Démographie et immigration

Posté le 13 février , 2018, 10:59
6 mins

Dans un ouvrage, « Le choc des décolonisations », le professeur Pierre Vermeren, ancien élève de l’École normale supérieure et agrégé d’histoire, expose la vérité telle que la dissimulent soigneusement les instituts officiels, l’administration et la presse.

Il brise des tabous, expliquant que la France est déjà plus africaine et islamisée qu’on le croit. Il fut un temps lointain, écrit-il, où la France était le pays le plus peuplé d’Europe. Malheureusement, la Révolution et l’aventure napoléonienne qui en résulta firent que la France, après avoir gagné des batailles, perdit la guerre. Ce fut Waterloo en 1815. De cet immense désordre de 25 ans, la France ne s’est jamais relevée. Sur le chemin des révolutions et des défaites, celle de 1870 notamment, on arrive à la Grande Guerre, « un gaspillage inouï » écrit Pierre Vermeren : 1,4 million de jeunes hommes tués et presque autant de mutilés, avec 1,5 million de naissances perdues et la population devenue la plus âgée du monde.

En 1940, la Deuxième Guerre mondiale a causé 600 000 morts et amputa la nation de 850 000 personnes par surmortalité due aux maladies, à l’absence de médicaments, à l’insuffisance de nourriture et de chauffage, outre les naissances perdues, plus les victimes de la guerre civile de 1944 et 1955.

En 1945, les Français sont au nombre de 39 millions, moins qu’en 1914. Cette décrépitude, explique, selon l’auteur, la volonté de se cramponner à l’Empire pour paraître encore une grande puissance. Mais ce fut là une nouvelle erreur et une illusion, engendrant de nouvelles guerres. 80 000 hommes tués ou mutilés dans les guerres perdues d’Indochine et d’Algérie et la porte ouverte à l’émigration coloniale facilitée et encouragée par le regroupement familial, en faveur notamment des Maghrébins, décidé par Giscard et Chirac, avec, de surcroît, l’octroi de visas et de la nationalité française à qui les demande. Aujourd’hui, on connaît les 3 grandes routes qui conduisent à la France, celle des Balkans, celle de la Libye, celle de l’Espagne. On arrive ainsi, selon Pierre Vermeren, à presque 14 millions d’immigrés en France, en majorité africains et musulmans. Ce chiffre est supérieur à ce que j’ai écrit dans mes précédentes chroniques que l’on jugeait pessimistes !

Cette situation est évidemment la cause de dépenses publiques considérables, en augmentation constante, de la délinquance, de l’insécurité et du chômage. Un exemple récent, parmi des milliers d’autres, en apporte la preuve : le 30 janvier, à Sarcelles, un enfant de 8 ans a été frappé parce qu’il était Juif par des immigrés noirs musulmans.

Cette situation que les meilleurs analystes considèrent comme étant irréversible est telle qu’elle provoque – face à l’immigration des migrants du Tiers-monde – l’émigration de plus en plus importante de jeunes Français, les vrais, les plus compétents, les plus dynamiques. Ils sont désormais 3,5 millions à l’étranger (1,1 million en 1970) et ce n’est pas les 10 000 naissances à Mayotte de jeunes Noirs « français » qui vont compenser le départ de millions de jeunes formés dans nos universités et grandes écoles, fixés sans doute pour toujours aux États-Unis, au Canada et même en Chine.

On notera aussi l’affaiblissement spectaculaire du christianisme, pilier de la civilisation occidentale. Au début du XXe siècle, 80 % des catholiques français étaient pratiquants ; aujourd’hui ils ne sont plus que 4 % et seulement 30 % des enfants sont baptisés, un vide qui, peu à peu, est comblé par l’islam.

Désormais, en France, la confiance a disparu. Cette évolution est évidente et pourtant, à le démontrer, on prend des risques. Les pouvoirs publics garantissent, en réalité, le bon déroulement de l’invasion. Ceux qui la dénoncent sont des fascistes, des racistes.

Pour mettre fin à cette évolution désastreuse, il faudrait former une coalition armée des grandes puissances, Europe, Amérique, Russie, qui permettrait de reprendre le contrôle des sources de l’invasion par une nouvelle colonisation de territoires à nouveau pacifiés où l’on pourrait au fil des ans renvoyer d’où ils viennent les douzaines de millions d’immigrés arabo-africains qui se sont installés en Europe de l’Ouest. Dans un tel cas, beaucoup d’entre eux, d’ailleurs, rentreraient chez eux spontanément. Mais c’est là une vue de l’esprit parfaitement vaine. On se souvient de la disparition de l’Empire romain en 476 apr. J.-C., mais, cette fois-ci, l’Empire d’Occident n’aura pas Constantinople pour se replier. Il n’y aura pas pour l’Occident disparu un nouvel Empire d’Orient.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

5 Commentaires sur : Démographie et immigration

  1. Sylvie Danas

    20 février 2018

    C’est dramatiquement lucide…

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    20 février 2018

    Vozuti , M. Le P. n’ a pas besoin du secours négatif du Media pour montrer que son ” programme ” et tout particulièrement son programme économique, ne tient pas la route ; à sa décharge elle n’ est pas la seule dans le milieu politique français a montrer une pareille incapacité car le mal est chez l’ électeur et c’ est l’ électeur qu’ il faudrait convaincre que depuis un demi siècle la France fait fausse route ; mais voilà ” nous sommes les meilleurs ”

    bien cordialement

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    19 février 2018

    ” il faut faire de la France un grand pays d’ immigration ”

    nous dit Gabriel Attal ancien député P.S. et actuellement député et porte parole de LREM qui fait parti de la ” garde rapprochée ” ( une dizaine de personnes ) d’ Emmanuel Macron

    ” curieusement ” a fait sa scolarité à l’ école alsacienne puis naturellement sciences po paris nous dit sa biographie

    Brenus se demandait où diable il pourrait bien, lui Brenus, émigrer lorsqu’ ils seront définitivement chez eux chez nous ?

    aux U.S.A . ou en Israël me semble être la bonne réponse

    Répondre
  4. A de Chantérac

    15 février 2018

    Dans sa lettre de février – https://www.robert-schuman.eu/fr/doc/questions-d-europe/qe-462-fr.pdf – la fondation Robert Schumman, think tank europeiste et relai fidèle de la commission, non seulement diagnostique également ce suicide démographique pour 2050 en reprenant des analyses à se retrouver sur le “murs des cons”, mais juge le grand remplacement – “remède” officiel de l’ONU et de l’UE – comme pire que le mal !
    Il doit y avoir “un loup” derrière cette bouffée de réalisme . Non?

    Répondre
  5. vozuti

    15 février 2018

    les français n’ont pas fait barrage à l’invasion en cours,mais ils ont fièrement fait barrage,en 2002 et 2017 , au seul parti politique qui était contre cette invasion.en particulier les retraités qui, n’écoutant que leur..média, se sont surmobilisés à chaque fois qu’a surgit la menace horrible d’une france voulant rester française.
    les médias sont comparables à ces vautours qui rodent dans les maisons de retraite pour tenter d’obtenir des héritages indus.
    les français ramollis (et pas seulement les plus âgés) se sont laissé convaincre, par des speakers enfermés dans une boite vitrée, de déshériter leurs petits enfants, au profit d’une population venant d’afrique.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)