Débandade gouvernementale généralisée !

Débandade gouvernementale généralisée !

La France est le seul pays au monde où les syndicats – qui vivent essentiellement de l’argent public – sont à la fois si peu représentatifs des salariés et, en même temps capables de bloquer, le temps d’une « journée d’action » au moins, le fonctionnement général du pays. C’est un fait.

Le référendum sur la Constitution européenne du 29 mai est à haut risque politique pour le gouvernement. Dans les sondages, le « oui » est en baisse sensible. Pour Jacques Chirac, il ne faut surtout pas qu’une crise sociale, même mélodramatique, vienne gonfler les espérances de suffrages du camp du « non ». C’est un autre fait.

De leur point de vue, le Président de la République et son Premier ministre ont donc eu raison de mettre les pouces immédiatement après la journée du 10 mars.

En outre, pour une fois, la coalition syndicale avait su trouver un mot d’ordre fédérateur. Il ne s’agissait plus de la seule défense égoïste des statuts et des effectifs, mais de celle du pouvoir d’achat, mot d’ordre auquel personne n’est insensible.

La situation politique oblige donc le gouvernement à lâcher du lest. Les salaires de la fonction publique vont bénéficier d’une augmentation générale tandis que, dans le secteur privé, une certaine pression va s’exercer à la hausse. Le pouvoir gagne du temps. Quelques mois, quelques semaines… Son horizon se limite pour l’instant au 29 mai.

Mais, au plan économique, la réaction de Jean-Pierre Raffarin est catastrophique. La seule augmentation des salaires raisonnable est celle qui résulte de l’amélioration de la compétitivité (aussi bien au niveau des entreprises qu’à celui de la collectivité), laquelle passe, dans la fonction publique, par des réformes importantes, avec des réductions massives d’effectifs.

Les électeurs de droite de Jacques Chirac, au premier tour puis au deuxième tour des élections présidentielles de 2002, étaient certainement, eux aussi, favorables à une augmentation générale des salaires. Elle allait de pair dans leur esprit avec la suppression de la loi des 35 heures ; avec la mise au pas des preneurs d’otages, grâce à une loi, d’ailleurs promise, sur le service public garanti ; avec une diminution générale des dépenses publiques, seul préalable crédible à une réduction des impôts.

Une telle politique aurait rapidement produit ses fruits. Et l’économie française afficherait un meilleur taux de croissance, d’autant que l’économie mondiale ne s’est jamais si bien portée (+ 4 % en 2004)…

Partager cette publication

(7) Commentaires

  • SAS Répondre

    les rtt , les 35 H….IL FAUT CROIRE QUE SEUL LE FN cogite et anticipe à la manière de vrais »chefs » les problèmatiques des lois et décrets dogmatiques….comme la loi « bolkenstein »….POURQUOI LES COUILLONS ENARQUIENS ET AUTRES DE L UMP et de la gauche…se sentent ils détenteurs permanant d’un droit à l’erreur autoabsout …Par ailleur déjà largement utilisé…un mélanchon devrait être renvoyé siné dié à son syndicat de chemino ou de l’éducation nationale là où il pourra se vautrer et surutiliser ce nouveau »droit » celui d’être con…et de le revendiquer. ELLE EST BELLE LA FRANCE ROUGE… sas

    24/03/2005 à 13 h 48 min
  • LESTORET Répondre

    Vraiment Mr qui signe « sas » vous avez beaucoup de retard si vous vous référez encore aux Protocoles des Sages de Sion. Je ne sais pas si vous le savez mais nous sommes au 21ème siècle et il y a eu deux guerres et des tas d’autres choses qui se sont produites. REVEILLEZ VOUS.

    24/03/2005 à 11 h 34 min
  • J.P.MOINE Répondre

    SECTEUR PRIVE:La loi scélérate de la RTT dont les effets négatifs ont été perçus dès sa promulgation sont maintenant subits de pleins fouet par l’économie française. La baisse du pouvoir d’achat par exemple est totalement ressenti actuellement alors que son origine est bien la RTT .Je ne connais aucun chef d’entreprise (Celui qui décide encore chez lui…) qui n’ait pas pris en compte cette loi anti économique, dont nous sommes le seul pays au monde à l’avoir adopté, en limitant les hausses salariales . Pire encore la RTT après avoir certainement creé quelques centaines milliers d’emploi « forcés » ,cette loi,maintenant détruit des emplois en accelèrant les délocalisations. En définitive le solde, en termes d’emplois, est devenu négatif, mais la loi reste toujours en vigeur.C’est comme un boulet que nous trainons aux pieds dans la course mondiale de la compétitivité dont nous ne pouvons extraire sauf à disparaître… SECTEUR PUBLIC /Continuer à augmenter les salaires des fonctionnaires sans exiger une hausse de leur productivité(Eux aussi ne peuvent y échapper) relève du suicide collectif.Ce supplément de 1% des salaires va coûter 1,3à 1,4 Milliard € à la collectivité , somme qui n’est pas budgetée. Quand on voit leur réaction (syndicats) concernant la rémunération au mérite,la France a encore le temps de perdre du terrain sur le plan économique synonyme d’appauvrissement de tous et augmentation du chômage !!!

    23/03/2005 à 16 h 40 min
  • sas Répondre

    La débandade en FRANCE à vraiment commencé avec le siècle des lumières….l’apologie des sectes et des francs-maçons…LA franche rupture en 1789….et une piqouze de rappel en MAI 1968…..mais pour infos notre perte (gaule chrétiene et goye…) est inscrite dans les textes depuis 1871…cela s’appelle les protocoles des sages de sion. sas

    22/03/2005 à 14 h 01 min
  • Bernard Dubois Répondre

    Lestoret, votre discours a déjà été prononcé au moins un millier de fois par nos politiciens socialistes et malhonnêtes qui nous gouvernent, en nous disant qu’ils n’ont pas été bons cette fois là, mais qu’il faut continuer de voter pour eux, car la prochaine fois ils seront meilleurs et alors on verra ce qu’on verra et que la France va revenir dans le peloton de tête des pays développés, tout le monde sera riche, tout le monde sera gentil, tout le monde sera égaux (discours contradictoire mais pas pour des socialistes) etc… Ce discours est bien sûr totalement bidon. Nos politiciens au pouvoir de la fausse droite sont d’authentiques socialistes, et communistes pour certains, qui ne veulent surtout pas mettre fin à la dictature socialiste, à la pensée unique, à leurs avantages innombrables de toutes sortes. Et la preuve qu’ils mentent, c’est qu’ils sont encore au pouvoir pour deux ans, et que non seulement rien n’a été fait depuis que la fausse droite est de nouveau au pouvoir, mais en plus ils continuent de voter de nouvelles lois démagogiques et soviétoïdes et ne proposent toujours aucune réforme pour les 2 prochaines années. Et d’ailleurs, cela s’est toujours produit depuis 30 ans chaque fois qu’ils ont été au pouvoir. Les électeurs de droite, et les français en général qui sont leurs victimes, ont toujours été trahis par eux. Il n’y a rien a attendre à travailler avec des politiciens aussi malhonnêtes ou incompétents sur tous les sujets sans exception. Il est masochiste de continuer à voter pour cette nomenclatura. Pour faire avancer un peu le schmilblik, il faudrait plutôt se demander pourquoi ils défendent autant les théories de gouvernements mondiaux, que ce soit par un gouvernement européen n’ayant pas de compte à rendre aux peuples et destiné à s’étendre au monde entier en commençant par la Turquie, ou bien par un état mondial qui serait habilité à voter continuellement de nouveaux impôts et alimenter une bureaucratie mondiale totalitaire.

    22/03/2005 à 11 h 40 min
  • LESTORET Répondre

    C’est vrai que nous sommes encore, au grand dam de certains qui sans doute le regrettent, dans une démocratie; une démocratie qui certes, est en train de s’étioler et de devenir totalement impuissante bloquée qu’elle est par la politique des partis et des prébendes. Plutôt que de discuter de cela, je crois qu’il serait bien plus important et efficace de se demander pourquoi notre pays reste à la t raîne des autres pays modernes comparables et que le chiffre de enotre croissance reste obstinément bas et en tous cas insuffisant. Il faudrait d ‘abord que les uns et les autres cessent de dire « nous faisons ce que vous n’avez pas fait » ou « tout allait mieux lorsque nous décidions des choses ». On a souvent dit « la critique est aisée mais l’art est difficile »; il faudrait maintenant que nos édiles se mettent à l’ouvrage et que ceux qui s’en sentent incapables – hé oui, il y en a — aient le courage de se retirer; et qu’ils se mettent à l’ouvrage ENSEMBLE sans esprit partisan, avec pour seul objectif LA FRANCE et non le prochain mandat électoral. Nos politiciens qui sont aussi des Français, sont-ils capables de le faire ? That is the question.

    21/03/2005 à 16 h 57 min
  • Jean-Claude Lahitte Répondre

    A propos des Syndicats dont la puissance de nuisance est inversement proportionnelle au nombre de leurs adhérents quel Premier Ministre « tatchérien », quel Président « reaganien » osera les frapper à la caisse: primo, en supprimant les subventions payées à leur corps défendant par les contribuables dont une majorité refusent précisément d’adhérer au moindre syndicat; deuxio, en interdisant que les Syndicats puissent décider d’une grève par un vote à main levée, ce qui est le contrairê-même de la démocratie (RAPPEL: d’une certaine façon, en 1939, la déclaration de guerre contre l’Allemagne a été l’aboutissement d’un vote à main levée – par une Assemblée majoritairement de gauche – , et on a vu, là encore, où cela a conduit le Pays !); tertio: en interdisant par la Loi, le paiment des jours de grève; quarto, en édictant une autre Loi qui permettrait de condamner – par de lourdes amendes et le paiment de dommages et intérêts, voire, en cas de violences, de prison – toutes les atteintes à la liberté du travail ou à la libre circulation, par les grévistes. Je me souviens que Mrs Thatcher, dont il est toujours de bon ton de se moquer, avait ainsi « brisé » le puissant Syndicat des Electriciens, tout comme Ronald REAGAN avait fait plier le puissant syndicat des contrôleurs aériens (du jour au lendemain, il avait fait licencier TOUS les contrôleurs! Inimaginable en France …). J’oserai dire qu’il y a des gouvernants qui en ont, et le prouvent. Et d’autres qui – c’est peut-être parce qu’ils ont été eunuques* dans une vie antérieure – qui n’en n’ont pas, ou n’en n’ont plus, et préfèrent se servir de leur …langue ! Courtoisement vôtre, Jean-Claude Lahitte * c’est peut-être parce qu’ils rêvent des splendeurs de l’Empire ottoman qu’ils veulent ainsi nous imposer l’entrée de la Truquie dans l’Union européenne !

    20/03/2005 à 22 h 43 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *