Chômage en hausse, France en crise

Posté le septembre 25, 2010, 6:31
4 mins

Cete fois, Christine Lagarde laissera sans doute Laurent Wauquiez annoncer l’évolution mensuelle du chômage. Celle-ci est en effet mauvaise, le Secrétaire d’Etat à l’emploi s’y collera donc :

Le nombre de demandeurs d’emploi a progressé de 15.900, le mois dernier annulant la baisse enregistrée en juillet.

(…)Après deux mois de baisse, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits au Pôle emploi dans la catégorie A est reparti à la hausse en août (+15.900), annulant d’un trait le repli enregistré en juillet. Sur un an, la progression du nombre de chômeurs dans la catégorie de référence a progressé de 4,9% pour frôler 2,7 millions de personnes.

Même constat négatif dans la catégorie ABC – qui inclut également les chômeurs travaillant en activité réduite – qui a progressé de 7100 personnes sur un mois et avoisine désormais 4 millions de demandeurs d’emploi. (…)L’objectif de «stopper la hausse du chômage en 2010 et profiter de la reprise en 2011 pour inverser la tendance» reste totalement valide. «Un mauvais mois n’annule pas tous les efforts du gouvernement en matière de lutte contre le chômage, précise-t-on ainsi à Bercy. La tendance longue reste bien orientée: le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A continue de régresser sur trois mois et le chômage des jeunes recule toujours depuis le début de l’année».

Ces chiffres mensuels sont néanmoins inquiétants pour deux catégories précises de demandeurs d’emploi. Le nombre de plus de 50 ans inscrits au chômage a encore progressé pour atteindre 716.500. Soit près d’un demandeur d’emploi sur cinq inscrit à Pôle emploi. En 19 mois, ce nombre a bondi de près de 30%, soit 10 points de plus que pour l’ensemble des chômeurs inscrits en catégorie ABC. «On assiste à deux phénomènes qui ne sont qu’en apparence contradictoires, justifie Marie-Claire Carrère-Gée, la présidente du Conseil d’orientation pour l’emploi (COE). Depuis 10 ans les plus de 50 ans sont entrain de retrouver leur place sur le marché du travail mais ils sont aujourd’hui les principales victimes de la crise et viennent gonfler les rangs des chômeurs.»

Inquiétude également pour le 1,6 million de personnes sans emploi depuis plus d’un an dont le nombre a progressé de 0,5% en août et de 26,7% sur un an. Ces chômeurs de longue durée passent désormais en moyenne 427 jours au chômage, un niveau en hausse de 33 jours en un an. «Ces demandeurs d’emploi doivent faire l’objet d’une cause nationale, juge Marie-Claire Carrère-Gée. Il y urgence à les aider à ne pas décrocher encore plus du monde du travail.» Pour cette ancienne secrétaire générale adjointe à l’Elysée, ces chômeurs devraient rapidement bénéficier d’un accompagnement très renforcé de Pôle emploi. Et surtout, précise-t-elle, afin d’éviter un préjudice économique et sociale énorme pour la collectivité, «les entreprises doivent faire l’effort d’en accueillir un en stage, en formation ou en emploi». (Extraits du Figaro).

La crise n’est pas finie pour une société française dont le modèle économique et social, sans parler de l’enseignement et de la formation, tourne à l’envers depuis au moins 30 ans…

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)