Clandestins et insécurité à Athènes

Posté le mai 16, 2011, 7:58
2 mins

Se promener n’importe où en pleine nuit en Grèce est unexpérience apaisante pour un habitant de la région parisienne ou d’une grande ville française : le sentiment de sécurité est total et la réalité aussi… sauf depuis quelques mois dans les quartiers populaires d’Athènes, envahis de clandestins. Il suffit de traverser une rue pour passer une frontière ethnique, culturelle et… comportementale. Avec les clandestins sont arrivés dans la rue prostitution la plus sordide et les trafics les plus répréhensibles… d’où le malaise des Athéniens, comme en témoigne aussi la presse :

« Les Athéniens dans leur grande majorité ne se sentent pas en sécurité dans les quartiers populaires du centre commercial de la capitale grecque à cause de la criminalité en hausse et de la présence des sans-papiers, selon un sondage publié dimanche dans le journal grec To Vima.

La criminalité est le plus important problème pour 85,5% des sondés, suivie de la présence des sans-papiers pour 57,3%, selon ce sondage effectué sur un échantillon de plus d’un millier d’habitants de l’agglomération d’Athènes.

L’enquête s’est déroulée les 11 et 12 mai, le lendemain d’un vol à l’arraché qui a coûté la vie à un Grec de 44 ans poignardé à mort, par des étrangers selon des témoins, et qui a provoqué un tollé dans le pays ainsi que des manifestations anti-immigrés dans le centre d’Athènes.

Pour plus de sept sondés sur dix (73,7%) le crime de mardi est le résultat de l’afflux incontrôlé des clandestins dans le centre-ville contre 14% qui estiment que la police n’effectue pas de contrôles suffisants.

Plus de huit Athéniens sur dix ne se sentent pas en sécurité dans le centre commercial d’Athènes et 60,6% souhaitent déménager, selon l’enquête. » Romandie.com