Corse : vite un référendum !

Posté le 13 février , 2018, 10:46
5 mins

La Corse est probablement la plus belle île de la Méditerranée.
Par contre, je dois l’avouer, je n’ai que peu de sympathie pour le peuple corse.

Durant ma carrière professionnelle dans le tourisme, j’ai eu de nombreux échanges avec des prestataires de services corses, hôtels, restaurants, transports.

La relation avec eux n’était jamais très simple, car ces gens étaient rarement satisfaits de leur sort, même quand je leur apportais de nombreux clients.

Les dirigeants nationalistes actuels essayent de se construire une image un peu plus respectable que par le passé, bien qu’ils agissent encore comme des gamins en dédaignant d’une manière infantile l’invitation à déjeuner du président Macron.

En plus de l’ignoble assassinat du préfet Érignac, il ne faut pas oublier les réunions dans le maquis des indépendantistes cagoulés, la mitraillette à l’épaule.

Il ne faut pas oublier les dizaines de villas, même construites légalement, qui ont été dynamitées.

Il ne faut pas oublier les attaques contre les bâtiments publics représentant l’autorité de la Métropole.

Il ne faut pas oublier les grèves à répétition et les vols qui ont coulé l’ancienne compagnie de ferries SNCM.

Les dirigeants corses veulent défendre l’identité et la culture corses. Fort bien.

Mais le Pays basque, la Bretagne, et l’Alsace ont une identité et une culture tout aussi fortes que celles de la Corse et ces régions ne demandent pas de privilèges particuliers, ni de révision de la Constitution qui leur serait plus favorable.

Certes, la différence avec la région corse, c’est qu’elle est insulaire et que, par conséquent, les voyages pour rejoindre la capitale ou partir à l’étranger s’avèrent plus coûteux que pour les Métropolitains.

Mais, en compensation, la Corse bénéficie déjà d’avantages fiscaux et de subventions non négligeables.

Les dirigeants nationalistes déplorent que la langue corse ne soit plus comprise et parlée que par une petite partie de la population.

En faire une langue obligatoire à l’école est une stupidité, car les jeunes Corses qui souhaiteront un jour travailler aux États-Unis, en Australie ou en Chine, n’auront que faire de savoir parler corse.

En fait, que veulent les dirigeants nationalistes corses ? Pouvoir gérer à leur guise et sans aucune contrainte l’argent distribué par la Métropole.

Autrement dit, le beurre et l’argent du beurre.

Pour résoudre une bonne fois pour toutes le problème corse, Emmanuel Macron devrait organiser un référendum pour ou contre l’indépendance de la Corse.

Ce référendum ne devrait con­cerner que les citoyens inscrits sur le territoire corse car, si l’ensemble des citoyens français étaient consultés, l’indépendance serait vite accordée à la Corse par soucis d’économie.

Il s’agirait d’un référendum con­cernant l’indépendance et non pas l’autonomie de la Corse.

Le résultat ne ferait pas l’ombre d’un doute, car la majorité de la population corse n’est pas stupide et sait parfaitement qu’en dehors de la France et de ses subventions, la Corse ne pourrait subvenir à ses dépenses uniquement par ses revenus agricoles et ceux générés par le tourisme.

Le résultat de ce référendum serait alors l’occasion pour le président français de dire aux nationalistes corses : « La majorité des Corses souhaite rester dans le giron français, alors acceptez la Constitution de la France telle qu’elle est et cessez de nous emm… avec de nouvelles revendications. »

11 Commentaires sur : Corse : vite un référendum !

  1. HOMERE

    16 février 2018

    Avec la Corse…virons tous ces boulets de Martinique (ta mère) de Guadeloupe de la Réunion, de Mayotte, de Nouvelle Calédonie…des milliards par paquets pour notre pays économisés….brefs tous ces iliens parasites et profiteurs..aux chiottes les casse burnes (le parle comme Brenus maintenant)

    Répondre
    • BRENUS

      19 février 2018

      @ HOMERE . Merci : je vois que j’ai fait un émeule. C’est réconfortant et ça remet au goût du jour de vieilles expressions populaires (ouah! j’ai dit populaire, c’est impardonnable). En passant et pour votre éducation, sachez qu’au temps de mon service militaire dans les Chasseurs, il était courant d’entendre des joutes verbales entre savoyards et hauts-savoyards. (prononcez “iaute”) Et des cris fusaient ” AUX CHIOTTES LA IAUTE, envers ceux d’en haut. Au moins ça ne mangeait pas de pain et ça différait les moments où ils appelaient “la quille, bordel”. Mais, comme dit la pub : ça, c ‘était avant ! Maintenant, c’est aroua mena chouia barka (pardon pour laure tograf) Et allah ou akbar (le plus grand, comme s’il y en avait d’autre alors qu’ils assurent qu’il est unique : va comprendre Homère…

      Répondre
  2. Philippe Mangé

    15 février 2018

    Mafias locales, omerta, orgueil mal placé, rentes de situation, cela n’incline pas à être optimiste pour la Corse…..

    Répondre
  3. Drakkar

    14 février 2018

    Bonne idée..
    Et après il ferait comme pour Notre Dame des Landes ?
    OUARF !

    Répondre
  4. Con100ans

    14 février 2018

    La nation corse?Cette ile doit compter à peu près 270.000 personnes.En ce qui me concerne,j’habite dans une ville des Hauts de Seine dont le nombre d’habitants approche les 125.000 personnes dont la superficie s’élève à 616 hectares.

    Nous passons pour des gens foutre!!

    Répondre
  5. Roban

    13 février 2018

    Donnons leur l’indépendance et supprimons toutes les aides et subventions cela nous fera d’énormes économies !

    Répondre
  6. BRENUS

    13 février 2018

    OUI, vite, un référendum sur la corse. Mais pas auprès des corses qui insultent nos grands mères en les traitants de salopes ayant collaboré avec les nazis (4000000 de salopes ça fait beaucoup). Oui a un référendum en France, auprès des français, et pas de ces assistés permanents, pour virer la corse et les corses de la République française, sans frais aucun. Avec un statut de “résidents” pour tous les connards arrogants vivants en France qui croient nous en mettre plein la vue en arborant leur plaque minéralogiques “A”, comme d’autres un PQ. Un citoyen français – pas corse – ira t il demander au gros connard insulteur (qui vit de quoi, au fait?) avec qui ses ancêtres ont baisé durant l’occupation de leur ile? Après tout, si nos femmes sont à leurs yeux des salopes, qu’ont fait les leurs avec leurs propres occupants? Et balancer des ordures devant une veuve d’un mari assassiné par les corses, il faut vraiment être des moins que rien dont nous aurIont intéret a nous débarrasser . On pourra remarquer, par ailleurs, que les petits copains indépendantistes et nationalistes ne se sont pas montrés très outragés des écrits orduriers produits par les leurs. CORSA FORA ET BASTA….. EN ARABIA DE PREFERENCE.

    Répondre
  7. Conan

    13 février 2018

    Ceux qui pourraient voter à ce référendum sont les personnes ayant des origines ou des liens familiaux Corses qu’ils habitent en Corse ou non. Il n’est pas logique que les personnes habitant en Corse mais n’ayant aucune attache avec la Corse (par exemple les fonctionnaires nommés en Corse, les retraités …) décident de l’avenir de l’île tout comme il paraît inimaginable de ne pas demander l’avis aux Corses habitants ailleurs. Je suis Breton mais n’habite plus en Bretagne, je ne m’imagine pas une seconde ne pas être consulté pour une question de fond. Dans ce cas, les Français expatriés ne votent plus et le droit de vote est accordés aux étrangers sur des sujets fondamentaux !!!

    Répondre
    • BRENUS

      15 février 2018

      Ah bon? Parce que vous pour vous, actuellement, les français sont des étrangers en Corse? Donc si je suis votre raisonnement, et a titre de réciprocité, les corses sont des étrangers en France. Non, il faut respecter les désirs de chaque “peuple” : ceux qui veulent se barrer y vont, vite et surtout sans frais. Cela nous fera des vacances. Pour remplacer les fonctionnaires français officiant en Corse, je vous propose de faire un appel d’offre au maghreb : vous ne serez pas déçu.

      Répondre
      • Mos

        15 février 2018

        Je suis assez d’accord avec votre propos. Je ne me permettrai pas de donner un avis quant à la situation actuelle de la Corse, je ne suis même pas française. Mais il me semble que si je m’expatriais, je ne me permettrais plus de donner mon avis sur ce qui devrait changer dans mon pays natal? Puisque j’aurais trouver l’herbe plus verte dans le pré du voisin, je trouverais déplacé de vouloir critiquer les décisions prises. Je n’ai jamais mis les pieds en Corse, et je le regrette, car je sais que c’est un endroit extraordinaire. Mais, je n’ai pas envie d’aller dans un “pays” où le droit à la vie y est piétiné de manière aussi abjecte. Où l’on encense les criminels et où l’on détruit la propriété d’autrui. C’est dommage, la Corse donne une image de sa personnalité au monde absolument détestable, et je suis sûre que ce n’est pas le désir du citoyen lambda qui ne demande rien à personne. Vu de l’extérieur, on a le sentiment que les Corses pensent qu’ils ont fabriqué cet endroit eux-mêmes, la beauté de cette partie du monde ne leur appartient pas, il n’en sont que les dépositaires. Et au lieu de tout massacrer afin de rester seuls propriétaire de l’île, ils devraient faire preuve d’un peu plus d’ouverture d’esprit, exactement comme toutes les autres régions de France, ces fantastiques et magnifiques endroits. La Bretagne, la Normandie, la Provence, les Pyrénées j’en passe et des meilleurs. Tous ont une personnalité et des caractéristiques bien marquées et bien personnelles, et tous font partie de cette belle terre de France. Mais aucune de ses régions ne s’arrogent le droit de dire qu’elles sont seules au monde et que tous les autres sont des crétins. Voilà cette France que j’aime et que je visite chaque année! J’aime ce pays, j’habite un pays frontalier qui ne fait pas partie de cette tellement merveilleuse Europe tellement Unie, un petit pays qui ne fonctionne pas si mal!

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          19 février 2018

          c’ est vrai que la Suisse ou Monaco peut être sont beaucoup plus … propres !

          Répondre

Répondre

  • (pas publié)