Choix du candidat du Parti socialiste : DSK ou Martine ?

Choix du candidat du Parti socialiste : DSK ou Martine ?

C’est un périlleux exercice d’équilibriste avec un parti socialiste très divisé, 50/50 entre les nostalgiques du marxisme pur et dur, « majoritaire dans les nouvelles instances dirigeantes », et la masse des électeurs de gauche, citoyens démocrates sociaux qui, comme Monsieur Jourdain, savent qu’ils font du libéralisme sans l’admettre, sans le vouloir, ni le voir… (En catimini, dans le cadre de la mondialisation capitaliste).

Un futur « coming out » où le PS se découvre coupable d’un libéralisme refoulé qu’il n’avait jamais osé assumer. Et que l’équipe de Martine Aubry réfute envers et contre tous. Si aucun programme de compromis n’est possible entre les différents courants, c’est la scission du PS à terme, l’échec électoral ! Ce qui induit une rupture salutaire. Le parti socialiste effectuerait, enfin, la mutation que toutes les gauches européennes ont réussie. Il deviendrait moderne, responsable, c’est-à-dire social libéral !

L’addition des divers « non »  de droite, de gauche, politiques et syndicaux aboutit, au final, à un résultat qui affaiblit notre pays. Les petites réformes mises en place péniblement par notre gouvernement donnent obligatoirement de petits résultats. Ce qui rend les Français, déjà démoralisés, impatients!

Notre plus belle conquête, la Liberté, est mise à mal par une sphère étatique Française. Une France obèse et impuissante, aggravée par un marxisme résiduel au parti socialiste. Une exception française qui survit inexplicablement, affaiblissant les partis de l’opposition républicaine. C’est bien notre arrogance qui nous pénalise, avec notre nostalgie, notre splendeur passée, un modèle social que tout le monde nous envie, comme chacun sait ! Mais que personne ne copie. Nulle part dans le monde.

Le libéralisme politique, sociétal est admis à gauche comme une valeur républicaine. Le libéralisme économique est encore très suspect au PS. La gauche a toujours été le parti de l’impôt ! Le parti de la fonction publique ! Le souffle du renouveau ne gonfle pas les voiles de notre bon vieux PS.

Moins d’Etat, moins d’impôts, moins d’assistance, plus de concurrence et d’initiatives privées : pour moi  la solution, c’est cela! C’est le seul moteur de création de richesses, de croissance indispensable pour financer une protection sociale raisonnable, une fonction publique régalienne réduite, performante, qui ne soit pas un boulet pour notre économie, et une charge ruineuse pour l’avenir de nos enfants.

Gérard Gelé

Partager cette publication

Comments (5)

  • sas Répondre

    je la reprend mienne….

     

    Nous avons si peu l’habitude de la bonté que nous la confondons, en général, avec l’idiotie.
    Rosa Montero

     

     

    SAS

    06/06/2010 à 21 h 09 min
  • bidulon13 Répondre

    « L’orientation que semble donner la sornette du Beffroi est un vrai cul de sac pour la Gauche qui perdra les élections Présidentielles dans cette vision passéiste » Ce n’est pas une orientation, mais une tenue de position. Le peuple socialiste est constitué encore de nombreux baby-boomers et héritiers des Trente Glorieuses, qui n’acceptent pas aujourd’hui les conséquences dramatiques de leurs manquements d’hier; Ils voudraient conserver leurs privilèges, leurs « acquis », comme ils disent, garder leur train de vie d’il y a vingt cinq ans en arrière, mais sans travailler plus, sans rien réformer, sans accepter le moindre conpromis ni changement, sans concéder la moindre adaptation au monde qui nous entoure; c’est la génération « j’ai bien ri, bien mangé, bien fumé, bien gaspillé, et après moi le déluge! ». C’est la génération des profs qui d’un côté prônent le droit à l’insolence et à la désobéissance des enfants pour leur épanouissement personnel, et qui de l’autre ne comprennent pas pourquoi ils se prennent banalement des torgnoles par des moins de douze ans; C’est la génération qui vit le poing levé, qui organise des grèves préventives avant meme d’avoir négocié quoi que ce soit, qui rejette tout en bloc et qui s’étonne ensuite de l’agonie du service public; C’est la génération qui ricane niaisement des clips, sketches émissions et films antiflic sur Skyrock et Canal+ et qui après s’indigne sur le site de TF1 de la mort d’une policière municipale; C’est la génération qui descend spontanément dans les rues pour défendre bruyamment Gaza et le Tibet et fustiger chinois, Israeliens et américains, mais qui se goinfre de fringues et de séries US, achète goulument de la merde « made in China » à bas prix sur e-bay et fait la queue toute une nuit devant le temple de la pomme pour acheter le dernier i-gadget branché fabriqué par des petits esclaves chinois bossant quinze heures par jour six jours sur sept; C’est la génération qui vénère la « différence » ostentatoire, promeut l’homosexualité et la libération sexuelle sans limites, la masculinisation de la femme, l’effacement des barrières hiérarchiques parents-enfants, la mixité raciale, la fin des religions, tout en étant trés compatissante avec la jeunesse des banlieue qui est pourtant une véritable compilation de tout ce qu’ils sont censés détester; Culte de la virilité, homophobie et antisémitisme décomplexés, soumission de la femme, fondamentalisme religieux, etc… Même « l’extrême-droite » n’oserait pas autant cumuler les tares antidémocratiques! Bref, la génération des Trente Glorieuses, et leurs descendants, vivent dans le parfait autisme, à des millions de lieues de la réalité économique, sociale, sécuritaire, culturelle et ethnique de leur pays. Ce sont les bons cocus qui n’ont jamais rien soupçonné… Ils sont tombés tour à tour dans le piège Miterrandien, ont adhéré en masse et sans se poser la moindre question à l’euphorie européiste de 92 parce « Tonton » était pour (mythe d’une Europe forte qui se séparerait des méchants américains)et mondialiste (mythe du grand village mondial qui effacerait les frontières et rapprocherait les peuples, ben voyons), ont couru aprés le mythe immigrationniste et le dictat du métissage, ont soutenu la politique arabophile (et donc très compatissante envers le terrorislamisme) des gouvernements successifs et dont Chirac-Villepin ont été les plus âpres guerriers, ont supporté petit à petit l’antiaméricanisme et l’antisionnisme primaire qui gangrène notre pays; le seul salut aujourd’hui selon eux, ce serait de cracher sur nos alliés et de faire corps avec nos ennemis intèrieurs, pour aider à notre destruction. Leurs icônes s’appellent soi-disant Jaurés, Mendès-France et Jean Moulin, et cependant ils agissent en collaborationnistes au quotidien: Ils ruinent, pillent et détruisent la France, et se réjouissent déjà de leur mort programmée, à l’unisson avec ceux qui attendent leur heure pour en découdre avec les « sous-chiens »; Pardonnons-leur, car ils ne savent sûrement pas ce qu’ils font.

    06/06/2010 à 12 h 34 min
  • HOMERE Répondre

    Non non Bidulon…le PS a un avenir derrière lui..c’est pour celà qu’il n’en a pas devant …Ses recettes sont si impotentes que même Bayrou n’y croit pas…et il s’y connaît en matière d’impotence !

    L’orientation que semble donner la sornette du Beffroi est un vrai cul de sac pour la Gauche qui perdra les élections Présidentielles dans cette vision passéiste.Les promesses d’un avenir meilleur ne font plus recette..au plus elles font illusion pour quelques jours..pas plus ! L’influence des gauchos du PS (Emmanuelli, Hamon,Aubry,Moscovici,Huchon…) reste forte et tire le parti vers un isolement inéluctable.Parlez leur donc de Straus-Khan qu’il vomissent autant que Sarko, expliquez leur que l’économie de marché reste l’attitude unanime des pays qui comptent…nib ! c’est la raison pour laquelle l’UMP appelle la candidature de la Sorcère des pavés du Ch’ti de leurs voeux pour lui mettre une branlée en 2012 !

    05/06/2010 à 14 h 55 min
  • bidulon13 Répondre

    Les socialistes…rien que le nom m’amuse.

    Martine Aubry, une mitterandienne qui n’a toujours pas compris que les années Mitterrand sont très loin derrière elle. Madame les 35h, Madame les horaires aménagés dans les piscines Lilloises pour décomplexer la Charia des banlieues. Elle traine de trop lourdes casseroles pour être présidente, elle est "has been". De plus, son physique désagréable et ses yeux de vipère ne l’avantageront pas, car cela compte aussi. Un président n’est t’il pas la vitrine internationale de la république?
    Imaginez-vous une présidente ressemblant à une poissonnière de chez Auchan aller serrer la main des grands de ce monde?

    Dominique Strauss-Khan, un excellent économiste et une grande classe, mais aucun talent politique, absolument rien d’un rassembleur charismatique. De plus, son poste de président du FMI, plus haute instance du capitalisme mondial le rend définitivement coupable aux yeux de la base soixant’huitarde antitout…

    François Hollande, un petit vociférateur sans talent, un roquet qui aboie beaucoup sans jamais parvenir à effrayer qui que ce soit…Crédité de 6% aux dernières primaires au sein du PS, il a tout de même réussi le challenge d’être encore plus impopulaire que Fabius!

    Fabius, justement, c’est Monsieur Sang Contaminé à jamais. Aucune chance pour lui.

    Ségolène? La stupidité en jupons, une caricature baclée de blonde pour série B. Comment des gens aussi sots peuvent t’ils parvenir aussi haut en politique?

    Jack Lang, Kouchner, Mitterand? Brûlés, définitivement carbonisés pour avoir collaboré avec l’ennemi. Au PS, parti des gens ouverts et volontiers donneurs de leçons, il ne fait pas bon donner dans la dissidence! Georges Frêche, et en son temps JP Chevènement le savent bien.

    Alors, qui…?

    Et puis après, quelle ligne tenir?

    Devenir un parti rénové, social et libéral, en adhérence avec les défis de notre temps, ou s’enfermer encore et toujours plus dans la caricature, le rejet de tout, le misérabilisme, la lutte pour conserver en vain les acquis d’il y a quarante ans, quand le pays ne s’était pas encore appauvri de ses privilèges, grèves à répétition, régimes spéciaux, immigration sans compter et assistanat a tout-va?

    La France n’a plus les moyens de continuer avec ce Parti Socialiste la, l’avenir pour le PS, c’est une refont idéologique totale ou la disparition à court terme. Qui s’en plaindra, d’ailleurs?

    05/06/2010 à 10 h 45 min
  • phil Répondre

    Les socialistes doivent s’appliquer à eux même ce qu’ils prônent aux français, la retraite à 60 ans:

    M. Dominique Strauss-Kahn, né le 25 avril 1949, 61 ans, aura en 2012 63 ans

    Mme Martine Aubry, née Martine Delors le 8 Août 1950, 60 ans, aura en 2012 62 ans

    donc s’ils leurs restent un petit peu de cohérence ils ne pourront pas se présenter car ils vont faire valoir leurs droits à la retraite.

    Bonne retraite, bon vent !!!

    05/06/2010 à 2 h 08 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *