Communiqué de Nicolas Miguet, candidat à l’élection présidentielle

Communiqué de Nicolas Miguet, candidat à l’élection présidentielle

J’ai décidé de me présenter à l’élection présidentielle car dans le débat présidentiel actuel, aucun candidat ne prend en compte les difficultés du monde rural. Pour la classe politique traditionnelle, les habitants des campagnes n’existent pas. Une fois encore, la ruralité n’est pas parvenue à s’imposer comme un thème fort de la campagne présidentielle. Alors qu’elle devrait être une priorité.

 

35 % des Françaises et des Français vivent dans des communes rurales et aucun des candidats déclarés ne s’intéresse réellement à eux. Ils sont les grands oubliés de la campagne présidentielle 2022. C’est pour cela que je suis candidat à l’élection présidentielle.

En effet, les chantiers sont immenses : l’accès aux soins, les services et commerces de proximité… Or ces difficultés ne retiennent pas l’attention des hommes politiques traditionnels.

Je suis le SEUL candidat des campagnes. Je suis né, je vis et travaille à Verneuil-sur-Avre.

Catholique, père de 6 enfants, j’ai fondé en 1999, le Rassemblement des Contribuables Français (RCF). Un mouvement que je préside toujours aujourd’hui. Je me suis déjà présenté aux élections présidentielles. En 2012, 495 maires de 89 départements ont présenté ma candidature.

Je connais la France par ses chemins vicinaux, par ses rues, par ses routes départementales, contrairement aux autres candidats, souvent des Parisiens qui ignorent tout de la France rurale dont ils se moquent éperdument et qu’ils visitent en convoi sous protection policière !

Je me présente pour redynamiser nos campagnes, lutter contre la désertification et stopper enfin, les inégalités territoriales, inacceptables et insupportables ! Nous ne voulons plus de cette France à 2 vitesses ! Il ne peut y avoir de Français de premier rang, ceux des villes, et des Français de second rang, ceux des campagnes qui n’ont droit à rien !

Je suis pour la préservation des traditions et des modes de vie de nos terroirs. Ces territoires représentent des réseaux de sociabilité indispensables. Il y a, dans nos familles, dans nos villages, des solidarités, puissants anticorps aux méfaits d’un capitalisme mondialisé de moins en moins paternaliste, de moins en moins humain.

Je suis le candidat des 50 000 clochers. Je suis le candidat des 35 500 petites communes. Je suis le candidat des zones blanches et des déserts médicaux.

Je n’admets pas les suicides d’agriculteurs acculés par une situation économique effroyable, et qui malgré leur important travail, ne parviennent pas à vivre décemment.

Année après année, on vole dans la poche de la France rurale, des milliards d’euros dilapidés pour financer des “plans banlieues” qui ne servent à rien.

Je me présente à l’élection présidentielle pour que l’on arrête de faire de nos campagnes des territoires en perte de vitesse. Le grand débat organisé par le gouvernement n’a nullement donné de deuxième chance à l’aménagement de notre territoire. Je veux la lui donner ! Les dirigeants qui se sont succédé, ont tous favorisé les grandes villes, au détriment des campagnes. Pourquoi en 2022, y a-t-il encore autant de zones blanches ? Pourquoi existe-t-il de plus en plus de déserts médicaux? Parce que nos gouvernants se moquent des campagnes et de leurs habitants !

Par mon métier, je défends les intérêts de celles et ceux qui ont placé leur épargne dans des entreprises et qui souvent se font flouer, se font voler par le “grand bankstérisme” mondialisé. Je me bats contre lui depuis des années. Je siège au sein de dizaines d’assemblées générales. J’y représente des milliers de petits actionnaires, celles et ceux dont l’épargne a permis l’essor de ces entreprises. J’ai aidé à sauver Eurotunnel et évité la ruine totale de centaines de milliers de petits actionnaires. Je dirige une entreprise de presse, créée il y a plus de trente ans.

Je suis le candidat de cette France rurale en grand danger et que j’aime tant, de cette France que nous avons l’impérieuse obligation de transmettre en bon état aux générations futures.

Mon projet est le seul à présenter un programme concret capable de SAUVER notre ruralité. Je me présente pour représenter et faire exister la ruralité dans le débat de la présidentielle 2022. Je refuse de laisser nos concitoyens, nos villages dans l’impasse.

 

La ruralité ne doit plus rester en dehors des radars politiques !

Réparer la France, c’est remettre l’église au cœur du village.

C’est remettre nos communes au cœur des décisions.

Non ! La ruralité n’a pas dit son dernier mot.

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: