CPE enterré : Tous perdants !

CPE enterré : Tous perdants !

Lundi 10 avril, Dominique de Villepin a enterré le CPE. Ce faisant, il prenait acte, non pas seulement de la mobilisation de la gauche et des syndicats, mais du fait qu’il était « taclé » par le président du parti majoritaire, qu’il était lâché par une bonne partie des parlementaires de sa majorité et surtout par le chef de l’État (voir notre éditorial de la semaine dernière).
Le CPE ayant été présenté par le Premier ministre lui-même comme son œuvre personnelle, il va de soi que Dominique de Villepin ressort passablement affaibli de ces quelques semaines d’affrontements.

En conséquence, si le Premier ministre reste en place, on voit mal comment l’année qui nous sépare des élections présidentielles pourrait servir à quelque réformette que ce soit.
Et on ne voit pas davantage ce qui empêcherait que le Premier ministre reste en poste. D’un côté, Jacques Chirac n’a certainement pas envie de se gâcher la dernière année d’Élysée qui lui reste et Villepin, à défaut d’autre chose, fait un bouclier tout à fait convenable, comme Raffarin en son temps.
De l’autre côté, si Dominique de Villepin n’a pas saisi l’occasion qui s’offrait à lui de présenter sa démission, pourquoi y songerait-il dans quelques jours ?

Manifestement, la place est suffisamment bonne pour que ce matamore accepte, pour la garder, de placer son amour-propre dans sa poche ! Pourtant, ledit amour-propre n’a guère été ménagé : d’abord, Nicolas Sarkozy annonce publiquement qu’il négocie avec les syndicats dans le dos du chef du gouvernement ; ensuite, Matignon est dessaisi du dossier CPE, transmis aux groupes parlementaires UMP ; enfin, même l’annonce – que le chef de l’État lui avait promise en guise de lot de consolation – du retrait du CPE, au cours de laquelle il devait jouer les chefs de la majorité « gardant la main », même cette annonce a été torpillée par un communiqué de presse de l’Élysée un quart d’heure avant l’allocution du Premier ministre. On ne saurait dire plus brutalement que Dominique de Villepin est désormais hors-jeu.

Ainsi Nicolas Sarkozy a-t-il éliminé un concurrent qui commençait à se faire menaçant (au moins dans les médias !). Mais lui-même ne sort pas indemne de la crise : une partie, difficile à mesurer pour le moment, des électeurs de droite n’oublieront pas que l’homme de la « rupture » a réclamé le premier que le gouvernement se couche devant la rue. Il n’est pas évident que cela contribue à clarifier son positionnement politique !

Partager cette publication

(41) Commentaires

  • grandpas Répondre

    Jaures Vous ne devez frequenter que des employés parfaits,dites le vite aux artisans et commerçants,ils seraient trés heureux de les employés rapidement. Un bon à rien reste un mauvais en tout même avec un CDI. C’est vous cher Jaures qui ne conniassait pas l’insondable fourberie des hommes cher grand humaniste.

    22/04/2006 à 18 h 41 min
  • Jaures Répondre

    A Florent: Je maintiens mes chiffres. D’ailleurs, si ils avaient été plus serrés, De Villepin nous aurait probablement offert un « J’entends ceux qui sont contre, mais j’entends aussi ceux qui sont pour. » Si il n’a rien entendu, c’est qu’il n’y avait rien. Ou si peu. L’archevèque de Paris s’est bien prononcé contre le C.P.E et l’a confirmé sur Europe1 le dimanche 16 avril à 8h25. Vous pouvez vérifier. Où aurai-je sinon été cherché un tel soutien. grandpas, vous vous trompez sur les salariés et la nature humaine en général. Avec un C.D.I, un employé se sent intégré et responsabilisé. Il n’en est que plus efficace. Par ailleurs, si il a moins de 2 ans d’ancienneté, son licenciement ne coûtera pratiquement rien. Bien sur, il devra le justifier, mais c’est bien là le moins.

    21/04/2006 à 15 h 13 min
  • sas Répondre

    A jaures…il eut mieux fallut 3 mois , à un patron , en notre époque, afin de juger de la compétence bien dissimulés, d’un travailleur potentiel ACTUEL et résultat contre nature du 80 % de bacheliers….qu’il ne le fit en 1 journéee , car aucun n’eut trouvé grâce à ses yeux…et retourna instament et sur le champs grossir les rangs des glandeurs sans qualitées aucunes. Merci patron….moi qui te sollicite humblement pour me nourrir et m’assister… sas

    20/04/2006 à 14 h 08 min
  • Florent Répondre

    Toujours dans la désinformation le Jojo: Non 80 % des français n’étaient pas contre, seulement 56-58% (c’est quand même plus serré comme pour Berlusconi) et environ 60% étaient soulagés. Ce n’est pas pareil. Quant à l’archevêque de Paris, décidément vous ne reculez devant rien. Non seulement, il ne l’a pas condamné, mais il a condamné les saccages causés par vos chers trublions trotskophiles en des termes très durs. Alors soyez gentil, foutez la paix à ce saint homme, vous me faites penser à Maurice Thorez et aux cocos qui tentaient de récupèrer le christianisme.

    20/04/2006 à 13 h 47 min
  • grandpas Répondre

    Jaures Décidement,seul les patrons ont tort à vos eux de socialistes. Mais voyez,on peut tenir trois mois à travailler parfaitement et attendre la signature du CDI.Une fois celui-ci obtenu,on lâche du lest. Mais pour un syndicaliste et socialiste,cela ne peut être de la faute que du patron. Vous êtes à pleurer.

    19/04/2006 à 21 h 06 min
  • Jaures Répondre

    A grandpas: je dis qu’un patron qui mets 3 mois pour juger des compétences d’une vendeuse est un incompétent

    19/04/2006 à 15 h 28 min
  • sas Répondre

    Tu fais erreur grand pas…je ne suis point aveuglé…c’est toi qui est myrro…et la suite parlera pour moi…p’tit gars. Interdir les comportement inepte et paradoxaux au sein de la fonction publique ,comme interdir le syndicalisme chez les militaires, le droit de grève à air france ou la snf, ou interdir la maconnerie chez les magistrats …me semble une mesure cohérente de bon sens…et c’est exactement pour cela que ce sera jamais mis en place. SAS

    19/04/2006 à 2 h 46 min
  • Florin Répondre

    On paie toujours la note : en direct à l’Etat, indirectement à travers des caisses maladie et retraite, directement chez les « prestataires » privés (médecins etc). Comme à l’hôtel, le petit déj est inclus ou pas dans les prix, mais il n’est jamais gratuit. Ce débat, libéral = peu taxé, social = trop taxé, est un faux débat. Le toubib, il faut le payer. Il peut être fonctionnaire ou pas, cela ne change rien au problème. à Helios, qui nous parle liberté du contrat et équilibre des parties cocontractantes … on apprend en première année de fac que la création du droit du travail répond justement au besoin d’équilibrer une rélation par essence déséquilibrée, celle entre un salarié et l’entreprise qui l’emploie. Mais bon, ce ne sont que des élucubrations d’enseignants-fonctionnaires-marxistes, n’est-ce pas ?… Toutefois, regardons à nouveau le pays du libéralisme : aux USA, les salariés n’hésitent pas à aller au tribunal pour des heures sup’ non payées (si, si !!!)(à travers de « class actions », procès collectifs pris en charge par des avocats payés à 100% à la commission) et l’Etat fédéral n’a pas hésité à troubler l’harmonie de l’entreprise, en instaurant la « discrimination positive » (t’embauches qui tu veux, mais à l’arrivée il faut respecter des quotas ethniques et raciales). Ce que Sarko propose d’ailleurs. Quand on parle libéralisme, certains comprennent liberté – pourquoi pas, si ça leur fait plaisir. Avec un bémol de taille : ça n’existe pas à l’état pur … Même dans un resto 3 étoiles, faites quand-même un tour aux cuisines, vous aurez souvent des surprises … Par contre, la vitrine, elle, est très belle …. rêvez, braves gens !

    18/04/2006 à 23 h 30 min
  • Florin Répondre

    Quand chacun défend son bifteck, on n’a point d’autre choix que l’analyse des chiffres – obstacle qui rebute plus d’un ici, plus à l’aise dans l’attaque perso que dans le débat d’idées. On ne m’a toujours pas répondu sur la baguette qui double son prix depuis l’euro … alors que, ni la farine, ni l’eau, ni le sel, ni la levure, ni l’éléctricité, ni la vendeuse, ni les taxes, ni les charges sociales ne coûtent deux fois plus cher aujourd’hui par rapport à hier. Ah oui, le transport est plus cher , certes. Mais le compte n’y est pas. Mais, passons à autre chose – ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre : on rabâche ici, à longueur de journée, qu’en France on paie beaucoup trop d’impôts et charges. Pas si sûr !!! Enfin, prenons les choses dans l’ordre : et comparons avec le pays du libéralisme par excellence, les USA. Il y a, comme dans chaque pays, un site internet du fisc, sur lequel tout un chacun peut calculer son dû : http://www.irs.gov. Allez-y franco : prenez votre paie française et passez-la à la moulinette américaine … ça va rendre la comparaison facile. Coeurs fragiles s’abstenir absolument, les ricains ont la main très lourde là-dessus. On me dira, oui mais les charges sont moindres. CERTES ! Il y a aussi un comparatif « tout compris », qui vous donne le net en partant du brut de la fiche de paie. Et là, horreur !!! ils ne gagnent, en net AU MEME BRUT, que 5-7% de plus que les Français !!! sans les 5 semaines de congés annuels, et SANS avoir la sécu INCLUSE, comme en France … donc, du net il faut aussi retrancher les mutuelles privées. ça, au MEME salaire. Nuance : au même POSTE, le brut est plus conséquent, en haut de l’échelle (pour le smicard, faut pas rêver). Conclusion, libéralisme ou pas, quelqu’un p

    18/04/2006 à 23 h 05 min
  • grandpas Répondre

    Jaures Vous reconnaissez implicitement que trois mois ne sont pas suffisants pour juger un employé.Vous venez de vous mordre la queue. Quant aux prélevements sur les salaires,ils en concernent aps que la retraite et la sécurité sociale.Pour un saint-dikaliste,vous connaissez mal vos dossiers. Même le grand mufty de Jérusalem était contre,il me semble que G.W. Bushn n’était pas pour. Ah,Jaures,vous êtes comme Schnaps Amibe Stomatorragie aveglé par vos convictions.

    18/04/2006 à 19 h 42 min
  • Jean-Claude Lahitte senior Répondre

    O.K. Charles. Sauf que les gens de la SNCF vous diront qu’ils n’ont pas le statut de fonctionnaires. Moyennant quoi, ils se comportent comme de parfaits fonctionnaires. Qui se réveilleronyt quand le frêt par rail sera entièrement entre les mains de société privées* Cordialement, Jean-Claufde Lahitte senior * ce qui est amusant, c’est de savoir qu’Air-France veut se lancer dans le frêt par rail !

    18/04/2006 à 18 h 17 min
  • Charles Répondre

    Le débat étant déjà bien entamé sur le sujet, je me permettrais juste de vous faire part d’une de mes réflexions. Toute réforme étant impossible en France, une mesure est, à mes yeux, susceptible de débloquer cette « chianlie » permanente. Je propose qu’en contrepartie de leur garantie de l’emploi à vie, de leur retraite « privilégiée », et de leur niveau de vie supérieur à celui de la moyenne des français (please, ne me ressortaient pas l’exemple du « beau frère » catégorie C dans l’administration…, on a déjà débattu du sujet….) , je propose que les fonctionnaires soient INTERDIT DE GREVE. Ainsi, fini les blocages révoltants de la SNCF, les manif interminables du corps enseignant (générant des centaines de milliers d’euros de réparations à la charges de la vache à lait), et la récupération du moindre mouvement de foule au fin fond d’une cours de maternelle, par des syndicalistes à 80% fonctionnaires…. C’est peu être là un début de solution, comme cela c’est passé aux Etats-Unis (NY je crois), où les syndicats de la fonction publique ont été condamnés à de lourdes amendes pour s’être mis en grève

    18/04/2006 à 15 h 10 min
  • Jaures Répondre

    Mais à quoi peut bien tenir cet attachement que vous montrez pour le CPE ? 80% des français étaient contre, le MEDEF très réservé, les présidents de fac pour sa suspension. Jusqu’à l’archevèque de Paris qui s’est prononcé pour son abrogation. Ici même, tout le monde le qualifiait de mesurette, donc d’une efficacité douteuse (corroborée par les médiocres résultats du CNE). Pourquoi alors cet attachement quasi fétichiste ?

    18/04/2006 à 13 h 49 min
  • sas Répondre

    A helios…on ne fait pas diriger la plèbe par un droit commun voleur,menteur…DONC JMLPEN CE NE SERA PAS LA MËME CHOSE. a JC lahitte…arrête avec tes 100 milliards de dette publique…l’autre merde maçonnique breton ta confirmé 2 000 milliards, et moi je dis qu’en réalité avec tous les trandferts sur l’etat des cotisations et retraites des sous caisses toutes déficitaires c’est 3 000 milliards.retiens ce chiffre et tu tomberas de moins haut , lorsqu’il percera, car il percera. Pour les mouton bêlant du CPE….jeté dans la rue par le monde des fonctionnaires de l’EN: LES FACS AMERICAINES , vont poursuivre l’etat francais et les facs françaises pour n’avoir pas respectées leurs contrats…c’est y pas beau ???? sas qui dit qu’il faut absolument que le casseur soit le payeur.

    18/04/2006 à 13 h 32 min
  • Helios Répondre

    Je crois qu’il faut se creuser un peu plus les méninges pour comprendre les raisons du gâchis, peut-être se rendra-t-on compte que tout ce qui s’est passé était écrit dans le ciel. Les acteurs en place qu’il s’agisse de Chirac, de De Villepin ou de Sarkozy n’ont fait que suivre un scénario écrit d’avance, ils se sont simplement contentés d’improviser un peu pour donner le change. Sauf erreur le fiasco du CPE ne constitue pas un précédent et du moment qu’on a vu la levée de boucliers tout le monde a compris que son sort était scellé. On a cru un moment que DDV allait tenir bon et sans doute avait-il l’intention de résister, mais finalement il n’a pas tenu plus longtemps qu’un cow-boy de rodéo sur un cheval fou. Bien sûr on peut jeter le blâme sur les syndicats et la gauche et sans doute le méritent-t-ils. La complaisance des médias aussi, mais ne devrait-on pas blâmer la manière bien française de concevoir le rôle de l’état? et dans ce cas le blâme ne devrait-t-il pas atteindre tout le monde, les commentateurs de ce forum inclus? De quoi se mêle l’état et qu’a-t-il à se fourrer le nez dans ce qui n’est qu’une entente ou un contrat entre deux parties également libres et responsables, libres de s’engager et responsables de tenir leurs engagements? Ne devrait-il pas se contenter de prévoir des mécanismes d’arbitrage des différents et s’assurer de l’absence de contraintes ou de pratiques déloyales pouvant léser une des deux parties? Du moment que l’état devient partie prenante du contrat il ne peut prétendre à la neutralité. Chacune des parties exercera des pressions afin que la troisième (l’état) se solidarise davantage avec elle et se désolidarise de l’autre. Les relations triangulaires sont TOUJOURS source de problèmes, c’est exactement comme un mariage polygame musulman, le mari pour être « juste » ou « équitable » sur le plan matériel, affectif, sexuel etc. doit s’ingénier pour ne pas mécontenter la première épouse tout en s’efforçant de plaire à la seconde, et malheur à lui si la chicane prend entre les deux bonnes femmes! La situation du gouvernement est encore plus délicate que celle du mari polygame dans la mesure où il se sent souvent obligé de modifier les règles du jeu soit pour avantager une des parties ou simplement pour s’adapter aux réalités économiques. Le couple polygame employés-patrons-gouvernement n’a pas fini de coûter cher ni de donner des maux de tête; finalement ce ne sont pas les conjoints qui sont en faute mais la polygamie elle-même; enlever Chirac et mettez Le Pen ou De Villiers ou qui vous voudrez, vous obtiendrez le même résultat. les syndicats, les patrons, le gouvernement et travers lui TOUS LES CITOYENS, dans la mesure où ils tiennent à maintenir cette relation triangulaire, n’auront qu’eux-mêmes à blâmer. Il faut arrêter de creuser si l’on veut sortir du trou! Helios

    18/04/2006 à 4 h 37 min
  • Jaures Répondre

    A grandpas: Si votre patron met 3 mois minimum pour juger le travail d’une vendeuse, il peut la prendre à l’interim, puis lui proposer un cdd de 1 an renouvelable 6 mois, ce qui lui donne près de 2 ans pour l’évaluer. Je rappelle, on l’oublie souvent, que les charges sociales servent à payer les retraites et les arrèts maladie. Si vous en voulez pour votre argent, tombez gravement malade.

    17/04/2006 à 17 h 58 min
  • Jean-Lahitte senior Répondre

    En guise de post-scriptum à mon précédent « post ». La France électorale est divisée sensiblement entre les Français auquels la gauche la plus archaïque du monde a fait croire faussement(1)(et continue à faire croire) qu’ils ne paient pas d’impôts, ce qui les rend jaloux de ceux qui en paient et auxquels la droite la plus bête du monde fait croire par de fausses baisses d’impôts qu’elle est venue les soulager des maux de la gauche(2). Ce qui divise artificiellement la France en deux: celle de gauche et celle de droite. Alors qu’il devrait y avoir les Français qui sont pour les vraies valeurs, et les autres qui sont pour la disparition de ces mêmes valeurs, au nom d’une fausse liberté qui les rend de plus en plus esclaves… Cordialement, Jean-Claude Lahitte senior A FLORIN. Libre à vous de ne pas plaindre les « petits patrons », mais je défie le petit bourgeois aux propos pleins de morgue et de suffisance, confit en fausses valeurs enseignées par une école marxisto-maçonnique, de vous installer comme petit patron. Si d’aventure vous deveniez chômeur, tentez donc l’aventure. Et vous verrez bien. Pour moi, paraphrasant Péguy, je dirai que le petit patron est l’aventurier des temps modernes. Celui qui entreprend malgré vos camarades bureaucrates pondeurs de règlementations aussi tâtillonnes que liberticides, de vos camarades socialistes ponctionneurs et empêcheurs d’entreprendre en tous genres, et de vos camarades syndiqués grèviculteurs patentés et scieurs de branches sur lesquelles, ou dans lesquelles, ils sont (pour combien de temps encore ?) confortablement installés. (1)voir mon prédécent « post » (2)elle les soulage, la droite, plutôt de leur portefeuille, par de fausses baisses d’impôts(3), et du peu qui leur reste d’illusions sur la fausse droite. (3) que, de toute façon, avec plus d’un milliard quatre-cent-millions d’euros de dettes l’Etat est incapable d’assumer…

    17/04/2006 à 15 h 21 min
  • Florent Répondre

    oui, donc si j’ai bien compris l’inénarrable Florin, pour empêcher l’arrivée au pouvoir au PS, il faudrait mener la politique du PS, à savoir taxer les PME et oter toute liberté aux patrons, grands ou petits. Ah, ça c’est de la stratégie, tudieu!!!

    17/04/2006 à 13 h 58 min
  • Jean-Claude Lahitte senior Répondre

    GRANDPAS. Votre histoire de la vendeuse en pharmacie rappelle un peu celle des TIPP (taxe intérieure sur le produits pétroliers) où, finalement, c’est l’Etat qui, comme toujours, pompe sur le dos à la fois des entrepreneurs et des salariés. Elle me fait penser aussi à ceux qui s’imaginent ne pas payer d’impôts (ce qui leur permet de maugréer que un gouvernement fait mine de baisser les impôts*)alors qu’ils sont largement ponctionnés par l’Etat avec la TVA qui est, comme chacun le sait, un impôts sur la consommation des … pauves ! Cordialement, Jean-Claude Lahitte * car, comme veulent nous le faire croire les partis de gauche et leur courroie de transmission les syndicats, seuls, cex qui sont riches, paient des impôts. C’est ainsi que l’ont a coupé le peuple en deux !

    17/04/2006 à 12 h 19 min
  • grandpas Répondre

    Pour Florin(hollandais?) Les petits patrons ne se sont pas enrichis eux non plus, car les fournisseurs de ces personnes ont augmenté leurs prix.Les charges diverses ont enflé et ce pour nourrir toute une cohorte de personnes diverses. Un de mes amis pharmacien me disait que pour payer sa vendeuse 80€,il devait en donner 140€,quand à sa vendeuse sur la somme en question,l’état en prenait 20.Donc quand cette vendeuse est payé 60€ net,l’état en prend 80. Si cette vendeuse n’est pas une foudre de guerre aprés les 3 mois d’essai,il ne pourra la licencier que faute grave,en cas de passage au prud’hommes,cela lui coutera quelques espéces sonnantes et trébuchantes.Oh,le vilain patron que voilà!Qu’il soit pendu par les c……. Bien à vous

    16/04/2006 à 21 h 11 min
  • grandpas Répondre

    Le retour de notre Jouisseur Antiphrase Ulcéroïde Relativiste Empressé Succinique égale à lui même,tout est de la faute aux vilains patrons. De toute façon bienvenu quand même,et je ne suis pas hypocrite car même si je ne suis pas toujours de votre avis je vous respecte.

    16/04/2006 à 17 h 04 min
  • Florin Répondre

    A Guillon & autres SAS : si la justice est MAL rendue, alors, d’après vous, il ne faut plus de justice du tout !!! Dire que vous avez une conception moyennâgeuse c’est se tromper lourdement, car la Justice date d’avant le Moyen Age, bien evidemment. D’ailleurs, les Prud’hommes étaient si peu généreux à leurs débuts, que le législateur s’est vu obligé d’insérer un petit paragraphe dans le Code (pardon, c’est un gros mot pour vous, je le sais !) indiquant que l’indemnité pour licenciement sans cause réelle et sérieuse ne saurait être inférieure à six mois de salaire brut, dès lors que le licencié justifie de deux ans d’ancienneté à la fin de son préavis. En clair, même aujourd’hui, on peut virer « pour pas cher » un ‘nouveau collaborateur’ qui n’a pas encore soufflé ses deux bougies. Il faut payer le préavis, certes. Ce qui en fait beaucoup, aux yeux de certains : un mois de salaire pour les non-cadres, trois mois pour les cadres. Dites donc, vous regardez autour de vous, de temps à autre ? La baguette a augmenté de 80-100% en 5 ans; demandez à la vendeuse si on a augmenté sa paie dans les mêmes proportions !!! Je veux bien pleurer le sort des « petits » patrons – mais alors vous allez me payer les Kleenex SVP ! C’est avec des positions comme les vôtres que l’on jette le pays dans les bras du PS et de ses acolytes. Si c’est votre but, allez-y franco, proposez aussi le retour à l’esclavage, et attendez ensuite confiants 2007. Il n’y devrait pas y avoir des surprises.

    16/04/2006 à 15 h 43 min
  • Jaures Répondre

    A guillon: je vous rappelle que les prud’hommes sont paritaires salariés-patrons. Les personnes condamnées (8 sur 10) sont des délinquants, au même titre que des cambrioleurs ou des proxénètes. Enfin, si les employeurs sont condamnés, les employés ne sont pratiquement jamais réintégrés. Le patron arrive donc toujours à ses fins, quitte à payer un peu. Cela devrait vous rassurer.

    16/04/2006 à 10 h 27 min
  • sas Répondre

    A guillon…bravo …la parole se libère et ca c’est de l’information top… Précision,..les prud ‘hommes sont considérés comme une juridiction POUR les salariés…en clair un chambre permettant un transfert sociale…peut importe qui a raison…le voleur, feignant,menteur…repart avec un petit quelque chose… il n’y a qu’à simplement le dire au lieu de faire du cinéma… et que certain patron y cherche de la justice et de la morale…. ps)Beaucoup , beaucoup de franc maçons cooptés , comme dans la juridiction commerciale….d’où cette exagération , cette corruption et ces arrangements. Là ,il y a des centaines d’emplois à sauver… sas

    15/04/2006 à 13 h 56 min
  • guillon Répondre

    ma version des lutteurs « anti-cpe » les syndicats ont profite d’un « terreau » fertile car les affaires qui vont devant le « conseil des prud’hommes » leur rapportent beaucoup d’argent et au « noir » en plus, et la aucun controleur des impots n’y met son nez Comment? quand ils defendent un salarie devant le conseil, ou siege leur petits copains, d’ou les condamnations scandaleuses surtout si c’est un petit patron… il prelevent 10 a 20% des sommes que le salarie « pique » a son ancien patron, et je le repete tout cela se fait au « swartz » alors il ne faut pas que les patrons puissent licencier sans passer par la case « conseil des prud’hommes » un ancien conseiller…

    14/04/2006 à 15 h 01 min
  • sas Répondre

    Ouais….tous perdant ????? néni seule la FRANCE a encore perdue une occasion de sursaut…seule la France a perdue..comme toujours d’ailleurs. sas

    14/04/2006 à 0 h 19 min
  • Jean-Claude Lahitte senior Répondre

    ARCHIPRÊTRE. Qui gouverne quand la « droite » (entre guillemets) est au pouvoir ? Les syndicats archaïques, et, de plus en plus la rue dès lors qu’elle se montre violente. Avec la complicité active des médias qui ne se rendent pas compte qu’ils scient la branche sur laquelle ils sont assis. (1) Car la « droite » aussi molle qu’incompétente (la gauche ne vaut guère mieux) a peur de la gauche. Jean-François Revel l’avait déjà remarquer dans un de ses livres il y a quelques années. La meilleure preuve de sa trouille, elle n’a jamais osé faire un « programme commun » avec la Droite nationale, laissant, sans protester, la gauche en faire un avec le P.C. »F » moscoutaire, et avec les « Verts » qui, à leur façon, sont des extrémistes de gauche ! N’hésitant pas à laisser passer aux élections régionales, législatives, communales, etc. des candidats de gauche (roses, rouges ou verts) au détriment de candidat F.N. Tout finira par se payer un jour ! Cordialement, Jean-Claude Lahitte senior (1) un exemple : certain quotidien a réussi à présenter comme un garçon bien sous tous rapports l’allochone qui, récememnt, avec quelques complices, a massacré un « indigène » qui, la veille, avait porté secours à un camarade auquel ce même agresseur avait dérobé un e-pod ! On croit rêver. Personnellement, je ne pleurerai pas sur la disparition de « France-Soir » (dont les collaborateurs, alors que leur journal est en train de crever, ont le culot de faire grève sur grève(2) !), pas plus que de « Libé », du « Monde », etc. (2) parce qu’un magistrat n’a pas donné suite au projet de reprise d’un anglo-israëlo-franco-russe dont le moins que l’on puisse dire est qu’il est douteux. C’est dire la morale de ces journalistes dès lors qu’il s’agit de leurs propres intérêts : pour eux, l’argent n’a pas d’odeur. Ils oublient par ailleurs qu’ils sont les premiers responsables de la déconfiture de leur journal. Comme la presse est co-responsable de celle de la France !

    13/04/2006 à 12 h 22 min
  • florent Répondre

    http://www.votez2007.com/tour1vote.asp Tenez, c’est un site finalement assez intéressant dans la mesure ou la participation est assez forte, cela peut donner une idée sur le repport des suffrages lors d’un deuxiéme tours. Voilà, bonne participation à tous. @+

    13/04/2006 à 11 h 31 min
  • florent Répondre

    http://www.votez2007.com/tour1vote.asp Tenez, c’est un site finalement assez intéressant dans la mesure ou la participation est assez forte, cela peut donner une idée sur le repport des suffrages lors d’un deuxiéme tours. Voilà, bonne participation à tous. @+

    12/04/2006 à 20 h 47 min
  • Archipretre Répondre

    Qui gouverne en France lorsque « la droite » est élue? A mon avis, pour ne citer que ce dernier exemple de CPE retiré, c’est la rue, ou la gauche, comme on voudra. Pas étonnant: les media et les syndicats sont complices: La télé ne nous présente que ce qui avantage la gauche (évènements, témoignages en présentant pratiquement toujours les CPF dont on voit les têtes basanées -quand elles ne sont pas camouflées par les burnous-capuches,-EN GROS PLAN. A leur avantage, bien sûr! Car ils ne peuvent être que victimes… Quant aux syndicats minoritaires on les laisse exercer illégalement leur dictature, c’est-à-dire bloquer routes, usines, voies ferrées, etc et eux aussi monopolisent les interviews sur nos télés bolcheviques. Aucune loi n’est plus respectée en France, tout le monde s’en fout…et nous, nous sommes là à râler ou à geindre, comme on voudra, mais ENTRE NOUS, ce qui est absolument stérile. Et c’est malheureusement la même chose pour ce qui concerne ce cancer de l’Islamisme. FRANCE qu’attends-tu pour te réveiller? Quand il sera trop tard? Car si vous vous faites des illusions pour les prochaines élections,HUM! Tant mieux pour vous, vous aurez à peu près une dernière année pour vous croire encore résistants. Justement, vous devriez en profiter…ET VRAIMENT COMBATTRE. Voyez-vous ce que je veux dire?

    12/04/2006 à 19 h 05 min
  • EIFF Répondre

    En sacrifiant Villepin et en désignant Sarkozy comme le principal traitre de l équipe gouvernemental, Chirac affaiblit encore un peu plus son camp et accentue les clivages à l intérieur de l UMP-plurielle pour redonner à la gauche un nouvel espoir de retour en 2007 et pour préparer sa troisième mandature sous le signe du rassemblement des frères ennemis du gaullisme, quitte à se retrouver en face de Sarkozy. Chirac est le grand stratége du pire et du chaos, dissolution de l assemblée alors que la droite largement majoritaire avait la confiance des francais, refus de débat avec Le Pen en 2002 et donc retour en force de la gauche aux régionnales, renvoi de Raffarin-Fillon-Barnier aprés l échec du referendum et remaniement irréfléchi tout azimut (Begag -Borloo- Douste Blazy) avec des conséquences dramatiques pour l image et l économie de la France , sans compter la passivité et les mauvais calculs lors des émeutes de banlieues et le CPE. Chirac le truqueur, Chirac le menteur, Chirac l impuissant et le complice du déclin francais sera le candidat légitime de la fausse droite en 2007 face à l usurpateur Sarkozy candidat sur mesure et téléguidé de la gauche caviar. La seule alternative pour l électorat de droite pour éviter de se faire cocufier par ces redoutables crétins irresponsables c est de préparer l union des vraies droites et des patriotes autour du FN, tout le reste c est de la rigolade pour maintenir le mur invisible et illusoire du socialisme.

    12/04/2006 à 19 h 04 min
  • Jean-Claude Lahitte Répondre

    Je ne pense pas que Nicolas Sarkozy soit sorti indemne de cette affaire du CPE.Le chef d’Etat ainsi que Villepin et celui qui veut être calife à la place du calife ont montré, chacun avec son style et sa manière, qu’ils étaient de vrais « pieds nicklés »(1). Aucun ne sort grandi dans cette affaire. Le premier parce qu’il a montré son parfait mépris des institutions en supprimant (sans attendre l’avis du Parlement) une loi votée régulièrement par les deux Assemblées, tout en la promulguant. Le second en ne choisissant par de démissionner plutôt que de s’incliner face à des braillards de rue qui étaient loin, aussi bien les étudiants et lycéens, que les syndicats, de représenter le « pays réel ». Et le troisième en n’ayant pas eu le courage de faire respecter les lois en matière de votes de grèves et de blocus, de protection des biens et des personnes face aux casseurs. Et il n’y aura guère que les éternels « gogos » de la droite molle pour considérer que le Petit Nicolas sera le sauveur de la France. Un sauveur qui n’entend comme seule voix que celle de son ambition ! Pauvres autruches qui seront une nouvelle fois les cocues de la droite la plus bête du monde, laquelle, par sa veulerie (Villepin dirait « son manque de c… ») vient d’ouvrir largement les portes à la gauche la plus archaîque du monde. Cordialement, Jean-Claude Lahitte senior (1) je laisse aux lecteurs de ce forum le soin d’attribuer à chacun selon ses mérites, les noms de Croquignol, Riboudingue et de Filochard, même si, personnellement, j’ai fait mon propre choix.

    12/04/2006 à 17 h 23 min
  • cast Répondre

    Déjà lors des émeutes de novembre, et aujourd’hui devant le CPE, Sarkhozy vient de prouver sa véritable identité: un Chirac bis dont le premier réflexe à la moindre résistance est de baisser son pantalon.Ce n’est sûrement pas d’un tel fanfaron que la France a besoin. Je dois avouer que ces derniers évènements m’ont largement fait évoluer vis à vis de lui.

    12/04/2006 à 14 h 14 min
  • Florent Répondre

    Hélas rien à rdire, et la majorité des français auront sûrement oublié cela en 2007 en cautionnant le traitre Sarkozy et le capitulard Chichi. Seul espoir: que la minorité restante continue encore d’augmenter comme elle le fait depuis quelques temps et ait le courage de prendre en main sa destinée. Avant le choc final.

    12/04/2006 à 13 h 59 min
  • sas Répondre

    C’est là tout le problème d’avoir mis et laisser à la tête de notre Etat un droit commun….qui se comporte comme tel Les gaulois auront au moins apris la qualité des 2 guignoles de service les galouzeau et naguy becsa… 14 ANS DE PERDU AVEC MITTERAND,14 ANS DE PERDU AVEC SUPERMENTEUR…..maintenaant il faut voter utile , voter FRANCE… sas

    12/04/2006 à 13 h 00 min
  • kikinos Répondre

    Le guide 2007 vous prie de bien vouloir lire Sarko à la place de Chirac dans le premier post de M. Luc SEMBOUR.

    12/04/2006 à 12 h 36 min
  • LESTORET Répondre

    Hélas l’honneur n’est plus une denrée à la mode, le piont d’honneur encore moins. Peut-être était-ce une denrée éminemment périssable. Et elle a péri. Notre Premier Ministre l’a mis dans sa poche comme vous dites. Bien sûr, ce n’est pas un élu, ce n’est qu’un fonctionnaire placé là sur ordre et qui normalement reste aux ordres de l’homme qui l’a désigné dont il ne semble pas encore avoir mesuré le degré de versatilité. La dernière année du règne semble devoir être fertile en rebondissements et retournements, mais soyez tous tranquilles, rien de sérieux ne sera sans doute fait. Pauvre de Villepin qui de champion du verbe applaudi, à l’ONU, ne sera plus désormais qu’un robot assez piteux et sans avenir politique.

    12/04/2006 à 12 h 25 min
  • Florin Répondre

    Je pensais, en lisant ‘tous perdants’ qu’il s’agissait des Français !!! Erreur : vous parlez du trio « droit-commun-immunisé-contre-la-Justice/énarque-aveugle-sourd-mais-pas encore-muet/petit-mais-avec-grand-avenir-le-croît-il ». Alors là, je suis d’accord à 100% : sauf à être Coluche, la bonne blague ne rapporte pas en politique … Et la déculottée, encore moins. Enfin, DdV a tenté de deshabiller les gens (ceux qui n’ont pas leur carte du MEDEF !), de les dépouiller de leurs droits et de leur dignité. Ayant aussi une formation juridique, je m’intéresse à cet aspect bien plus qu’à la partie purement economique de l’affaire. En privant un être humain du droit de connaître les RAISONS de ce qui lui arrive, on le prive, en fait, de toute possibilité de défense. Lisez « Le Procès » de Kafka – on est en plein dedans. On peut être de droite, sans être derrière DdV. On peut regarder l’avenir, sans l’imaginer à la chinoise, avec 1 milliard de miséreux qui triment pour 2-3 euros par jour. On peut encore avoir de l’espoir. SANS DdV. Et sans chichi(s).

    12/04/2006 à 10 h 37 min
  • Aude Répondre

    Quelle surprise ! Chirac s’est une fois de plus couché face à la pression de la rue et d’une jeunesse braillarde totalement instrumentalisée dans laquelle je ne me reconnait nullement bien que « jeune ». Pauvre pays…

    12/04/2006 à 10 h 14 min
  • Adolphos Répondre

    Décidement, Chirac aura tout raté..

    12/04/2006 à 8 h 44 min
  • Luc SEMBOUR Répondre

    Par deformation professionnelle morbide, reflexe conditionne, et strategie ultra-consciente, et puisqu’il a toujours systematiquement agi ainsi depuis 1965, Chirac ne s’interesse strictement a rien d’autre qu’a la promotion et a la perennite de son pouvoir personnel. Qu’il le veuille ou non, il se comporte comme le seul candidat tres serieux a l’election 2007. C’est evident. Au diable les interets francais, au diable le contribuable, au diable le citoyen. Seul l’electeur est un etre humain. Chirac d’abord, Chirac toujours. Luc SEMBOUR [email protected]

    12/04/2006 à 2 h 11 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: