Chirac-Sarkozy : pendant le congrès, la guerre continue !

Posté le décembre 05, 2004, 12:00
3 mins

Nicolas Sarkozy a été largement plébiscité à la tête du parti majoritaire, le 28 novembre. Contrairement aux annonces, ce congrès n’avait rien d’un « sacre », ni même d’une « convention à l’américaine ». Ce qui est vrai, c’est qu’il était admirablement organisé et qu’il a réuni un nombre impressionnant de participants.
Mais l’essentiel n’était sûrement pas dans cette remarquable réussite technique. L’essentiel tenait dans la guerre, à peine dissimulée, entre les gagnants du jour et les chiraquiens ou les raffariniens. Car il reste des raffariniens ! À défaut de militants, ces raffariniens siégeaient surtout dans le carré des VIP et l’on vit, outre le Premier ministre, des hommes comme Renaud Dutreil ou Patrick Ollier se forcer à sourire pour faire contre mauvaise fortune bon cœur. Ces ministres se trouvent, de fait, dans une situation désagréable : c’est toujours Jacques Chirac et Jean-Pierre Raffarin qui distribuent les maroquins, mais il ne faut pas, pour autant, insulter l’avenir…
Pour les chiraquiens, c’était pire. Jean-Louis Debré n’a même pas daigné se déplacer. Michèle Alliot-Marie, quand elle a appris qu’elle ne parlerait pas comme prévu, est partie sur-le-champ. Dominique de Villepin n’a même pas voulu s’asseoir avec ses pairs !…
François Baroin, en introduction, et Jean-Pierre Raffarin, en conclusion, ont lourdement insisté sur les devoirs du parti, à l’égard du gouvernement.
De son côté, Nicolas Sarkozy a revendiqué sa liberté de ton. Il a chaleureusement remercié le président du Sénat, cachant mal son ressentiment à l’égard de celui de l’Assemblée nationale… Bref il a rappelé qu’il était le nouveau patron et entendait exercer toutes ses prérogatives.
Cependant, ces escarmouches se déroulaient en coulisses. La vitrine était faite du triomphe du « petit Nicolas », qui mettait, à trente ans d’intervalle, ses pas dans ceux du « grand Jacques ».
Surtout, il faut noter que son discours, très applaudi, était rien moins que centriste : apologie marquée du travail et critique des 35 heures ; apologie de la famille ; hostilité au marxisme, et même, mention du rôle joué par le pape Jean-Paul II dans la chute du mur ; apologie de la patrie…
Certes, on ne peut se défendre de partager les doutes exprimés par Alain Laurent (p. 3). Il reste que les discours droitiers sont toujours les plus applaudis par les militants. Et qu’ainsi la fracture entre la ligne chiraquienne, à la gauche du PS, et la ligne sarkozyste, à la droite de l’UMP, apparaît plus nette encore…

Une réponse à l'article : Chirac-Sarkozy : pendant le congrès, la guerre continue !

  1. Olivier Tréhard

    05/12/2004

    Les discours les plus à droite sont toujours les plus applaudis ? Voire ! Sarkozy est prudentissime, ce qui n’est pas forcément un défaut. N’importe qui plutôt que Chirac, semble plébisciter les idiots utiles de la droite molle. Il se rallieront à l’escroc au deuxième tour s’il passe en tête.Cette droite est incorrigible, mais comme dirait Le Pen, je préfère un UMP imbécile à un socialiste intelligent. Faisons toujours monter les enchères à droite, et laissons planer le doute sur nos intentions. 1% de dangereux contre-révolutionnaires, comme moi, sans ambition dans le système antichrétien, crée une incertitude entre les ambitions antagonistes des esclaves de Big Brother.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)