Charles Fourier, la droite et l’électeur cocu

Posté le mars 18, 2012, 12:00
9 mins

La meilleure garantie contre l’indépendance de l’homme, c’est encore la liberté du citoyen.

Augustin Cochin

Citoyens impuissants, nous allons bientôt voter pour les présidentielles et devoir revoter pour les législatives. Beaucoup de nous n’iront pas voter ou ne seront pas satisfaits ; la droite toujours trahit ses partisans !

C’est ici que j’ai recours à un des grands textes de notre génial utopiste Charles Fourier, le tableau analytique du cocuage, pour définir ce que peut être un électeur déçu ou mécontent, surtout un électeur de droite. On remplacera femme par homme politique et cocu par électeur pour rire un peu !

En tant que mécontent et méfiant permanent, je suis, pour Charles Fourier, un cocu présomptif. Qu’est-ce qu’un cocu présomptif ?

Cocu présomptif est celui qui, longtemps avant le mariage, redoute le sort commun, se met l’esprit à la torture pour y échapper, et souffre le mal avant de l’éprouver réellement. Chacun entrevoit que ses défiances ne serviront qu’à l’égarer dans le choix d’une épouse et accélérer, par excès de précaution, l’événement qu’il redoute.

Je précise que pour Fourier, un homme marié est par définition un cocu ! Tout comme un électeur est un éternel marri ! Certains électeurs pensent que leur politique est un champion (type Chirac ou Sarkozy). A ces forts en thème, on appliquerait, avec Fourier, la définition suivante :

Cocu goguenard est celui qui plaisante sur les confrères et les donne pour des imbéciles qui méritent bien ce qui leur arrive. Ceux qui l’entendent se regardent en souriant et lui appliquent tacitement le verset de l’Evangile : « Tu vois une paille dans l’œil du voisin, tu ne vois pas une poutre dans le tien. »

Il y a comme moi l’électeur résigné qui sait que les puissants de ce monde, les lions de l’euro, des banques et de l’immigration forcée, feront aux nôtres des propositions qu’ils ne pourront refuser. On sera trompé par le politique. C’est alors de cocu fataliste qu’il faut parler.

Cocu fataliste ou résigné est celui qui, dépourvu de moyens personnels pour fixer son épouse, se résigne à ce qu’il plaira à Dieu d’ordonner et se retranche sur la justice et le devoir, en observant que sa femme serait bien coupable si elle le trompait ; c’est à quoi elle ne manque pas.

On peut rester de bonne humeur et voir ces tromperies politiciennes de bon œil, comme un cocu optimiste. Alors…

Cocu optimiste ou bon vivant est celui qui voit tout en beau, s’amuse des intrigues de sa femme, boit à la santé des cocus et trouve à s’égayer là où d’autres s’arrachent des poignées de cheveux. N’est-il pas le plus sage ?

Plus actif et positif, l’électeur peut se mêler de politique pour aider son élu à choisir lui-même ses alliés ; il relève alors, selon Fourier, du cocu fédéral, qui choisit lui-même les amants de sa femme !

Cocu fédéral ou coalisé est celui qui, voyant l’affaire inévitable, veut bien admettre un amant, mais de son choix ; puis on les voit coalisés comme Pitt et Cobourg pour cerner la femme et écarter de concert les poursuivants.

Il reste que je ne suis pas du genre à voter pour le même traître de droite, moi. Je ne suis pas un cocu ensorcelé ! Qu’est-ce ? Fourier, toujours :

Cocu ensorcelé ou à cataracte est celui qu’une femme sait fasciner et endormir au point qu’elle lui fait croire les choses les plus absurdes. Il est le seul à ignorer maintes fredaines qui sont la fable du public, et il verrait la belle en flagrant délit qu’il n’en croirait pas ses propres yeux.

Heureusement l’homme politique de droite peut compter sur une réserve naturelle de stupides : les cocus orthodoxes.

Cocu orthodoxe ou endoctriné est le catéchumène du métier. Il a bien eu quelques soupçons, mais ayant été bien entouré, bien catéchisé, il est décidé à croire aux vrais principes du métier, et met toute son espérance dans le bon naturel de son épouse et l’influence de la morale.

On se doute que l’actuel résident aura du mal à être réélu. C’est que l’électeur de droite a été déniaisé, comme le cocu déniaisé de Fourier.

Cocu déniaisé, ébahi est celui qui, croyant obstinément à la vertu de sa femme et figurant depuis longtemps dans les ensorcelés ou les orthodoxes est enfin désabusé par un coup d’éclat, comme une galanterie qu’elle lui donne. Ce cadeau, ou autre événement, lui fait ouvrir les yeux un peu tard, et il passe tristement au rang de déniaisé.

Enfin, le plus beau : le cocu cornard.

Cocu cornard ou désespéré. C’est le George Dandin de Molière qui essuie toutes les tribulations imaginables et qui, dupé, ruiné, maltraité, outragé par sa femme, trouve dans le mariage un moyen d’aller droit au ciel, en faisant son purgatoire en ce monde.

En tant qu’homme de droite, je trouve que depuis le pauvre et savant Pompidou, tous les gens qui ont voté à droite ont de fait mérité le paradis. Voter à droite dans ce foutu pays, c’est faire son purgatoire. Il me faut donc voter à droite, que j’y croie ou pas. J’ai dit.

12 réponses à l'article : Charles Fourier, la droite et l’électeur cocu

  1. colk

    20/03/2012

    « Les hommes publics ont le devoir de veiller à ce que les tensions, les passions, les haines ne soient pas à chaque instant entretenues. Le fait de montrer du doigt les uns et les autres en fonction de leur origine, c’est faire flamber les passions et on le fait parce que dans ce feu-là il y a des voix à prendre ». (François Bayrou, discours de Grenoble, lundi soir 19 mars).

    Répondre
  2. JeanPaulMéchancon

    20/03/2012

    @ Oieidevraison :

    "à gauche, il se fait empapaoutER" .

     Quelle tristesse de constater que même sur ce site, l’éducation  nationale a fait des ravages. Lorsque deux verbes se suivent , le second est obligatoirement à l’infinitif, exception faite des auxiliaires "être" ou "avoir" , na !

    SI l’on ignore les règles basiques de la grammaire française ici, c’est a désespérer de tout.

    Heureusement que mon idole Jean-Luc va relever le niveau…..

    Répondre
  3. cliao

    20/03/2012

    Le passé n’engage nullement le présent ni l’avenir, sauf pour ceux pour qui l’initiative est décidément trop fatigante. Bayrou, pendant cinq semaines, va pouvoir s’exprimer et se montrer autant en particulier que les deux qui se déchirent et commencent sérieusement à lasser. La veille du premier tour, on l’aura beaucoup entendu et apprécié. Son projet de referendum pour la moralisation de la vie politique est quelque chose de très sérieux, condition de retour de la confiance. Son programme est clair, bien articulé dans ses étapes, chiffré et ordonné. Le septicisme affiché par certains est une simple incitation à l’inertie, jamais une démonstration de quoi que ce soit. Pour que Bayrou l’emporte il faut concrètement l’aider, à partir de demain. Quand on veut sincèrement l’aider, on en trouve vite le moyen. Aidons-le, aidons-le ! P.S. Rendez-vous au Zenith.

    Répondre
  4. Guillermo

    20/03/2012

    Les journaleux_collabos m’incitent à voter Marine tant ils lui crachent à la figure. Les affiches déchirées de Bayrou m’incitent à voter plutot pour lui. Entre Marine et Bayrou mon coeur balance.

    Répondre
  5. Oeildevraicon

    19/03/2012

    En voilà une belle brochette de cocu !!!

    Je tiens à dire que, si à droite l’électeur est cocufié, à gauche il se fait empapaouté! Ce qui revient au même, mais avec une rose.

    Cela m’est arrivé à la première élection de Tonton « même que j’avais pris la carte du parti » et… rebelote avec Sarkozy « mais sans carte cette fois ci » .Je peux vous dire que vu de l’intérieur, le PS n’est pas très très rose.

    Donc on pourrait rajouter encore un type à cette énumération de cocus : le cocu masochiste…heureux de l’être.

    C’est celui qui en prend plein les roubignoles et qui en redemande, car il aime ça, car il en jouit.

    Etant -bi cocu-, par la gauche puis la droite, mais pas maso, j’ai décrète que je ne serai pas un -tri cocu-.

    Et si d’aventure cela devait se reproduire , autant que ce soit par une femme ! Cela fait moins mal.

    Répondre
  6. quinctius cincinnatus

    19/03/2012

    @ quinoli

    Votre " poulain " n’a pas la " cote " à " droite " ( c’est à dire ici même ) … il fut cependant le seul à dire , et  cela dès 2007 , que la France était endettée au delà du raisonnable et qu’il fallait y porter urgemment  remède …  mais en France on n’aime pas les Cassandre ( ils ne font pas rêver )
    Comme d’autre part il est vraisemblablement le seul à pouvoir nous purger à la fois de Sarkozy et de son négatif Hollande … ses chances sont donc minces de l’emporter car en France on  n’aime pas davantage ceux qui gagnent de façon honnête  ( on leur préfère l’esbroufe )
    Vous voyez donc que l’Européen à bien des atouts mais … contre lui
    Cependant , sportivement , je vous souhaite une bonne campagne … il la mérite

    Répondre
  7. quinoli

    19/03/2012

    Ah! Cette semaine du 19 mars va apporter de l’air frais… Les affiches annonçant le meeting de Bayrou au Zenith sont comme des fleurs égayant le paysage. Certaines sont griffées inutilement, puisque les autres ne le sont pas. Celui qui ne ment pas, contrairement aux deux qui se déchirent, va se faire connaître de tous ceux qui ne le connaissent pas encore assez. Lui ne crie pas, ne dit pas n’importe quoi. Il ne fait pas de « propositions » bidon, mais affirme des intentions qu’il fera tout pour réaliser s’il est élu. S’il est élu : ce n’est pas fait, il y a une condition, c’est que tous ceux qui l’estiment fassent quelque chose de concret pour l’aider, ce qui est facile car chacun peut choisir son mode d’action. Naturellement, tous nos suffrages seront pour lui le 22 avril. P.S. A ceux qui paraissent se demander s’il pourrait gouverner, révélons que ses adversaires, eux, n’en doutent pas; et le redoutent.

    Répondre
  8. Blanc

    19/03/2012

    Les sondages truqués en faveur de Sarkozy n’y feront rien. Le dépouillement du 22 avril donnera les résultats suivants : – Marine 29% – Hollande :21% – Mélenchon 15% – Sarkozy 13% La gauche traditionnelle n’est plus aujourd’hui constituée que d’une bande d’aristocrates de la politique sans foi ni loi. Mélenchon qui représente aujourd’hui la nouvelle VRAIE gauche va faire office de repoussoir. Des foules entières de gens plus ou moins à droite, effrayés, vont accourir chez Marine : la droite traditionnelle, le centre et quelques écolos lucides. Le dépouillement du 6 mai donnera les résultats suivants : – Marine 53,8 % – Hollande : 46,2 %

    Répondre
  9. quinctius cincinnatus

    19/03/2012

    il manque , dans la galerie , le cocu qui en tire fierté ( peut être parce qu’il en tire … bénéfice … )  comme le marquis de M….. , mari de la maitresse de Louis XIV , qui , sur son carrosse , avait ajouté à ses armes les bois d’un cerf … mais c’était à l’époque d’ un " Grand Siècle " … qui n’est plus !

    Répondre
  10. couirinne

    19/03/2012

    Sarközy inonde maintenant les micros d’un déluge de « propositions ». Avantage des propositions sur les promesses : les deux n’auraient bien entendu absolument aucune suite, ce sont des bulles de savon, mais pour les propositions on a prévu de dire « oui, mais vous comprenez, elles n’ont pas suscité assez d’intérêt ». Tordu, hein ? Le sortant commence manifestement à s’énerver et à hurler à la façon d’un caractériel son désir de rester en place. Mais… la France l’a vu à l’œuvre pendant dix ans et dix ans ça suffit. Ce n’est pas lui qui peut réparer ses propres dégâts. Mon cher ami, non seulement on te connaît très bien, mais on te connaît trop. Dehors !

    Répondre
  11. NL

    18/03/2012

    Et vous serez encore cocu….
    Comme je n’aime pas être cocu je vote Marine ….

    UMPS : Dégage !!

    Répondre
  12. colora

    18/03/2012

    1/C’est clair, Sarközy connaît l’avenir : « On a gagné ». Dès demain, il pourra faire de la chaise longue, sur terre ou sur mer. 2/ On connaît par cœur cet homme ainsi que François Hollande, leurs méthodes à tous les deux, leurs ficelles, leurs tours de prestidigitation. Ils ne sont simplement plus crédibles, ce sont des faillis. 3/ Nous entrons dans la période d’égalisation des temps de parole, qui permettra à beaucoup de faire connaissance avec François Bayrou, autant qu’il est possible. Aucun candidat ne parle aussi clairement et de façon aussi détendue que Bayrou. Il donne une impression de santé et d’équilibre, au physique et au moral, exceptionnels. Il est toujours plaisant de voir la hargne de ceux qui, désirant lui trouver un pou (et si possible plusieurs) dans la tête, reviennent déçus. On allait oublier, tant cela va de soi avec lui : il ne ment pas, ne tord pas la réalité à sa convenance, contrairement à ceux qu’il gêne. A ceux-ci, il est un caillou dans la chaussure qui paraît les écorcher. C’est dès le premier tour qu’il faut lui donner notre suffrage. Ceci dit, il ne faut pas se contenter de l’estimer de loin, il faut l’aider sans attendre et avec détermination. On peut l’aider de différentes façons, à chacun de choisir librement. Nous, contrairement à l’esbroufeur, nous ne connaissons pas l‘avenir. Bayrou, nous devons le mériter, pour nous, pour la France. Lui, il nous élèvera.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)