Contre le christianisme, les convergences totalitaires

Posté le mai 06, 2015, 9:28
6 mins

massacreislamiquevendee

L‘islamisme terroriste frappe, bien sûr, les minorités, juives et autres (yezidis…) qui lui déplaisent. Mais le gros morceau, si l’on peut dire, qu’il veut anéantir aussi, c’est celui de l’immense masse des chrétiens ou des « roumis » assimilés aux chrétiens. Chez les Turcs, on les appelait les « Giaours » (infidèles). En Turquie, on a d’ailleurs tué, au siècle dernier, 99 % de ces Giaours.

Manuel Valls a parlé « d’islamo-fascisme ». Cela a scandalisé ceux qui ne veulent surtout pas choquer les islamistes – qui sont le plus souvent, comme chacun doit en être persuadé, des « islamistes modérés » ! Mais, manifestement, Manuel Valls visait par cette formule à condamner davantage le fascisme que l’islamisme et à faire du premier (qui, certes, n’était pas un bien) le mal absolu. Si Manuel Valls n’était pas lui-même un idéologue totalitaire inculte, il aurait dû parler plus justement de « l’islamisme totalitaire et génocidaire » ou le qualifier, par exemple, de « jacobino-bolchevico-nazi ». Cet islamisme a, en effet, pour idéologie et pour modèle la théocratie totalitaire englobant tous les domaines de la politique, de la religion et des mœurs, de la loi et de la guerre, fondée par Mahomet. Même s’ils dépassent sans doute le prophète dans la cruauté et les perversions d’un sadisme sans limites, les fanatiques de l’islamisme actuel, des talibans à Boko Haram et d’Al Qaïda à l’État islamique, ne veulent que l’imiter.

N’en déplaise aux ignorants qui (comme nombre de politiciens, tels que Juppé, et nombre de clercs, et même d’évêques) n’ont lu ni le coran ni les hadiths, ni la biographie de Mahomet, c’est bien celui-ci qui pratiqua la décapitation massive des hommes vaincus, la distribution des femmes et des enfants comme butin, qui fit torturer ceux qui se moquaient de lui. Et c’est lui aussi qui, balayant le message d’amour évangélique, maintint la lapidation et les amputations comme châtiments selon la charia, la loi islamique. Ce que l’on appelle le « salafisme » se veut ainsi une stricte imitation du modèle du prophète. Mahomet a certes prévu la possibilité de laisser vivre ou non selon leur religion les « gens du livre », juifs et chrétiens, zoroastriens selon les intérêts de l’oumma (communauté). Il les soumit alors au régime de la dhimmitude islamique.

Ainsi à Médine, il anéantit les Juifs, tandis qu’ailleurs, il les laissa vivre, car ils pouvaient être utiles. Idem pour les chrétiens. Les temps modernes ont vu le phénomène d’une continuité simultanément totalitaire et génocidaire. Le modèle initial en a été le génocide de la Vendée. Les Jeunes-Turcs ont génocidé selon cet exemple et, après eux, les nazis et les communistes. Gilles-William Goldnadel a remarquablement observé cette continuité. Les francs-maçons Jeunes-Turcs ont ainsi fait confluer deux traditions : celle de l’exterminationnisme djihadiste et celle de l’exterminationnisme du laïcisme jacobin.

Les islamistes radicaux d’aujourd’hui, comme les Jeunes-Turcs d’hier, ne jugent plus utile de laisser vivre des dhimmis. Pour eux, les chrétiens ou doivent se convertir à l’islam ou être massacrés. De même pour le petit peuple des Yezidis.
Les chrétiens en pays d’islam sont donc, aujourd’hui, au mieux voués à la discrimination, souvent à la persécution, au pire (et, de plus en plus), dans la nouvelle et immense éruption du fanatisme islamique, à l’extermination, comme il y a un siècle.

Le fanatisme djihadiste est puissamment à l’œuvre aussi dans les pays non encore islamisés, non seulement avec le terrorisme de l’attentat et de l’assassinat, mais encore avec l’amplification de ce que l’on peut appeler la «terreur banale».

Cette terreur banale est celle de l’interdiction de fait, sur des territoires de plus en plus importants, des libertés les plus élémentaires. Ainsi, dans nombre de quartiers français, on ne peut plus se promener comme on en a envie, sans risque et sans « raser les murs ». On ne peut plus manger ni boire ce que l’on veut. On ne peut plus rire selon notre humour ni chanter comme nos pères…

Et il ne faut pas s’y tromper, la profanation quotidienne de nos cimetières, le saccage des tombes de nos parents et aïeux a, dans ce contexte, un sens terrible : ces actes odieux signifient que notre terre ne doit plus nous appartenir, ni appartenir à nos morts, dont il faut donc détruire les tombes et les croix de notre espérance.

Faire « du passé table rase », comme le chante l’Internationale, c’est simultanément vouloir faire disparaître les morts, pour mieux génocider les vivants !

Bernard Antony

11 réponses à l'article : Contre le christianisme, les convergences totalitaires

  1. Legardon

    17/02/2018

    Quel ramassis de mensonges idéologiques fascistes! Le christianisme TUE

    L’antisémitisme. Les évangiles sont antisémites et le christianisme a été antisémite jusqu’au concile Vatican II à la suite de la Shoah. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

    L’esclavage. Le christianisme s’est appuyé sur la Bible pour justifier et pratiquer l’esclavage jusqu’à la condamnation du pape Grégoire XVI en 1839. Des millions de victimes. Durée: 19 siècles.

    Les déicides. Le christianisme a tué tous les dieux des autres religions sur toute la planète. Des millions de victimes. Durée: 20 siècles.

    La guerre aux hérétiques. Dès Constantin, l’Église a éliminé tous les soi-disant hérétiques. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

    Les croisades. Des papes ont lancé les croisades, des agressions contre les musulmans. Des milliers de victimes. Durée: 2 siècles.

    Les guerres dites saintes. Le christianisme a fait de soi-disant guerres saintes aux Cathares, aux Albigeois, aux Vaudois. Des milliers de victimes. Durée: 1 siècle.

    L’Inquisition. Des papes ont institué l’Inquisition et la torture. Des dominicains ont été les inquisiteurs. Le christianisme a torturé et brûlé vif des milliers d’innocents. Durée: 6 siècles.

    La chasse aux sorcières. Le christianisme a torturé et brûlé vives environ 100 000 femmes. Durée: 2 siècles.

    Les guerres de religion. Les catholiques et les protestants se sont entretués par milliers, Durée: 2 siècles.

    La Grande Excommunication. Le pape et le patriarche ont excommunié tous les chrétiens de la planète pendant 911 ans. Le pape Paul 6 et le patriarche Athénagoras ont mis fin à cette horreur en 1965. Des millions de victimes. Durée: 9 siècles.

    Les deux colonialismes. Des Européens chrétiens sont responsables d’un colonialisme barbare en Amérique et d’un autre en Afrique. Des millions de victimes. Durée: 4 siècles.

    Les deux guerres mondiales. Des protestants et des catholiques ont été responsables de ces deux guerres barbares. 60 millions de victimes. Durée: un demi-siècle.

    Le massacre des Serbes. En 1941, des Croates catholiques ont exterminé sauvagement 400 000 Serbes orthodoxes.

    Le génocide du Rwanda. Des catholiques se sont entretués sauvagement. Un million de victimes. Durée: trois mois.

    Les menaces de l’enfer. Le christianisme a terrorisé des millions de chrétiens, surtout des enfants, avec ses menaces de l’enfer. Des millions de victimes. Durée: 20 siècles.

    La misogynie. Le christianisme a méprisé et maltraité les femmes. Des millions de victimes. Durée: 20 siècles.

    La pédophilie. Des prêtres ont violé des enfants et l’Église a protégé ces prêtres. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

    La persécution envers les homosexuels. Le christianisme a torturé et tué les homosexuels. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

    La canonisation d’assassins. Le christianisme a canonisé des centaines d’assassins. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

    Les crimes actuels du christianisme

    26 pays chrétiens pratiquent encore l’esclavage, surtout celui des enfants.
    L’Église protège toujours des prêtres accusés de pédophilie. Les papes Jean-Paul 2, Benoît 16 et François peuvent être accusés de crime contre l’humanité parce que la pédophilie est reconnue comme telle par l’ONU.
    L’interdiction du condom. Des milliers de femmes et d’enfants meurent du sida répandu par cette interdiction.
    L’interdiction de la contraception. Des milliers d’enfants sont mis au monde alors que les parents sont incapables de les nourrir, de les soigner, de les faire instruire. Certains d’entre eux finissent esclaves.

    On pourrait encore allonger cette liste déjà suffisamment accablante. Ce sont des faits historiques indiscutables qui sont le prolongement criminel de la Bible.

    Répondre
  2. HOMERE

    12/05/2015

    L’intervention de Fucius est non seulement pertinente mais difficilement critiquable au fond et dans la forme…c’est le portrait tout craché de la connivence poussée entre deux autoritarismes complémentaires.Au plus,pourrait on ajouter les forces centrifuges des acteurs anti cléricaux,véritables instruments de la stratégie socialo/islamiste,et garants de l’idéologie totalitaire de ces deux abjections…bravo pour votre analyse extrêmement précise et vraie…

    Répondre
  3. Fucius

    08/05/2015

    Le christianisme a toujours été persécuté pour une de ses spécificités: Il divise l’autorité entre domaine de Dieu et domaine de César. Ce faisant il limite le pouvoir, il lui soustrait l’absolu et le rend séculier.

    Le christianisme est la seule parade contre le totalitarisme.
    C’est la raison pour laquelle le socialisme et l’islam le persécutent: L’un comme l’autre exigent un pouvoir total.

    Malgré ses proclamations, le socialisme refuse absolument la laïcité. Il veut le pouvoir, et que son pouvoir ne soit pas séculier mais absolu.
    Il veut remodeler l’homme: Son hubris ne supporte aucune limitation.
    Il n’est pas étonnant que le socialisme fasse le contraire de ce qu’il prétend: C’est son fonctionnement normal.
    C’est pourquoi il pourchasse la raison et retourne le sens des mots (Novlangue orwellienne).
    La laïcité socialiste n’est pas une limite que le socialisme s’impose, mais une arme de guerre contre le christianisme. C’est un instrument de pouvoir.
    La laïcité chrétienne, la vraie, limite au contraire le pouvoir et le christianisme lui-même.

    La connivence entre socialisme et islam vient de leur totalitarisme commun. Ils se comprennent. L’islam c’est le socialisme avec Dieu (ou plutôt Allah). Le socialisme, c’est l’islam sans Allah.
    L’un et l’autre veulent régenter en détails la vie des hommes, par une liste infinie d’actes et de pensées haram ou hallal pour l’islam, et par une liste non moins infinie de « droits à » et de sujets conformes pour l’autre.
    Les socialistes diront que ce que le socialisme prescrit est fort éloigné de la charia: Non seulement ce n’est pas exact, mais c’est passer à côté de l’essentiel.
    Le christianisme, et sa corollaire politique le libéralisme, récusent le totalitarisme comme tel, et pas seulement telle ou telle forme.

    Mahomet a fourni aux hommes de tempérament socialiste une religion perverse mais conforme à ce tempérament.
    La Révolution aussi.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      08/05/2015

      C’ est là une vision idéalisé du Christianisme ; Si celui ci fût à son origine ( Jésus ) une Religion de Paix et d’ Amour, dès Saint Paul le langage fut en partie autre … Sans m’ étendre sur l’ expansion territoriale de l’ Eglise Catholique sous les Carolingiens il me suffit de rappeler aux auteurs que CharleMagne ne donna aux Saxons que ce choix : se convertir ou bien périr , ce que n’ avait pas fait Clovis pour ses Francs

      Répondre
    • ghpelissier03599600

      10/05/2015

      @ Fucius
      Vous m’avez autrement plus apporté que l’article de B. Antony qui encore une fois se répand sur des lieux dont le commun m’afflige. Aussi je crains pour notre homme une pâle retraite et un nombre de commentaires dont la drastique réduction situera l’intérêt qu’il suscite.

      Répondre
  4. frei

    07/05/2015

    Ce que l’on sait d’historiquement certain sur la vie de Mahomet est extrêmement ténu : aucun texte non musulman avant 800 environ .En revanche , ce que l’on connait maintenant avec certitude , ce sont les origines bien humaines (voire bien diaboliques ) de la doctrine du Coran : les textes de sectes millénaristes judéo chrétiennes qui détestaient autant les Juifs orthodoxes que les chrétiens .le tout aggravé par un ou des rédacteurs fortement antichrétiens (cf . J.J WALTER) . L’islam -et donc pas seulement ce que l’on nomme islamisme – est par conséquent et par nature fortement antichrétien .Et il trouve des compagnons de route (des idiots utiles si on préfère ) en la personne des francs maçons qui sont tout aussi fortement et structurellement antichrétiens .Tel est le cas de notre Premier Ministre et de notre Ministre de l’Intérieur .

    Répondre
  5. 06/05/2015

    C’est du  » ôte toi de là que je m’y mette  » , que j’y mette mon sens de l’humour , ma joie de vivre , mon goût pour la chanson , pour les jolies fillensac …. Je suis intolérant mais c’est pour ton bien … Change , tu auras quatre épouses , tu auras même de belles vierges qui t’attendront au paradis d’Allah …

    Répondre
  6. DE SOYER

    06/05/2015

    Vous savez ce qu’il nous reste à faire!

    Répondre
    • ghpelissier03599600

      10/05/2015

      @ de Soyer
      ….expédier Antony en Irak et nous foutre la paix

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)