La crise au FN et l’entente à droite

Posté le septembre 26, 2017, 12:48
5 mins

Il est trop tôt, sans doute, pour savoir ce qui sortira de l’actuelle crise politique que traverse le Front national, mais les dernières péripéties ont été suffisamment importantes pour qu’il soit nécessaire de s’y arrêter un moment.

Florian Philippot a été mis en demeure par Marine Le Pen de choisir entre sa vice-présidence du Front national et sa présidence de l’association Les Patriotes. Refusant d’obtempérer, il s’est vu retirer toutes ses délégations et a démissionné du FN dans la foulée.

À la veille d’un congrès particulièrement important (qui devrait avoir lieu au début de l’année 2018), cette crise est significative.
À ce stade, cependant, on ne saurait prétendre qu’elle repose sur des choix idéologiques.

Pour le moment, ni Marine Le Pen ni ses lieutenants n’ont annoncé qu’ils renonçaient à la « ligne Philippot ».

Seuls Florian Philippot et ses propres amis annoncent que le FN tourne le dos à la stratégie de « dédiabolisation » et surtout à la stratégie d’union des « non » au référendum constitutionnel de 2005.

Pour autant que je puisse comprendre la situation, il s’agit donc d’un conflit d’égos – évidemment compréhensible, mais non déterminant pour l’avenir du FN, des droites françaises et, surtout, de la France.

Cependant, le départ de Florian Philippot est clairement l’occasion de réfléchir à l’échec de sa stratégie.

De toute évidence, les marges de progression électorales du FN ne sont pas parmi les électeurs mélenchonistes, mais parmi ceux de la droite conservatrice.

« Accessoirement », sur le plan moral, ce ralliement trop fréquent à certaines thèses de l’extrême gauche est extrêmement problématique.
Je suis de ceux qui n’étaient pas hostiles par principe à une stratégie de « dédiabolisation », puisque, pour arriver au pouvoir, il faut évidemment ne pas prêter le flanc aux critiques les plus sommaires.

Mais, si cette dédiabolisation impliquait de reconnaître la supériorité morale de cette gauche (spécialement de la gauche communiste) qui détruit la France, et qui porte la responsabilité de dizaines de millions de morts, alors, je ne vois pas  comment la soutenir.

Que va-t-il se passer désormais ? Il est certainement trop tôt pour le dire, mais il devient possible d’envisager une stratégie d’union des droites.

À la condition de ne pas faire du combat pour la souveraineté de la France l’alpha et l’oméga de toute la vie politique.

Comme me disait avec humour un ami, je préférerais que mes filles n’aient pas à acheter une burqa, même si elles la payaient en francs plutôt qu’en euros !

Il est bien évident que la France doit recouvrer une partie de sa souveraineté, kidnappée par des technocrates hors-sol.

Mais il faut aussi que la France renoue avec ses racines et qu’il demeure possible d’être Français en France.

La question de l’identité n’est pas moins importante que la question de la souveraineté.

Et, même en matière de souveraineté, on ne peut pas non plus faire croire que la sortie de l’euro ou de l’UE pourrait tout résoudre par magie.

Car, si aucune réforme du pantagruélique État-providence n’est lancée, la France sera pieds et poings liés entre les mains d’intérêts financiers étrangers – qataris, chinois ou autres.

Cette « affaire Philippot » peut ainsi avoir un intérêt, pour une union des droites, dont la réalisation est indispensable au sursaut national.

Mais il faudrait aussi – et d’abord – que les partis (et pas seulement le FN) cessent d’avoir une logique de sectes et commencent à penser un peu plus à la France qu’à leur petite boutique !

Article précédent

Philippot

12 réponses à l'article : La crise au FN et l’entente à droite

  1. PROTTE

    03/10/2017

    La démonstration vient d’être faite avec éclat que le pouvoir politique n’est accessible qu’avec la pression de médias alimentés par la finance toute puissante et non par un « suffrage universel » franc et loyal. Pourquoi alors se poser la question de savoir si le FN est apte à gouverner ou non? Le pouvoir lui est hors de portée, n’étant soutenu ni par les médias, ni par la grosse finance, et même vilipendé systématiquement par ceux-ci. Son pouvoir et son succès réside dans son dogme originel. Philippot et d’autres voulaient le rendre politiquement correct et le noyer dans le magma politique mondialiste. Ses dix millions de voix n’ont eu de valeur que comme indicateur de la vivacité de ses principes dans l’opinion publique. Le FN n’a de valeur d’avenir que si et seulement si il s’oblige à revenir à ses « fondamentaux », au lieu de se laisser aller à des gesticulations politiciennes contrôlées par des puissances qui veulent sa désintégration.. Lorsque les banques verront du profit à tirer d’un Front National au pouvoir, les médias suivront et l’opinion publique emboîtera le pas en chantant.

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    30/09/2017

    M. Le P. et le F.N. ont suffisamment apporté les preuves qu’ ils n’ étaient pas aptes à la gouvernance, et encore moins maintenant avec un Jean-Marie qui  » se félicite d’ un retour en arrière « , comme si dans un Monde en pleine accélération on devait se féliciter d’ un retour à l’ époque de la chandelle, pour avoir le devoir  » patriotique  » de les … oublier

    des saltimbanques , seulement des saltimbanques

    Répondre
    • vozuti

      01/10/2017

      On ne saura jamais qu’elle était leur aptitude à gouverner puisqu’on ne leur en a jamais laissé la possibilité.les français ont tellement apprécié l’umps qu’ils n’ont jamais voulu essayer autre chose, même au niveau régional.
      Compte tenu du bilan de ces 45 dernières années, la seule certitude est que l’umps était inapte à gouverner et qu’ils vont nous laisser une france musulmane.
      Quant au bilan du fn,il se limite à une dizaine de municipalités,et leurs habitants n’ont pas l’air de regretter leur choix.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        02/10/2017

        les habitants de Yerres sont eux aussi très satisfaits de la gouvernance municipale de Nicolas Dupont – Aignan comme de nombreux citoyens sont satisfaits de  » leur  » maire … mais il y a un grand canyon entre gérer une petite ville et insuffler la vie à un Etat : on ne joue pas dans la même division !

        la prestation de M. Le P. face à Macron m’ a amplement suffi pour comprendre qu’ elle n’ avait pas la qualité de cerveau nécessaire pour la fonction et quand je rencontre des F.N. je suis abasourdi par leur  » vulgarité  » ( de vulgus )

        non la  » classe  » politique est a changer le F.N. y compris !

        Répondre
    • Roban

      02/10/2017

      Tant que le FN ne fera pas alliance avec certains partis de droite, il ne risque pas de prendre le pouvoir !

      Répondre
  3. vozuti

    26/09/2017

    c’est vrai que de vouloir draguer les élécteurs mélenchonistes était une erreur.ces derniers adhérent totalement à l’idéologie mélangiste véhiculée par les médias, et pour eux l’ennemie sera toujours le fn et non l’islamiste qui rêvent de les égorger.
    les électeurs de l’ump se réjouissent beaucoup moins de l’invasion musulmane que les mélenchonistes,mais la plupart d’entre eux sont très conformistes et obéissants, ils n’imaginent même pas de pouvoir désobéir à leur poste de télé et ils trouveront toujours une « bonne » raison de ne pas voter fn.
    le problème principal du fn n’est pas sa ligne politique,ni la personnalité ou la compétence de celui qui le dirige, le problème qui ne pourra jamais être réglé est que le fn fait déjà le plein des voix des électeurs peu influençables par les médias.aller chercher les autres électeurs,ceux, majoritaires, qui obéissent toujours à l’autorité quoiqu’elle fasse,c’est juste mission impossible et cela n’arrivera pas…sinon ce serait déjà fait.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      27/09/2017

       » ils n’ imaginent même pas devoir désobéir à leur poste de télé  » excellent , vraiment excellent !

      mais plus grave à mes yeux , ils n’ imaginent même pas avoir la liberté de critiquer le  » gaullisme  » , cet étatisme de la droite post-marxiste, et ses  » héritiers  »

      nous n’ avons pas en France un parti  » conservateur  » dans ce qui relève du régalien et libéral dans ce qui relève de l’ économie et du sociétal, nous n’ avons que des fossiles politiques ; nous nous sommes mis en dehors de l’ évolution

      si en plus ces idiots utiles aussi bien à la  » Phynance  » qu’ au marxisme  » soft  » se permettent en toute impunité , même électoral, de trahir leurs peu d’ électeurs lucides , la chute n’ est pas prête de s’ arrêter

      P.S. : remarquons que le majorité des lecteurs des  » 4V²  » sont des …  » indignés résignés  » , le label même du petit bourge qui pense  » après moi le déluge « 

      Répondre
      • vozuti

        27/09/2017

        On ne peut pas critiquer De Gaulle parce qu’il est la première star radiophonique, grâce à son émission à Londres le 18 juin qui a fait le buzz.
        C’est le précurseur de nos programmes télé modernes tels que « les marseillais à Los Angeles ».

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          27/09/2017

          il a surtout fait le buzz … a posteriori

          très rares sont ceux qui ont entendu son message ( … corrigé par Churchill ) LE 18 juin

          ainsi naissent les mythes … fondateurs ; d’ un mensonge, d’ une omission etc …

          il faut toujours se demander  » à qui sert l’ Histoire  » ?

          et comme disait le dit Churchill :

           » l’ Histoire me sera favorable puisque c’ est moi qui est l’intention de l’ écrire « 

          Répondre
    • Le Ket

      27/09/2017

      VOZUTI : D’accord avec votre analyse !
      Depuis des décennies, la grande majorité des électeurs considèrent la défense de leurs petits intérêts en priorité et c’est bien le Pouvoir en place qui les met en garde contre un vote « aventureux ». Ceci reste valable pour autant que le Régime leur promette du pain (c.a.d des allocations ou aides diverses qui leur permettront de remplir leur chariot au supermarché) et des jeux (téléréalités, Disneyland, coupe d’Europe de foot et J.O) pour les abrutir un maximum.
      Cette stratégie arrive à sa fin, car les caisses sont vides (très prochainement le système des retraites sera en faillite) et que le secteur bancaire, aussi bien national que mondial , risque encore un krach par le fait du gonflement des énormes liquidités qui sont la conséquence des planches à billets fonctionnant 24/24hres.
      Quand l’Etat Providence succombera et que la fête sera finie, les citoyens/électeurs/contribuables devront alors choisir entre l’essentiel et le superflu.
      Si des élections existent encore, il est probable qu’une majorité des électeurs ne suivent plus fidèlement les bergers traditionnels -laquais du Nouvel Ordre Mondial.
      Autant savoir …..

      Répondre
    • BRENUS

      28/09/2017

      @ VOZUTI Je suis de votre avis que le plein est déjà fait des électeurs ayant encore quelque libre arbitre et qu’il ne faille pas compter sur les autres pour ouvrir les yeux. Cependant, il y a un « mais » : mais, le jour où les foireux, peureux, pleurnichards en tous genre en arriveront a avoir tellement peur qu’ils en feront dans leur froc, ce jour là, même les pires, a défaut de faire quoi que ce soit, voteront autrement. Et là, nous en reparlerons. Après tout, toutes sortes de management ont été étudiées – y compris le management par la terreur- que le management par la chiasse a de beaux jours devant lui.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        29/09/2017

         » … voteront autrement  » dites vous, mais … encore faudrait il :

        – qu’ ils aient encore  » ce  » choix, ce qui n’ est pas certain avec les lois liberticides et là on peut compter sur  » eux « , nos politiques, nos juges et nos media pour nous faire taire

        – que ce soit un choix qui fasse table rase de ce qui avait été jusqu’ alors car, si c’ est pour nous proposer un  » gaullo-marxisme  » qui se cache derrière les propositions qui sont actuellement celles de M. Le P. ou de Philippot je ne vois pas où se trouve la moindre espérance d’ un éventuel sursaut de notre Civilisation

        Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)