masse, le PS et notre président invoqueront comme toujours le sabotage du « Patronat »,  la fuite de la finance, l’Europe, la mondialisation, le bilan de Nicolas Sarkozy

16 réponses à l'article : Ces français qui « foutent le camp »

  1. goufio

    13/04/2013

    Chers posteurs, à mon vais nous devons vivre cette expérience socialiste jusqu’à son terme pour que tout Français comprenne une fois pour toute que l’argent qu’il reçoit sans l’avoir mérité par un juste travail n’est que le vol à un autre Français. Que l’intervention dans l’économie d’un politicien quel qu’il soit est une catastrophe. Le seul qui sache entreprendre c’est l’entrepreneur. Comprenons que lorsque le politicien qui n’a jamais entrepris ni placé un centime dans une entreprise, s’octroie le pouvoir de dire aux entrepreneurs ce qu’ils doivent faire est une impéritie (je voulais écrire un mensonge….). Prenons notre mal en patience et laissons venir la faillite totale du socialisme, le président Hollande est notre sauveur, mais il ne le sait pas. Merci de m’avoir lu.

    Répondre
  2. Jaures

    10/04/2013

    « ces Belges pauvres privés d’éducation, d’hôpitaux, de protection sociale, etc., comment se fait-il qu’ils ne se ruent pas en masse pour venir en France ? » demande DrH.
    Mais justement, cher Dr, ils sont plus de 110 000 à vivre en France pour 150 000 Français en Belgique. Rapporté à la population, c’est 1% de la population Belge qui s’est exilée dans l’hexagone pour 0,20% des Français qui ont fait le voyage inverse.
    Si certains Français s’expatrient en Belgique pour échapper à l’impôt sur la fortune, de nombreux Belges s’installent également en France pour profiter pleinement de leur salaire.
    Tout ceci est ridicule. L’idéal serait une harmonisation mais chaque pays pensant détenir la vérité fiscale, ce n’est malheureusement pas pour demain.

    Répondre
    • 10/04/2013

      Jaures a dit « Si certains Français s’expatrient en Belgique pour échapper à l’impôt sur la fortune, de nombreux Belges s’installent également en France pour profiter pleinement de leur salaire. » Eh bien alors c’est parfait, tout le monde est donc content. Excellent effet de la liberté de circulation…

      Répondre
  3. Jaures

    10/04/2013

    Vous dîtes que je n’ai pas voyagé Philippe 01 ? Soit ! Faisons ensemble un petit tour du monde. Vous parlez des RTT, indemnités chômage et retraites qui nous auraient ruinés. Or, en Angleterre, il n’y a pas de RTT, les indemnités chômage sont dérisoires et le système de retraite bien moins avantageux (440€ de pension d’état). Pourtant le déficit public est près du double du français.
    De même l’ Espagne qui en 2008 avait un budget à l’équilibre, venait de supprimer l’ISF, n’a jamais eu de RTT, distribue des pensions retraites inférieures de 30% aux françaises,…S’en porte-t-elle mieux pour autant ?
    J’ai ailleurs montré qu’il n’y a pas de lien entre taux d’immigration et prospérité économique (exemple de l’Irlande).
    Et l’on pourrait ainsi faire le tour de la planète.
    Oeuvrer pour une réindustrialisation, soit, mais si vous pensez qu’il suffit pour cela de supprimer les RTT, les pensions retraite, l’accès à la santé et les indemnités chômage vous vous trompez: vous ne créerez que de la misère et de la pauvreté.

    Répondre
  4. philippe 01

    09/04/2013

    @Jaurès qui n’a sans doute pas beaucoup voyagé hors de France, comme beaucoup de nos compatriotes…
    La France a, depuis 30 ans, financé par l’emprunt une augmentation démesurée de sa fonction publique et des dépenses sociales (RTT, retraites, indemnités chômage, santé) pesant de plus en plus lourd sur l’appareil productif et le secteur marchand. On s’est illusionné sur l’attractivité du territoire et le montant des investissements étrangers, sans en comprendre la nature prédatrice: rachat de marques et de clientèle, très peu d’investissements productifs créateurs d’emploi et presque toujours subventionnés par les deniers publics.
    Avec en plus des dépenses d’assistanat trop généreuses induisant un flux d’immigration non contrôlé et qui ajoute aux problèmes endémiques de logement et d’intégration. Cette situation est intenable pour nos finances publiques et conduit à un appauvrissement généralisé si on ne crée pas rapidement les conditions d’une ré-industrialisation créatrice de richesses et de valeur ajoutée. Hollande a déjà perdu 11mois à attendre une embellie providentielle qui ne vient pas, sans rien faire de sérieux pour alléger les charges des entreprises. S’il ne change pas radicalement de cap avant l’été avec une équipe de choc, nous allons vers un naufrage collectif sans précédent.
    C’est la dernière qui sonne !

    Répondre
  5. Jaures

    09/04/2013

    Votre exemple est judicieux, DrH. Comment font les Belges, mais c’est très simple, ils font payer les classes moyennes et inférieures.
    Alors qu’en France, la moitié des foyers fiscaux ne paie pas d’impôt, en Belgique la plus grande partie passe à la caisse.
    Pour pouvoir échapper à l’impôt, il faut gagner moins de 6.430 euros par an pour un célibataire. Au delà, le taux d’imposition est de 25%, puis progressivement 30%, 40%, 45% et 50% quand on gagne plus de 34.330 euros par an.
    En Belgique, le taux normal de TVA est à 21% et les 2 autres taux à 12% et 6%.
    Il n’y a pas de miracles, DrH. Si on ne veut pas faire payer les riches, il faut faire payer les autres ou tailler dans les dépenses c’est à dire, comme en Angleterre, les aides aux plus démunis, l’éducation, la santé,…

    Répondre
    • 10/04/2013

      Jaures a dit « Alors qu’en France, la moitié des foyers fiscaux ne paie pas d’impôt, en Belgique la plus grande partie passe à la caisse. » Donc la fiscalité belge est non seulement plus efficace, mais aussi plus égalitaire ; et sans doute plus efficace PARCE QUE plus égalitaire. Encore un effort, et vous reconnaîtrez que la flat tax serait encore plus efficace.
      Et Jaures d’ajouter « Si on ne veut pas faire payer les riches, il faut faire payer les autres ou tailler dans les dépenses c’est à dire, comme en Angleterre, les aides aux plus démunis, l’éducation, la santé… » Il est vrai qu’un grand fiscaliste a dit un jour qu’il fallait bien faire payer les pauvres, puisque c’étaient les plus nombreux… Et qu’en France socialiste, la définition du riche est rapidement extensive, comme le constate chaque jour plus la classe moyenne. Mais alors, Jaures, ces Belges pauvres privés d’éducation, d’hôpitaux, de protection sociale, etc., comment se fait-il qu’ils ne se ruent pas en masse pour venir en France ?

      Répondre
  6. HansImSchnoggeLoch

    09/04/2013

    L’effort est toujours demandé aux mêmes Jaures, avez-vous déjà fait un effort dans votre vie?
    Votre mentor squattant l’élysée en est un bon exemple, lui qui dans sa jeunesse ne foutait rien pour toucher une paie mirobolante (voir vidéo)
    Et ce sont des gens pareils qui donnent des leçons aux autres!
    Honte à eux, qu’ils récurent d’abord leur étable avant de se mêler de ce qui ne les regarde pas.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      09/04/2013

       » lui , qui dans sa jeunesse ne foutait rien …  »

      ce qui est sans aucun doute inexact puisqu’il … se préparait , dans la détente et la méditation , à la haute fonction qui est maintenant la sienne …

      Répondre
  7. quinctius cincinnatus

    09/04/2013

     » On a besoin d’un pays , ne serait-ce que pour le quitter …  »

    Cesare PAVESE in  » La luna e i falo  » (  » la Lune et les feux  » )

    Répondre
  8. quinctius cincinnatus

    09/04/2013

    Il il y a ( des Français ) qui foutent le camp , mais il en est aussi d’autres qui s’accrochent au rocher comme huitre de pleine mer … par exemple Anne Lauvergeon pour laquelle a été créé , par Fanfan le Cidre , une énième commission baptisée celle ci  » pour l’innovation  »
    Connaissant les brillants résultats industriels de l’ingénieur(e) des mines , sûr que que nous serons sur les bons rails ( maritimes ) !

    Répondre
  9. 09/04/2013

    Jaures demande (sérieusement semble-t-il) « Mais où sont donc les millions d’emplois créés ?  » Effarant aveu d’ ignorance économique… La réponse est pourtant simple : partout ! Quand on part avec quelques millions d’euros, on s’achète un domicile, une voiture pour chacun, on salarie du personnel, on va au restaurant, au théâtre, chez le tailleur, le coiffeur, l’agence de voyage, etc.. C’est pas des emplois, tout ça ?
    Jaures ferait mieux de nous expliquer comment un pays comme la Belgique par exemple, a des services publics aussi performants que les nôtres (et parfois plus, surtout pour les personnes âgées) ou des autoroutes éclairées gratuites, avec un IRPP identique au nôtre, mais sans ISF, et pratiquement sans fiscalité sur les plus-values, les donations et les successions ?

    Répondre
  10. bolajuzon

    09/04/2013

    c(est l’évidence même et nous ne connaissons pas le 10 éme!

    Répondre
  11. Jaures

    08/04/2013

    Tout d’abord, d’où sort ce chiffre de 12 000 ? Il n’existe aucun chiffre officiel, aucune étude indépendante. Ceux qui avance ce chiffre sont les avocats fiscalistes ou les agents immobiliers qui s’en servent comme d’une publicité pour doper leur activité.
    Car l’exil fiscal n’a rien de nouveau. On parle de Depardieu mais de nombreux artistes et sportifs ont gagné la Suisse depuis les années 70. Certes, il y en a probablement plus depuis la crise de 2008: les plus riches se sont toujours exilés dés qu’un effort a été demandé au pays. Devant l’effort de guerre demandé en 1914 puis les besoins de la reconstruction en 1918, alors que les ouvriers et les paysans s’étaient faits tués par millions, les plus riches ont préféré gagner la Suisse. Pareil en 1945. Aujourd’hui encore, on préfère voir payer les classes moyennes et modestes. Les comportements de classe sont éternels.
    Mais où sont donc les millions d’emplois créés ? Car ceux que les exilés ont délaissés en France devraient profiter aux pays d’accueil. Certes la Suisse, grâce à sa solide expérience du recyclage tire plutôt pas mal les marrons du feu. Mais qu’ont apporté à la Belgique les centaines de Depardieu ? L’Angleterre tourne-t-elle à plein grâce à l’apport des exilés (300 000 à Londres avance-t-on parfois sans réelle preuve) ? Bref, si la France était « l’enfer fiscal » que l’on décrit, elle devrait être la seule en crise. Les pays d’accueil devraient connaître la prospérité.
    Ce n’est évidemment pas le cas car les capitaux exilés ne s’investissent que marginalement dans les pays d’accueil. En Belgique, on préfère faire payer les classes moyennes. En Angleterre, on ferme les hôpitaux, on baisse les aides aux plus pauvres, on augmente les droits d’entrée à l’université,…
    Exempter les riches ne sert qu’à baisser les services publics et les prestations sociales. La croissance économique n’y gagne strictement rien.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      09/04/2013

      vous êtes , à ce que vous dites , le Français moyen type …. ( sinon exemplaire ) … mais un des rares ( à ma connaissance ) a aimer être tondu … sans doute au nom de la  » répartition  »

      personnellement j’adhère à cette maxime ( brutale ) de ce philosophe … chinois ( duquel j’ai oublié le nom )

       » Celui qui ne travaille pas ne mange pas « 

      Répondre
  12. MAUVAISEDENT

    08/04/2013

    De toute façon ceux qui sont partis ne sont guère plus à l’abris avec la mondialisation, ( bien sûr je ne parle pas ici des cols blancs ), sauf s’ils vont dans un pays du tiers monde et pas le Maroc s’il vous plaît car beaucoup trop cul et chemise avec les occidentaux. Ce pays est en train de se saborder, dit moi qui tu fréquente et je te dirais qui tu es.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)