Chronique Crise au FN et divergence de ligne politique

Chronique Crise au FN et divergence de ligne politique

Le grand sujet du moment, dans la caste politico-mé­diatique, c’est évidemment la crise au FN.
Mon premier mouvement serait plutôt de laisser les premiers concernés régler cette crise : la famille Le Pen, les cadres du FN, et enfin les adhérents du parti. Pour moi, qui suis un sympathisant de bon nombre de thèses du FN, mais aussi un opposant à certaines autres, je ne me reconnais pas l’autorité de trancher – comme le font tous mes excellents confrères de la « grosse presse » – un conflit familial ou un conflit sur la ligne politique d’un parti où je ne suis rien.

Malgré cela, le FN étant manifestement une pièce maîtresse parmi les forces qui s’opposent à la décadence française, je ne peux pas non plus me désintéresser de cette crise et je voudrais ici faire quelques commentaires sur ce que, comme électeurs de droite, nous attendons des dirigeants du Front national.
Tout d’abord, nous sommes en droit de savoir si le FN ambitionne ou non de gouverner, et à quel prix.

Le deuxième membre de cette question n’est pas moins important que le premier, naturellement. Si l’objectif du FN est de proposer un chevènementisme capable de gouverner, c’est-à-dire un souverainisme imprégné de marxisme et de jacobinisme, il perdra beaucoup de son intérêt pour le redressement de la France.

Ainsi, quand on entend – en 2015 ! – défendre la retraite à 60 ans, on ne peut s’empêcher de songer à un programme archéo-marxiste. Quand on lit, dans le programme pour 2012, que l’école est « un service organique de la République », on se demande si elle n’est que cela. Ou si elle est, comme le réclame le droit naturel, au service non seulement de la république, mais aussi de la nation française, et encore de la liberté éducative des parents. Il est pour le moins troublant et inquiétant de ne rien lire sur la liberté de choisir l’école de ses enfants – alors que le FN défendait encore naguère, avec raison, le chèque scolaire.

En d’autres termes, si l’objectif du FN est de gagner les élections sur une ligne politique de gauche, les électeurs de droite ont le droit de savoir qu’il devient un adversaire.
Entendons-nous bien : je ne dis pas qu’il le soit actuellement. Contrai­rement à ce que dit Nicolas Sarkozy, à beaucoup d’égards, et pas seulement sur l’immigration, le programme du FN est plus à droite que celui de l’UMP.
En revanche, il est évident qu’il y a de fortes tentations vers cette ligne archéo-gauchiste. Et c’est tout l’intérêt de cette crise politique que d’aider à trancher. D’autant que les départementales ont clairement montré les limites du « ni droite, ni gauche ».

L’unité du parti derrière Marine Le Pen ne doit pas faire illusion. Entre Florian Philippot et Marion Maréchal, entre la ligne Chauprade et la ligne Soral, il y a plus que des nuances.
Je ne suis personnellement pas choqué que le FN fasse des clins d’œil électoraux aux anciens électeurs du PC en déshérence. Et je trouve très sain de s’allier à l’occasion avec des électeurs de gauche pour défendre la souveraineté française. Mais ce qui serait inquiétant serait que ces nouveaux venus imposent une nouvelle ligne politique, « anti-droite ».
En tout cas, j’attends du FN qu’il dise sans ambiguïté son anti-socialisme et donc qu’il assume que le clivage droite-gauche n’est pas aussi artificiel que le disent ses nouveaux cadres souverainistes.

En un mot, si l’alliance désirée par le FN est une alliance avec le Front de gauche contre les partis « de gouvernement », il nous trouvera nécessairement face à lui. Mais, pour une alliance avec l’UMP contre la gauche, il nous trouvera à ses côtés.

Contre les espérances de beaucoup dans la caste politico-médiatique, cette crise pourrait bien s’avérer utile au développement de la droite nationale, dans son ensemble.
Il est probable, en effet, que la ligne favorable à accepter les responsabilités (et donc à renoncer aux facilités de la provocation) l’emporte. De ce point de vue, Jean-Marie Le Pen a probablement perdu son pari : il n’est plus à ce point incontournable que le FN soit tenu de lui accorder l’investiture aux régionales.

Mais il est probable aussi que la grande majorité des cadres et adhérents du FN ait assez peu apprécié que Florian Philippot jette de l’huile sur le feu. Cela devrait faire remonter l’envie d’une politique nettement anti-socialiste. Auquel cas, ce serait la ligne Marion, si je puis dire, clairement à droite, qui l’emporterait. Aux régionales en Provence d’abord. Mais aussi, si cette ligne montre son succès aux prochaines régionales, au plan national, cette fois avec Marine, débarrassée des oripeaux jacobino-marxistes, en 2017…

Partager cette publication

(35) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

    Bruno Gollnisch se couche à son tour ( comme à l’ habitude ) et demande un  » débat  » sur la ligne du parti , débat à l’ issu duquel il sera inexorablement mis en minorité par les  » chevènementistes  » … et il suivra alors la ligne majoritaire … cela me rappelle les années 30 en U.R.S.S.S !

    17/04/2015 à 9 h 25 min
  • dissident Répondre

    « de Gaulle pas oppose a l immigration » ne racontez pas n importe quoi comme d habitude! il n a meme pas voulu des harkis! a son depart en 1969, on n avait pas l impression, j ai connu cette periode, que la France etait envahie comme aujourd hui, l immigration de peuplement a vraiment commence le 10 MAI 1981

    16/04/2015 à 17 h 02 min
    • Jaures Répondre

      Ce n’est pas moi qui dit n’importe quoi mais vous qui vivez dans le fantasme.
      Les flux migratoires ont été les plus importants entre 1961 et 1971 . En 1954, on comptait, par exemple, 210 000 Algériens en France. Ils seront 470 000 en 1968 et 711 000 en 1974.
      Parallèlement, la part des étrangers dans la population est passée dans la même période de 4,09 à 7,7%..
      A titre d’exemple, c’est en 1965 qu’a été signé l’accord migratoire franco-turc.

      16/04/2015 à 17 h 48 min
  • Alain Répondre

    Alliance avec l’UMP ? Sauf Juppé!!!!!!

    16/04/2015 à 14 h 24 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    Puisqu’ il vient d’ être hospitalisé ce jour même , c’ est donc bien l’ état de santé *** de J.- M. Le Pen qui règlera la querelle …

    ***  » un coup de sang  » aurait dit ma mère et … si le Patriarche meurt, sa fille sera t elle jugée ( par les Frontistes Historiques ) comme  » parricide  » ? heureusement ( sic ) la succursale PACA de la  » boutique  » reste dans les mains de la …  » Famille « 

    16/04/2015 à 14 h 16 min
  • Sancenay Répondre

    Puisqu’il men est fait poliment la demande par ailleurs , je précise que l’appellation « jeunes écervelés  » ne vise pas David Rachline, que je ne connais pas , mais qui ,sur les media, témoigne d’une intelligence parfaitement posée .
    De plus, même s’il s’est fait quelque peu chahuter par le novelliste de LCP, il a tout de même tenu à rendre hommage au Président d’honneur du Front , ce qui ne risque pas d’arriver à des Philippot, Nicolas et consorts, si pressés d’exister .

    16/04/2015 à 13 h 33 min
  • Hilarion Répondre

    De nombreuses questions se posent à l’égard du FN.
    Ce que l’on appelle « dédiabolisation » n’est il pas en fait qu’ une allégeance au politiquement correct. Ou bien est-ce une tactique de type « cheval de Troyes » permettant de percer la muraille politico médiatique pour, arrivé au pouvoir, appliquer enfin un programme de droite nationale. L’entourage proche de Marine Le Pen est toutefois bien douteux, on pense à ce journaliste ayant travaillé dans une revue promouvant l’homosexualité, ce qui sur le plan des valeurs laisse…pensif. Il y a aussi le départ d’éléments de la vraie Droite tels R.Holeindre qui, lui à mouillé sa chemise pour la France . De Benedetti a quitté le FN pour créer Jeune Nation. D’autres cadres de valeur ont quitté le FN pour divergence idéologique, ce qui est différent de la rupture responsable de la scission des années 90 ou Bruno Mégret créait le MNR, la personnalité du « Menhir » empêchant tout le monde de respirer. Dernière hypothèque, dans une interview à une journaliste de Riposte Laïque, Valls déclare qu’il s’opposerait par la force si nécessaire à la prise de pouvoir du FN à l’exemple du gouvernement algérien qui avait annulé le résultat des élections pour interdire au FIS qui les avait gagnées, d’accéder au pouvoir dans les années 90, mettant en avant l’hypothèse d’une guerre civile déclenchée par des « jeunes de banlieue » qui ne « supporteraient pas » un gouvernement FN, entraînant des émeutes à la « puissance cent » de celles de 2005 (Armés par le gouvernement en échec ?). Plus synthétiquement, Marine Le Pen n’aurait elle pas plus ou moins une crainte d’avoir, en cas de prise de pouvoir à gérer ce qui ne serait pas autre chose qu’une guerre civile, d’où cette impression qu’elle donne, de vouloir rentrer dans les rangs ?

    16/04/2015 à 11 h 35 min
    • Jaures Répondre

      Comment peut-on être à ce point naïf !!
      L’interview de Valls publiée par Riposte Laïque et mise en ligne le 1er avril était un poisson.
      Je suis sûr que vous avez cru également que la mairie de Paris avait vendu la Tour Eiffel au Qatar et avez passé commande d’une chaussure à selfie !

      16/04/2015 à 13 h 03 min
    • René de Sévérac Répondre

      @ Hilarion,
      j’ai bien envie de vous répondre; mais en bref !
      Tout d’abord le « cheval de Troyes » mais de « Troie » en Asie Mineure, voir Wiki pour les détails !
      Le FN est un parti normal défini comme « tout sauf UMPS ». C »est pas clair !
      Il vit ses contradictions (il y a de tout)
      et ses tendances (comme au PS).
      Il fait la synthèse entre les réactionnaires (droite) dont je suis et les socialistes dont je suis (Ligne Chevénement).
      Donc, le chemin est long avant que la ligne soit non-ambiguë.
      Notons que une ligne claire sera peut-être une ligne qui ne me conviendra pas !
      Wait and see.
      Le problème est posé par l’urgence : 2017, je n’y crois pas (manque de cadres) malgré ma sympathie pour Marine/Philipot, 2022, j’ai peur que tout soit foutu :en tout cas, les ressorts économiques seront-ils réparables ?

      Pessimiste, je pense que « on est foutus » !

      16/04/2015 à 13 h 09 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

        mettre ( tous ) ses espoirs dans un parti jacobin donc étatiste et inversement et cela quel que soit son bord  » idéologique  » c’ est aller un peu plus rapidement et plus sûrement dans le mur ( de la réalité géopolitique ) !

        P.S. Chevènement était bien un  » réactionnaire  » …. mais jacobin … vous ne faites donc pas un si  » grand écart  » que certains pourraient croire !

        16/04/2015 à 14 h 24 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      c’ est … l’ andouille qui est de Troyes ! son maire ?

      16/04/2015 à 14 h 27 min
  • Sancenay Répondre

    « renoncer la facilité de la provocation » pour » accéder aux responsabilités » Ainsi devrions nous être sauvés par l’énarque Philippot , putschiste en culotte courte à ses heures.
    Mais pauvre ami vous rêvez tout haut ! Depuis plus de trente ans , je n’avais pas observé qu’il y avait là quelque facilité à exister sur le champ politique.Mais je n’avais pas observé non plus , que le peuple français n’était pas capable, certes lentement, de se libérer peu à peu de la culpabilité dont il était ligoté et baîllonné depuis la seconde guerre mondiale par les » vainqueurs » et plus souvent prédateurs de cette tragédie.
    Cette recette à deux balles d’innocent politique qui consiste à prétendre combattre le « politiquement correct » en commençant par courber l’échine devant lui, est déjà morte dans l’oeuf. Voyez l’article de Sulzer dans l’Express d’hier qui conclut que « les invariants (« l’antisémitsime, le racisme, le pétainisme » etc,) l’emportent sur les nouveautés ». Même chose sur le plateau de LCP le même jour où le jeune sénateur Rachline a été sommé de condamner les propos de Jean-Marie Le Pen ce qui lui a valu sur le champ comme récompense d’être lui aussi d’être accusé c de masquer son pétainisme et autres noms en « ismes » latents.
    On a bien compris que tous ces jeunes écervelés, mais aussi pour certains ,manifestement chargés de mission par le système,rêvent d’accéder au pouvoir et s’imaginent qu’ils doivent ces perspectives, pourtant encore bien plus lointaines qu’ils ne le conçoivent, à leurs seuls mérites de savoir reprendre à leur compte, avec quelques charmantes variantes consensuelles, les , pour le coup, invariantes ficelles usées du système.
    C’est sur ce mode d’andouille patentée que le pitoyable Alliot prétend donner des leçons politiques au Président d’honneur du Front auquel il doit tout.
    Il n’ a pas fini le malheureux de découvrir le fil a couper le beurre !

    16/04/2015 à 9 h 21 min
  • Sancenay Répondre

    « renoncer la facilité de la provocation » pour » accéder aux responsabilités » Ainsi devrions nous être sauvés par l’énarque Philippot , putschiste en culotte courte à ses heures.
    Mais pauvre ami vous rêvez tout haut ! Depuis plus de trente ans , je n’avais pas observé qu’il y avait là quelque facilités à exister sur le champ politique.Mais je n’avais pas observé non plus , que le peuple français n’était pas capable, certes lentement, de se libérer peu à peu de la culpabilité dont il était ligoté et bailloné depuis la seconde guerre mondiale par les » vainqueurs » et plus souvent prédateurs de cette tragédie.
    Cette recette à deux balles d’innocent politique qui consiste à prétendre combattre le « politiquement correct » en commençant par courber l’échine devant lui, est déjà morte dans l’oeuf. Voyez l’article de Sulzer dans l’Expresse d’hier qui conclut que « les invariants  » (« l’antisémitsime, le racisme, le pétainisme » etc,) l’emportent sur les nouveautés. Même chose sur le plateau de LCP le même jour où le jeune sénateur Rachline a été sommé de condamner les propos de Jean-Marie Le Pen ce qui lui a valu sur le champ comme récompense d’être lui aussi d’être accusé c de masquer son pétainisme et autres noms en « ismes » latents.
    On a bien compris que tous ces jeunes écervelés, mais aussi pour certains ,manifestement chargés de mission par le système,r^vent d’accéder au pouvoir et s’imaginent qu’ils doivent ces perspectives, pourtant encore bien plus lointaines qu’ils ne le conçoivent, à leurs seuls mérites de savoir reprendre à leur compte, avec quelques charmantes variantes consensuelles, les , pour le coup, invariantes ficelles usées du système.
    C’est sur ce mode que le pitoyable Alliot prétend donner des leçons politques au Président d’honneur du Front s

    16/04/2015 à 9 h 15 min
  • michel Répondre

    Personnellement je pense que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent !! En d’autres termes, MLP élabore un programme dans lequel tout le monde peut trouver un élément qui lui correspond et auquel il aspire, dans le but de racler un maximum d’électeurs ; le principal étant d’arriver au pouvoir, par tous moyens !! Quand le FN y sera, je pense qu’il établira une nouvelle stratégie, plus pragmatique et plus libérale, mais seulement après avoir donné un coup de poing sur la table pour mettre fin à la construction Européenne fédérale pour se diriger vers une Europe des Nations et mettre fin à cette immigration folle pour organiser une réémigration de ces populations dans leurs pays d’origine où nous aurons peut-être à intervenir dans un futur pour établir, par la force, un semblant de démocratie à l’orientale … Si nous analysons les programmes des autres partis, tous sans exception ont agi de la sorte, en brandissant des programmes alléchants dont ils n’ont pas tenu une seule des promesses !! Alors à menteur, menteur et demi !

    16/04/2015 à 7 h 45 min
    • Jaures Répondre

      Et si le FN faisait le contraire ?
      Si, finalement, il ne gardait que la partie marxiste de son programme et abandonnait sa part nationaliste ?
      Si vous partez du principe que le FN ment, pourquoi le ferait-il dans votre sens ?

      16/04/2015 à 13 h 06 min
      • René de Sévérac Répondre

        Mon ami Jaurès,
        ligne marxiste/ ligne nationaliste.
        Je vous vois « national-socialisme » !
        Jaurès, nous avons changé de siècle.
        Je vous ai certainement dit :
        « la lutte des classes existe, le Capital l’a gagnée moyennent un compromis historique avec le PS (parti prétendument socialiste) en échange de certains arrangements !
        Dites alors ligne gaulliste (ça mélange les deux aspects); je n’ai pas le temps d’en discuter !
        On se retrouvera certainement sous peu.

        16/04/2015 à 13 h 16 min
        • Jaures Répondre

          Je ne parle pas de « ligne » mais de partie de programme.
          Pour moi le FN n’est pas un parti de droite mais un parti populiste dont la seule cohérence est de coller aux aspirations de l’opinion même les plus contradictoires.
          Chercher des « tendances cohérentes » dans tout cela est illusoire. D’ailleurs, personne n’a remis en cause le contenu des paroles de J.M.Le Pen mais on a parlé plutôt de « propos inappropriés », « qui nuisent au FN ». Pas de nette condamnation du contenu mais uniquement sur l’opportunité.
          Si ces propos avaient servi le FN, on comprend que ceux-ci auraient tout aussi pu être approuvés.
          Par ailleurs, il n’y a pas de vainqueur à la lutte des classes: celle-ci existe dés que des richesses sont produites. Il y a seulement certains contextes plus favorables aux salariés et d’autres plus favorables aux actionnaires.
          Enfin, je dis nationaliste et non gaulliste car De Gaulle ne s’est jamais opposé à l’immigration. Bien au contraire, c’est dans les années 60 que les plus importantes vagues d’immigration sont arrivées en France.

          16/04/2015 à 15 h 01 min
          • René de Sévérac

            Jaurès, je ne vais pas répondre point par point.
            Seul, un petit qui vaut son pesant de cacahuètes :
            « De Gaulle jamais opposé à l’immigration »,
            vous êtes donc gaulliste à ce point que vous considériez que les grands hommes ont des propositions sur les problèmes avant qu’ils se posent ? Lisez son point du vue sur l’Algérie française car lui au moins avait vu que avec le temps et le différentiel de natalité, on aurait vite affaire à la France algérienne : du Camus (Renaud) en quelque sorte !
            Sans rancune.

            16/04/2015 à 16 h 48 min
          • Jaures

            Comme je l’écris plus haut, c’est sous de Gaulle que les flux migratoires ont été les plus importants. La population algérienne en France a été multipliée par 3 sous sa présidence.
            C’est également sous sa présidence qu’a été signé un accord d’immigration turque.
            De Gaulle n’avait aucune tendresse pour les Algériens ou les Turcs mais le pays avait besoin de main d’oeuvre.

            16/04/2015 à 17 h 54 min
          • quinctius cincinnatus

            @ Jaurès appartient à cette  » race  » imbécile de gens sûrs d’ eux-mêmes et  » dominateurs  » [ de la Pensée ] … un véritable cas psychiatrique

            20/04/2015 à 14 h 22 min
          • Jaures

            Cher Quinctius, pour vous un imbécile est quelqu’un qui ne pense pas comme vous et qui, détail aggravant, explique pourquoi.

            20/04/2015 à 14 h 29 min
          • quinctius cincinnatus

            non @ Jaurès un imbécile est celui qui manque totalement de lucidité !

            22/04/2015 à 16 h 12 min
        • quinctius cincinnatus Répondre

          à @ Jaurès

           » le pays avait besoin de main d’ oeuvre  » certainement ! mais … alors que certaines Nations  » ( R.F.A. , Pays Bas, Suède, Autriche , Japon et même Italie ) faisaient leur révolution technologique ( robotisation en particulier ) nos  » cerveaux  » industriels, économiques et politiques restaient dans le bas de gamme en employant une main d’ oeuvre sous-qualifiée et de ce fait peu payée laquelle mit aussi à ( son ) profit nos largesses sociales … il n’ y a qu’ à se souvenir des boites à conserves sur 4 roues de nos constructeurs quand on les comparait , alors, aux Volvo, Mercédès ,B.M.W. , Lancia etc … En réalité tout l’ effort était mis sur le nucléaire ( y compris militaire ) et l’ agro-alimentaire ( par exemple la Bretagne est devenue un vaste champ azoté et potassique )

          bref un échec industriel et économique sur toute la ligne

          Il suffit de lire les commentaires sur les différents blogs pour se rendre compte que les Français sont des  » êtres immobiles  » ; on peut également le constater si on s ‘ intéresse , comme moi, à ce qu’ a été durant ces trente dernières années la prise en charge en France des  » autistes « , ou des dyslexiques par l’ E.N. etc … etc … pour les premiers cette supercherie qu’ est la psychanalyse les seconds en les classant comme déficients intellectuels

          Les problèmes demeurant identiques puisque que même les socialistes ne sont que des pseudo-modernes !

          16/04/2015 à 19 h 13 min
          • Jaures

            Quinctius, ce que vous écrivez est très schématique. Les pays que vous citez n’ont absolument pas choisi la même option.
            Ainsi, la RFA a connu en même temps que la France, dés la début des années 60, une vague d’immigration (accord du 30 octobre 1961).
            De même l’Autriche qui a accueilli sur son sol une forte immigration venue de l’Est.
            De fait, les principaux pays européens ont tous un taux d’immigration assez proche de 10% en moyenne.
            Le Japon est un cas particulier. Pour des raisons historiques et géographiques, le pays a peu connu de pression migratoire. Il est exact que cela n’a pas freiné son développement durant les premières décennies mais, depuis près de 20 ans, le Japon souffre de maux structurels (vieillissement et baisse de la démographie, endettement, croissance atone,…) qui pourraient se révéler rédhibitoires à moyen terme.

            19/04/2015 à 9 h 16 min
          • quinctius cincinnatus

            à @ Jaurès c’ est effectivement ce que je dis :  » ils sont intelligemment et courageusement choisi la bonne option  » et cela n’ est pas  » schématique « ! … C’ est votre idéologie qui l’ est .Soyez un peu  » protestant  » et faites un bilan ( critique ) de votre vie !

            19/04/2015 à 15 h 56 min
          • Jaures

            Vous êtes incorrigible, Quinctius !
            Les pays européens ont tous choisi la même option: l’immigration (maghrébine, italienne et portugaise pour la France, turque et est-européenne pour l’Allemagne, indienne et pakistanaise pour l’Angleterre,…).
            Seul le Japon a gardé ses portes fermées et en paye le prix aujourd’hui. Je ne sais pas si cela est « courageux » car il s’agit pour ce pays d’une attitude culturelle qui perdure depuis des siècles.
            Et pour le « bilan de ma vie » je pense qu’il est encore un peu tôt.

            19/04/2015 à 19 h 02 min
          • quinctius cincinnatus

            à @ Jaurès

            Hé bien dans ma famille chacun fait chaque soir le  » bilan  » HUMAIN de sa journée ! Que voulez vous c’ est une vieille tradition protestante … et lorsque , si par modestie, vous faites un jour le votre il sera trop tard et vous serez ENCORE obliger de mentir mais de VOUS MENTIR UNE FOIS ENCORE à VOUS MÊME … c’ est ce qu’ on appelle présentement la Morale … hollandaise ! ( il paraitrait qu’ il y en eût un exemple récent sur Canal moins )

            Monsieur @ Jaurès vous êtes un  » falsificateur  » … même de vous même

            19/04/2015 à 21 h 43 min
          • quinctius cincinnatus

            vous serez obligé !

            19/04/2015 à 21 h 44 min
          • Jaures

            Méthode naïve et attendrissante. Quand vous ne vous sentez plus à l’aise sur un sujet vous bifurquez sur tout autre chose.
            Mais je crois qu’il est l’heure de votre « bilan humain de la journée » et je ne voudrais pas interférer.

            19/04/2015 à 22 h 05 min
      • Philippe Mangé Répondre

        Et si Paris était à la campagne et si ma tante en avait eues…..et si tout était dans tout ???

        16/04/2015 à 16 h 35 min
  • obachiwa Répondre

    Je crois aussi qu’il faut virer l’enarque Philippot et ceux qui sont dans sa ligne. Ils ne sont pas de droite du tout. Mais a mon avis, MLP non plus.

    L’interet a plus long terme, c’est Marion. Il est bien possible qu’un jour elle et MLP soient en concurrence et cela ne plaira pas du tout a cette derniere.

    16/04/2015 à 2 h 27 min
  • dissident Répondre

    « pour une alliance avec l ump, le fn nous trouvera a ses cotes », le probleme c est que personne a l ump ne veut d un rapprochement avec l ump, n auriez vous pas entendu les propos délirants de Sarkozy a ce sujet ou encore ceux de son caniche en PACA qui considere que le fn est « un ennemi »? DONC PIRE qu un adversaire! comment le fn peut eil tendre une main a des gens qui lui crachent a la figure ? il ne le fait plus d ailleurs

    15/04/2015 à 19 h 11 min
  • HOMERE Répondre

    Après avoir viré JMLP il faut virer Philippot …pour devenir un vrai parti de droite,libéral,populaire et patriote….tout un programme !!

    15/04/2015 à 17 h 08 min
  • Philippe Mangé Répondre

    Le FN se cherche…..il serait urgent qu’il se trouve carrément à droite…..et qu’il ne se prostitue pas au jeu du clientélisme électoral.

    15/04/2015 à 16 h 49 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

     » le grand sujet du moment dans le milieu politique etc … etc …  » … … …
    … … … EST UN  » DETAIL  » DE LA VIE POLITIQUE FRANçAISE ! … de plus en plus les  » 4V²  » se transforment en Closer de la Politique !

    15/04/2015 à 14 h 15 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: