De la bérézina électorale à la recomposition à droite

Posté le 13 juin , 2017, 10:10
5 mins

Inutile de nous bercer de remarques lénifiantes : le premier tour des élections législatives confirme que la droite française est entrée dans une spirale infernale de déclin et, par conséquent, la France accumule les mauvaises nouvelles électorales.

Car, si nous sommes électeurs de droite, ce n’est pas par esprit de parti, mais parce que nous jugeons – avec de solides raisons à l’appui – que la gauche est néfaste pour le pays.

D’une certaine façon, nous sommes tous un peu « KO debout » : après une longue et lassante campagne commencée à l’été dernier, pour préparer une élection présidentielle annoncée « imperdable », la droite va probablement enregistrer l’un de ses plus mauvais scores aux législatives.

Il était déjà remarquable qu’au premier tour de la présidentielle, le candidat de la « droite de gouvernement » n’ait réuni que 15 % des inscrits, alors que, voici 50 ans, les deux qualifiés pour le second tour appartenaient tous deux à cette droite de gouvernement et que le vainqueur, Georges Pompidou, avait réuni sur son nom 44,5 % des suffrages exprimés et près d’un tiers des électeurs inscrits.

Mais, si l’on se fie aux projections en sièges, la coalition LR-UDI devrait avoir autour de 100 sièges, soit deux fois moins que l’UMP seule après la défaite de 2012 et moins que la coalition RPR-UDF après la bérézina de 1981 !
De son côté, le FN ne devrait pas être en mesure de constituer un groupe parlementaire – alors que certains de ses cadres avaient évoqué plus de 50, et même pour certains utopistes, jusqu’à 100 sièges.

Bref, de quelque côté que l’on regarde, il s’agit d’une défaite historique pour la droite.

Certes, la nouvelle majorité devrait nous apporter quelques consolations.

D’abord, elle a fait disparaître quelques caciques du PS – de Jean-Christophe Cambadélis à Jean Glavany, en passant par Patrick Menucci. Et ce phénomène devrait s’amplifier au 2e tour.

Ensuite, et surtout, on peut espérer que cette majorité sociale-démocrate entreprenne un certain nombre de réformes que la droite pusillanime a toujours abandonnées.

Il n’en reste pas moins que la gauche l’emporte.

Ce qui est notamment inquiétant en matière d’immigration, d’insécurité, ou de fiscalité.

Tous les yeux sont désormais braqués sur la recomposition de la droite.

Ni LR, ni le FN ne vont sortir indemnes de cette défaite.

Les divergences idéologiques qui traversent les deux partis vont se cristalliser à la faveur des congrès à venir (à l’automne pour LR, au début de 2018 pour le FN).

Ce qui a manqué, c’est à la fois la fermeté des convictions, l’é­nergie pour la campagne et le sérieux pour le gouvernement.

Dès maintenant, il faut se remettre à l’ouvrage – sans attendre que les cadres des partis de droite se réveillent, puisqu’ils sont largement responsables de cette défaite inédite.

La droite ne gagnera, en tout cas, que si elle se bat sérieusement pour ses idées et prépare un projet de gouvernement (et non un brouillon démagogique et incohérent !) promouvant l’identité française (et luttant contre le multiculturalisme et l’immigration de masse), les libertés (contre le fiscalisme, le jacobinisme et les innombrables lois liberticides), un État fort dans ses missions régaliennes et laissant la société s’organiser pour tout le reste…

Sur le plan des principes, nous savons bien ce qu’il faut à la France. Il nous reste à en faire un projet de gouvernement acceptable et à trouver, non pas un homme providentiel, mais une équipe nombreuse de personnes de qualité, pour le porter avec courage et conviction.

24 Commentaires sur : De la bérézina électorale à la recomposition à droite

  1. quinctius cincinnatus

    22 juin 2017

    au fait Mr Myard the yellow blazer éliminé ou pas ?

    Répondre
  2. BISTOUILLE POIROT AIX EN PROVENCE

    18 juin 2017

    Si à présent le gros gibier ne peut plus être recruté ailleurs que dans les rangs des banquiers, j’applaudirai à la disparition de la franc maçonnerie. Hélas, je crains plutôt l’existence d’une meute dont les transhumances profitent des deux passeports.
    Les grands écarts auxquels tentent de nous soumettre les premiers ne sont fonction que de ceux du Compas des seconds.

    Répondre
  3. vozuti

    17 juin 2017

    Lors du débat de second tour,lepen a durement attaqué macron sur tous ses points faibles, dont les médias avaient soigneusement évité de parler pendant toute la campagne.
    Quelques secondes à peine après le débat,une meute de journalistes enragés, bavants de rage,nous expliquaient à quel point lepen avait été agressive,à quel point ça ne se faisait pas d’attaquer ainsi le chouchou des médias sur tous les sujets tabous qu’il ne fallait pas aborder…cette curée médiatique a duré jusqu’à la fin de la campagne officielle.c’est un peu comme si les commentateurs d’un match de tennis devenaient fous de rage, en reprochant aux joueurs un jeu trop offensif!
    En voyant macron malmené,les médias ont senti le danger et ils ont immédiatement répliqué par une surenchère de critiques contre lepen, qui n’a plus cessé…à tel point que la plupart des français ont fini par admettre que lepen avait raté son débat et ils se sont même mis à regretter les vieux débats présidentiels extrêmement ennuyeux auxquels on était habitué,dans lesquels de très mauvais débatteurs tels chirac, mitterrand ou jospin récitaient leurs programmes à tour de rôle par tranches de 5 mn, sur un ton de professeur caricatural,pour endormir tous les téléspectateurs,y compris les insomniaques.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      17 juin 2017

      c’ est une façon de ” corriger ” le film du débat ! même M. Le P. avoue, maintenant, ne jamais avoir trouvé ” le ton juste ” … ni d’ avoir eu le jeu que réclamait cette prise de vue d’ ailleurs, ce qui est pire parce que c’ est cela qui, of course, se voit le mieux … non Mr Vozuti M. Le P. ne se remettra pas d’ un pareil ” navet ” : puisqu’ il s’ agit bien de cela : d’ un très très mauvais film politique

      il faut être lucide : c’ est une actrice de série ” b ” ( petit ” b” )

      Répondre
      • BRENUS

        17 juin 2017

        MLP ne se “remettra pas de ce débat, nanananère…” Mais de là a croire que le FN est foutu, c’est aller un peu vite. La nature a horreur du vide, lequel peut être comblé par un (ou une) autre beaucoup plus combatif (ve). Et comme la macronie va commencer à s’en prendre dans la tronche dès ses premières décisions (pour le moment c’est uniquement de la tchatche) nous en reparlerons sans tarder.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          18 juin 2017

          ce n’ est pas la ” combativité ( souvent celle des … ” grandes gueules ” ) qui compte le plus mais la crédibilité, l’ effort et la persévérance dans l’ effort … ce pays a un besoin urgent de se réformer et de se muscler ; un peu comme son XV, il est dépassé dans tous les compartiments de jeu et se n’ est certainement pas en revenant à une politique de papa qu’ on progressera … il faut être aussi lucide Mr Vozeti

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            18 juin 2017

            pardon Mr Vozuti, ce message était à l’ intention et surtout à l’ attention de Mr Brenus

          • vozuti

            18 juin 2017

            Elle n’avait peut-être pas le ton juste,et elle est loin d’être parfaite (personnellement je préfère largement sa nièce marion),mais les médias ont totalement biaisé leur analyse,expliquant que les débats du passé étaient d’un niveau bien supérieur,alors qu’en réalité les débats précédents n’étaient pas des débats,tout juste des récitations ennuyeuses effectuées par de mauvais débatteurs,incapables de débattre(à l’exception de sarkosy).
            Le coté dynamique du débats macron-lepen n’était pas un scandale,mais au contraire une innovation positive (à mon avis).
            Et si on veut jouer les vierges effarouchées,macron,poussé dans ses retranchements,a souvent été insultant,donc je ne vois pas sur quelles bases il est censé avoir gagné le débat.

          • BRENUS

            18 juin 2017

            En réponse à votre réponse, je dis que je maintiens qu’il faut une grande combativité, même si cela n’exclue pas la crédibilité. Vous pouvez pensez le contraire mais le monde est ainsi fait. Prenez Asselineau par exemple, dont j’ai visualisé de nombreux clips très documentés sur la situation et ses arguments – on ne peut plus crédibles – expliquant que sans la sortie programmée et bien étudiée de l’euro/europe telle qu’elle est actuellement, il est illusoire de prétendre changer les choses. Résultat : 1% . Tandis qu’un braillard comme Méluche en a fait trembler plus d’un, lui qui n’a jamais aligné un seul argument “crédible”. Ca ne vous dit pas quelque chose? Ou tout simplement vous ne voudriez pas que cela soit ainsi, alors que ça l”est. Ainsi va le monde.

          • vozuti

            18 juin 2017

            Si les journalistes sportifs possédaient la même mauvaise foi que les journalistes politiques,ils nous diraient que le beau jeu à roland garros c’était les échanges interminables des années 70,et qu’en comparaison,le jeu explosif de nadal est un scandale…”nadal ne laisse jamais le moindre répit à son adversaire,ça ne se fait pas”

        • quinctius cincinnatus

          18 juin 2017

          1 – le principal avantage que je trouve, maintenant, au fait que Fillon se soit maintenu pour la présidentielle c’ est qu’ au moins la droite dite de gouvernement ,et pour une fois, ne trahira pas ses électeurs !

          2 – il me semble logique de penser qu’ un débat , en ces temps de changements civilisationnels majeurs, ne doit pas se réduire à des échanges de ” café du commerce et des voyageurs ” ; j’ ai le souvenir précis du débat Royal – Sarkozy au cours duquel tout un chacun avait pu constater les lacunes , parfois communes ( le nucléaire par exemple ) aux deux débatteurs, sur les sujets abordés . Dire aujourd’ hui encore que Sarkozy avait été à la hauteur est risible, c’ était tout au mieux un camelot qui essayait de fourguer sa camelote aux gogos

          3 – que la presse ( ou le Media ) d’ opposition ferait bien mieux son travail si elle traitait de façon ” sérieuse ” les problèmes économiques, sociétaux et de politique étrangère et ne se contentait pas d’ être de façon facile une presse d’ opinion … démagogique , par exemple en comparant les différents programmes ou options des partis d’ opposition … mais pour cela encore faut il avoir des journalistes spécialisés et talentueux

          enfin pour ce qui est d’ Asselineau ce qu’ on peut dire de lui c’ est que; aussi brillant soit il ,sa pensée n’ éblouit pas les foules et qu’ il est plutôt comme Cheminade considéré comme un farfelu qui siphonne des voix à l’ opposition plus ” sérieuse ” ( c. à d. mieux ” établie ” )

          conclusion d’ un cynique : il ne faut jamais voter avec son coeur mais avec sa raison , mais encore faut il que les candidats aient la pointure

          Répondre
          • vozuti

            18 juin 2017

            Pour les médias lèches-culs,un bon débat est un exercice dans lequel 2 élèves médiocres récitent leur leçon apprise par cœur, chacun leur tour,en prenant un air très sérieux.leur référence absolue étant le débat chirac-jospin de 95.
            Si l’on considère au contraire qu’un débat est affrontement direct et dynamique entre 2 visions différentes,alors on préfère largement le débat lepen-macron.
            Mais je suis d’accord avec vous sur un point:
            un bon débat n’est pas seulement un affrontement entre 2 bons plaideurs,il faut des arguments précis.
            le lendemain du fameux débat,on a pu assister à un débat plus précis entre les économistes des 2 partis,et on a appris qu’en sortant de l’euro,le franc ne se déprécierait que de 6% tandis que le mark allemand s’apprécierait de 15%, par rapport à l’euro.ce qui fait une différence de 21% entre le mark et le franc,mais seulement 6% entre nos euros actuels et un nouveau franc: très loin de la dévaluation terrible annoncée par les médias pendant toute la campagne!
            si l’on regarde bien,l’imprécision des arguments est surtout du coté des médias et de leurs partis soi-disant sérieux.

          • quinctius cincinnatus

            19 juin 2017

            vos révélations, en tout cas pour moi, concernant les propos tenus, après le débat, par les économistes du F.N. , prouvent bien que M. Le P. n’ a pas su user des bons arguments, se contentant d’ une dialectique digne du ” café du commerce et des voyageurs ” … elle n’ a pas su ou voulu se préparer à cet exercice exigeant préférant les ” bains de foule ” de fans déjà tout acquis à sa cause et où son discours est celui, assez démagogique, qu’ elle a tenu durant le ” débat ” … ce n’ est pas ainsi qu’ on attire de nouveaux électeurs qui ne vous sont pas a priori favorables … il y faut un raisonnement rigoureux

            il est évident que Marion Maréchal est (un peu ) supérieure à sa tante ( davantage ” cultivée ” en tout cas ) .Son point faible : elle n’ est pas tout à fait ” à date “, et sa façon obsessionnelle de se fixer sur ce qu’ elle croit être La ” Morale ” , c. à d., sur des particularités sociétales ( homosexualité par exemple ), qui maintenant sont passées dans les … moeurs, est un handicap … électoral insurmontable auprès des jeunes ! il faut savoir aussi mettre une sourdine à ses propres convictions morales et religieuses … ce que savent faire les conservateurs … anglais ( … par ailleurs pas très sourcilleux avec la Morale chrétienne )

            pour terminer remarquons que le F.N. est divisé ; les populistes contre les technocrates

          • vozuti

            19 juin 2017

            Même si le candidat FN était la perfection incarnée,il n’aurait aucune chance d’être élu.
            macron n’a aucune des qualités que vous exigez pour lepen,il s’agit juste d’un beau parleur qui n’a rien à dire et qui a été choisi pour représenter les banquiers,ce qui ne l’empêche pas d’être plébiscité par la population,pour une seule et bonne raison: il a le soutien des médias.

          • quinctius cincinnatus

            19 juin 2017

            Ce n’ est pas la seule raison ! Macron est aussi et surtout ” habile ” ***, pas ” brut de décoffrage ” comme M. Le P.

            *** et c’ est bien pour cette raison qu les banquiers l’ ont choisi

  4. Gérard Pierre

    14 juin 2017

    La France est-elle encore un Peuple ? …… ou n’est-elle plus, désormais, qu’une population ?

    Plus de la moitié des électeurs, consciencieusement anesthésiés par une presse politique qui se liquéfie devant la nouvelle idole en marche, est restée dormir pendant qu’une minorité, bien hypnotisée, se rendait aux urnes afin d’y déposer le ‘’bon bulletin‘’ !

    En d’autres lieux, … démocratiques et non pas républicains, … [AG de copropriétaires, AG d’associations, Conseils d’administration d’entreprises, Conseils d’établissements de collèges ou de lycées, …] … on invoquerait l’absence de quorum pour ajourner la consultation et la reproposer à une autre date ! …… Mais, comme je me tue régulièrement à le rappeler maintes fois sur de nombreux sites : nous sommes en RÉPUBLIQUE et non pas en DÉMOCRATIE ! …… et c’est bien la république qui est en marche, et surtout pas la démocratie !

    Rappelons, pour celles et ceux qui l’auraient oublié ou qui ne le connaîtraient pas, le texte fondateur de la république française, tiré d’un discours oublié de l’abbé Sieyès, un ecclésiastique aussi retord que l’évêque Talleyrand, …… (l’un et l’autre étant des personnages déterminants de la révolution et du directoire), …… l’abbé Sieyès donc dis-je opposait le gouvernement représentatif, …… qu’il promouvait, …… et le gouvernement démocratique qu’il rejetait.

    Texte intégral de son discours FONDATEUR de la République, daté du 07 septembre 1789, …… moins de deux mois après la prise de la Bastille, …… comme si cet évènement n’avait pas été aussi ‘’spontané‘’ que ce qu’on veut servir à notre crédulité :

    « Les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi ; ils n’ont pas de volonté particulière à imposer. S’ils dictaient des volontés, la France ne serait plus cet État représentatif ; ce serait un État démocratique. Le peuple, je le répète, dans un pays qui n’est pas une démocratie (et la France ne saurait l’être), le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants. »

    De profondis ! …… pour ceux qui croient encore en l’équation menteuse que répètent à l’encan, depuis plus de deux siècles, tous les psittacidés que compte la France dans le monde politique, médiatique et intellectuel, équation selon laquelle RÉPUBLQUE égalerait DÉMOCRATIE, … et vice et versa!

    Cela peut-il être dit et écrit plus clairement ?

    Donc le quorum est une ‘’abstraction‘’ que la raie publique loge, depuis sa naissance, à l’endroit de sa personne où le bas du dos perd son nom !

    Les réfractaires à l’anesthésie et à l’hypnose se comptent à présent ! …… Leur conscience, toujours en éveil, leur suggère parfois des solutions qui n’en sont pas, et pour cause, …… ce sont les boules de poison … [insoumis, FN, … EELV, …] … laissées à bon escient aux bons endroits pour éliminer ceux qui ne suivent pas !

    Les autres, au faible nombre duquel j’émarge, tentent de prendre du recul !

    Comment un joueur de flute, sorti de nulle part, éphèbe « immature et inexpérimenté » selon la formule d’Alain Juppé, … [qui le soutient malgré tout] … a-t-il pu réussir avec un certain brio ce qui se déroule sous nos yeux et nos oreilles depuis le 23 avril dernier et qui trouvera son point d’orgue dimanche prochain ?

    J’ai bien deux pistes de réflexion, … ou de recherches, … en tête :

    ¤ « Nous ‘’commémorerons‘’ l’an prochain le cinquantième anniversaire d’un « mai 68 » qu’un imaginaire collectif a chargé de toutes les vertus libératrices ! …… De quoi avons-nous réellement été libérés ? …… Ce demi-siècle de décomposition civique, morale et spirituelle ne constitue-t-il pas le terreau de ce que nous voyons à présent se développer ? »

    ¤ QUI ? … est en réalité à la manœuvre derrière cet homme lige qui leur rendra, avec un dévouement exemplaire, tous les services qu’ils en attendent sans révéler qui ils sont ? …… en clair, de qui est-il la ‘’macrionette‘’ ?

    Après le 18 juin prochain, il ne restera plus comme contrepouvoir aux entrepreneurs du coup d’État ‘’démocratique‘’, …… muri de longue date sous les ors hollandiennes, (ne l’oublions pas !) …… que le SÉNAT !

    Jouera-t-il (encore) son rôle ? …… et, dans l’affirmative, pour combien de temps ?

    Répondre
    • vozuti

      14 juin 2017

      à la question “¤ QUI ? … est en réalité à la manœuvre derrière cet homme lige qui leur rendra, avec un dévouement exemplaire, tous les services qu’ils en attendent sans révéler qui ils sont ? …… en clair, de qui est-il la ‘’macrionette‘’ ?”
      La réponse a semble-t-il été donnée le soir de sa victoire à la présidentielle par le choix de la grande pyramide du Louvre, signe ostensible de la franc-maçonnerie.

      Répondre
      • Gérard Pierre

        14 juin 2017

        C’est une partie de la réponse, … reste à trouver l’autre partie !

        Répondre
        • vozuti

          15 juin 2017

          l’autre partie de la réponse…probablement les banquiers,les financiers…ceux qui jouent au casino avec l’argent des autres et qui gagnent à tous les coups,en ruinant les populations.

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            15 juin 2017

            vous portez beaucoup trop d’ attention et prêtez beaucoup trop d’ intérêt(s) aux franc-maçons … le gros gibier est ailleurs : les ” banquiers”

    • quinctius cincinnatus

      17 juin 2017

      la bonne question serait plutôt :

      ” La France est elle encore une NATION ? ”

      …. ” le Diable se cache dans les détails ” disait ma Grand-Mère maternelle

      et c’ est donc en se trompant de ” cible ” qu’ on rend un carton nul !

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        17 juin 2017

        Monsieur Jérôme De Thieulloy, et les ” 4V² “, devrait s’ intéresser davantage à la pensée de Pierre Boutang et également à celle de Raymond Aron

        Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    13 juin 2017

    en tout cas une chose est sûre ;

    l’ aile très droitiste des L.R. sera atomisée dès dimanche soir à l’ exception peut être de Philippe Meunier dans le Rhône et les seuls à s’ en sortir seront les ” modérés ” sociétaux

    comprenons bien que L.R a, ou plutôt avait, en son sein des ” sensibilités ” que tout opposait en particulier sur deux items majeurs en politique française : le ” sociétal ” et le ” libéralisme économique ” encore que le mixage entre les deux items pouvait être très … paradoxal dans les deux camps

    je doute fort qu’ une nouvelle droite unie sorte toute bottée de cette débâcle … qui est avant tout due à un manque de corpus idéologique à la fois conservateur et … moderne

    des gens comme Myard doivent disparaître définitivement de la photo de cette famille en fin de race

    Répondre
  6. quinctius cincinnatus

    13 juin 2017

    pour ” LaDroite ” l’ Homme Providentiel n’ est pas celui qu’ elle attendait ; car in fine il s’ agit bien de cela et uniquement de cela : la recherche d’ un Messie que l’ on soit de ” droite ” ou que l’ on soit ” de gauche ” ; et la déception est finalement et logiquement au bout du rendez-vous … manqué

    si vous avez appartenu à un parti politique , en France, vous aurez tous pu constater qu’ il en va ainsi et que le plus souvent le Messie tant espéré se trouve être un Judas

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)