Contre le pacte de Marrakech

Posté le 05 mars , 2019, 11:49
23 mins

Une lettre ouverte adressée au Président de la République pour dire NON au pacte de Marrakech a été signée par 11 généraux, un amiral, un colonel, et un ancien ministre de la Défense, M.Charles Millon.

Cette démarche a été peu relayée par les médias, peut-être (?) à cause de la crise des gilets jaunes qui monopolisait l’actualité.

En revanche, elle a entraîné des réactions de la part du ministère des armées avec menaces de sanctions.

J’examinerai d’abord pourquoi j’ai signé, puis les reproches qui nous ont été adressés.

POURQUOI?

Clairement, ce pacte est une arnaque, en tout cas pour quelqu’un qui aime la France, et il porte en lui deux poisons mortels.

D’abord, c’est en toute discrétion et sans qu’il y ait eu le moindre débat public qu’un émissaire du gouvernement a été envoyé pour le parapher dans un premier temps.

Ce pacte est présenté comme non contraignant. Alors, pourquoi le signer ? Pourquoi certains pays n’ont-ils pas voulu le signer? Comment se fait-il que le gouvernement belge soit tombé à cause de lui?

En réalité, ce pacte n’est qu’un dispositif supplémentaire pour concrétiser le Nouvel Ordre Mondial qui ferait de la France une entité géographique plus ou moins anonyme, et de nous de simples consommateurs.

Les conséquences concrètes et immédiates seraient un appel d’air considérable pour une immigration que nous ne sommes même pas capables de gérer en l’état actuel des choses.

Le texte est flou, y compris sur la définition d’un migrant (économique) ou d’un réfugié (pour raison politique ou cause de guerre).

L’islamisation est également, non pas une menace (potentielle), mais un danger déjà présent. Le nombre de mosquées et salles de prières est passé de 100 en 1970 à 2400 en 2016.

Si bon nombre de musulmans que nous apprécions comme de «bons musulmans» ne souhaitent que vivre paisiblement, ils sont en réalité de tièdes pratiquants des préceptes du Coran.

D’autres qui pratiquent la taqîya cachent leurs véritables intentions.

Ceux-là sont plus proches des préceptes du Coran.

Et puis, il y a ceux qui passent à l’acte et qui appliquent intégralement les préceptes du Coran.

Le pacte de Marrakech s’inscrit, par ailleurs, dans une volonté d’islamisation de la France, mais aussi de l’Europe pour ne citer que ce qui nous intéresse directement.

Quant aux idéologues qui considèrent compatibles les dispositions du Coran avec notre civilisation, je rappelle qu’en 2003, la Cour européenne des Droits de l’Homme avait conclu à «l’incompatibilité de la charia avec les principes fondamentaux de la démocratie».

Homme du passé, c’est pour mes descendants que je combats aujourd’hui. Puis-je imaginer sans frémir une de mes petites-filles dire dans quelques années: notre grand-père a passé 35 ans dans l’armée française et, aujourd’hui, je suis obligée de vivre sous la loi de la charia?

QUELLE FAUTE?

Le devoir de réserve, qui fait partie des réglementations sur l’expression des généraux, a été invoqué. Aucun secret de défense n’a été divulgué.

Au contraire, c’est parce que l’intégrité de la France est en cause que nous avons parlé. Comme le dit le général Martinez, la situation est telle que le devoir d’expression prime sur le devoir de réserve.

À quoi bon avoir servi aussi longtemps dans l’armée française, si c’est pour observer tranquillement le bradage de la France? Lors de son appel du 18juin 1940, le général de Gaulle n’a pas hésité à malmener le devoir de réserve, ainsi que le gouvernement légal de l’époque.

Propos inadmissibles et indignes, nous a-t-on dit : la lettre n’est que la conséquence d’un acte inadmissible et indigne qu’est la signature de ce pacte, véritable braderie de la France. Il ne faut donc pas inverser cause et conséquence.

Lettre violente et irrespectueuse, nous a-t-on dit également. Sévère peut-être, car le sujet l’exige, mais irrespectueuse sans doute pas.

La vérité est parfois difficile à entendre et on peut comprendre que le pouvoir soit agacé par la dénonciation de cette imposture.

Nous avons reçu des menaces de sanctions. Mais quand on a accepté de risquer sa vie pour la France et qu’on en a réchappé, que risque-t-on de pire, d’autant que la peine de mort est maintenant abolie?

Toutes ces considérations ne pèsent pas lourd au regard de la conscience tranquille que l’on a, si tant est que cela ait encore un sens pour certains.

La version longue de cet article est disponible ci-dessous pour les abonnés :

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour avoir accès à ce contenu.

21 Commentaires sur : Contre le pacte de Marrakech

  1. BAINVILLE

    12 mars 2019

    Mise au point, montrant la réalité historique, occultée depuis un demi siècle :

    REPONSE SUR LA MARINE FRANCAISE OBLIGEE DE PROTEGER NOTRE MARINE DE COMMERCE CONTRE LA MARINE ANGLAISE

    22.11.1940 Le cargo CHARLES -PLUMIER doit se détourner sur Gibraltar
    13.12. Le chalutier AVANT GARDE est arraisonné
    01.01.1941 Au large de Tres Forcas le convoi K5, composé de 5 petits navires escorté par un chalutier est arraisonné

    Le cargo ESPERANCE parti de Diego-Suarez le 20-09-1940 est saisi une semaine plus tard devant Aden.

    Une note du 25 janvier 1941 fait le point sur la reprise du trafic : depuis juillet 1940 il y a eu 1830 voyages sur les lignes France-AFN-Syrie, avec 3 bâtiments perdus(1 torpillé, 2 coulé par les mines); depuis septembre, il y eu 208 passages du Détroit de Gibraltar, 6 navires ont été saisis dans le détroit, et le total des pertes dans l’Atlantique s’élève à 20 navires(4 paquebots,5 cargos, 2 pétroliers, 7 chalutiers saisis; 2 cargos sabordés pour échapper à la capture).
    A la suite de l’incident du NEMOURS, 30 mars 1941, et de plusieurs arraisonnements en avril et mai, le système des convois a été généralisé, malgré la pénurie d’escorteurs.
    Les pétroliers ALBERTA et CAPITAINE DAMIANI envoyés chercher du pétrole roumain sont torpillés en mer Egée.
    En septembre la RAF bombarde le paquebot mixte FLORIDA dans le port de Sfax. Le MONSELET est coulé par les bombes le 20 septembre, l’OUED YQUEM est torpillé le 3 novembre, le DIVONA coulé par les bombes le 21, le SENNEVILLE le 3 novembre.
    Dans l’Atlantique Sud, les cargos DESIRADE et VILLE DE TAMATAVE sont saisis en juillet, le 3 novembre l’escorteur d’IBERVILLE ne peut s’opposer à la capture de 5 cargos au large du Cap, par une force britannique de 4 croiseurs.
    On pourrait continuer…

    d’après “DARLAN” , Chez ARTHEME FAYARD
    par Claude HUAN, capitaine de vaisseau, sous-marinier, spécialiste de l’histoire maritime contemporaine, et Hervé COUTEAU- BEGARIE, ENA, docteur en sciences politiques, spécialiste des problèmes stratégiques contemporains

    Répondre
  2. BAINVILLE

    11 mars 2019

    Pour réponse, à publier

    Parmi bien des sources….
    …”A la demande de l’Etat français, pour informer les familles du sort de leur parent captif, les autorités du Reich transmettent les informations permettant d’éditer des listes officielles de prisonniers. Il y en aura 100 publiées entre août 1940 et juin 1941. Même si plusieurs centaines de milliers de soldats sont libérés à partir de la mi-1941, la plupart des prisonniers français reste captifs jusqu’à fin 1944/début 1945 : c’est l’avancée des armées russes à l’est et anglo-américaine à l’ouest qui permet leur libération…”
    http://www.filae.com/recherche-genealogique/prisonniers-francais-1939-1945-51.html

    …”Depuis la première demande datée du juin 1942, les exigences allemandes se sont élevées au chiffre de 2 060 000 travailleurs. Grâce à l’action du Gouvernement, et à l’administration compétente, au refus des français, 640 000 seulement partirent. Notre pays fournit un tribut inférieur à celui de la Belgique. Pendant ce temps, une politique habile obtenait le retour de 710 000 prisonniers de guerre.
    Ainsi, malgré les réquisitions et les déportations,il y a moins de français en Allemagne en 1944 qu’il n’y en avait en 1940.
    Exemple unique dans les pays occupés”
    “Le Maréchal aux liens” par Jean Tracou, Capitaine de vaisseau, Directeur de cabinet du Chef de l’Etat en 1944.

    Répondre
  3. BAINVILLE

    9 mars 2019

    En réponse,
    Parmi bien des sources….
    …”A la demande de l’Etat français, pour informer les familles du sort de leur parent captif, les autorités du Reich transmettent les informations permettant d’éditer des listes officielles de prisonniers. Il y en aura 100 publiées entre août 1940 et juin 1941. Même si plusieurs centaines de milliers de soldats sont libérés à partir de la mi-1941, la plupart des prisonniers français reste captifs jusqu’à fin 1944/début 1945 : c’est l’avancée des armées russes à l’est et anglo-américaine à l’ouest qui permet leur libération…”
    http://www.filae.com/recherche-genealogique/prisonniers-francais-1939-1945-51.html

    Répondre
  4. BAINVILLE

    9 mars 2019

    les commentaires ne sont-ils plus reçus ?

    Répondre
  5. IOSA

    6 mars 2019

    Les derniers déclarations de Macrounet …seraient d’unir l’Europe à l’ Afrique, tout est désormais sur la table et ceux qui voteront Macron aux européennes ne peuvent plus prétendre ignorer que l’ Europe de Macron sera EuropAfrique et donc musulmane par définition.

    Répondre
    • ELEVENTH

      9 mars 2019

      Pour ce qui est d’unir l’Europe à l’Afrique, c’est déjà en cours depuis des décennies et avec la culpabilité exigée (des Européens en plus)
      De sorte que d’ici quelques nouvelles décennies l’Europe sera de fait devenue une Afrique-bis avec tous les comportements qui vont avec. Réjouissez vous : vos enfants vous diront merci ( en arabe, ou swahili ou autre, peut être en haitien, c’est pas mal non plus). Jupiter qui semble emballé par les black-skins devrait adopter à tour de bras à titre personnel: cela soulagerait au moins quelques misères exotiques puisque celles de France ne méritent que son mépris.

      Répondre
  6. marco

    6 mars 2019

    Bravo pour votre courage.
    Les responsables de nos armées doivent s’exprimer et sortir de leur silence car la France est en danger.
    Je pense au général TAUZIN également qui tente une action politique et qu’il faut à mon avis soutenir ouvertement.
    Les français sont désespérés.
    il est temps de réagir et de sauver notre pays.

    Répondre
  7. HansImSchnoggeLoch

    5 mars 2019

    Pour changer de politique il faut voter autrement.
    Le gouvernement qui a signé le torchin de Marrakech est bien bien issu d’une votation populaire.
    Ce n’est pas en se lamentant et en signant des pétitions que l’on arrivera à infléchir la politique actuelle.
    À un certain moment il faut avoir le courage de sauter par dessus son ombre.
    Ce moment est arrivé et il faudra voter en conséquence si on veut éviter que tout se termine dans le caniveau.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      5 mars 2019

      Pardon, ….le torchOn de Marrakech….

      Répondre
  8. BAINVILLE

    5 mars 2019

    Le devoir de réserve de De Gaulle, parti en catastrophe car il ne faisait plus partie du nouveau gouvernement français, le “résistant” subventionné et entretenu par Churchill ravi de l’aubaine, lors de son appel du “18 juin “, vous torturez les faits.
    Les mensonges, calomnies, et expression de haine envers le gouvernement français appuyé par la nation entière, sont criants pour tout historien impartial.
    Sans la signature de l’armistice, l’armée réduite en plusieurs tronçons , capitulait sous huit jours, l’Afrique du Nord était allemande sous un mois(pas d’arsenaux, de réserves, d’aviation. Churchill, l’armée anglaise ayant rapidement abandonné le sol français, avait refusé une escadrille pour protéger Bordeaux.)
    Un peu de sérieux, même si la mode est de taper sur l’Etat français qui a défendu les français tous les jours pendant 4 ans, obtenant la libération de plus de 500 000 prisonniers de guerre mourant de faim avec des moyens très faibles.
    La Royal Navy arraisonnait nos bâtiments de commerce qui approvisionnaient avec les ressources de l’Empire colonial la métropole affamée. La Marine française devait protéger les cargos contre l’ancien ami anglais.

    Répondre
    • lavandin

      6 mars 2019

      l’état français aurait obtenu la libération de 500000 prisonniers de guerre ( soit environ le tiers des prisonniers). C’est un scoop. Ou donc avez vous trouvé cette information ? La marine française devait protéger nos cargos : cette info m’intéresse . Quelles sont vos sources ?

      Répondre
      • BAINVILLE

        9 mars 2019

        Je vous remercie de l’intérêt que vous portez à ces questions trop longtemps obscurcies par les divisions entre français.
        Voici quelques éléments
        Parmi bien des sources….
        …”A la demande de l’Etat français, pour informer les familles du sort de leur parent captif, les autorités du Reich transmettent les informations permettant d’éditer des listes officielles de prisonniers. Il y en aura 100 publiées entre août 1940 et juin 1941. Même si plusieurs centaines de milliers de soldats sont libérés à partir de la mi-1941, la plupart des prisonniers français reste captifs jusqu’à fin 1944/début 1945 : c’est l’avancée des armées russes à l’est et anglo-américaine à l’ouest qui permet leur libération…”
        http://www.filae.com/recherche-genealogique/prisonniers-francais-1939-1945-51.html

        …”Depuis la première demande datée du juin 1942, les exigences allemandes se sont élevées au chiffre de 2 060 000 travailleurs. Grâce à l’action du Gouvernement, et à l’administration compétente, au refus des français, 640 000 seulement partirent. Notre pays fournit un tribut inférieur à celui de la Belgique. Pendant ce temps, une politique habile obtenait le retour de 710 000 prisonniers de guerre.
        Ainsi, malgré les réquisitions et les déportations,il y a moins de français en Allemagne en 1944 qu’il n’y en avait en 1940.
        Exemple unique dans les pays occupés”
        “Le Maréchal aux liens” par Jean Tracou, Capitaine de vaisseau, Directeur de cabinet du Chef de l’Etat en 1944.

        “…En novembre 1947, le Secrétariat d’Etat aux Anciens Combattants précisait que 59357 prisonniers de guerre avaient bénéficié d’une libération anticipée au titre d’anciens combattants de la première guerre mondiale. Cette libération avait été subordonnée à une sollicitation adressée par Georges SCAPINI, Ambassadeur de France, Chef des Services Diplomatiques des Prisonniers de Guerre, aux autorités allemandes. Dans sa réalisation, elle impliqua le concours de certains FRONTSTALAG pour l’exécution de différentes formalités (transport ferroviaire, remise des effets militaires, délivrance des certificats de libération…) Tel fut le cas des FRONTSTALAG 194 et 204 situés respectivement à CHALONS-SURMARNE et à AMIENS…”

        http://www.apra.asso.fr/APRA/Articles/HS9-PrisonnierGuerreFrancais-1.pdf

        “…Entre 1940 et 1941, 330 000 prisonniers français furent rapatriés en France, certains pour des raisons médicales1

        À partir de 1942, dans le cadre de la politique de la relève menée par le gouvernement de Vichy, environ 210 000 prisonniers sont « transformés », c’est-à-dire qu’ils restèrent en Allemagne, mais devinrent en théorie des travailleurs civils…”

        Éric Conan et Henry Rousso, Vichy: An Ever-Present Past, UPNE, 1998 (lire en ligne [archive]), p. 129.

        Répondre
      • BAINVILLE

        9 mars 2019

        En réponse à votre demande, parmi bien des sources….

        …”A la demande de l’Etat français, pour informer les familles du sort de leur parent captif, les autorités du Reich transmettent les informations permettant d’éditer des listes officielles de prisonniers. Il y en aura 100 publiées entre août 1940 et juin 1941. Même si plusieurs centaines de milliers de soldats sont libérés à partir de la mi-1941, la plupart des prisonniers français reste captifs jusqu’à fin 1944/début 1945 : c’est l’avancée des armées russes à l’est et anglo-américaine à l’ouest qui permet leur libération…”
        http://www.filae.com/recherche-genealogique/prisonniers-francais-1939-1945-51.html

        …”Depuis la première demande datée du juin 1942, les exigences allemandes se sont élevées au chiffre de 2 060 000 travailleurs. Grâce à l’action du Gouvernement, et à l’administration compétente, au refus des français, 640 000 seulement partirent. Notre pays fournit un tribut inférieur à celui de la Belgique. Pendant ce temps, une politique habile obtenait le retour de 710 000 prisonniers de guerre.
        Ainsi, malgré les réquisitions et les déportations,il y a moins de français en Allemagne en 1944 qu’il n’y en avait en 1940.
        Exemple unique dans les pays occupés”
        “Le Maréchal aux liens” par Jean Tracou, Capitaine de vaisseau, Directeur de cabinet du Chef de l’Etat en 1944.

        “…En novembre 1947, le Secrétariat d’Etat aux Anciens Combattants précisait que 59357 prisonniers de guerre avaient bénéficié d’une libération anticipée au titre d’anciens combattants de la première guerre mondiale. Cette libération avait été subordonnée à une sollicitation adressée par Georges SCAPINI, Ambassadeur de France, Chef des Services Diplomatiques des Prisonniers de Guerre, aux autorités allemandes. Dans sa réalisation, elle impliqua le concours de certains FRONTSTALAG pour l’exécution de différentes formalités (transport ferroviaire, remise des effets militaires, délivrance des certificats de libération…) Tel fut le cas des FRONTSTALAG 194 et 204 situés respectivement à CHALONS-SURMARNE et à AMIENS…”
        http://www.apra.asso.fr/APRA/Articles/HS9-PrisonnierGuerreFrancais-1.pdf

        “…Entre 1940 et 1941, 330 000 prisonniers français furent rapatriés en France, certains pour des raisons médicales1
        À partir de 1942, dans le cadre de la politique de la relève menée par le gouvernement de Vichy, environ 210 000 prisonniers sont « transformés », c’est-à-dire qu’ils restèrent en Allemagne, mais devinrent en théorie des travailleurs civils…”
        Éric Conan et Henry Rousso, Vichy: An Ever-Present Past, UPNE, 1998 (lire en ligne [archive]), p. 129.

        Répondre
      • BAINVILLE

        10 mars 2019

        Parmi bien des sources….
        …”A la demande de l’Etat français, pour informer les familles du sort de leur parent captif, les autorités du Reich transmettent les informations permettant d’éditer des listes officielles de prisonniers. Il y en aura 100 publiées entre août 1940 et juin 1941. Même si plusieurs centaines de milliers de soldats sont libérés à partir de la mi-1941, la plupart des prisonniers français reste captifs jusqu’à fin 1944/début 1945 : c’est l’avancée des armées russes à l’est et anglo-américaine à l’ouest qui permet leur libération…”
        http://www.filae.com/recherche-genealogique/prisonniers-francais-1939-1945-51.html

        …”Depuis la première demande datée du juin 1942, les exigences allemandes se sont élevées au chiffre de 2 060 000 travailleurs. Grâce à l’action du Gouvernement, et à l’administration compétente, au refus des français, 640 000 seulement partirent. Notre pays fournit un tribut inférieur à celui de la Belgique. Pendant ce temps, une politique habile obtenait le retour de 710 000 prisonniers de guerre.
        Ainsi, malgré les réquisitions et les déportations,il y a moins de français en Allemagne en 1944 qu’il n’y en avait en 1940.
        Exemple unique dans les pays occupés”
        “Le Maréchal aux liens” par Jean Tracou, Capitaine de vaisseau, Directeur de cabinet du Chef de l’Etat en 1944.

        Répondre
      • BAINVILLE

        12 mars 2019

        REPONSE SUR LA MARINE FRANCAISE OBLIGEE DE PROTEGER NOTRE MARINE DE COMMERCE CONTRE LA MARINE ANGLAISE

        22.11.1940 Le cargo CHARLES -PLUMIER doit se détourner sur Gibraltar
        13.12. Le chalutier AVANT GARDE est arraisonné
        01.01.1941 Au large de Tres Forcas le convoi K5, composé de 5 petits navires escorté par un chalutier est arraisonné

        Le cargo ESPERANCE parti de Diego-Suarez le 20-09-1940 est saisi une semaine plus tard devant Aden.

        Une note du 25 janvier 1941 fait le point sur la reprise du trafic : depuis juillet 1940 il y a eu 1830 voyages sur les lignes France-AFN-Syrie, avec 3 bâtiments perdus(1 torpillé, 2 coulé par les mines); depuis septembre, il y eu 208 passages du Détroit de Gibraltar, 6 navires ont été saisis dans le détroit, et le total des pertes dans l’Atlantique s’élève à 20 navires(4 paquebots,5 cargos, 2 pétroliers, 7 chalutiers saisis; 2 cargos sabordés pour échapper à la capture).
        A la suite de l’incident du NEMOURS, 30 mars 1941, et de plusieurs arraisonnements en avril et mai, le système des convois a été généralisé, malgré la pénurie d’escorteurs.
        Les pétroliers ALBERTA et CAPITAINE DAMIANI envoyés chercher du pétrole roumain sont torpillés en mer Egée.
        En septembre la RAF bombarde le paquebot mixte FLORIDA dans le port de Sfax. Le MONSELET est coulé par les bombes le 20 septembre, l’OUED YQUEM est torpillé le 3 novembre, le DIVONA coulé par les bombes le 21, le SENNEVILLE le 3 novembre.
        Dans l’Atlantique Sud, les cargos DESIRADE et VILLE DE TAMATAVE sont saisis en juillet, le 3 novembre l’escorteur d’IBERVILLE ne peut s’opposer à la capture de 5 cargos au large du Cap, par une force britannique de 4 croiseurs.
        On pourrait continuer…

        d’après “DARLAN” , Chez ARTHEME FAYARD
        par Claude HUAN, capitaine de vaisseau, sous-marinier, spécialiste de l’histoire maritime contemporaine, et Hervé COUTEAU- BEGARIE, ENA, docteur en sciences politiques, spécialiste des problèmes stratégiques contemporains

        Répondre
    • COUSTOU

      10 mars 2019

      Je suis entièrement d’accord avec vous et loin de moi de faire de la publicité pour tel ou tel……
      Il s’agit simplement de montrer que lorsque quelqu’un estime qu’un intérêt supérieur est en jeu, le devoir de réserve pèse peu. Et d’ailleurs plus loin je rejoins le général Martinez lorsqu’il dit que nous avons au contraire du devoir de réserve un devoir d’expression.
      Mon exemple n’avait pas pour but de m’exprimer quant au fond car ce n’est pas en quelques lignes qu’on pourrait le faire. C’est à titre d’exemple pédagogique car le fait est connu de tous.

      Répondre
  9. diego48

    5 mars 2019

    Un Pacte, surtout celui-là, signé en catimini sans débat national, peut et doit être dénoncé, annulé, rompu à la première occasion !

    Répondre
  10. Gérard Pierre

    5 mars 2019

    Mes respects mon général.

    Citoyen français, sur abreuvé de propos lénifiants sur la conduite des affaires de la France depuis plus de quarante ans par une presse dont la raison obscurcie n’a souvent d’égale que la servilité dont elle témoigne vis-à-vis des ‘’dominants‘’, je suis heureux de constater, à travers votre raisonnement mesuré, que je ne suis pas un égaré dans ce domaine, et je vous en remercie.

    Répondre
    • Gérard Pierre

      5 mars 2019

      J’ai encore quelques lacunes dans mon amnésie, et le réserviste (major honoraire et ancien appelé du contingent) que je fus en son temps croit se souvenir que les usages, en matière militaire, commandent de dire à un général non pas « Mes respects », mais … « Mes devoirs ».

      Mon général voudra bien ne pas me tenir rigueur de cette omission !

      Répondre
      • Alain

        6 mars 2019

        Il paraît que “mes devoirs” est une expression d’insubordination d’officiers putchistes à l’adresse de De Gaule

        Répondre
        • Gérard Pierre

          6 mars 2019

          Je tiens ma version d’un ami de longue date, officier de réserve post guerre d’Algérie, aujourd’hui colonel honoraire, et titulaire entre autres du B.Q.M.O.R.

          Vôtre version m’était, jusqu’à ce jour, inconnue.

          Répondre

Répondre

  • (pas publié)