Chronique de la violence ordinaire

Posté le septembre 03, 2019, 10:56
5 mins

Samedi 31 août, à Villeurbanne, banlieue dite par antiphrase «populaire» (pour ne pas dire occupée) de Lyon, un Afghan d’une trentaine d’années a assassiné un jeune Français et blessé huit autres personnes, dont au moins trois grièvement.

La caste jacassante bien-pen­sante a aussitôt écarté la piste terroriste.

Que l’assassin ait tenu des propos islamistes ne compte pas. Il faut absolument qu’il soit un simple «déséquilibré».

Soit. Mais, alors, il faut admettre que le nombre de «déséquilibrés» a singulièrement augmenté dans notre pays, au cours des dernières décennies, et que les immigrés contaminés par l’idéologie islamiste sont plus «sensibles» que d’autres au «déséquilibre» mental.

De façon générale, le terrorisme n’est, en tout cas, que l’un des aspects – le plus terrible certes – de la violence qui se répand dans notre société.

Et cette violence a une double cause majeure, dont ceux qui font mine de diriger notre pauvre France sont directement responsables.

Le premier élément de cette double cause est évidemment l’immigration et le refus d’intégration d’une part de plus en plus importante de la population immigrée. Le second élément en est le nihilisme qui a gagné l’oligarchie et qui, de là, se diffuse rapidement dans notre société. La télévision, et notamment les séries télévisées, sont le principal symptôme de cette diffusion massive du nihilisme.

Il suffit de regarder les résumés des épisodes que relaient, sans la moindre distance critique, les médias, pour constater qu’aucune autorité n’existe plus, qu’aucun sacrifice n’est plus envisageable pour un quelconque bien commun (cette dernière expression même a été soigneusement gommée du discours public), qu’aucune structure sociale ne tient plus devant le dissolvant universel du ricanement subventionné.

Je viens de faire une petite expérience, lire le résumé d’un récent épisode de la série «Plus belle la vie», diffusée, grâce à nos impôts, sur France 3: «Abdel doit faire face à un dilemme et se demande s’il est prêt à blanchir l’argent d’un mafieux. Pendant ce temps, Céline semble vouloir abandonner sa place au profit d’une mère porteuse …»

Tout y est. Du détricotage de la cellule familiale à l’immigration, dont témoigne l’un des prénoms, en passant par le viol de la loi.

Le plus délirant, c’est que, sur le site de FR3, où je lisais ces quelques lignes, passait en même temps une publicité me signalant que l’usage de stupéfiants peut être dangereux pour la santé et qu’il est illégal.
Comprenne qui pourra une telle schizophrénie!

La contre-culture soixante-huitarde, parvenue au pouvoir dès 1974 avec Giscard d’Estaing et, plus encore, en 1981 avec Mitterrand, n’a jamais été sérieusement attaquée.
Et l’on s’étonne que la société soit violente?

Encore n’ai-je pas parlé ici du désastre éducatif et de l’abandon des humanités qui auraient pu offrir une culture commune aux immigrés désireux de s’intégrer.

Tant qu’on laissera puruler cette plaie béante, tant qu’on ne fermera pas les frontières pour s’atteler sérieusement à l’intégration des immigrés qui le souhaitent et à l’expulsion de ceux qui ne le souhaitent pas, tant que nos impôts serviront à financer une télévision chaque année plus médiocre, plus voyeuriste et plus transgressive, toutes les réformes ne seront jamais que des emplâtres sur des jambes de bois.

Mais il est vrai que, pour les politiciens non moins médiocres que nous subissons, il est plus difficile de lancer une contre-révolution culturelle que de multiplier les petites phrases et les propositions démagogiques!

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

5 réponses à l'article : Chronique de la violence ordinaire

  1. quinctius cincinnatus

    05/09/2019

    lu sur un blog

    à propos d’ un meurtre en pleine rue d’ un  » jeune homme  » , naturellement connu des services de police mais … défavorablement ; son prénom et son patronyme restent bien entendu du pur domaine d’ une spéculation  » raciste  » )

     » la rigueur des dealers compense le laxisme des juges « 

    Répondre
  2. BRENUS

    05/09/2019

    « notre sécurité » est maintenant une expression à bannir puisqu’elle a disparu. Au point que les forces dites « de sécurité », elles mêmes, ont la frousse et se font caillasser dans les quartier, en attendant de se faire tirer comme des lapins. Evidemment, lorsqu’elles sont en face des GJ – les vrais, pas blackblocks qui eux savent rendre les coups- c’est différent : les « forces » peuvent tabasser à loisir, couvertes qu’elles sont par l’appareil d’Etat, si timide par ailleurs envers les racailles.

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    03/09/2019

    Bon ! résumons bien que partiellement ce drame … urbain d’ un pays en voie d’ occupation

    primo

    il s’ agit d’ un  » réfugié  » qui se dit d’ origine afghane et qui a entendu des voix profaner le nom de  » Dieu  » et que ces mêmes voix lui ont donné l’ ordre de tuer

    secundo

    c’ est un réfugié en situation DEVENUE régulière puisqu’ il était en possession d’ une carte de séjour expirant en 2020 ( et qui aurait été automatiquement renouveler , voir plus loin ); je dis  » devenu  » parce que même s’ ils ne sont pas légalement autorisés à séjourner sur le territoire français comme leur pays ( putatif ) d’ origine refuse de les  » reprendre  » , on leur délivre ce permis au bout de 2 ou 4 ans puis ensuite … la nationalité française

    voilà résumée la situation : la  » politique de l’ immigration  » est légalement une impasse

    ne reste plus qu’ à culpabiliser et vous serez dans le vent sociétal

    de plus

    tertio

    savoir que les  » Afghans  » sont estimés à plus de 5000 sur le territoire français , qu’ ils viennent d’ un pays où la culture du pavot est la plus importante au Monde et qu’ ils se retrouvent dans les filières de la drogue dont ils sont d’ habituels consommateurs car ils ne ressentent pas le  » besoin  » de s’ assimiler ; le  » suspect  » était d’ ailleurs positif aux stupéfiants ( on sait que les drogues ne serait ce que le cannabis peuvent déclencher un tel état ( psychotique ) : c f la confrérie sunnite des Assassins ( fumeurs de hasch )

    quatro

    que les premières investigations psychiatriques ont décelé justement un état psychotique avec hallucinations et  » motivations  » mystiques et / ou à caractère religieux

    Répondre
    • BRENUS

      04/09/2019

      C’est bien pratique d’invoquer la drogue ou un état mental défaillant pour esquiver les questions concernant les meurs de ces gens porteur d’une culture qui n’interdit pas de tuer. Si tous nos cinglés ou drogués devaient s’y mettre la maison de Borniol verrait son chiffre d’affaire grimper aux nuages. Des gens qui n’hésitent pas à jeter de l’acide sur le visage des filles ou femmes qu’ils jugent pas assez dociles méritent toute notre considération et l’absolution de leurs saloperies par les pétasses béates.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        04/09/2019

        je n’ invoque pas de circonstances  » atténuantes  » *** pour cet homme , je décris avec le plus de précisions actuellement en ma possession ce qu’ il en est présentement de notre  » sécurité  »

        *** il n’ y a pas si longtemps que le  » jalousie  » était considérée comme une circonstance atténuante par la Justice française

        Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)