Comment la droite pourrait renouer avec la victoire…

Posté le juin 13, 2012, 12:00
13 mins

Comme au mois de mai dernier, nous constatons que la France est nettement à droite. Et, pourtant, l’Assemblée nationale sera nettement à gauche – comme, désormais, l’intégralité des pouvoirs politiques et culturels.

Cette anomalie n’est pas seulement choquante, mais désastreuse pour notre pays, puisqu’elle permet à des irresponsables de disposer d’un pouvoir pratiquement sans limite – sauf les limites de souveraineté, imposées par toutes sortes d’officines plus ou moins légitimes, de l’Union européenne au FMI, en passant par tous les bureaux de la « gouvernance mondiale » !

Et, pour en finir avec cette anomalie, je ne vois que trois possibilités : 1) Soit changer les règles du jeu électoral ; 2) Soit parvenir à une alliance électorale entre les différentes formations de la droite française, et notamment entre l’UMP et le FN ; 3) Soit, enfin, rendre illégitime l’alliance entre le PS et l’extrême gauche communiste (et donc totalitaire).

Commençons par le troisième point. De toute évidence, c’est ce qui nous échappe le plus. Si le PS et ses électeurs considèrent acceptable de s’allier avec des personnes se revendiquant de l’idéologie la plus meurtrière de tous les temps, on voit mal comment nous pourrions nous y opposer. Cependant, il y a, au moins, une chose que les dirigeants et les électeurs de droite pourraient faire, c’est rappeler la réalité du communisme et forcer les élus de gauche à se positionner par rapport à cette réalité. Or, que ce soit en matière de connaissance de l’histoire ou de connaissance de la pensée marxiste, le moins que l’on puisse dire, c’est que les élus de droite ne sont pas au niveau. Quand ils ne sont pas, purement et simplement, eux-mêmes marxistes sans le savoir.

S’agissant de l’alliance entre les partis de droite, nous allons avoir une « fenêtre de tir » : l’UMP va élire ses dirigeants à l’automne, juste après deux graves défaites électorales, dont tout le monde sait qu’elles ne sont dues qu’à ce refus de tout accord avec le FN.

Un bon nombre de dirigeants de l’UMP s’en tient à la ligne Chirac (plutôt le PS que le FN), mais ces dirigeants, soit ne sont pas élus sur leur nom (Jouanno), soit ont craint de se présenter (Juppé), soit sont en situation électorale périlleuse et seront peut-être battus dimanche prochain (Kosciusko-Morizet). Ce ne sont certainement pas les plus légitimes pour parler de stratégie électorale !

Le « Ni front républicain, ni Front national » de Copé est certainement un progrès par rapport à la ligne Chirac, mais il n’est pas tenable. Soit il est moralement impossible de discuter avec le FN, auquel cas il faut revenir à la ligne Chirac (et même aller jusqu’à interdire le FN, tant qu’à faire !) ; soit c’est possible et, alors, il faut envisager des accords.

Dernier point : le changement des règles du jeu. La nouvelle majorité va sans doute modifier le scrutin législatif. Je ne regretterai pas l’actuel scrutin qui fausse outrageusement la représentation nationale (voir l’éditorial de Jean Rouxel en p. 1) et il me semble absolument normal que le FN, compte tenu de son poids électoral, ait un groupe à l’Assemblée.

Mais il pourrait aussi y avoir une autre évolution, avec la désignation des candidats par les militants et le développement de primaires à droite. Si le dispositif socialiste, dont nous avons supporté le matraquage pendant tout l’automne, était généralisé à droite, il est probable que l’idée d’entente à droite pourrait faire de rapides progrès.

En tout cas, les mois à venir vont être décisifs pour l’avenir de la droite – et pas seulement au plan électoral !Comment la droite pourrait renouer avec la victoire…

omme au mois de mai dernier, nous constatons que la France est nettement à droite. Et, pourtant, l’Assemblée nationale sera nettement à gauche – comme, désormais, l’intégralité des pouvoirs politiques et culturels.

Cette anomalie n’est pas seulement choquante, mais désastreuse pour notre pays, puisqu’elle permet à des irresponsables de disposer d’un pouvoir pratiquement sans limite – sauf les limites de souveraineté, imposées par toutes sortes d’officines plus ou moins légitimes, de l’Union européenne au FMI, en passant par tous les bureaux de la « gouvernance mondiale » !

Et, pour en finir avec cette anomalie, je ne vois que trois possibilités : 1) Soit changer les règles du jeu électoral ; 2) Soit parvenir à une alliance électorale entre les différentes formations de la droite française, et notamment entre l’UMP et le FN ; 3) Soit, enfin, rendre illégitime l’alliance entre le PS et l’extrême gauche communiste (et donc totalitaire).

Commençons par le troisième point. De toute évidence, c’est ce qui nous échappe le plus. Si le PS et ses électeurs considèrent acceptable de s’allier avec des personnes se revendiquant de l’idéologie la plus meurtrière de tous les temps, on voit mal comment nous pourrions nous y opposer. Cependant, il y a, au moins, une chose que les dirigeants et les électeurs de droite pourraient faire, c’est rappeler la réalité du communisme et forcer les élus de gauche à se positionner par rapport à cette réalité. Or, que ce soit en matière de connaissance de l’histoire ou de connaissance de la pensée marxiste, le moins que l’on puisse dire, c’est que les élus de droite ne sont pas au niveau. Quand ils ne sont pas, purement et simplement, eux-mêmes marxistes sans le savoir.

S’agissant de l’alliance entre les partis de droite, nous allons avoir une « fenêtre de tir » : l’UMP va élire ses dirigeants à l’automne, juste après deux graves défaites électorales, dont tout le monde sait qu’elles ne sont dues qu’à ce refus de tout accord avec le FN.

Un bon nombre de dirigeants de l’UMP s’en tient à la ligne Chirac (plutôt le PS que le FN), mais ces dirigeants, soit ne sont pas élus sur leur nom (Jouanno), soit ont craint de se présenter (Juppé), soit sont en situation électorale périlleuse et seront peut-être battus dimanche prochain (Kosciusko-Morizet). Ce ne sont certainement pas les plus légitimes pour parler de stratégie électorale !

Le « Ni front républicain, ni Front national » de Copé est certainement un progrès par rapport à la ligne Chirac, mais il n’est pas tenable. Soit il est moralement impossible de discuter avec le FN, auquel cas il faut revenir à la ligne Chirac (et même aller jusqu’à interdire le FN, tant qu’à faire !) ; soit c’est possible et, alors, il faut envisager des accords.

Dernier point : le changement des règles du jeu. La nouvelle majorité va sans doute modifier le scrutin législatif. Je ne regretterai pas l’actuel scrutin qui fausse outrageusement la représentation nationale (voir l’éditorial de Jean Rouxel en p. 1) et il me semble absolument normal que le FN, compte tenu de son poids électoral, ait un groupe à l’Assemblée.

Mais il pourrait aussi y avoir une autre évolution, avec la désignation des candidats par les militants et le développement de primaires à droite. Si le dispositif socialiste, dont nous avons supporté le matraquage pendant tout l’automne, était généralisé à droite, il est probable que l’idée d’entente à droite pourrait faire de rapides progrès.

En tout cas, les mois à venir vont être décisifs pour l’avenir de la droite – et pas seulement au plan électoral !

Article précédent

Vu sur le net

Article suivant

Morano

21 réponses à l'article : Comment la droite pourrait renouer avec la victoire…

  1. quinctius cincinnatus

    17/06/2012

    @ F

    En réalité Jospin a " (re)privatisé " ce que Mitterrand avait " (re)étatisé " … mais le P.S. N’aura PLUS accès à ce pactole … et pour parler Berlinois ,attendez vous donc  à une augmentation " kOLOSSALE "  de vos impôts et de vos charges de la part de ces brillants ces énarques , car l’avez vous remarqué JAMAIS il n’y  eût autant d’énarques dans les cabinets ministériels que dans ce gouvernement … l’avenir s’annonce … rose

    Répondre
  2. F

    17/06/2012

      Mon post sur "la fabuleuse époque Jospin" n’étant pas passé, je le remets en espérant qu’il aura plus de chances cette fois.

      Au début du "règne" de Jospin, la dette était de 60% du PIB ( 750 Md €). A la fin, elle était d’un peu plus de 59% du PIB ( 920 Md €). Quasi stable en pourcentage du PIB elle a progressé de 22% en valeur absolue.
     Mais Jospin, c’est aussi le champion toutes catégories des privatisation. Une des rares choses qu’il ait faites de bien, mais il faudra qu’on m’explique pourquoi quand la droite privatise c’est mal et quand ce sont les socialistes qui le font, c’est bien…Sans les 31 Md € des privatisation, le déficit serait passé à 61% du PIB et aurait progressé de 27% en valeur absolue.
     DANS LE MEME TEMPS, LA DETTE MOYENNE DES PAYS EUROPEENS BAISSAIT DE 5 POINTS DE PIB.
     
     Jospin a su beaucoup moins bien profiter de la période faste ( pour TOUT lemonde) que les autres pays Européens…On pourrait même dire qu’il n’en a pas profité alors que les autres l’ont fait.

      Si cela mérite d’être cité en exemple, je veux bien, mais certainement pas en exemple de bonne gestion.

    Répondre
  3. HansImSchnoggeLoch

    17/06/2012

    << … D’ailleurs, Mme Le Pen a qualifié l’UMP et le PS "d’ultralibéraux"… >>
    En concordance avec l’explication de l’intervenant le FN doit donc se situer à gauche de l’extrême droite c.à.d. à droite de l’extrême gauche. Simple n’est ce pas!

    Répondre
  4. Jaures

    16/06/2012

    Oeilderaison, avec le programme économique présenté par le FN, considérez-vous que ses dirigeants sont "vendus à la gauche" ? D’ailleurs, Mme Le Pen a qualifié l’UMP et le PS "d’ultralibéraux".

    Répondre
  5. Oeildevraicon

    15/06/2012

    Comment la droite pourrait renouer avec la victoire…

    En quelques mots:
    1er-      Les électeurs de  "Droite" doivent virer tous les dirigeants vendus à la gauche…
    2eme- Ils faut voter pour le candidat de droite, le mieux placé au premier tour -QUEL QU’IL SOIT-,
                  sauf pour ceux cités en 1.

    Répondre
  6. HOMERE

    15/06/2012

    Jaurès est fin scrutateur….il a tout bon….actuellement,le positionnement du FN le situe nettement à gauche;il faut donc ajouter ses voix à celles du  PS.On peut même dire à l’extrême gauche,tant les délires de MLP sont à des années lumières de la droite….Charlie Harper ne dit pas autre chose !!!

    Vous cassez pas le crâne……le vraie droite va se reconstituer autour des valeurs de droite et vider les poches de ce parti des patriotes,les autres rejoindront leur parti de base : l’extrême gauche !!!

    Le FN a 7 / 8% c’est sa toise historique…..

    Répondre
  7. HansImSchnoggeLoch

    15/06/2012

    < vendredi 15 juin 2012 10:19 … permet de garder les pieds sur terre … >>
    Bien dit, il faudra donc enfin commencer à travailler et arrêter de voler du temps de travail à votre employeur . Cela permettrait entre autre à payer plus d’impôts et réglerait sûrement mieux les vrais problèmes.

    PS: à ce que je sache, les Suédois ont changé drastiquement les règles de leur "välfärdsstaten" dernièrement.  Förstås?

    Répondre
  8. quinctius cincinnatus

    15/06/2012

    @ Jaurès

    votre " engagement " serait il celui d’un " bon " Protestant  ? … efforts personnels et responsabilité individuelle voilà mon … Crédo …
    … et les " 4 V2 " feraient tout aussi bien de divulguer cette forme humaine de libéralisme au lieu que de se complaire dans des dogmes depuis longtemps éculés …

    Répondre
  9. Jaures

    15/06/2012

    Hans, je ne connais pas précisément la teneur de vos engagements politiques mais, quels qu’ils soient, pensez-vous sans rire que leur application apporteraient pour tous bonheur et prospérité ? Ne sont-ce justement pas les idéologies ayant cette prétention qui ont abouti au pire ?
    Mon engagement vise à promouvoir les valeurs de partage, de progrès social et d’égalité des chances. Je combats donc aux côtés de ceux qui vont dans ce sens mais sans optimisme béât sachant que les convictions sont souvent corrompues par l’attrait du pouvoir ou de l’argent. L’engagement auprès des militants associatifs et des salariés permet de garder les pieds sur terre et de ne pas perdre de vue la réalité des vrais problèmes que les éditorialistes de ce site, dont celui auquel vous faîtes allusion, ne connaissent que de manière théorique et confuse.
    Quant au socialisme qui aurait réussi, je me reconnais assez bien dans la période Jospin ou dans la sociale-démocratie suédoise .

    Répondre
  10. HansImSchnoggeLoch

    14/06/2012

    <<C’est pourquoi mon engagement politique ne se dissocie pas de mes activités syndicales et associatives>>
    Autant dire nul, si cette phrase passe-partout signifie encore quelque chose. De la pure sémantique socialo, une grosse couche de saindoux suintant sur la tartine.
    Exemple: mon activité politique est étroitement associée à mon engagement syndical et associatif!
    C’est plus court et moins pédant mais c’est le même charabia, qui dit mieux?

    Répondre
  11. IOSA

    14/06/2012

    Après la France Forte devenue défunte et donc la France Morte, voilà que maintenant certains voudraient la ressuscitée avec les mêmes fourbes qui l’ont achevée.

    PFFFffttt!!!!

    IOSA

    Répondre
  12. HansImSchnoggeLoch

    14/06/2012

    <<… Que je pense que les socialistes au pouvoir vont amener mécaniquement le bonheur … >>
    Aveu de défaite prématurée. On se demande pourquoi le dénommé Hollande s’est donné tant de mal si la débâcle est déjà assurée. Le pseudo Jaures assure déjà ses arrières pour ne pas suivre les traces de Guy Milliere qu’il décrit tant.
    De toute façon on n’a jamais vu de socialisme réussir, cela s’est toujours mal terminé.

    Répondre
  13. quinctius cincinnatus

    14/06/2012

    @ Jaurès  ( votre dernier message )

    reportez vous aux définitions du mot " légende " …  puis reportez vous à la définition de " faits historiques " … la casuistique très peu pour moi …

    Répondre
  14. quinctius cincinnatus

    14/06/2012

    Madame Ségolène Royal qui visait à la fois le perchoir et une circonscription du boboland  républicain  ( La Rochelle , Ile de Ré … )  se pose une nouvelle fois en victime , rôle dans lequel elle a obtenu , déjà dans le passé , de grands succès mediatiques , pour ne pas dire des " Molières " et  je constate , amusé , que ces mêmes media nous rejouent un dernier ( et espérons le , ultime ) remake … qui comme il en va souvent pour les remakes sera un four

    Répondre
  15. Jaures

    14/06/2012

    Que croyez-vous Quinctius ? Que je pense que les socialistes au pouvoir vont amener mécaniquement le bonheur et la prospérité pour tous ? Mes maîtres à penser ne sont ni Marx, ni Lenine mais Montaigne, Alain et Cioran, des philosophes engagés mais sceptiques, voire pessimistes. Alain justement disait qu’un bourgeois élu demeure bourgeois, mais qu’un socialiste élu devient bourgeois. Ce n’est pas un hasard si le héros romain dont vous avez pris le nom comme pseudonyme est légendaire: qui peut croire aujourd’hui qu’un simple paysan abandonnerait sa charrue pour prendre le pouvoir et sauver son pays et, devoir accompli, retournerait ensuite à sa condition première sans plus d’ambitions ?
    C’est pourquoi mon engagement politique ne se dissocie pas de mes activités syndicales et associatives

    Répondre
  16. quinctius cincinnatus

    13/06/2012

    Monsieur @ Jaurès
    je n’ai pas en estime Madame Nadine Morano , que je trouve tout à la fois vulgaire et méprisante , mais les propos que vous lui attribuez de façon subliminale , s’ils " tombaient " sous des yeux inquisiteurs , vous vaudraient  à juste titre bien des déboires judiciaires !
    l’élection de François Hollande semble vous avoir malheureusement monté le bourrichon … mais les lendemains EUPHORIQUES de fêtes sont régulièrement suivis d’une sévère gueule de bois  "  et souvent même de  dépression  … vous n’êtes pas au bout de vos peines  et de vos désillusions  socialistes … croyez moi !

    Répondre
  17. charlie harper

    13/06/2012

    Le fn est antilibéral, anticapitaliste et veut plus d’etat : il n’est donc pas de droite.

    Répondre
  18. HansImSchnoggeLoch

    13/06/2012

    <<Pour sauver son siège, Nadine Morano serait d’ailleurs prête à nous lancer un "Durafour crématoire" ou à émettre un doute sur l’existence des chambres à gaz.>>
    Certains, manquant d’arguments sans doute, ont toujours recours à la fameuse loi de Godwin "reductio ad hitlerum". Que Dieu leur pardonne, s’il le veut bien.

    Répondre
  19. HansImSchnoggeLoch

    13/06/2012

    Cela cocotte drôlement dans le poulailler hollandais. Encore quelques poules récalcitrantes de plus et la Droite va pouvoir revenir au galop. Le coq en charge n’a pas du tout l’air de pouvoir contenir la cacophonie de ses femelles. 
    On est curieux d’entendre les commentaires du syndicaliste local pour ces couacs.

    Répondre
  20. Jaures

    13/06/2012

    Que veut dire une alliance à droite ? Le FN est-il un parti de droite ? Je me le demande.
    Quand une personne vous dit qu’elle est pour la défense des services publics, le retour de la retraite à 60 ans pour tous, le recours aux nationalisations, l’indexation des salaires,…vous pensez que cette personne est de droite ? Quand, de surcroit, cette même personne demande le retour des frontières et la sortie de l’euro, avec quel allié partageant ces idées, ou même s’en approchant, la voyez-vous s’allier ?
    Quant à l’immigration, celle-ci n’a guère variée en volume entre les 5 années Jospin et les 10 dernières années de droite.
    On voit donc que les discours actuels ne sont que des postures à vues purement électorales. Mme Le Pen, tout comme son père, ne souhaite absolument pas prendre le pouvoir, mais faire perdurer la petite entreprise familiale. Quant à l’UMP, sa seule motivation est de garder un maximum de députés.
    Pour sauver son siège, Nadine Morano serait d’ailleurs prête à nous lancer un "Durafour crématoire" ou à émettre un doute sur l’existence des chambres à gaz.
    Qu’importe, puisque, comme l’écrit Kundera: "Rien ne sera pardonné, mais tout sera oublié".

    Répondre
  21. HOMERE

    13/06/2012

    Ce n’est pas en répétant deux fois la même chose que l’on a forcément raison….

    Arrêtez d’affirmer ce qui est contraire a un éventuel rapprochement des droites….arrêtez de répéter que l’UMP et Sarkozy sont les seuls responsables…vous croyez que c’est de cette façon que vous apportez des éléments positifs au débat ?

    Arrêtez de vous plaindre que la gauche consigne tous les pouvoirs…..et que la faute en revient toujours aux mêmes…c’est lassant et contre productif….si vous envisagez un rapprochement de la droite avec le FN ce n’est pas comme celà que vous y parviendrez…..dites donc à Marine Le Pen que ses anathèmes et ses invectives sont également contre productives…..ce n’est pas comme celà que nous parviendront à établir les bases d’une éventuelle conciliation….je n’aurai pas l’outrecuidance de vous rappeler les déclarations guerrières de MLP ……c’est inutile et stérile.

    Une union électorale n’est pas une union de pensée et de programme…..que proposez vous afin d’approcher les deux idéologies ? que proposez vous pour l’Europe ? pour la fiscalité? pour l’économie, pour le social, pour l’éducation…….et qui soit de nature à constituer un rapprochement d’idées ?

    Si vous dites "le programme du FN" je vous répond le"programme de l’UMP"…..on va avancer comme çà !!

     

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)