C'est la guerre d'Algérie… en France

Posté le novembre 22, 2010, 2:04
2 mins

L’analyse de Benjamin Stora, quoique très différente de la notre a une qualité essentielle : elle replace dans son contexte notre situation actuelle. La guerre civile larvée en France – en attendant d’être ouverte- est bien la reprise de la guerre d’Algérie au nord de la Méditerranée :

Benjamin Stora, né à Constantine (Algérie), professeur à Paris VIII-Saint-Denis consacre deux ouvrages à la guerre d’Algérie, dont un revient sur le rôle de François Mitterrand, alors ministre de l’intérieur puis garde des sceaux. Il analyse les émeutes de 2005 et fait le lien avec la guerre d’Algérie.

“La réconciliation ne suffit pas. Il faut aussi la justice. Sortir de la guerre des mémoires n’implique pas d’effacer les ardoises.”

Y a-t-il un lien entre les émeutes de 2005 et la guerre d’Algérie ?

Peut-être, je pense que c’est lié, inconsciemment. Et puis, l’année 2005 est très intéressante, avec trois moments clés. Elle commence par la loi de février sur «le rôle positif de la colonisation». Elle se poursuit dans un débat étrange sur le «non» au référendum sur le Traité constitutionnel européen. Un «non» très social, citoyen. Mais aussi un «non» très souverainiste, très replié sur la France profonde. N’oublions pas que Le Pen, Villiers ont voté contre le traité. Le « oui » pouvait être l’ouverture, le refus des frontières, la lutte contre la xénophobie.

L’année 2005 se termine sur la question de la banlieue, du sentiment d’abandon dans les quartiers, de l’humiliation et du racisme. Je crois qu’il y a un lien entre tout cela à savoir la redéfinition d’un «lien national». Comment reconstruire une nation si on fait abstraction du passé, si on glorifie le colonialisme, si on rejette l’Europe ? Si on commence à renforcer les frontières, demain cela sera les visas et la chasse aux immigrés. On ne construit pas l’avenir en restant ancré dans un nationalisme étroit. Bondy Blog

4 réponses à l'article : C'est la guerre d'Algérie… en France

  1. jean BAUD

    26/11/2010

    Regarder B Stora avec sa tronche de Cake suffit à situer le personnage.Redouter une chasse aux immigrés reléve de la plus haute falsification,pour l’instant,nous en sommes trés loin.Ceux ci ont TOUS les droits,bientot,chez nous,nous raserons les murs en baissant les yeux pour essayer de garder la vie sauve.On croit réver devant autant de traitrise.

    Répondre
  2. DOE Jane

    23/11/2010

    et le nationalisme algérien ? pas étroit ?
    mais que viennent-ils faire en France si ce pays les dégoûte ?

    Répondre
  3. Michel

    23/11/2010

    Notre pays est couvert de cités de non-droit, certains départements – le 9-3 pour ne pas le nommer – sont aux mains des immigrés qui ne nous aiment pas, mais pas du tout ! et ce monsieur prétend que nous vivons dans des frontières fermées, dans un nationaliste étroit ? C’est la disparition de notre pays que veut ce monsieur ? le pays de Villon, de Descartes, de Victor Hugo, de Debussy, de Ravel ?

    Répondre
  4. Briscard

    22/11/2010

    Pourquoi citer Benjamin Stora, ce falsificateur de notre histoire algérienne ?

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)