Démission de Joyandet et Blanc… Bientôt Woerth ?

Démission de Joyandet et Blanc… Bientôt Woerth ?

Nous avons appris, lundi 5 juillet au matin, la démission des ministres Alain Joyandet et Christian Blanc.

Le premier, secrétaire d’État à la Coopération, est soupçonné d’avoir loué un jet privé pour se rendre en Martinique, moyennant la bagatelle de 116 500 euros – ainsi que d’une histoire assez trouble de permis de construire illégal pour une maison qu’il possède dans le Var.
Le second, secrétaire d’État chargé du développement de la région capitale, est, quant à lui, soupçonné de s’être fait offrir sur fonds publics 12 000 euros de cigares.

La première remarque qui vient à l’esprit en lisant ces faits divers, c’est que nos « chers » hommes politiques ont complètement perdu les pédales. Il faut vraiment vivre dans sa bulle pour ignorer que de telles révélations, en un temps où les contingences économiques im­posent la rigueur à tous les Français, vont faire scandale.

Mais il y a pire encore : il est probable que ces inconscients ignorent qu’il y a là matière à scandale, avant de se retrouver, bien malgré eux, en « une » des journaux !
Accessoirement, cela pose un sérieux problème de représentation. Comment ces gens qui vivent sur une autre planète peuvent-ils nous représenter ?

On pourrait les défendre ainsi : comparées aux milliards balancés par les fenêtres chaque année, ces dizaines de milliers d’euros sont peu de chose. En réalité, c’est plutôt une circonstance aggravante. Ne parlons même pas de l’exemplarité que l’on serait en droit d’atten­dre des politiques. Le niveau moral de la caste en question ne permet pas d’utiliser le mot ! Mais ces dizaines de milliers d’euros gérés en dépit du bon sens en disent long sur la façon dont nos milliards sont gérés. La sagesse populaire estime qu’une personne incapable de gérer son budget est plus incapable encore de gérer celui de son pays. De fait, on voit mal comment confier un centime à ces messieurs.

En outre, il est à craindre que ces « mini » scandales touchent la quasi totalité de la classe politique. Ces « petites » mesquineries de quelques dizaines de milliers d’euros semblent en tout cas bien fréquentes ! Et l’opposition serait bien venue de ne pas en rajouter sur le thème, sa probité étant légendaire depuis l’époque Mitterrand…

Dernière remarque : la presse affirme que Sarkozy sacrifie ces deux sous-ministres pour sauver Woerth. C’est un calcul risqué : la gauche voyant qu’elle a eu la tête de deux pécheurs « vé­niels » ne va certainement pas baisser le ton…

Partager cette publication

(8) Commentaires

  • sas Répondre

    a iosa…

    EDDY PLENEL par qui le scandale est arrivé est un frangin bon ton, mis deja gravement en cause dans d autres dossiers scabreux comme l histoire du "monde" ou il a d ailleur été viré…..son pere recteur accadémique de martinique en poste fut limogé de son poste pour insubordination, pour pas dire subversion…..frangin bon teint aussi…

    DERNIEREMENT IL  EST VENNU VOIS LES ENCLUMES INITIEES DE LA PLACE….il a même été décoré de l ordre des trou du cul je crois…..aux milieux de ses frères locaux , il y avait foison…..

    ……cette histoire pue et il faut virer tout le monde

     

    SAS

    09/07/2010 à 22 h 55 min
  • IOSA Répondre

    [email protected]

    Dommage que [email protected]… n’est point regarder les infos sur le sujet.

    Mais je remarque malgré tout une certaine ressemblance avec le pouvoir en place, au sujet des enveloppes données à notre Président, en celà je veux dire la réaction de l’ Elysée qui ne déteint absolument pas avec celle que vous nous décrivez de la part de Stifani ( de monaco ?)….MDR!

    Ceux qui se ressemblent s’assemblent, c’est bien ce que dit l’adage .

    IOSA

    09/07/2010 à 22 h 17 min
  • sas Répondre

    Ils sont d une telle arrogance et d une telle impunité…. que c’est le président qui vire les ministres sns même passer par fillon….

     

    …..;délirant….l omnipotence président, chef de gouvernement, chef du part ump et puis quoi encore ????

     

    du delir cette fin de règne…

    sas

    09/07/2010 à 19 h 03 min
  • dagmar Répondre

    Comment ces gens qui vivent sur une autre planète peuvent-ils nous représenter ?

     

    ILs nous/vous réprésentent ( pas moi) parce que vous les avez elus. Les français doivent aimer ca, de se faire humilier devant les yeux de la planète entiere, de se faire masacrer par le fisc, de nourir, loger, soigner 10 000000etranger non compatibles avec la culture occidentale, de payer la casse des écoles, de voitures, de se faire attaquer.  Cela vous fait jouir, vous ne dites rien et ceux qui osent de dire que le roi est nu sont condamnés, par vous,  par les juges français. C’est vous qui en etes responsable. Votre president, (je dit votre car je n’ai pas voté pour lui) défend les fugitifs de la justice américaine, defend le tourisme sexuel des hommes politiques, c’est avec son consentement que la France c’est qualifiée par la triche. Une triche regardée  par toute la planète. Votre président traite les gens qui n’arivent plus a survivre "pauv’ con", reçoit dans son palais celui qui traite son entraineur " fils de pute", saigne a blanc les français par le fisc et son ministre est trempé dans une evasion fiscale de sciècle. Que voulez vous les Francais?????????? Ce sont les temps moderns

    dagmar  

    08/07/2010 à 13 h 03 min
  • Tueurs net Répondre

    Il n’y a pas d’autre pouvoir que le pouvoir de l’image

    Et quand on le conjugue avec l’image du pouvoir

    Ce n’est plus du tapage mais du matraquage.

    Et pourquoi l’image a t- elle ce pouvoir ?

    A cause du nombre de gens qui la regardent.

    Et qui se forgent une opinion.

    Et qui exercent une pression

    Sur tous ceux qui font l’événement

    Aucune diffusion ne peut en faire abstraction

    Parce qu’il n’y a pas de publicité sans public

    Ni de public sans têtes coupées.

    Un ministre et deux secrétaires d’état en voie de destitution

    Et le cinquième pouvoir, celui de l’opinion, en voie de consécration.

    En 2 temps, 3 mouvements on est passé de la télécratie à la médiocratie…

    N’importe qui associé à n’importe qui peut imposer n’importe quoi…

    Et si on renvoyait à l’opinion une mauvaise image d’elle-même, peut-être qu’elle finirait par démissionner !

    Boum boum badaboum !!!

     

    http://www.tueursnet.com/index.php?video=Balle%20de%20demission

    08/07/2010 à 12 h 24 min
  • Anonyme Répondre

    Bonnes remarques et bons commentaires dans cette article Jean Rouxel. Beaucoup de bon sens.

    Mancney

    08/07/2010 à 4 h 26 min
  • kototenta Répondre

    Mais bien SAS , on va vous croire, vous l’ obsédé du complot permanent !

    07/07/2010 à 22 h 04 min
  • sas Répondre

    NOUS Y VOILA…….

     

    La Grande Loge nationale françaiseveut devenir l’obédience n° 1. Elle affronte une crise sans précédent. Dans un climat de violence et de déballage, des frères entrent en rébellion contre le grand maître François Stifani, son pouvoir absolu, sa cour assidue à l’Elysée. Enquête.

    Le 4 décembre 2009, jour où tout dérape: le souverain grand comité de la Grande Loge nationale française (GLNF), obédience affichant 43 000 frères, se réunit dans son grand temple, au coeur de son siège parisien, digne d’une multinationale. Une trentaine de frères se lèvent, quittent leur tablier maçonnique et avancent sur le pavé mosaïque. Un porte-parole tente de poser une longue liste de questions critiques sur l’utilisation des 17 millions d’euros de capitations (cotisations) comme sur le renforcement des relations de l’obédience avec les sommets du pouvoir de l’Etat.

    "Pour qui vous vous prenez? Où vous vous croyez? gronde François Stifani, grand maître de la GLNF. Votre complot a été découvert avant même sa mise en oeuvre! Vous êtes pitoyables!" Et, se tournant vers ses grands officiers: "Prenez la liste de ces gens! Ils n’ont plus leur tablier!" Puis le grand maître s’adresse "à ceux qui [lui] sont proches" pour leur communiquer son sentiment sur le texte que tentent de lire les "comploteurs": "Je ne me torcherai pas avec, de peur de me salir les fesses. Je vais vous distribuer du papier Lotus. Les discours sales vont de bouches sales à oreilles sales." "C’est pitoyable que vous ayez sali cette maison, pour faire le coup de force", reprend-il en direction des contestataires. "Je note, grand maître, que, lorsque l’on vous dit quelque chose et que vous n’êtes pas d’accord, alors on est sale", intervient le présumé "chef de bande", Claude Seiler, un des grands maîtres provinciaux franciliens, agent d’assurances de 71 ans, dont trente de maçonnerie. "Vous êtes sale, pas moi!", réagit François Stifani, avant de clore l’échange d’un "C’est pas vous qui avez la parole", ponctué d’un sonore coup de maillet.

    Un ami de quarante ans ou plus

    Au sujet du testament élaboré le 22 mars 2006, le praticien affirme: "M. Gaston ne possédait pas les facultés mentales pour signer un tel document." Il indique que, à la fin du mois de janvier 2006, Pierre Gaston, borgne, a fait une chute à son domicile et qu’après un scanner cérébral "le diagnostic de syndrome frontal fut posé" par l’hôpital. Il se traduit, selon l’expert, par des troubles neuropsychologiques affectant la mémoire, l’attention, les capacités de jugement et de prise de décision. Moins de deux mois après avoir signé le testament litigieux, le vieux monsieur est victime d’une gangrène, d’une amputation jusqu’au genou gauche, et il décède.

    Qui pourrait être mis en cause dans cette procédure judiciaire? Le notaire de Vidauban, Jean Aussel, 68 ans, alors haut dignitaire de la GLNF; sa compagne, Christine Kalafatélis, 46 ans, exécutrice testamentaire et bénéficiaire à ce titre d’une somme de 60 000 euros; Michel Brun, 61 ans, alors médecin hébergeant Pierre Gaston, lequel lui a légué son pavillon du Luc, évalué à 229 000 euros; et la Fondation de la GLNF, présidée par Jean-Charles Foellner, 67 ans, alors grand maître de l’obédience et résidant, lui aussi, au Luc (1).

    07/07/2010 à 13 h 06 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: