Contre la réforme Touraine, contre le monopole de la Sécu

Posté le mars 18, 2015, 10:59
3 mins

Dimanche 15 mars, plusieurs dizaines de milliers de médecins et autres professionnels de santé étaient dans la rue pour dénoncer la loi santé de Marisol Touraine.

En réponse, et comme toujours, Mme Touraine a déclaré que l’objectif était l’amélioration de la santé des Français et qu’elle était à l’écoute des médecins.

La réalité, c’est que cette loi va accélérer l’étatisation de la santé – et donc la rapide détérioration de notre système de soins. Et que Mme Touraine se moque éperdument de ce que peuvent bien penser les médecins de sa réforme.

Il y a à cela une « bonne » raison : les médecins sont réputés voter à droite. Ce qui les rend quantité négligeable pour un ministre de la Santé socialiste.

Concrètement, de quoi s’agit-il ?

Principalement, de la généralisation du tiers payant.

Le premier argument des médecins, c’est naturellement la complexité administrative de cette généralisation. Il est clair, en effet, que, même si – par impossible – l’ensemble des services de la Sécurité sociale et des mutuelles répondaient sans problème à toutes les demandes de remboursement des médecins, ceux-ci devraient nécessairement passer plus de temps à se faire payer qu’en demandant directement aux patients.

Mais il y a plus grave : cette généralisation du tiers payant risque aussi de limiter drastiquement la liberté de choix des mutuelles par les patients. Selon toute vraisemblance, au bout de quelques années, les patients se verront notifier par leur mutuelle qu’ils seront mieux remboursés s’ils vont voir tel médecin plutôt que tel autre. Autrement dit, à terme, les mutuelles ne seront plus qu’un nouvel étage de la fantastique usine à gaz qu’est devenue la Sécu.

Mais le plus néfaste dans cette réforme Touraine est encore ail­leurs : la généralisation du tiers payant, cela impliquera d’abord la collectivisation et la déres­ponsabilisation. Si plus aucun patient ne sait ce que coûte une consultation, comment empêcher la rapide dégradation du système de santé ?

Oui, la réforme Touraine est désastreuse et, quels que soient les aménagements, il faut la refuser tant qu’elle portera cette idéologie collectiviste.

La seule réforme salutaire que nous attendions pour le système de santé serait exactement inverse. Elle entraînerait la fin du monopole soviétique de la « Sécurité sociale ».

Mais nous en sommes loin. Mme Touraine ne doit même pas savoir qu’en libérant la santé, il serait possible de se soigner mieux pour moins cher !

Jean Rouxel

26 réponses à l'article : Contre la réforme Touraine, contre le monopole de la Sécu

  1. quinctius cincinnatus

    23/03/2015

    prophylaxie … Profillex @

    les toubibs se protègent d’ une M.S.T. …

    ( toujours bon de retrouver les ( grosses ) blagues d’ Internat )

    Répondre
  2. fournier.thierry

    22/03/2015

    J’oubliais Monsieur, savez-vous combien de français supérieurement formés vivent actuellement à Londres ou Berlin?
    Quand vous en aurez connaissance, vous comprendrez peut-être l’inanité de votre propos.
    On ne peut rémunérer des officiers de santé comme des garçons coiffeurs pour vivre dans l’isolement et le dénuement le plus complet, sauf peut-être quand on fait de la politique depuis les berges de la Seine.
    Mettre le numerus clausus à 15000 ou 30000, ne changera rien, on ne fait pas 12 ans d’études pour être rémunéré comme un chef de rayon de super-marché quoique vous en pensiez.
    Quand une consultation est rémunérée 23€ en france, elle l’est de 80 en Australie ou au canada, je vous laisse consulter les stats sur les revenus des médecins dans l’Europe et vous comprendrez que le français peut envier l’allemand comme le portugais.
    Le tout pour continuer à faire fonctionner un système de santé qui n’est plus qu’abîme sans fond. Bientôt, il ne remboursera plus rien…que sa dette et comptabilisera les retraités morts de faim

    Répondre
    • Jaures

      22/03/2015

      Assez de fantasmes M Fournier. Les Français qui travaillent à Londres, dans leur immense majorité, sont dans la restauration.
      Le salaire moyen d’un généraliste en France est de 6500€/mois.
      Je ne connais pas beaucoup de chefs de rayons qui émargent à ce tarif.
      Et je doute que les médecins français envient les Portugais. Ces derniers viennent de se mettre en grève pour dénoncer leur revenu: 2000€/mois:
      http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2012/07/12/portugal-greve-massive-des-medecins-contre-lausterite_624597

      Répondre
      • orldiabolo

        22/03/2015

        6.500 € pour 58 heures en moyenne, ça fait à peine 4.000 pour 35 h. après 10 ans d’etudes supérieures. Pas de quoi sauter au plafond, non ? Surtout quand chacune de vos signatures peut vous envoyer en correctionnelle…

        Répondre
      • quinctius cincinnatus

        23/03/2015

        6500 euros …  » nets  » ? combien gagne [ en moyenne ] un pharmacien ? un kiné ? pour des responsabilités sans équivalences … combien  » gagne  » un député pour construire à longueur de temps  » des usines à gaz  » ( législatives ) ? combien  » gagne  » ( et nous coûte ) un Premier Ministre pour éructer sa haine ? combien nous coûte un Président pour nous enfoncer dans la Dette et l’ Immigration ? … et pour conclure en beauté combien coûtez vous au contribuable vous le syndicaliste ? idem pour les  » journalistes  » stipendiés du  » système  » )

        Répondre
        • Jaures

          23/03/2015

          Je n’ai aucunement écrit que 6500€ était trop payé pour un médecin ! J’ai simplement répondu à l’ami Fournier peu au fait de la réalité des salaires dans la grande distribution.
          Comme prévu, vous réagissez comme n’importe quelle corporation: « moi ce que je gagne est en dessous de ce que je vaux, contrairement aux autres beaucoup trop payés ! ».
          J’ose espéré que vous n’avez pas fait des études de médecine uniquement pour le train de vie. Si c’est le cas, il valait mieux étudier le commerce ou les finances.
          Enfin, cher Quinctius, si vous l’aviez été un peu vous sauriez que délégué syndical est une activité bénévole.

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            23/03/2015

            J’ ai également ( avant que d’ étudier la Médecine par vocation et parce que j’ étais intellectuellement fait pour ça ) été étudiant dans une des cinq plus grandes écoles de Commerce en France … études que j’ ai abandonnées en seconde année parce que ce qu’ on y apprenait était alors parfaitement inadaptées à la réalité d’ une économie qui commençait sa mondialisation ( en particulier la comptabilité de l’ époque et la gestion de l’ époque également ) J’ étais et de loin le meilleur en économie, tout particulièrement en géographie économique . J’ai exercé mon métier [ de médecin ] en secteur 2 ( mes qualifications me le permettaient ) avec tact et encore plus de modération ( je gagnais moins qu’ un M.G. socialiste- lambda de M.G. France et prenait TOTALEMENT en charge les pathologies de mes malades: un interniste si vous voulez ) … Si vous voulez tout savoir, j’ ai même eu une certaine renommée dépassant nos frontières .Quant aux syndicats ceux ci devraient être UNIQUEMENT financés par les cotisations de leurs adhérents et surtout ne me dites pas que vous n’ avez pas des  » retombés  » syndicales ( lieux de vacances à priix privilégiés par exemple )

          • Jaures

            23/03/2015

            « J’ étais et de loin le meilleur en économie, tout particulièrement en géographie économique ».
            C’est curieux, je m’attendais exactement à une phrase de cet acabit.
            Et, désolé de vous décevoir, délégué syndical ne donne aucun droit ni privilège (souvent il faut dire adieux à l’évolution de carrière). Si ce n’étais pas le cas, il y aurait embouteillage pour les candidatures et, croyez-moi (ou renseignez-vous), il n’est pas nécessaire de jouer des coudes !
            Pour les vacances, il me faut compter sur moi-même. De toute façon, je déteste les voyages organisés et les hôtels de luxe.

          • quinctius cincinnatus

            24/03/2015

             » j’ étais le meilleur etc …  » mais tout simplement et sans doute parce que d’ une part j’ en avais compris l ‘ importance avant les autres ( on nomme cela de la lucidité ) et parce que cela m’ intéressait on peut dire de façon passionnelle … Pour ce qui est des syndicalistes ce que vous affirmez n’ est pas la vérité » vraie  » et cela même dans le privé ( voyez votre  » cas  » : votre employeur, si vous en avez un et je pense que non , vous paie à flooder à longueur de temps ce qu’ il ne tolérerait pas d’ un employé  » ordinaire  » ) ; dans le public c’ est la certitude d’ avoir une  » promotion  » ( E.N., E.D.F. , G.D.F. , S.N.C.F, ….S.N.C.M. ! etc … par exemple ) … Mon  » Cher  » @ Jaurès … vous  » passez  » les vacances que vous voulez ; quant à suggérer que j’ occupe les miennes à séjourner dans des hôtels de luxe ou à me prélasser dans des croisières réservées à Haute Société, ces propos témoignent simplement de ce que vous êtes fondamentalement un  » envieux « 

    • quinctius cincinnatus

      23/03/2015

      d’ après les Gouvernements il manque  » cruellement  » de médecins en France … surtout de médecins français à mon avis ; j’ ai ainsi connu un médecin psychiatre marocain qui ne parlait le français qu’ à  » la marge  » ce qui est tout de même un tantinet gênant dans une spécialité comme celle là !

      Répondre
  3. fournier.thierry

    22/03/2015

    Monsieur, vous réclamant de Jaurès, vous avez sans doute oublié que ce sont nos élus qui ont organisé la désertification des campagnes dans la quelle on ne relègue qu’une population marginalisée. Plus de bureau de poste, plus de garage ni de station service, fermeture des écoles, fermeture de ligne SNCF, pas d’ADSL ni de GSM digne de ce nom.
    Premier commerce à 40 km.
    Soyons sérieux et évitons de rêver, cette France des Bobos de Gauche ou de Droite qui se permet de diriger les uns et les autres en terre d’évangélisation, c’est fini.
    Demandez à un bordelais d’origine qu’elle serait sa joie d’être nommé à Friville-Escarbotin ou Hagondange, pour 23€ de la consultation….soit le tarif d’une coiffure homme chez un titulaire de CAP.
    Alors cessez, je vous prie, de nous asséner vos soit-disantes-vérités, auriez-vous souhaité pour vos enfants après 12 ans d’études un avenir à Loison sous Lens ou à La Souterraine?

    Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    20/03/2015

    Un  » bon  » médecin [ libéral ] français] est surtout ( devenu ) un bon  » connaisseur  » des textes administratifs et le supplétif indispensable à la gestion du système de santé … Qu’ il doive, consacrer la majeur partie de son temps à la clinique, pour laquelle il a été, ou plutôt, pour laquelle il aurait du être formé , est tout à fait secondaire on peu même affirmer subsidiaire !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      20/03/2015

      on peuT

      Répondre
  5. Jaures

    20/03/2015

    Les médecins ne réclament absolument pas la fin de la sécurité sociale. Bien au contraire !
    Je rappelle que le tiers- payant est en place dans de nombreux pays d’Europe. La France est à cet égard plutôt en retard.
    Rappelons que 25% des Français renoncent à certains soins en raison de la somme à avancer (38% des familles monoparentales).
    Enfin, il est risible de lire l’argument que les mutuelles demanderaient que l’on passe par leurs médecins alors que c’est justement ce qui se passe avec les assurances privées aux Etats-Unis. La fin de la sécurité sociale serait la fin du choix du médecin, sauf pour les très riches capables de payer des assurances au coût prohibitif.

    Répondre
    • orldiabolo

      20/03/2015

      Toujours les arguments spécieux de Jaures… ils commençaient à me manquer !
      1°) Effectivement la majorité des médecins ne réclament pas la fin de la S.S.. Ils voudraient simplement une sécu qui a) paierait une opération de trois heures plus de deux ou trois cents euros (15 jours de suite compris) ; 2°) ne leur ferait pas faire les ¾ de leur propre travail.
      2°) Aucun français ne renonce à des soins médicaux pour raison financière. Ils renoncent aux lunettes, aux prothèses dentaires et auditives parce que la S.S. ne les prend pratiquement pas en charge.
      3°) Assurances privées au coût prohibitif ? Mon œil ! Tout le monde peut se faire faire un devis par internet chez DKV Belgium, Allianz ou Amariz, et vous verrez. Allez-y, allez-y !
      4°) Les mutuelles, parlons-en ! D’abord ce ne sont pas des mutuelles. Ce sont des assurances privées à masque mutualiste, avec privilège de monopole, tenu par une coterie socialo-maçonnique avérée. Je prends d’ailleurs le pari que ce sont elles qui feront échouer le tiers-payant généralisé, pour la simple raison que celui-ci –vu la complexité et le nombre des intervenants- ne peut marcher qu’avec un guichet unique. Or les mutuelles n’en voudront à aucun prix, parce que cela permettrait de faire des comparaisons et de connaître leurs vrais revenus et leurs vraies marges. Les frais de gestion des complémentaires santé (qui quoique obigatoire ne servent pas à grand chose, puisque la sécu prend les maladies graves à 100 %, et qu’une paire de lunettes tous les 5 ans coûte moins cher que 5 ans de cotisation…) sont 5 fois supérieurs à ceux de la sécurité sociale, qui est déjà loin d’être un modèle. Certaines mutuelles refusent même de livrer les noms de leurs administrateurs… C’est dire l’opacité des ces aigrefins !

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        21/03/2015

        Cher confrère,

        C’ est très méritoire de votre part que d ‘être entré dans les données chiffrées ( qui dérangent les certitudes ) … mais cela ne fera pas changer d’ avis @ Jaurès qui comme tout  » bon  » Français pense que si cela marche mal, ou même ne marche pas du tout [ en termes de coût, d’ efficacité et de rapport qualité/prix ] .,, c’ est qu’ on n’ est pas allé assez loin dans la …  » logique  » … du  » système  »
        De même, Macron nous joue une partition absolument identique [ que celle monopolistique et opaque des Mutuelles ] avec  » son  » financement exclusivement bancaire des entreprises
        Rendons nous à cette évidence : qu’ ils soient  » DeDroite  » ou  » DeGauche  » nos (ir)responsables politiques ( ET leurs électeurs ) sont anti-libéraux , c’ est ce qui caractérise le mieux, à mon avis, la  » spécificité française « . L’ Etat pensant qu’ il lui est plus facile de  » contrôler  » de grandes structures que de laisser à la Justice le soin de  » contrôler  » les responsabilités individuelles

        bien confraternellement

        P.S. Notons aussi que TOUS les Gouvernements sont plutôt laxistes avec les  » gourous « 

        Répondre
        • orldiabolo

          21/03/2015

          « cela ne fera pas changer d’ avis @ Jaurès ». Bien sûr le cas est désespéré, mais cela permet d’expliquer certaines choses à la majorité des lecteurs. Comme le fait que la loi sur le tiers payant généralisé prévoit que vous autorisiez la S.S. à prélever sur votre compte en banque, certaines broutilles épisodiques propres à l’usine à gaz, comme les franchises sur les médicaments ou les trop-versés… Donner les clés du coffre à ces gens-là… moi ce que j’en dis… 😉

          Répondre
      • Jaures

        21/03/2015

        1) Si les médecins ont des revendications salariales, c’est tout à fait respectable. Ce n’est pas ce qu’actuellement ils mettent en avant. Les médecins ont de nombreuses exigences (numerus clausus, liberté d’installation, liberté du choix du médecin, augmentation des tarifs,…) tout en souhaitant garder la sécurité sociale.
        Jean Rouxel a le mérite de proposer directement l’instauration d’un système privé. Je n’ai entendu aucun syndicat de médecins le revendiquer ouvertement.

        2) Il y a 5% de la population qui renonce à des soins courant 3,5 millions de Français). 18% renoncent à des soins dentaires (pas aux prothèses). Or vous savez que le manque de soins dentaires entraine des complications parfois très graves. (Chiffres Irdes).
        Certes, il n’y a pas que le tiers payant qui pose problème. Les délais d’attente, l’éloignement des centres de soins entrainent également des renoncements qu’il faudra bien un jour prendre en considération.

        3) Les mutuelles n’ont absolument pas de monopole en France ! Vous pouvez fort bien prendre une complémentaire chez Allianz si vous le souhaitez. Ce marché est libre.
        Par contre, au pays où la santé est très majoritairement privée, les Etats-Unis, les tarifs des assurances,outre leur opacité, sont excessivement élevés. De plus, vous n’avez pas toujours le choix du médecin. Vous avez un reste à payer important (une simple consultation est facturée entre 100 et 150 dollars). Et en cas de maladie grave, des avocats spécialisés font tout pour démontrer que vous avez caché des informations avant de signer votre contrat.
        Ce n’est pas pour rien que 50 millions d’Américains fréquentent chaque année les free clinics.

        Répondre
        • orldiabolo

          21/03/2015

          De toute façon nous discutons pour pas grand chose, puisque toutes les mesures concernant la médecine, tiers payant généralisé, mise aux normes handicapés, blocage des honoraires conventionnels, blocage du secteur 2, limitation des dépassements, peuplement forcé des déserts médicaux, n’auront sinon pour but (très probable), du moins pour seul effet, de pousser les libéraux à la retraite et de décourager toute installation libérale de jeunes médecins. Il y a ¾ de filles, elles veulent le salariat, les 35h., le congé maternité, et comment ne pas les comprendre… Elles resteront à l’hosto (où elles seront assistées de confrères moldo-valaques ayant appris la chirurgie par correspondance) ou dans ses pseudopodes, à la sécu, dans les mutuelles ou assurances, ou en médecine du travail à mesurer la température des douches des salariés, et basta ! Ce sera la médecine à l’anglaise : un enfer de listes d’attente pour les malades pauvres ou moyens, et accès facile avec payement en espèces après 17h. pour ceux qui peuvent. En résumé, le classique effet du socialisme.

          Répondre
          • Jaures

            22/03/2015

            Dans ce cas il faut augmenter le numerus clausus. Il n’y a que 7 500 places en médecine alors que les besoins sont bien supérieurs dans toutes les spécialités. On sait que les médecins s’y opposent formellement avec la même rhétorique que vous: tout va s’écrouler, ce sera la médecine étatiste,…
            La vérité est que les médecins, et c’est tout à fait respectable, défendent leurs intérêts, leur revenu, leur liberté d’installation, leur clientèle et une sécurité sociale qui rembourse les patients éliminant ainsi tout rapport commercial.
            La question est: quelle est la contrepartie de tout cela ?

          • orldiabolo

            22/03/2015

            Voila qui prouve que vous n’y connaisez rien ! Ordre et syndicats de médecins tirent la sonnette d’alarme depuis des lustres… Mais un connard d’énarque a simplement pensé agir contre le trou de la sécu en diminuant le nombre de médecins. On avait même incité parallèment à leur départ en retraite à 56 ans (MICA). Un moins con que les autres a quand même soulevé « Ca risque de poser des problèmes à l’hôpital… » Réponse : « On n’aura qu’à prendre des Roumains, et ça coûtera moins cher… » Maintenant, les mêmes connards pleurnichent sur les déserts médicaux…

          • quinctius cincinnatus

            23/03/2015

            @ orldiabolo

            pourquoi diable voudriez vous que Jaurès ait une vision, une analyse , une approche ( et des solutions ) réalistes ? après tout n’ est il pas socialiste … laissez tomber !

          • Jaures

            23/03/2015

            Je n’y connais rien mais je connais l’Histoire.
            Le numerus clausus a été instauré à la demande des médecins au début des années 70 en raison de la concurrence qui leur faisait craindre une baisse de leurs revenus.
            Mais le numerus clausus évoluera forcément vu que de nombreux français font médecine dans les pays limitrophes.

          • orldiabolo

            23/03/2015

            Numerus clausus instauré à lademande des médecins !!! Mais vous sortez ça d’où, Jaures ? J’ai 35 ans de syndicalisme médical et d’ordinalisme dans les pattes, et je peux vous affirmer que c’est du délire ! (En plus, ce serait bien la seule fois qu’un pouvoir aurait obtempéré à une suggestion de notre part : je m’en souviendrais !) 😉

  6. euréka

    18/03/2015

    Marisol a fondu en larmes à l’Assemblée nationale au milieu du débat sur la réforme de santé lorsqu’un député UMP l’a désignée ainsi « mst ».

    Répondre
  7. DESOYER

    18/03/2015

    Comment imaginer qu’un (ou une) socialiste fasse autre chose que du socialisme?

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)