Départementales : un test pour l’entente à droite

Posté le mars 03, 2015, 5:53
3 mins

À la veille du scrutin départemental, le FN caracole en tête (avec 33 % des intentions de vote), loin devant l’UMP et ses alliés (27 %) et le PS (19 %).

Pour le FN, qui ne comptait jusqu’à présent que deux élus départementaux, cette élection s’annonce donc sous les meil­leurs auspices.

Cependant, il convient aussi de ne pas oublier que le mode de scrutin est extrêmement défavorable au FN et que, selon toute vraisemblance, le nombre de ses élus au soir du 29 mars ne sera pas à la hauteur de son succès en termes de suffrages.

Ces élections départementales pourraient être aussi un test sur la capacité du FN à s’allier avec d’autres pour parvenir à prendre le pouvoir.

Ainsi, dans le Vaucluse, où le PS gouverne actuellement et s’apprête à prendre une claque électorale magistrale, le FN pourrait l’emporter, à la condition de s’allier avec la Ligue du Sud de Jacques Bompard.

D’après la rumeur, cette alliance – qui ne pose pourtant guère de problèmes idéologiques – s’annonce très difficile, pour d’obs­cures raisons d’egos.

Si cela devait être le cas, ce serait un très mauvais signal et cela laisserait penser que le FN ne souhaite toujours pas être un parti de gouvernement.

Mais c’est surtout du côté de l’UMP que les nouvelles sont inquiétantes.

Alors que le parti de Nicolas Sarkozy s’apprête à emporter un grand nombre de départements, il préfère taper sur le FN que sur le PS.

Ainsi Nicolas Sarkozy a-t-il déclaré : « Voter pour le FN au premier tour, c’est faire gagner la gauche au second. C’est le FNPS ! Voter pour l’UMP n’a jamais en revanche fait gagner la gauche. »

Mais c’est doublement faux.

D’abord, malheureusement, certains votes UMP sont objectivement des votes pour la gauche. Je serais ainsi curieux de savoir ce qui distingue Nathalie Kos­ciusko-Morizet (vice-présidente de l’UMP) de son ex-rivale socialiste Anne Hidalgo.

Mais, surtout, c’est l’idée que voter FN favorise le PS qui est profondément fausse. Plus exactement, cette idée est actuellement vraie, mais largement par la faute de l’UMP qui refuse toute alliance – y compris ponctuelle – avec le FN.

Dès l’instant que l’UMP et le FN, sans nécessairement partager tous les points de leurs programmes, accepteront de dire que le PS est l’adversaire prioritaire, il n’y aura plus ni « UMPS », ni « FNPS ». Simplement une alliance naturelle entre forces de droite pour battre la gauche…

Jean Rouxel

4 réponses à l'article : Départementales : un test pour l’entente à droite

  1. dissident

    05/03/2015

    pour joresse, une entente a « droite » au niveau local n empêcherait pas les profondes divergences sur le plan de la politique nationale, immigration, euro, politique securitaire etc ; deuxio j entendais Valls la menace voulant empecher l election d un seul elu fn dans les cantons mais alors cela voudrait dire que pour ce champion de la lutte contre l exclusion 30 pour cents des electeurs seraient sans representant, n est ce pas un deni de democratie?

    Répondre
  2. Jaures

    04/03/2015

     » par la faute de l’UMP qui refuse toute alliance – y compris ponctuelle – avec le FN. »
    Deux questions: pourquoi le FN s’allierait avec un membre de « l’UMPS » ? Le FN qualifie les deux partis « d’ultralibéraux » et les met sur le même pied. Pourquoi donc s’allier avec l’un plutôt qu’avec l’autre ?

    Ensuite, que veut dire une « alliance ponctuelle » ? Quand on s’allie, c’est sur un projet issu d’une négociation. Sinon cela s’appelle une magouille locale.
    Si le FN a déjà du mal à s’allier avec la Ligue du Sud (comme il n’a pu s’entendre avec assez de partis européens pour créer un groupe), comment voulez-vous qu’il s’allie avec un autre parti ?
    La seule question qui vaille est le FN veut-il gouverner ?
    Pour ma part, j’ai toujours pensé non.

    Répondre
  3. R. Ed.

    04/03/2015

    UNE QUESTION ?

    Je ne suis pas Français, mais je me pose une question primordiale.

    François Hollande n’est pas le président de tous les Français.
    Il me semble aussi qu’il a été élu pour essayer de diriger le pays, mais ce n’est pas son but, son but, c’est de dénigrer le FN et par la même occasion leurs 30 % d’électeurs, est-ce normal, pour Normal Premier ?

    Répondre
  4. dissident

    03/03/2015

    par la faute des dirigeants de l ump infeodes aux lobbies apatrides, l union des droites n est pas pour demain, le cynisme de Sarkozy a ce sujet est sans failles, lui qui a tout fait pour faire battre le fn dans le Doubs

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)