Congrès du FN et stratégie populiste de droite

Posté le 13 mars , 2018, 10:54
5 mins

Le Front national tenait son congrès de refondation le 11 mars. Marine Le Pen, seule candidate à sa succession, a été logiquement réélue présidente. Mais la principale annonce a concerné le changement de nom.

Exit donc le Front national, place au Rassemblement national !

Il est évident que les polémiques sur la proximité avec le nom de « Rassemblement National Populaire », fondé par Marcel Déat et important parti de la collaboration, sont absurdes.

À ce compte, il faudrait censurer tout parti dont le titre comprendrait les termes « rassemblement », « national » ou « populaire ». Ce qui ferait un peu beaucoup, et toucherait à gauche comme à droite !

Au demeurant, Déat n’était pas franchement nationaliste.

Chacun sait que c’était un dirigeant socialiste. Il fut d’ailleurs un des orateurs de la LICA, ancêtre de la LICRA. Devra-t-on aussi interdire la LICRA pour proximité idéologique avec le nazisme ?

Le fait que la marque soit déjà déposée à l’INPI par un autre parti – gaulliste – me semble autrement plus problématique.

Mais laissons-là, pour le moment, ces polémiques.

Je dois avouer que je ne comprends pas bien cette stratégie du changement de nom.

On peut changer de nom et élargir sa base lorsque l’on est en situation d’ascension. Le faire en période de crise est nettement plus risqué.
Je note d’ailleurs que c’est une très courte majorité des militants qui a adopté ce changement de nom (52 %), contre l’avis de cadres importants comme Bruno Gollnisch.

On peut souhaiter, en tout cas, que ce mot de « rassemblement » annonce un changement de stratégie électorale.

Trop longtemps, le FN a cherché des ralliés, plutôt que des alliés, ce qui a freiné l’arrivée au pouvoir d’idées nécessaires à la survie de la nation.

En ce domaine, le sort qui fut naguère réservé au SIEL, le parti associé au Rassemblement Bleu Marine, n’était pas un excellent signal.

Il se dit beaucoup, en ce moment, qu’une véritable alliance est en cours de négociation avec certains dirigeants de la droite hors les murs pour les européennes. Ce serait une excellente nouvelle.

Mais, si cette alliance vise, à nouveau, à unir tous les « nonistes » de 2005, en tentant de dépasser le clivage gauche-droite, elle est vouée à l’échec.

On a prétendu que cette alliance populiste était ce que suggérait Steve Bannon, le stratège de la campagne de Trump, lors de son discours au congrès du FN. Mais qui a écouté le discours intégralement voit qu’il n’est pas question de cela.

Certes, Bannon évoque l’Italie et le double succès de la Ligue et du Mouvement 5 étoiles, contre « l’établissement ». Mais, précisément, cet exemple montre les limites de l’exercice. Matteo Salvini a clairement dit qu’il était hors de question d’abandonner son programme au profit d’une alliance avec le M5S.

Qu’il y ait un nouveau clivage populistes contre « établissement » est un fait ; que ce nouveau clivage ait rendu caduc le clivage droite-gauche est totalement utopique.

Certes, des populistes de gauche peuvent travailler avec des populistes de droite. Mais, entre internationalistes crypto-communistes et nationalistes, entre collectivistes et défenseurs des libertés, quel programme pourrait être défendu en commun ?
Le seul point commun, c’est l’opposition à l’établissement. Pas les propositions.

Et un populisme de droite ne peut pas oublier la lutte pour l’identité nationale, ni la lutte pour nos libertés. Domaines dans lesquels il devrait logiquement être allié de la droite « établie » contre la gauche, y compris populiste.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici


10 Commentaires sur : Congrès du FN et stratégie populiste de droite

  1. quinctius cincinnatus

    20 mars 2018

    il faut ” se ” ( vous ) faire UNE … RAISON : que ce soit par la tante ou par la nièce jamais le F.N. ( ou autre acronyme ) n’ arrivera au ” pouvoir ” : il est seulement représentatif d’ un mécontentement général , ce qui est déjà beaucoup, mais n’ a ni projet culturel ” contemporain ” , ni option économique franche et ni engagement social avoué … Marine ou Marion ne sont pas des ” Poutine “

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    20 mars 2018

    ” Le Point ” : …

    ” à Mayotte la mortalité infantile est quatre fois plus élevée qu’ en Métropole ”

    que faut il en penser ? … de façon politiquement correcte s’ entend

    Répondre
  3. BRENUS

    16 mars 2018

    Je reste interloqué avec ce parti ( le FN) qui ne manque pas de gens intelligents quoi que se complaisent à dire ses opposants. Surtout sur la (ou les) cause-s de son fonctionnement absurde qui donne a ses adversaires des batons pour se faire battre. Certains mettent en cause le coté “clanique”, voire familial qui empêcherait toute évolution, mais quand même. D’autant que, en face de lui, ses ennemis sont loin de briller par leurs capacités et leurs intelligences globalement. Même Macron qui ne cesse de prendre des poses ( normal pour un comédien né) mais qui, à part taper sur ceux dont il ne craint rien (les retraités) ne sort pas grand chose d’utile au pays, quoiqu’en disent ses perroquets. Comme dans un ancien sketch des Inconnus, nous pouvons dire “mais qu’est ce qui se passe”, voire ” que se passe-t-il”. S’en serait comique si l’avenir de notre Nation n’était pas en train de partir en couilles….

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      19 mars 2018

      simple : c’ est le ” fond ” qui n’ est pas ” à date ” ( comme on dit au Québec ) et même pour certains ce parti n’ a pas de fond [ idéologique ] et ne se rattache à … rien : juste un parti de … ” râleurs ” aux motifs aussi variés qu’ il est possible d’ être, mais dans TOUS LES CAS bien … ” FRANCHOUILLARDS “

      Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    14 mars 2018

    il semblerait que le F.N. soit partout en recul ; c’ est peut être la seule raison ” comptable ” et .. ” électorale ” pour laquelle L.W. ne veut pas d’ alliance avec lui

    quant au nouveau sigle R.N. c’ est loin d’ être gagné ! un petit parti s’ était présenté aux dernières municipales sous ce nom bien avant que le F.N. ne dépose sa demande … ” ils ” n’ont pas même pris le temps de voir si le sigle était encore disponible … cela fait assez ” pieds nickelés ” pour un parti politique qui se veut de gouvernement

    Répondre
  5. Paul

    13 mars 2018

    “Populiste” n’a aucune signification puisqu’on parle de “populistes ” de droite ou de gauche.
    Si Mme Le Pen veut être claire il faut qu’elle cesse ses tergiversations et se définisse comme chef d’un parti de droite conservateur et libéral. Elle a jusqu’ici esquivé ce discours préférant se prétendre ni de droite ni de gauche, et, c’est un comble, qualifier Macron “d’ultra libéral” ! Le laborieux changement de nom de son parti est un détail de l’histoire. Le “RN” a besoin d’un projet cohérent et solide. C’est encore loin d’être le cas.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      15 mars 2018

      le fascisme italien était [ partiellement ] ” populaire ” et [ surtout ] petit-bourgeois ; son instigateur était un ancien socialiste , Mussolini

      le nazisme était [ partiellement ] ” populaire ” et [ surtout ] petit bourgeois ; son créateur avait même pris le soin d ‘ajouter ” socialiste ” à ” national ”

      tous les populismes ne font que traduire l” exaspération des ” classes sociales ” laborieuses qu’ on exploite et / ou qu’ on humilie au profit d’ une oligarchie d’ exploiteurs stupides comme c’ est le cas présentement en France … elles ne veulent pas disparaître, être rayées de l’ Histoire, tout simplement

      Répondre
  6. BRENUS

    13 mars 2018

    “Populiste” le grand mot est laché, avec la touche de mépris qu’il suggère actuellement. Pourtant, une nation sans son peuple, c’est quoi? Nada, de la daube en batons, rien d’autre….

    Répondre
    • Jacky Social

      14 mars 2018

      @Brenus: je reviens sur votre réponse au post Marion Maréchal et l’union conservatrice. Nous sommes d’accord, y compris sur le bas de soie (évidemment, mea culpa – ma tête devient comme une école coranique du nom d’Al Zeimeri). En tout cas, merci pour votre réponse. Je sais bien que Talleyrand était brillant, mais il n’a pas fait que des choses bien. Sur ce, c’est toujours un grand plaisir de lire vos posts.

      Répondre
  7. quinctius cincinnatus

    13 mars 2018

    une vision lucide d’ une ” problématique ” … insoluble dans des alliances majoritaires mais que tout … oppose

    il faudra un jour ou l’ autre qu’ UN parti fasse nettement et SEUL une course de leader !

    L.R. avec ses ” sensibilités ” … diverses , dont certaines sont consubstantielles au socialisme et au macronisme, état politique non encore ” caractérisé ” à ce jour ***, est il en mesure de porter la bannière … un jour … prochain ?

    *** qui se rapproche plutôt du sable … mouvant !

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)