Criminaliser certaines violences urbaines par électoralisme

Criminaliser certaines violences urbaines par électoralisme

Pascal Clément, et Nicolas Sarkozy, souhaitent déposer un projet de loi renvoyant devant les assises, et non plus le tribunal correctionnel, des agresseurs en « bande organisée » de policiers, gendarmes et pompiers. Le Code pénal stipule que s’attaquer à un dépositaire de l’ordre public est une circonstance aggravante : en correctionnelle, les violences ayant entraîné plus de 8 jours d’interruption totale de travail sont passibles de 3 ans de prison quand la victime est un simple citoyen, de 5 ans s’il s’agit d’un policier. Aux assises, ce type d’infraction pourrait coûter jusqu’à 15 ans. Et les jurys populaires d’assises seraient moins laxistes que les magistrats professionnels.

Mais Dominique Barella, président de l’Union syndicale de la magistrature (USM, majoritaire), objecte : « S’il s’agit de transmettre aux assises des affaires relevant des tribunaux de police ou de la correctionnelle, ce sera des dizaines de milliers d’affaires en plus devant les cours d’assises ». Impossible de mobiliser autant de jurys populaires. S’ajoute un obstacle juridique : le Conseil d’État refuserait, au nom de l’égalité des citoyens devant la loi. Criminaliser des agressions physiques contre les dépositaires de l’autorité, qui resteraient correctionnalisées pour les simples citoyens, serait rompre l’égalité devant la loi, et instaurer une justice à deux vitesses : une fraction des citoyens jouirait d’avantages supérieurs, du fait de ses fonctions. Cela diffère des circonstances aggravantes prévues par le Code pénal, qui ne changent pas la nature, correctionnelle, de l’inculpation, appliquée égalitairement à tous les citoyens, fussent-ils policiers. Enfin, les policiers et gendarmes ont interdiction de faire feu pour se défendre. Comment défendraient-ils efficacement les citoyens ? Accorder aux forces de l’ordre une protection juridique renforcée laisserait croire qu’elles bénéficient d’une immunité spéciale contre la violence, les simples citoyens lui étant offerts sans défense. D’autant que l’État s’acharne à priver ceux-ci de leurs armes.

La montée spectaculaire des violences, à caractère manifestement interethnique, signe le début d’une guerre civile que personne ne souhaite nommer. Les gouvernements successifs, craignant de mettre le feu aux poudres, ont interdit aux forces de l’ordre de faire feu systématiquement, quand elles tombent dans des guets-apens. L’évocation du projet de loi criminalisant les violences contre les dépositaires de l’ordre public est d’ordre électoral.

Partager cette publication

(50) Commentaires

  • Alain Coqueugniot Répondre

    « les policiers et gendarmes ont interdiction de faire feu pour se défendre », écrit Jean Rouxel. Cela signifie donc que la légitime défense n’existe pas en France, ce qui fait dire familièrement « un flic a le droit de se défendre quand il est mort ». C’est ce type de loi qui fait enrager les citoyens, car si les forces de l’ordre ont interdiction d’utiliser leurs armes dans un tel cas, on ferait mieux de les leur confisquer ou de les remplacer par des pistolets en plastique. Ça éviterait des accidents, n’est-ce pas? Sarkozy a raison de vouloir dissuader les agresseurs de policiers par des textes spécifiques concernant les attaques de policiers. Il faut vraiment être en France pour qu’un tel projet de loi soit soit taxé de « droitier », de « démagogique », voire de « fasciste ». Quant aux juges, le bon sens populaire qui jadis les considérait comme les défenseurs du peuple sait aujourd’hui qu’ils sont majoritairement fortement marqués à gauche ce qui signifie non pas en faveur des honnêtes citoyens mais pour les voyous-victimes. Quant un peuple n’a plus confiance dans sa justice… il faut dissoudre le peuple.

    21/11/2006 à 13 h 05 min
  • sas Répondre

    A jaures et aux autres rouges roses….le problème de la mésintelligence c’est que dès lors où ds solutions mesurées et pragmatiques sont nécessaires voir indispensables au bien être de tous…vous êtes atteind du syndrome suicidaire….en effet par virement de bord pour masquer votre impéritie , vous êtes prêt toutes affaires saissantes à mettre en place des solutions démagogiques et inutiles à grands frais…pires que tous les maux réunnis… voilà une raison précise ,si il en fallait, de ne pas rconduire ni la droite ni la gauche aux affaires…c’est trop sérieux et risqué pour confier la gouvernance d’une nation à des manches à couilles suicidaires et utopiques.. sas

    01/11/2006 à 12 h 03 min
  • Philippe Landeux Répondre

    J’oubliais. Vous dites, Jaurès, que, si l’on ne reconnait plus le principe de proportionnalité, c’est n’est plus des radars qu’il faut mettre sur les routes, mais des tireurs d’élite. Vous n’êtes évidemment pas à une ânerie près. Car, n’avez-vous pas remarquez qu’il n’y a déjà aucune proportionnalité entre un excès de conduite & une amende (ou la suppression du permis). Expliquez moi le rapport de proportion entre rouler & payer. Le fait que le taux des amendes s’accroisse avec l’excès de vitesse ne rend pas la sanction proportionnelle au délit, puisque les unes & les autres sont de natures différentes. (On oublie en plus que les amendes, à tarif égal, sont de fait plus lourdes pour les pauvres que pour les riches.)

    01/11/2006 à 8 h 09 min
  • Philippe Landeux Répondre

    Jaurès, encore des sophismes, toujours des sophismes ! Personne n’a dit que la légitime défense consistait à tirer sur ceux qui, sans précision, attente à nos droits ; elle consiste à pouvoir se défendre physiquement contre ceux qui, en attentant à nos droits, menace manifestement ou potentiellement notre intégrité physique. On ne peut invoquer la légitime défense, telle qu’on l’entend, lorsqu’il n’y a pas de danger immédiat que seule une réaction instantanée & violente peut conjurer. Tuer un policier qui vous contrôle n’est en rien un acte de légitime défense, d’autant qu’il vous verbalise quand vous avez passé les bornes de vos droits (du moins des droits que la loi vous reconnaît). Tuer son employeur sous prétexte que il a violé vos droits, alors que vous avez des moyens légaux des les faire valoir, n’est pas un acte de « légitime défense ». En fait, vous vous appuyez sur l’idée absurde que se défendre en état de légitime défense est se faire justice soi-même. Mais se défendre n’est pas faire justice. C’est précisément au moment où la Société ne peut pas nous protéger, où elle ne peut d’être d’aucun recours, qu’intervient la notion de légitime défense. Il n’y a pas de légitime défense dans les cas où, se défendre n’étant pas urgent, la sécurité physique n’étant pas menacée dans l’immédiat, en appeler à la justice est possible. Or c’est à des exemples foireux relevant de cette dernière catégorie, des exemples qui n’entrent pas dans le cadre de la légitime défense, que vous vous référez pour dénoncer le concept même de légitime défense. Vous avez affirmez que la légitime défense existe en France. On chercherait en vain dans votre discours un argument en sa faveur. Autrement dit, vous affirmez des droits en principe que vous ne reconnaissez pas en pratique. Que c’est beau un gauchiste qui parle de droits ! ! ! ! Observez donc votre méthode : vous déformez un concept, vous apportez des exemples absurdes à l’appui de la caricature ridicule que vous avez faite de ce concept, & vous en concluez que le concept lui-même, dont vous n’avez en fait rien dit, est dangereux. Comment, enfin, osez-vous dire : « Vous nous préparez un carnage dont vous ne serez probablement pas les dernières victimes. » Le carnage, nous y allons tout droit. Tous les jours nous en observons les prémices. Mais ce sont les gens de votre espèce qui, à force d’aveuglement & de lâcheté, le préparent, qui en seront assurément responsables & qui, une fois consommé, oubliant leur culpabilité, se pointeront la gueule enfarinée en disant pour la énième fois  » Plus jamais ça ».

    01/11/2006 à 7 h 53 min
  • Jean-Claude Thialet Répondre

    A SAS qui évoque la « légitime défense ». Dans ce pays, apparemment, seuls les morts (victimes d’un assassinat, d’un attentat, d’un homicide) ont le droit de se défendre. Devant un Tribunal, et à six pieds sous terre ! On sait ce que cela coûte à leurs familles victimes souvent de représailles. On connaît en effet la méthode qui consiste à tranformer les victimes en coupables aussi bien par les avocats (il faudra bien un jour se pencher sur certaine engeance qui sévit parmi ces robes noires !) que par certains magistrats, les victimes devenant « coupables d’avoir été des « victimes ». J’exagère à peine … Récemment, interrogé sur RTL par un quidam qui se plaignait de voir les Préfets recenser les armes légalement détenues par certains honorables citoyens aux fins de les confisquer, Nicolas Sarkozÿ (qu’Allah l’ait en sa sainte garde !) avait répondu en disant en substance que cette confiscation était destinée, notamment, à protéger les honnêtes citoyens au cas où ils blesseraient ou tueraient un cambrioleur qui se serait introduit nuitamment ou non chez eux. Les faits devaient lui donner rapidement raison : ces jours-ci, un commerçant vient d’être écroué : il avait réussi à retourner contre un de ses assaillants l’arme braquée sur lui, et son « visiteur du soir » s’était tué en sautant par la fenêtre pour s’enfuir. Un « accident du travail » dirait Jean-Marie Le Pen. Dans ce cas-là pourquoi ne pas rechercher l’ « employeur » de la « victime » (le cambrioleur, en l’occurrence) plutôt que d’incarcérer le commerçant qui n’était après tout que le « client » ou le « fournisseur » ? Tout cela n’empêche pas Sarkozy qui en est à son deuxème mandat de premier Flic de France de continuer à pérorer, à venir s’incliner sur les victimes avec le « plus jamais ça », le « c’est intolérable », ou le « les criminels seront châtiés » (comme s’il avait aussi la charge des tribunaux !)en oubliant que cela fait pas mal de victimes de ceux qui sont une échance pour la France » et auxquels le candidat à la Présidence et sa Police sont incapables de faire face… Seuls ceux et celles qu’il a obnubilés par ses discours aussi sécuritaires que tonitruants sont persuadés que Nicolas Sarkozÿ a fait un bon travail – et ce en dépit des statistiques officielles qui démontrent le contraire ! – et que s’il n’a pas encore réglé tous les problèmes, c’est parce que il n’a pas tous les pouvoirs. Oubliant en cela que leur idole préside aussi l’UMP qui est le parti de Gouvernement largement majoritaire en France ! Et que rien ne l’empêche de claquer la porte et du Gouvernement et de l’UMP qui le ligoteraient dans ses opérations de nettoyage au karcher. Les autruches qui ont voté pour Chirac meurent peut-être, mais elles se renouvellent sans cesse en croyant voter pour des hommes (ou des femmes pour ceux qui ont choisi secrètement MAM)(1) pour des politicien(ne)s qui sont encore moins de droite que ne le fut Mitterrand. Cordialement, Jean-Claude Thialet (1) quand on se souvient de la façon désastreuse dont « la » Ministre des Armées » a géré le dossier (pas encore terminé !) du « Clemenceau », il est permis de se demander comment elle parviendra à régler d’autre dossiers autrement plus compliqués ! Mais les autruches, par définition, ne se posent jamais de question sur les capacités réelles de leur favori… Sinon, ce ne serait pas des autruches !

    31/10/2006 à 17 h 59 min
  • Jaures Répondre

    A P.Landeux et sas: Si la règle de proportionnalité est supprimée, vous devez admettre qu’à la place des radars soient postés des tireurs d’élite qui vous abattent à la première infraction. Vous devez également tolérer que le syndicaliste que je suis soit armé et descende sans procès tout employeur violant le code du travail. Qu’une victime de l’amiante se venge de ceux qui l’ont sciemment condamné. Idem les asthmatiques sur les propriétaires de 4X4. Les électeurs sur les politiciens corrompus. Les contribuables sur les riches fraudeurs. etc… Vous nous préparez un carnage dont vous ne serez probablement pas les dernières victimes.

    31/10/2006 à 17 h 25 min
  • EIFF Répondre

    Novembre 2005, les banlieues brûlent ; bilan 160 millions d’Euros versés par le gouvernement dhimmi comme prime à la délinquance et aux émeutes anti-nationales. Quand la racaille dicte sa loi, l’UMPS pille impunément l’argent des français pour récompenser la violence et le désordre des bandes éthniques anarcho-islamistes.

    31/10/2006 à 15 h 04 min
  • sas Répondre

    A mr jaures le rose…la légitime défense n’existe pas dans les faits en france…puisque 2 textes régissent de manière particulièrement stupide ces situations(d’où l’hésitation chronique des détenteurs de force publique à l’utiliser…) 1) LA RIPOSTE DOIT ETRE PROPORTIONNELLE A L ATTAQUE;bien malin qui peut spontanément la mesurer…et après aux assises en discuter avec les magistrats le cul calé dans leurs fauteuilles en cuir…. 2) AUCUN MATERIEL,NUL BIEN N EST PLUS IMPORTANT QU UNE VIE….surtout sic’est un récidiviste armé… jurisprudence: des flics en patrouille en banlieu parisienne se font voler leur véhicul de fonction qu’ils ont quitté pour intervention,la voiture est volée par des zivas qui l’utilise pour essayer d’ecraser nos poulagas….les flics ouvre le feu sur leur propre véhicule tuant le voleur/assassin…..et bien les flics seront sanctionnés , la légitime défense n’étant pas retennu….. tOUS CES TEXTES A LA CONS SONT DES ENTRAVES VOLONTAIRES à l’usage et maintien de l’ordre….étant entendu que pendnt ce temps , l’ETAT n’a pas a assurer l’intendance de tous les délinquants, la police n’a pas la puissance et l’autonomie de terrain qui devrait être la sienne…et les grouppes initiés et maçonniques vident les caisses de l’etat par milliards d’euros en toute impunité…car seul cela compte vraiment DANS NOTRE RIPOUBLIQUE. Et pour finir dans cette auberge espagnole où les lois sont interprétables à loisir….seul le juge rouge,syndicaliste et francmaçon a le mot de la fin…alors comment ne voulez vous pas en être là… sas

    31/10/2006 à 13 h 34 min
  • sas Répondre

    A eiff, ou jean claude lahitte,ou florin,que n’avons nous pas en FRANCE, en nos troupes,quelques milliers de vos trempes….ainsi avec quelque généralisimes à nos tête,ce serait que formalité de faire lâcher le pouvoirs aux fils du diable et autres maçonnailles….que nous ne les boutionsex-cathédra jusqu’en terre ADELIE….et tant pis pour les manchots… SAS

    31/10/2006 à 13 h 09 min
  • Mancney Répondre

    Excellent analyse, Philippe Landeux. Thanks. Question : Pourquoi personne ne demande-t-il en France un  » Second amendment » ? Par crainte de ne pas l’obtenir? Best, Mancney

    31/10/2006 à 12 h 43 min
  • Jean-Claude THIALET Répondre

    Dans une interview récente accordée à neuf lecteurs du « Parisien » qui « vivent et travaillent en banlieue », lesquels, notamment, reprochaient aux policiers de tutoyer les « jeunes », Nicolas Sarkozÿ, évoquant les émeutes de novembre 2005 a indiqué (en guise d’excuses ?) « Une nuit, aux Tarterets, dans l’Essonne, on a tiré à 11 reprises sur les policiers : aucun policier n’a sorti son arme pour réplique. Il n’y a eu au total aucune victime parmi les émeutiers… ». N’est-il pas permis aux honnêtes citoyens -ceux de banlieue particulièrement qui, chaque soir tremblent pour leur voiture et leurs biens, sinon pour leur peau – de penser que les policiers qui les interpellent évitent de les tutoyer, mais n’hésitent pas à dégainer et même à faire usage de leur arme après les sommations d’usage contre les voyous qui – se sachant impunis, sachant surtout qu’ils ne courent aucun risque – se montrent de plus en plus agressifs, de plus en plus entreprenants. Et non de demander, par l’intermédiaire de leurs sydicats, d’être protégés (le comble, quand on sait qu’il s’agit de personnels chargés précisément de protéger les gens, d’assurer l’ordre, et au besoin de le rétablir !) dans leurs déplacements. Par qui ? et comment ? Ou, comme le font les polticiens, par je ne sais quelle nouvelle loi. Laquelle, pas plus que les lois existantes, ne servira à quelque chose puisque, dans cet Etat prétendu « de droit » (où les zones de « non-droit ne font que s’étendre) les lois sont de moins en moins appliquées dès lors qu’il s’agit d’une certaibne catégorie de populations (mot qu’il me paraît bon de mettre – de plus en plus – au pluriel !)ou de happy few… En toute cordialité, Jean-Claude Thialet

    31/10/2006 à 12 h 11 min
  • Pierre Répondre

    Le bilan et programme Sarkosy-Chirac est desastreux. Ce dernier n’a-t’il pas par exemple aboli le droit d’expulser les delinquants etrangers! Il regularise les immigres illegaux a toute va, ne parlons meme pas de l’immigration legale qui tourne a l’invasion…Il faut sortir du systeme UMP-PS ou nous sommes finis, a chacun de choisir! Cordialement

    31/10/2006 à 9 h 41 min
  • Jean-Claude Thialet Répondre

    Il faut utiliser contre les voyous qui attaquent les policiers la seule arme qu’ils craignent véritablement (en dehors, bien sûr de ce faire trouer la peau par une légitime défense !): celle dont précisément les a préservés le 1er flic de France (1) en supprimant la « double peine ». Car ces voyois se trouvent très bien en France, malgré leurs jérémiades habituelles ou celles de leur potes. Et pour rien au monde ils ne voudraient retrouver le pays qui a vu naître leurs parents ou leurs grand’parents. Oui, je sais, les bonnes âmes, ou les juristes sourcilleux (ils n’en manque pas chez les lectrices et lecteurs de « 4-Vérités » !) vont rétorquer : « Mais ils sont français ! ». Je répondrai à cela que la quasi totalité d’entre ces voyous ont conservé la nationalité d’origine de leurs pères. Ne serait-ce que pour pouvoir aller passer plus facilement des vacances dans des pays où l’on n’aime pas les « traîtres » qui ont renoncé à leur nationalité ! Alors, pourquoi hésiter à faire cadeau à ces pays de ces « chances pour la France » (le mot est de Mitterrand)? Et s’il faut une loi pour protéger les policiers, que cette loi outre qu’elle renforce en les précisant les possibilités que les forces de l’ordre ont de faire usage de leurs armes (dont on se demandent à quoi elles servent !), donne aux tribunaux le droit d’expulser vers leur pays d’origine tous les délinquants étrangers (y compris ceux disposant d’une double nationalité). (1)qui prétend qu’il est gêné dans son « nettoyage » par des « magistrats laxistes », mais aussi, semble-t-il, par une majorité mollassonne qui le soutient comme la corde soutient le pendu)

    30/10/2006 à 22 h 24 min
  • Philippe Landeux Répondre

    Jaurès, toujours égal à lui-même, Personne n’a dit qu’agir en état de légitime défense excluait que la « société » examine les faits. S’il s’avère que l’intéressé a effectivement agi en état de légitime défense, alors, quelles qu’aient été les conséquences pour l’agresseur, il ne peut en aucun cas être inquiété. On ne peut pas reconnaitre à la fois des droits à un individu & le droit de les défendre lui-même quand il ne peut faire autrement, & en même temps lui reprocher les moyens qu’il a employé à sa défense, ayant fait ce qu’il a pu, quand encore il a pu faire quelque chose. Le coupable n’est pas celui qui défend ses droits mais celui qui attente aux droits d’autrui. La notion de proportionnalité n’a aucun sens & n’aboutit qu’à une chose : reconnaitre des droits aux agresseurs, alors qu’ils sont hors la loi, &, en même temps, nier les droits que la victime défendait légitimement. Autrement dit, si une victime arrive à se défendre & blesse ou tue son agresseur (car c’est ce à quoi conduit le fait de se défendre), la victime devient coupable aux yeux de la loi, & le coupable victime. Si elle ne parvient pas à se défendre, elle est victime de fait. Et ce n’est pas la punition hypothétique du coupable qui effacera le fait que la victime (si tant est qu’elle soit encore en vie) a vu les droits que la « société » devaient lui garantir violés. Alors à quoi sert la loi ? A punir les coupables ou à mettre à l’abri de toute atteinte les droits qu’elle reconnait à ses citoyens ? Si elle ne sert qu’à punir des coupables, sans les empêcher de nuire, les droits des citoyens sont une foutaise. Mais si elle désire que ces droits soient véritablement sacrés, elle doit reconnaître aux citoyens celui de les défendre eux-mêmes, dans la mesure où, dans la plupart des cas, ils seront seuls au moment où ils seront menacés. Les moyens de défense doivent-ils être proportionnels à ceux employés par l’agresseur ? Pour quoi faire ? Pour laisser une chance aux agresseurs de parvenir à leur fin, c’est-à-dire à violer en toute illégalité les droits que la loi reconnait à sa victime ? Au nom de quoi la loi devrait-elle faire cas de ceux qui ne la respectent pas ? Au nom de quoi la loi devrait-elle ôter aux agresseurs le risque de tomber sur plus fort ou mieux armé qu’eux ? Au nom de quoi la loi peut-elle interdire à un citoyen de se défendre, quand il le peut, sous prétexte qu’il dispose de moyens capables de défaire son agresseur ? Au nom de rien, si ce n’est de la connerie monumentale d’une fausse gauche française décérébrée. Il faut d’ailleurs remarquer que le concept de proportionnalité glisse facilement des moyens aux conséquences. En gros, on ne peut pas tuer celui qui ne nous a pas tué. Que l’on m’explique donc 1) comment on peut savoir jusqu’où ira l’agresseur dans son crime, 2) comment on peut exercer son droit de légitime défense si l’on n’a le droit de réagir qu’une fois mort. Et quand une femme est menacée au moins de viol, la proportionnalité ne voudrait-elle pas qu’elle repousse son agresseur en le violant ? Car qu’y a-t-il de proportionnel à un viol ? Un coup de pied bien placé ? un coup de couteau ? un coup de fusil ? La vérité est que, par quelque bout que l’on prenne le concept de proportionnalité soutenu par les grands amis des droits de l’homme, il ne sert qu’à paralyser les victimes pour que soient violés sans danger (voire impunément) leurs droits de « citoyens ». Alors Jaurès, remballez vos sophismes. La situation actuelle n’est pas le fait de mes fausses bonnes idées mais de vos bonnes idées fausses qui sont en vigueur. Si les gens étaient encouragés à se défendre, & même à courir sus à la racaille, nos bus ne crameraient pas. Car c’est là notre réalité. Par un tour de passe-passe vous prétendez que si les gens pouvaient se défendre la situation serait pire encore ! Comment pourraient-elle être pire ? Ils sont victimes dans tous les cas : soit des racailles, soit de la loi.

    30/10/2006 à 21 h 36 min
  • Albert68 Répondre

    Il faut mettre l’UMP devant ses responsabilités.

    30/10/2006 à 20 h 45 min
  • EIFF Répondre

    Malgré les victimes quotidiennes de la violence et la hausse continue de la délinquance, les ripoublicains autocrates qui se partagent le gâteau, au détriment de la croissance et de la sécurité, évitent soigneuseument la question de l’immigration pour ne pas froisser le lobby révolutionnaire anti-national. Le mensonge UMPS et les idéologues socialo-immigrationnistes tentent le tout pour le tout pour pouvoir s’échanger leurs postes respectifs en 2007 alors que le ciel s’assombrit et que la paix civile est en péril. Il n’y aura aucun début de sortie de crise tant que l’immigration continuera de déferler sur la France. Comment ne pas croire au plan maçonnique quand le chaos et le cataclysme multiculturel éthnomasochiste s’installe partout et nous conduit au désastre ? Les pyromanes socialo-gaullistes vont être rattrapés par les nombreux forfaits qu’ils commettent et par toutes les trahisons qu’ils mettent en oeuvre. La machine de guerre du vivre-ensemble-citoyen dhimmi va leur exploser à la figure quoiqu’ils fassent, qouiqu’ils disent. Les milliards déversés dans les associations mafieuses de quartiers et les banlieues de la drogue et du non-droit sur le dos des français ne feront qu’accélèrer leur chute.

    30/10/2006 à 18 h 42 min
  • jésus le proxénète Répondre

    # LE CHANT DE LA BANLIEUE # Allons enfants de la banlieue, Le jour de gloire est arrivé ! Contre nous de la tyrannie, L’étendard brulant est levé, (bis) Entendez-vous dans les centres villes Mugir ces féroces policiers ? Ils viennent jusque dans vos bras tabasser vos fréres, vos compagnes ! Aux armes, fils d’émigrés, Formez vos bataillons, Marchons, marchons ! Que les voitures impures Forment nos sillons !

    30/10/2006 à 14 h 57 min
  • sas Répondre

    Li Eul Pai Yangs alias Lao TAN alias Lao Tseu,570- 490 av JC……disait déjà dans une grande sagesse: « …Plus nombreux sont les décrets et les lois,plus les malfaiteurs et les bandits pullulent….. » je n’agis pas et le peuple s’ammende de lui même… » Lorsque le prince est simple et bienveillant,le peuple est hônnete et prospère Lorsque le gouvernement est intransigeant et soupçonneux,le peuple est roué et mesquin….. à méditer sas

    30/10/2006 à 12 h 11 min
  • Jaures Répondre

    A Philippe Landeux: La loi sur la légitime défense existe déjà. La victime doit répliquer « proportionellement » à l’agression. Ce qui paraît normal, sinon vous risquez de vous faire abattre pour avoir malencontreusement heurté la voiture de votre voisin. Méfiez vous des fausses bonnes idées qui se retournent vite contre vous dans la réalité.

    30/10/2006 à 10 h 42 min
  • pastout Répondre

    Le problème à toutes ces dérives vient du fait que des associations,des syndicats,des groupes de pression,des « intellectuels nient l’évidence et font pression sur la population pour la culpabiliser lorsqu’elle se plaint de dégradation, d’exactions,d’agressions au lieu de promouvoir le respect de la loi et demander son application. J’ai vécu les premières années de la cité des francs moissins, les promoteurs avaient le souci de ne pas reproduire les erreurs des 4000 ,hélas, le laxisme devant les dégradations en tous genres a fait qu’en l’espace de 5 ans la cité si jolie est devenue un lieu de non-droit, on ne « touche pas à mon pote ». Pour changer un peu les choses, ce n’est pas une nouvelle loi qui y parviendra, mais la reprise en main par les citoyens de leur devenir en se révoltant contre tous ces donneurs de leçons et en prenant leur destin en main, en faisant le ménage dans leur propre cité au nom de la légitime défence

    30/10/2006 à 10 h 00 min
  • Philippe Landeux Répondre

    100 % d’accord avec l’intervention de Jean-Claude Thialet & Hagardunord Une loi est faite pour guérir, réparer ou paralyser après coup. Or, comme chacun sait, mieux vaut prévenir que guérir. Autrement dit, il s’agit moins de condamner les racailles que des les neutraliser, que de les empêcher de nuire. Or pourquoi nuisent-ils ? Parce qu’ils savent qu’en face il n’y a aucun répondant. Eux qui n’ont rien à perdre ou sont trop cons pour savoir qu’ils ont quelque chose à perdre savent que les gens honnêtes sont paralysés par nos lois débiles. Ils savent qu’ils ont peu de chance de se faire prendre & que, dans tous les cas, ils ne risquent pas grand chose. Il vaut mieux aujourd’hui être un emmerdeur qu’être un emmerdé. Il vaut mieux violer les droits d’autrui que défendre les siens. Il n’y a pas besoin d’inventer de nouvelles lois. Il faudrait surtout reconnaître dans toutes ses conséquences le principe de légitime défense, un individu étant en légitime défense dès lors que l’on s’en prend physiquement à ses droits. La légitime défense consiste alors à opposer, de manière légitime, la force à une violence illégitime. La question n’est pas de savoir qui dérouille, & comment, mais qui a le droit de dérouiller l’autre. La question n’est pas non plus de savoir si la riposte est proportionnée, mais si celui qui riposte est dans son droit. Car, quand on se défend, si l’on en a seulement la possibilité, on n’a pas le choix des moyens. Pourquoi le choix des armes reviendrait-il agresseurs ? A moins d’être un arsenal ambulant, on ne peut pas disposer dans l’instant de la même arme que l’agresseur. Mais on nom de quoi empêcher quelqu’un qui dispose d’une arme à feu d’en faire usage quand il est dans son droit (je dis bien quand il est dans son droit) ? L’autre n’avait qu’à rester à sa place & ne pas faire chier son monde. Que faire d’ailleurs face à ces jeunes qui ne sont pas armés mais qui sont nombreux. Comment dans ce cas établir une proportion de moyens entre le pauvre type qu’ils agressent & eux ? Faut-il qu’il se défende à mains nues sous prétexte que ses nombreux agresseurs sont individuellement dans le même cas ? Dira-t-on qu’un flingue est alors disproportionné ? Mais le pire n’est-il pas que, s’il tue à mains nues un de ses agresseurs, accidentellement ou même volontairement, c’est sur lui que la loi s’acharnera ? Bref, une nouvelle loi ne servirait à rien si on ne reconnaît au départ les droits des « citoyens ». Que la loi reconnaisse donc la légitimité où elle est & qu’elle autorise les « citoyens » à soutenir leurs droits (des droits qu’elle reconnait !), par la force si nécessaire, & les choses commenceront à rentrer dans l’ordre. Car, il faut l’avouer, aujourd’hui on marche sur la tête. Quand on en vient à envisager des lois spéciales pour protéger les policiers qui, en plus d’être « citoyens », ont comme fonction de protéger leurs concitoyens & sont armés pour cela, au lieu de les autoriser ouvertement à faire usage de leurs armes pour se défendre, on croit rêver !!!!

    29/10/2006 à 20 h 42 min
  • Jaures Répondre

    A Florin: Vous voulez chasser les dictateurs mais pour en mettre un nouveau à leur place. Etes vous si sur que celui-ci vous aura à la bonne ? Les dictateurs ne sont guère prévisibles.C’est même à ça qu’on les reconnait. De même un morcellement du pays, qui adviendra probablement n’amènera pas plus de tranquillité. Ayons celui de l’ex Yougoslavie en mémoire. A toto: La gauche n’avait pas été élue pour baisser la délinquance mais le chômage (qu’elle a baissé de 30%).Le problème de la délinquance a été utilisé par les medias pour faire élire Chirac. La France compte aujourd’hui 2 millions d’enfants pauvres (lire « la pauvreté en héritage »). La relève de la délinquance est assurée si le « tout répressif » reste la solution appliquée.

    29/10/2006 à 19 h 49 min
  • sas Répondre

    Très bonne remarque hagardunord…effectivement qui a décidé et qui maintien cette situation de » cul à l’air », froque baissé en permanence….pas d’armé,mains entravées,où il semble que notre seul destiné soit de faire l’agneau….et de prendre gnons sur gnons Ensuite c’est quoi ce bordel actuel avec les banlieux…on dirait qu' »ils » cherchent absolument à se que cela reflambe… »ils » aiguillent, conseillent indirectement, sugerent en fait de foutre le bordel et de tout crammer…c’est patent et lamentable ,car les médias ne s’en rendent même pas compte….et sas dit que ce sera un miracle…si nos zivas ne captent pas ce message….tant il est vrai que ce fut encore une « super urgence » pour faire couler le pognon dans les mains indues… Si cette pitoyable manipulation ne sert qu’à la promotion de naguy bocsa…C’est à chier et le retour de flamme sera musclé… sas

    29/10/2006 à 14 h 04 min
  • Guillermo Répondre

    Tout-à-fait de l’avis de Mancney sur une simple question de bon sens, il devrait y avoir circonstances très agravantes lorsqu’on attaque à plusieurs (surtout à plus de 40 parfois !). Par contre les tribunaux marchent à l’envers. En général s’il y en a plusieurs agresseurs, les juges -la trouille aidant le présume- diluent la peine, sous prétexte qu’on ne sait pas exactement qui est le déclencheur véritable.

    29/10/2006 à 13 h 15 min
  • Justin Répondre

    Un sentiment d’injustice grandit et j’ai maintenant peur d’une guerre civile plus importante que celle qui se déroule sous nos yeux en France. Les Français qui travaillent et qui sont pacifiques deviennent « fou » car plus aucune valeur n’est aujourd’hui respectée. Je souhaite que la politique prenne ses responsabilités mais je n’y crois plus. Je pense que nous allons droit dans le mur à cause du laxisme général et des associations humanitaires qui font un mal terrible.

    29/10/2006 à 10 h 32 min
  • grandpas Répondre

    Quelles explications,allez vous nous fournir pour les prochains bus carbonisés,ils n’ étaient pas hallal!

    29/10/2006 à 10 h 23 min
  • hagardunord Répondre

    Pourquoi faire simple lorsqu’on peut faire compliquer ? La simple « légitime défense » me semble tout à fait satisfaisante … Il ne faut pas remonter a très longtemps pour se souvenir qu’un voleur de poule risquait une giclée de gros sel dans nos campagne, et ce, sans que qui que ce soit ne s’en indigne, ni que lui n’aille,d’ailleurs, se vanter de sa mésaventure. Notre civilisation est frappée du « SIDA » : Elle est incapable de se protéger,de se défendre, elle est moribonde comme un corps envahi par le HIV. Elle est appelée a disparaître. De par son développement, sa « culture », notre civilisation aseptisée est incapable de sécréter des anticorps qui seraient immédiatement taxés de racisme par nos beaux esprits. Beaux esprits que je n’ai guère entendu lors du règne de Staline ou de Pol-Pot

    29/10/2006 à 0 h 30 min
  • Mancney Répondre

    Je ne sais pas si Grigny, c’est Bagdad… mais je sais que Paris dans vingt ans, c’est Beyrouth aujourd’hui. Have a great week end. Mancney

    28/10/2006 à 15 h 30 min
  • sas Répondre

    A GERARD PIERRE….et à quel moment tu leur fais faire « fort boyard » à tes flics cooptés….dont nombres sont des « grands frères »…..vois tu la problème amigo ??? sas

    28/10/2006 à 13 h 01 min
  • Florin Répondre

    A Jaurès : donc, Grigny est différent de Bagdad par le simple fait qu’à Grigny il n’y a pas 80 morts par jour ???? Heureusement ! MAIS : le commun des mortels, celui qui SURVIT à Grigny comme à Bagdad éprouve un seul et unique sentiment : LA PEUR !!! et le même désir irépréssible, PARTIR LOIN DE LA !!! Je ne vous demande pas d’aller vérifier à Bagdad, mais allez faire un petit tour à Grigny et discutez avec les gens – ils vous diront tous la même chose. (Ah, allez-y sans voiture, montre, papiers, argent, carte bleue, téléphone portable, lunettes, veste en cuir et godasses en croco – ou alors, emmenez des gardes du corps !). On s’attaque à Sarko sous prétexte qu’il prône la répression dure, on a jeté Saddam en cabane parce qu’il était dictateur … Mais laissez-moi vous dire ceci, Saddam a fait flinguer 10, 100, 1000, 10000 et ensuite les autres se tenaient à carreau – aujourd’hui, les sauvages torturent et tuent (à la perceuse éléctrique, c’est le plus rapide) 100 innocents PAR JOUR, et 365 jours par an (le plus souvent, leurs voisins de palier). Si j’étais Irakien, je cracherais sur l’idée même de démocratie – notion, de toute évidence, incompatible avec la barbarie. On ne met pas les pieds dans la cage du chacal pour lui demander de voter … La plus grande faute des Américains a été de ne pas diviser, morceler, ce maudit pays, entre communautés ethniquement homogènes – mais ils finiront par s’y résoudre tôt ou tard.

    27/10/2006 à 19 h 50 min
  • Gérard Pierre Répondre

    Notre arsenal juridique regorge de recours inemployés, dont certains sont cités dans le texte de Jean Rouxel. Mais comme toujours plutôt que de les exhumer en vue de les activer enfin, ce qui reviendrait à admettre une inefficience jusque là coupable, on préfère promettre d’autres textes soit disant plus fermes et plus adaptés. L’effet d’annonce est censé bénéficier au « novateur ». Qu’en est-il dans la réalité DEPPUIS TROP LONGTEMPS ? Le policier est, de nos jours, le bouc émissaire des vertus que les citoyens ne pratiquent plus. Il a le devoir de faire respecter la Loi à des contrevenants qui ne trouvent aucune raison de s’y soumettre. Il doit assurer la sécurité des biens et des personnes, mais sans exercer ses prérogatives en matière de contrôle ou d’appréhension des suspects. Il doit le respect à ceux qui l’insultent, le lapident, voire le tuent pour un prétendu regard de travers ou un mot trop élevé. En cas de dérapage, l’enquête portera essentiellement sur les détails de sa procédure bien plus que sur les faits délictueux du malfrat. Les moralisateurs sociaux et autres consciences supérieures politiquement bien pensantes, qui n’auront jamais à faire la preuve de ce qu’ils préconisent, ne lui accorderont AUCUNE CIRCONSTANCE ATTENUANTE dans quelque situation que ce soit. Le meilleur profil du policier apte à faire respecter l’ordre tendrait désormais à devenir le suivant : – Sainteté, validée par un brevet supérieur de bonnes mœurs délivré par un parti politique de gauche ( si ça va sans dire, ça ne peut qu’aller mieux en le disant ) – licence es bonnes manières, délivrée après trois années d’assiduité au sein d’une centrale syndicale ouvrière, – ablation de la personnalité, homologuée par un neurologue, – zygomatiques exprimant la joie, constat effectué après casting conduit par un collectif de cinéastes subventionnés, – maîtrise de psychologie, en privilégiant évidemment le diplôme décerné par la faculté de Nanterre. Alors enfin, finies les brutalités policières et l’incompréhension entre les populations. Le policier idéal inviterait le gentil contrevenant par inadvertance à lui expliquer en toute convivialité en quoi consiste la mesure de l’écart constaté entre la loi applicable et ses agissements, bien sûr involontaires, qui s’en éloignent : « S’il vous plait monsieur le présumé innocent, voudriez vous avoir l’obligeance de bien vouloir éclairer mon appréciation sur les raisons vous conduisant à jeter un cocktail incendiaire sur ce véhicule en stationnement, dont il se pourrait qu’au demeurant vous ne fussiez point propriétaire ? » Voilà sans doute ce qu’entendent les concepteurs de rapports sociaux innovants et audacieux par : renouer le dialogue ! ! ! ! Au fait, ne faut-il pas être au moins deux pour dialoguer ? ….. quel profil envisage-t-on dans ce cas pour l’autre ? ………………….. Tiens ! ils n’en parlent jamais, ………. les con cepteurs.

    27/10/2006 à 18 h 01 min
  • EIFF Répondre

    A Jaures. Vous réclamez des moyens pour les inspecteurs du travail mais vous oubliez que l’Etat mammouth et que la classe politique soumis au dogme immigrationniste ont décrété que les clandestins et les illégaux étaient ici chez eux et pouvaient s’acommoder des lois de la république pour travailler, se loger, se faire soigner…etc…sans que le MEDEF ne s’en inquiète.

    27/10/2006 à 15 h 22 min
  • Mancney Répondre

    Thanks, Bernard Laudon. Je sais, c’est un peu primaire, pourtant quinze ans fermes seraient tres dissuasifs. Et c’est cela qu’on veut…simplement donner « qqs chose a refléchir » a ces assholes. Pour limiter les « agressions en Bande » il convient de frapper les « Bandes », d’introduire un « facteur agravant » a l’attaque faite par une horde, comme avec une arme. Genre 10-20-Life en vigueur en Floride, pour les crimes avec guns. (Copyright Jeb Bush) http://www.myflorida.com/myflorida/government/governorinitiatives/10_20_English.html and http://www.dc.state.fl.us/pub/10-20-life/ Vraiment primaire…mais les résultats en Floride ont été tres notables (- 30% en 6 ans) Et de plus, nous savons bien que certains individuels ne sont pas tres « performants », quand ils sont tous seuls…. Best, Mancney

    27/10/2006 à 15 h 08 min
  • EIFF Répondre

    Incapable de mettre fin aux violences urbaines quotidiennes et d’appliquer les lois les plus élémentaires, le gourvenement dhimmi de Chirac choisit, comme toujours, la fuite en avant en proposant des mesures gadgets pour amuser la galerie et essayer de rassurer la police alors que la mesure de courage serait de mettre fin à l’immigration massive maintenant et tout de suite.

    27/10/2006 à 15 h 02 min
  • Jean-Claude Thialet Répondre

    Une fois de plus, un Gouvernement (1) veut pondre une nouvelle loi pour régler un problème. Il est évident que les voyous de banlieue qui s’attaquent impunément aux policiers, aux pompiers, aux médecins, etc., en attendant les juges (2) bref à tout ce qui représente pour eux l’Autorité, se moqueront d’avoir à affronter les Assises plutôt qu’en correctionnelle tant que La loi ne sera pas appliquée, ce qui, piur certains, ajoutera à leur palmarès, sinon à leur pedigree. L’Arsenal judiciaire est pourtant suffisamment étoffé pour règler les problèmes. Si l’on est parvenu à la situation dans laquelle le pays est plongé, c’est uniquement à cause du laxisme ambiant, et non des insuffisances de la loi. Ce laxisme commence à la marernelle ! Et, nétait la gravité de l’heure, il serait plaisant de voir que des politiciens et des syndicalistes (notamment de la Police !) réclament, sans se soucier du ridicule, plus de protection pour les policiers qui vont sur le terrain pour défendre les honnêtes citoyens. Sans évoquer le Second Amendement américain (3) qui n’a pas cours en France, je rappelerai simplement que, plutôt que la « ponte » d’une nième loi faussement sécuritaire, un gouvernement digne de ce nom devrait avoir le courage de donner l’autorisation aux policiers de se défendre avec les armes dont ils disposent. Et même, de leur en donner l’ordre. Je me souviens d’avoir entendu – alors que je me trouvais aux Etats-Unis – Mme le Gouverneur de la Louisiane dire – lors des pillages qui avaient suivi, l’automne dernier, les inondations provoquées par les tornades – qu’elle avait donné l’ordre aux Gardes Nationaux venus rétablir l’ordre « J’ai donné l’ordre de tirer et j’espére qu’ils le feront ! » sans que cela entraîne les tollés de protestations syndico-associativo-médiatiques qui accompagnent la moindre prétendue « bavure » policière. En France, un policier préférera se faire massacrer sur place plutôt que d’affonter les « boeuf-carottes » de la police des polices et risquer de bousiller sa carrière… Et il en est ainsi dans tous les domaines. Ainsi d’un enseignant ou même dun père de famille qui aura donné une taloche à un gamin insolent qui le menace ouvertement … Et il se trouve encore des imbéciles qui s’imaginent (ou font semblant de l’imaginer pour mieux tromper les honnêtes gens de tous bords et de toutes conditions) qu’en menaçant les voyous de passer aux Assises ils rétabliront l’ordre ! En admettant que ce soit vrai, ces individus sèmeront la terreur en brûlant encore plus de bus, en saccageant et pillant de plus belle. Ce qui permettra à Sarkozÿ de triompher en proclamant « Grâce à moi, on ne s’attaque plus aux policiers ! » Dormez de plus belle en paix, autruches de tous sexes et de tous bords politiques, l’ordre règne à nouveau en France ! Avec mon cordial salut, Jean-Claude Thialet (1) qu’ils soient de gauche ou de la fausse droite, « nos » soi_disants gouvernants sont du pareil au même ! (2) pour l’instant, les voyous ne s’en sont pas encore directement pris à des juges, sinon par la pression qui règne dans les tribunaux ou à leur sortie. Est-ce là raison du laxisme dont les tribunaux font preuve à l’égard de certains types de délinquants ? ou bien ces mêmes délinquants ne s’attaquent-ils pas directement aux juges en raison de leur « bienveillance » ? (3) sauf erreur de ma part, ce Second Amendement (auquel les partis politiques font régulièrement semblant de vouloir s’attaquer, en dehors des périodes électorales) concerne l’autorisation pour de simples citoyens de porter librement des armes à feu. Quand on sait que les armes dont les policiers français sont munis ne leur servent même pas à se défendre. Et que, répondant récemment à un quidam qui reprochait au Ministère de l’Intérieur de vouloir faire confisquer les armes dont certains citoyens disposent légalement, Nicolas Sarkozÿ avait attiré l’attention sur le fait que l’utilisation d’un arme, même en état de légitime défense, pouvait valoir à son auteur les pîres ennuis !

    27/10/2006 à 15 h 00 min
  • toto Répondre

    Jaures a écrit: « Grigny c’est déjà Bagdad ». Comment peut-on écrire de pareilles choses. Il y a 130 000 marines en France ? 80 soldats périssent chaque mois ? Nous déplorons 20 à 50 000 victimes de violences urbaines par an ? Sachez mesure garder si vous voulez rester crédible. Les assises pour violences sur policiers? Cela reviendrai à considérer pareillement un coup de poing, un viol, une prise d’otage,des violences pédophiles, …Ce n’est pas en transformant des délinquants en criminels qu’on avance. On voit bien que Sarko est emporté par sa spirale répressive: chaque année qui voit l’échec de sa politique le voit proposer une nouvelle loi toujours plus répressive. A quand la légalisation de la torture ? Tant que ne seront pas traités les problèmes sociaux, les problèmes actuels, de la violence à l’échec scolaire, ne trouveront pas de solution. Enfin, je rappelle que pas un policier n’a trouvé la mort lors des pires violences urbaines. C’est heureux. Mais ce n’est pas le cas des inspecteurs du travail dont deux ont été abattus il y a 2 ans. Quelles mesures préconisent-on pour protéger les gardiens du droit du travail et des consommateurs contre les patrons « racailles » ? Est ce que malgré les 5 ans de jospin la délinquance a chutée malgré les millions d’euros alloué avec les emplois jeunes , ect…ect….? La réponse, on la connait tous . Alors merci de ne pas polluer ce forum avec des idées qui n’ont pas fait leur preuve!

    27/10/2006 à 13 h 31 min
  • Louis XI Répondre

    – Dans le Code Civil figure l’article de Loi relatif à la déchéance de la nationalité française. – Y aura – t – il un politique qui se décidera ENFIN à l’actionner ? Louis XI

    27/10/2006 à 4 h 49 min
  • Guillermo Répondre

    Quand on marche sur la tête on ne dit rien de bon, on ne fait rien de bon. Bref « on peut enlever la merde, mais on ne peut pas laver la merde ». Le problème de départ (si j’exclus l’immigration incontrolée) c’est une justice inexistante, un signe de faiblesse pris comme un signe très fort de lâcheté et de démission de tous les Français de souche. Face à ce scandale absolu, Sarko réagit avec une idée peut-être contestable mais c’est préférable que de ne rien dire ou ne rien faire. C’est pour lui un moyen d’intervention rapide. Il y aurait des moyens plus radicaux, comme changer notre système et mettre des juges élus, mais ce n’est pas dans son pouvoir de le faire actuellement. Gageons que s’il était élu la constitution serait rapidement modifiée certainement par référendum. Dans tous ces domaines, le premier soucis de Sarko -outre de faire son petit effet médiatique- est de couper l’herbe sous les pieds des juges. C’est le cas en matière de permis à point où les juges estimés trop laxistes se sont vus rogner une partie de leurs pouvoirs. Ici évidemment le but est d’en passer par des jury populaires dont le jugement n’aurait évidemment rien à voir avec le laxisme judiciaire actuel. Reste à savoir s’il est intéressant de faire de certains citoyens des catégories à part, lorsqu’ils sont plus exposés par exemple. Je crois que le problème n’est pas celui-là, mais qu’il faut appliquer plus sévèrement ce qui existe. Il faudrait aussi revoir la légitime défense : que vous soyez flic ou non, agressé par 20 jeunes en furie vous devriez avoir droit de vous servir de tout moyen pour vous protéger. Qu’on ne se cantonne pas à une application restrictive du principe. Si étant flic vous avez une arme sur vous, vous devriez pouvoir l’utiliser. Il reste également à contredire l’auteur de l’article sur un point. Le Conseil d’Etat n’a rien à dire face à une Loi (contrairement au Conseil constitutionnel) et il m’étonnerait que l’arguement de la non égalité des citoyens soit pris en compte, puisque tout citoyen se trouvant à occuper la fonction aurait droit de bénéficier de la Loi en question.

    26/10/2006 à 22 h 36 min
  • charles martel Répondre

    le conseil d état s indispose de l inégalite entre individus que soulèverait ce projet ! la bonne blague ! cette inégalite existe deja prenez un exemple simple Les pandores au bord de la route qui vous taxent pour un oui pour un non et qui tournent pudiquement la tete quand un deux roues  » customisé  » , bricolé vraisemblablement volé avec 2 types dessus sans casques qui passe devant eux en faisant un bras d honneur … c est ce que je vois ici chaque semaine …

    26/10/2006 à 18 h 35 min
  • Bernard Laudon Répondre

    Bravo Mancney. En bon Américain, et contrairement à nous Froggies, vous avez toujours des solutions simples. Donc Ok pour 15 ans fermes sans remise de peine pour tout le monde. Quant à M. Barella, qui est à la hauteur de la réputation du Syndicat de la Magistrature, je me pose des questions sur son QI quand il anticipe « des dizaines de milliers d’affaires en plus devant les cours d’assises. » Pas si sûr si le tarif est automatiquement 15 ans ferme! Ces ahuris ne comprennent pas que si leur petit jeu continue nos quelques 400 Leclerc seront bientôt totalement dépassés. Restera l’Aviation. Depuis 40 ans nous avons systématiquement eu 10 ans de retard dans nos réactions face à la guerre civile raciale qui se profilait. BL

    26/10/2006 à 14 h 25 min
  • Jaures Répondre

    « Grigny c’est déjà Bagdad ». Comment peut-on écrire de pareilles choses. Il y a 130 000 marines en France ? 80 soldats périssent chaque mois ? Nous déplorons 20 à 50 000 victimes de violences urbaines par an ? Sachez mesure garder si vous voulez rester crédible. Les assises pour violences sur policiers? Cela reviendrai à considérer pareillement un coup de poing, un viol, une prise d’otage,des violences pédophiles, …Ce n’est pas en transformant des délinquants en criminels qu’on avance. On voit bien que Sarko est emporté par sa spirale répressive: chaque année qui voit l’échec de sa politique le voit proposer une nouvelle loi toujours plus répressive. A quand la légalisation de la torture ? Tant que ne seront pas traités les problèmes sociaux, les problèmes actuels, de la violence à l’échec scolaire, ne trouveront pas de solution. Enfin, je rappelle que pas un policier n’a trouvé la mort lors des pires violences urbaines. C’est heureux. Mais ce n’est pas le cas des inspecteurs du travail dont deux ont été abattus il y a 2 ans. Quelles mesures préconisent-on pour protéger les gardiens du droit du travail et des consommateurs contre les patrons « racailles » ?

    26/10/2006 à 10 h 40 min
  • Albert68 Répondre

    Je vous invite tous à « travailler » ces gens de l’UMP qui rêvent de Sarko comme Chirac en 95. Attention aux lendemains qui déchantent. Sarko la girouette veut remplacer Chirac la girouette, on vous aura prévenu ! Albert

    25/10/2006 à 23 h 26 min
  • Florin Répondre

    On a les lois que l’on mérite. On a les juges que l’on mérite. On a les politiciens que l’on mérite. A qui la faute ? A Giscard, tellement pourri qu’il a été écarté au profit de Mimitt’ – encore plus pourri, qui a supprimé la peine de mort et fait rentrer des millions d’allogènes -, lequel a laissé sa place à Chichi, qui s’en fout de la France et passe sa vie à savonner la planche à Sarko, qui, lui, etc etc etc etc etc etc. Grigny, c’est déjà Bagdad – le bus, on l’arrête et on y fout le feu. Enfin, comme l’on a à faire à des sauvages civilisés, ils ont fait descendre les passagers … Demain, Paris ? et au lance-flamme, qui sait ???

    25/10/2006 à 19 h 39 min
  • LESTORET Répondre

    Il est évident que, les choses étant ce qu’elles sont, les Cour d’Assises n’auront jamais les moyens personnels et matériels de traiter tous les dossiers qui leur seront soumis et pour lesquels elles devront appliquer la procédure valable en matière de crimes évidemment. La proposition n’est donc même pas électorale, elle est tout simplement irréaliste. On en revient bon gré mal gré au problème de la responsabilité des magistrats, pour le contenu de leurs jugements, pour le temps absolument anormal qu’ils mettent à les prononcer et d’une manière générale pour leurs efforts pour améliorer le fonctionnement de la Justice et supprimer ces lenteurs parfois utiles mais pas toujours nécessaires.

    25/10/2006 à 19 h 16 min
  • pierre Répondre

    Un excellent article de Jean Rouxel qui met en lumiere les faux semblants de la ‘droite’ socialo-immigrationiste de Sarkosy-Chirac! Cordialement

    25/10/2006 à 17 h 41 min
  • pastaou Répondre

    A mon avis, le problème n’est pas tant de durcir la loi, mais de la faire appliquer. Que constate’-on à l’heure actuelle, c’est par le « jeu  » des politiques et des médiats que les délinquants se sentent confortés dans leur bon droit de semer la zizanie. Il est en effet de bon ton dans ces milieux de critiquer l’action des forces de l’ordre et d’exonérer les délinquants de leurs responsabilités. C’est à qui trouvera le meilleur justificatif aux différentes exactions commises, c’est une vraie course à la surenchère. le coupable n’est pas le délinquant, mais la société, la droite, les flics l’éducation (mais pas nationale )etc. Une loi de plus ne servira à rien s’il s’avère impossible d’appeler un chat un chat. Il en va de même s’il s’avère impossible de faire la différence entre un croyant et un extrémisme religieux ou qui s’en réclame. bonne journée à tous

    25/10/2006 à 15 h 08 min
  • EIFF Répondre

    Sarkozy se rêvait en Rudolf Giuliani, l’ancien maire de New-York, il n’est en fait que la pâle copie d’un Clinton menteur et calamiteux ou d’un Chirac dépassé par les événements, incapable de mettre fin, comme promis, à l’immigration massive subie de peuplement. Pendant que le gouvernement se fragilise un peu plus en jouant à cache-cache avec les bandes éthniques dans les zones de non-droits arrosées par les millions d’euros de subventions et d’allocations au détriment des chômeurs et des exclus français, ce sont des milliers de familles immigrées qui viennent s’installer dans nos banlieues pour gonfler la fracture sociale et accroitre l’addition. L’UMPS n’a encore rien vu des conséquences désastreuses qui vont s’abattre sur notre pays, incapable de contenir les émeutes, incapable de rétablir le contrôle aux frontières, incapable de se dresser contre le chantage communautaire, incapable de mettre fin aux traffics et à l’insécurité, la fausse droite et la gauche boboïsée seront incapables d’arrêter demain les bandes armées anti-nationales qui sévissent déjà et qui tuent. 3 millions de crimes et délits chaque année, visiblement ça ne suffit pas à certaines bonnes consciences assujetties à l’idéologie immigrationniste.

    25/10/2006 à 13 h 55 min
  • R. Ed. Répondre

    Ce qui me plaît dans cer article, c’est l’aveu suivant : Il y a en France des « dizaines de milliers » de représentants de l’ordre ainsi que de pompiers agressés chaque année. Eh oui, il y a aussi entre 300 (dures)et 800 (plus « soft »)zones de « non-droit » en France, ce qui représente entre 3 et 4 millions d’habitants, peut-être plus encore. Quels sont les responsables de cette situation ? Depuis quand ? Revotez pour eux, comme d’habitude, et revenez vous plaindre ensuite, comme d’habitude. Revotez pour eux, comme d’habitude, et revenez vous plaindre ensuite, comme d’habitude, Et que ça continue …

    25/10/2006 à 12 h 09 min
  • Bragulat Répondre

    En général je suis d’accord avec vous,mais pas cette fois! Les salopards qui attaquent les policiers,le font dans l’in tension de tuer,celà n’est pas encore arrivé,mais celà ne saurait tarder si l’on ne réagit pas vigoureusement contre ces salauds!Les africains ont importés chez nous ce qu’ils font dans leurs pays,celà n’est pas tolérable dans un pays civilisé!Celà ne se produit que chez nous,pourquoi? A cause du laxisme des juges professionnels!Il faut donc leur retirer le jugement de ces ordures!

    25/10/2006 à 11 h 13 min
  • Mancney Répondre

    Merci, Jean Rouxel, Alors la, c’est facile… La Loi devrait envoyer aux assises, ou meme a des tribunaux adaptés, tribunaux d’exceptions si vous voulez, toutes attaques par bandes, organisées ou non, contre n’importe quel citoyen, et le tribunal compétant devra se montrer plus sévere pour les attaques contre, 1- les enfants, 2- les personnes agées, 3- les femmes. Le « second amendment » US n’est pas mal non plus. Common sens. Best, Mancney

    25/10/2006 à 4 h 10 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *