Comment se présente l’élection présidentielle française ?

Comment se présente l’élection présidentielle française ?

Le paysage de l’élection présidentielle française se précise.

La gauche sera émiettée et, pour l’essentiel, absente.

Son principal représentant sera Jean-Luc Mélenchon, qui incarne l’extrême gauche et, plus précisément, l’islamo-gauchisme. Et qu’il soit encore à ce niveau montre à quel point la gauche française est tout à la fois naufragée et inquiétante.

Derrière Mélenchon arrive Yannick Jadot, qui incarne une extrême gauche un peu plus modérée, et la peur phobique qu’un dérèglement climatique anthropique inexistant menace la survie de la planète.

Le candidat communiste est à 1 %, signe que le léninisme est désormais phagocyté par l’islamo-gauchisme, et mort en tant que tel.

Il y a un candidat socialiste, ou plus exactement une candidate : au vu de ce qu’elle a fait de Paris, on comprend qu’elle soit un repoussoir, et en matière d’écologisme destructeur et liberticide, il est logique que les électeurs préfèrent l’écologiste vert pastèque à une copie.

Le socialisme modéré est mort lui aussi ou, plus précisément, il est désormais incarné par Emmanuel Macron, qui occupe désormais tout l’espace du centre gauche (on oublie trop vite que Macron vient du socialisme).

Le parti socialiste tel qu’il fut est mort, comme le parti communiste : ce que le parti socialiste était au temps de Lionel Jospin s’appelle aujourd’hui La République en marche.

La droite modérée, compatible avec le socialisme modéré façon Macron, elle, est agonisante. Elle avait organisé une élection primaire réservée aux membres du parti (aux fins d’en exclure Éric Zemmour, trop à droite pour elle), et on a vu se présenter quatre pâles clones de Macron, et un homme de droite zemmourien, Éric Ciotti.

Le choix des membres du parti a été, bien sûr, l’un des clones, Valérie Pécresse, qui a reçu le soutien des autres clones.

Imaginer Valérie Pécresse à un second tour d’élection présidentielle implique d’imaginer beaucoup : les idées exprimées sont quasiment celles d’Emmanuel Macron, avec quelques ajouts opportunistes.

Le discours est vide et ne dit à peu près rien.

Valérie Pécresse appellera à voter Macron au second tour.

Je ne sais si elle sera ministre de Macron, mais je sais que le parti Les Républicains disparaîtra sans doute en 2022.

La seule inconnue restera l’incarnation de la vraie droite.

Le score des petits candidats de droite sera aussi faible que celui du candidat communiste, et il est inutile d’en parler ou de les prendre en compte.

Il restera donc Marine Le Pen et Éric Zemmour.

Marine Le Pen, je regrette d’avoir à le redire, est inéligible.

Le nom Le Pen est toujours un visa pour la défaite et le restera. Marion Maréchal l’a compris et s’en est séparée. Marine ne l’a pas fait (si elle l’avait fait, cela n’aurait, au présent, pas changé grand-chose).

Pour se « dédiaboliser », elle a affadi son discours et déçu les aspirations de nombre de ses électeurs, qui l’ont délaissée lors des élections régionales.

Elle a, de surcroît, des positions économiques de gauche.

Macron la souhaitait comme adversaire et comme marchepied pour gagner à nouveau.

Éric Zemmour est venu bouleverser le jeu et aucun de ses adversaires ne s’attendait à son succès.

Une opération de démolition intensive a été menée contre lui, et il fait face à la haine de tous ses adversaires politiques, de quasiment tous les journalistes et tous les commentateurs.

L’opération est destinée à le faire tomber en dessous de Marine Le Pen, voire en dessous de Valérie Pécresse.

Rien ne lui sera épargné : diffamation, salissures sordides, insultes, menaces, violences.

S’il tombe, Macron sera réélu face à Marine Le Pen, et il gouvernera sur un champ de ruines, par défaut, sans bénéficier de l’adhésion d’une large part de la population. Le futur sera très sombre, et la démocratie française sera à l’agonie.

Si Éric Zemmour résiste et est au deuxième tour, il aura du mal à gagner, mais il pourra incarner une recomposition de la droite et faire face au désastre Macron, quand bien même celui-ci, le cas échéant, se poursuivra, et la lumière de l’espoir ne sera pas totalement éteinte.

Éric Zemmour semble beaucoup mobiliser, on l’a vu à Villepinte. Dès lors, sait-on jamais ?

Partager cette publication

(6) Commentaires

  • Laure Tograf Répondre

    MLP rajoute une corde à ses arguments de campagne : sa passion pour les chats. Après tout, pourquoi pas et je lui suggère même de pousser son avantage face la maire de Paris qui, elle, préfère les rats. Je verrais bien un duel verbal entre les deux, chacune avançant la supériorité de ses animaux. Ainsi, chacun se choisirait un totem avec, par exemple : un vieux bouc pour méluche, un belier pour Z . Pour pécresse, je verrais bien le pigeon voyageur, tant elle sait aller dans tous les sens sans perdre de vue sa gamelle.

    14/12/2021 à 0 h 36 min
  • Gérard Pierre Répondre

    La France est-elle OUI ou NON … MALADE ?

    MALADE de plus de quatre décennies de socialisme larvé de marxisme et de fausse droite qui s’excuse en permanence de n(être point de gauche ?

    Si l’on n’admet pas qu’elle est malade, si l’on n’accepte pas le constat de son atonie, de ses langueurs, … alors il faut voter pour ses fossoyeurs !

    Ils préparent déjà la cérémonie mortuaire, selon un rituel républicain que l’on peut écrire, et son éloge funèbre sera totalement empreint de mondialisme, de morale altruiste, et de lieux communs creux comme tous les éléments de langage que nous servent à longueurs de plateaux télévisés les psittacidés compulsifs du monde « intellectuel », médiatique ou politique !

    Si, en revanche, on admet qu’elle est malade, … alors on recherche quel thérapeute l’a diagnostiqué, … et ensuite, on fait le choix de lui confier la charge de tenter de la soigner !

    Il me semble que, dans l’état actuel des choses et de la France, … il n’y en a pas trente six !

    11/12/2021 à 15 h 01 min
  • Laure Tograf Répondre

    Il n’est que de voir et entendre à la radio et la TV les commentaires maintenant laudateurs, après avoir été haineux durant des mois et plus, sur MLP de toute la classe jactante qui n’hésite pas a en rajouter , en opposition a mr.Z, pour comprendre que le choix de jupiter est de tenter de faire monter la cote de MLP. Ainsi, il pourra l’écraser sans peine à l’occasion du second tour. Et hop, le lapin est dans le sac….
    P.S. Téléchargez « l’hymne à la joie » pour croire bien fort aux lendemains qui chantent avec miss GrossDeutchlandEuropa. C’est gratuit et il n’y a pas de taxe pour des ayant droits.

    10/12/2021 à 0 h 42 min
  • HOMERE Répondre

    Macron est le meilleur soutient des bourgeois de droite et d gauche…son Européanisme t son attrait maladif pour la mondialisation sont les meilleures garanties de sa réélection ,,,Pécresse pourrait gagner pour faire la même politique à epsilon près,,,c’est une opportuniste comme lui et une ambitieuse démesurée,,,la France est bien partie pour un nouveau tour de piste gratuit,,,,après il y aura de la casse (Le Pen grillée démissionne et Zemmour constitue un grand groupe national actif pour en faire une machine puissante et dominante)

    08/12/2021 à 17 h 27 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      pour cela il faudrait d’ abord qu’ Eric Zemmour se …  » calme  » un peu et cesse ses … pitreries
      voyez vous, chez lui, bien des traits de caractère nous rappellent … Nicolas Sarkozy
      M. Le P. a au moins l’ avantage électoral d’ avoir une réelle empathie pour les plus  » humbles  » , ceux qui travaillent dur sans pouvoir en vivre décemment

      10/12/2021 à 20 h 55 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    Elle se présente mal pour les  » souverainistes  » c’ est la seule chose dont je sois certain … reprenant à leur compte les divisions de  » LaDroite  » dite républicaine ils risquent l’ élimination dès le premier tour

    07/12/2021 à 12 h 02 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *