Clearstream : brillante manœuvre de Villepin

Posté le février 04, 2010, 12:00
5 mins

On ne me fera jamais prendre Dominique de Villepin pour un naïf. Quand il a crié victoire sur les marches même du Palais et qu’il a, sans atten­dre, déclaré qu’il souhaitait «offrir une alternative à une politique qui ne donne pas de résultats », il ne pouvait ignorer deux choses.
D’abord, que le jugement était susceptible de contestation en appel et que le procureur comme les autres prévenus disposaient d’un délai assez court pour l’interjeter.

Ensuite, que Nicolas Sarkozy n’a pas pour habitude de tendre la joue gauche quand on le frappe sur la droite, qu’il ne manquerait pas de se considérer comme souffleté par de telles déclarations et qu’il avait le moyen de commander au-dit procureur de poursuivre la procédure.

Autrement dit, s’il voulait être débarrassé définitivement de Clearstream, il lui fallait faire profil bas, attendre et croiser les doigts. Comme il ne l’a pas fait et que je me refuse décidément à croire à une maladresse, c’est qu’il a considéré que le procès était une si magnifique tribune, qu’il lui avait médiatiquement et politiquement si bien réussi, que c’eût été grand dommage que le spectacle s’interrompît ainsi en plein succès. Bref, il a tendu un piège à son persécuteur.

Et l’autre est tombé dedans à pieds joints. Il a bien sûr fait mine de lâcher prise et d’être « satisfait du jugement ». Mais en disant cela, son nez poussait, poussait comme celui de Pinocchio, et ceux qui l’ont cru sur l’instant ont vite compris, lorsque l’appel fut annoncé « en toute indépendance » par l’obéissant procureur, que le croc de boucher n’était pas remisé au fond du grenier.

De la part de l’ancien Premier ministre, le calcul peut paraître risqué, à moins qu’il ne soit tellement sûr de son innocence et n’ait une preuve non encore produite à sortir de son sac. Car il pourrait être condamné dans un second jugement et, fût-ce symboliquement, ce serait pour lui une catastrophe.

Une catastrophe ? Voire. A-t-on songé qu’après l’appel, il y a, sinon la cassation pour vice de forme qui n’aurait aucune utilité politique, du moins la plainte devant la Cour européenne des droits de l’homme pour procès inéquitable, atteinte à la séparation des pouvoirs et violation des libertés fondamentales ? Gageons que la Cour ne manquerait pas de lui donner raison. Sa jurisprudence le laisse augurer sans ambiguïté.
La manœuvre est à tout coup gagnante : ou Dominique de Villepin est innocenté deux fois par la justice française, ce qui est enfoncer doublement le clou dans l’opinion, ou le Président de la République est épinglé pour excès de pouvoir par la Cour européenne, ce qui n’est pas plus mal. Car, compte tenu des délais de procédure, le verdict devrait tomber en pleine campagne présidentielle…
Le feuilleton n’est donc pas près de s’achever.

2 réponses à l'article : Clearstream : brillante manœuvre de Villepin

  1. GUS

    08/02/2010

     

    Je ne suis pas totalement d’accord avec cet article. Je ne suis pas un adepte de Sarko, tant s’en faut. Mais Villepin n’est certainement pas un naif comme il est écrit, mais ce n’est certainement pas non plus un machiavélien de haut bord. Voilà un type qui n’a jamais été élu nulle part et par personne, play boy sur le retour, belle gueule, belle voix, de l’allure, un mondain très parisien  (ma femme est une amie de Carla ), mais ça ne suffit pas. Ce type est d’une vanité incroyable, d’une prétention collosale, qui à lui seul va redresser la France  (comment, on voudrait bien savoir ) et qui, paradoxe, s’acharne, lui, et ouvertement contre Sarko qu’il accuse d’acharnement et de haine, et qui ne comprend pas pourquoi les français ne se précipitent pas dans ses bras, comme un seul homme. En somme, Zorro est arrivé.Enfin,il me parait que Chirac s’est fait avoir par ce bavard impénitent, son coté mondain très présentable, sans avoir mesuré le coté toc du personnage, en le prenant pour premier ministre.

    Répondre
  2. Anonyme

    06/02/2010

       Oui mais le parquet a aussi les moyens de faire trainer la procédure de façon à ce que rien ne soit jugé avant la campagne électorale.

       Pour l’instant Villepin est un prévenu et je ne vois pas comment il pourrait se présenter à la présidentielle dans cette situation.

       La manoeuvre de Villepin, si elle a été préméditée avec soin, n’est alors pas si brillante.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)