Des élus LR et ex-LR soutiennent Emmanuel Macron

Des élus LR et ex-LR soutiennent Emmanuel Macron

Fin août, une quarantaine de maires de droite et du centre se sont retrouvés à Fontainebleau, autour d’Édouard Philippe.

Ils étaient pour la plupart membres des associations « La République des maires », fondée par Christophe Béchu, maire d’Angers, et « La France audacieuse », fondée par Christian Estrosi, maire de Nice.

Tous deux anciens LR.

Parmi les plus importants, on distinguait Hubert Falco, maire de Toulon, Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, ou encore Arnaud Robinet, maire de Reims.

Hubert Falco, prenant bien soin de n’engager que lui-même, déclara à cette occasion qu’à son avis, le candidat le mieux à même de représenter le centre droit en 2022 était Emmanuel Macron.

Il semble ainsi que cette coalition de grands élus « LREM compatibles » soit amenée à jouer le rôle du « flotteur droit » de la future majorité macronienne.

La plupart des observateurs politiques considèrent en effet qu’Édouard Philippe, qui aurait pu être un bon représentant de cette tendance, a laissé « passer son tour » et qu’il ne sera donc pas candidat en 2022. Et on voit mal qui, sur ce créneau, peut rivaliser avec lui.

Je ne suis pas centriste, mais je ne suis pas choqué que des centristes de droite cherchent à s’allier avec des centristes de gauche, tout en essayant de peser pour imposer ce qui leur tient le plus à cœur.

Ce qui, en revanche, continue de me sidérer, c’est le « deux poids, deux mesures ».

S’il apparaît naturel que certains maires LR ou ex-LR soutiennent Emmanuel Macron, pourquoi d’autres ne pourraient-ils pas faire un choix différent, comme soutenir Marine Le Pen ou – sans doute plus facilement – Éric Zemmour ?

Il semble en effet pour le moins improbable que tous les LR soutiennent Emmanuel Macron.

J’entends prophétiser depuis des années l’explosion de l’UMP, puis de LR.

Je ne suis nullement convaincu que ce soit inéluctable.

Mais ce qui me semble évident, c’est que des tendances assez différentes cohabitent au sein de ce parti.

On voit mal comment la tendance Wauquiez ou Retailleau pourrait faire le même choix qu’Hubert Falco.

Puisqu’aux dernières élections locales, la direction de LR a montré que le parti pouvait soutenir des candidats qui, non seulement avaient rendu leur carte d’adhérent, mais affichaient mê­me publiquement leur proximité avec la majorité présidentielle, ne lui faudra-t-il pas assumer une large liberté de vote des militants comme des élus ?

Une question demeure cependant : quels sont les poids respectifs disons du centre droite et de la droite plus souverainiste ou plus conservatrice ?

À lire les gazettes, les centristes sont vraisemblablement majoritaires parmi les grands élus et les conservateurs ou les souverainistes majoritaires parmi les sympathisants.

Je ne vois guère que trois options pour le futur de LR :

1) soit le parti devient une coalition d’élus sans véritable idéologie, laissant chacun choisir librement aux élections nationales, auquel cas il pourra continuer à accumuler les succès aux élections locales mais devra renoncer à peser sur la vie politique nationale ;

2) soit le parti se donne des cadres correspondant aux aspirations des sympathisants, auquel cas il a toutes les chances de renouer avec les succès électoraux ;

3) soit enfin les cadres tentent d’entraîner leurs électeurs avec eux vers la gauche et, là, je peux prophétiser sans risque qu’ils connaîtront le même sort que feu le MRP, mort de la dichotomie trop forte entre ses élus et ses électeurs !

Cette campagne de 2022 s’annonce en tout cas plus intéressante que prévu !

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

Partager cette publication

(5) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

    chez L.R. ont toujours  » cohabités  » ( sic ! ) deux familles : les  » libéraux  » ( les  » girondins  » ) et les  » étatistes  » ( les  » jacobins  » ) pas étonnant donc que chez les premiers certains aient plus d’ intérêts partagés avec Macron

    06/09/2021 à 8 h 17 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    C’est le destin des LR de passer par le stade ex-LR avant de devenir macroniste à part entière.
    Un peu comme la vilaine chenille passant par la terne chrysalide avant de devenir le papillon « multicolore ».

    05/09/2021 à 14 h 49 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    ce qui semble être devenue aujourd’ hui être la règle générale :
     » faites vous empapaouter « 

    02/09/2021 à 12 h 41 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    bien sûr qu’ entre Xavier Bertrand et Emmanuel Macron  » certains  » seront davantage tentés par le second qui pourrait leur paraitre à tort ou à raison comme moins  » ringard  » ( moins franchouillard ? ) ce qui peut être aussi une grossière erreur du jugement Emmanuel Macron n’ ayant pas la fibre nationale et régalienne mais anglo-saxonne ( communautariste ) et universaliste surtout pour ce qui est d’ imposer la Démocratie à des peuples dont ça n’ a jamais été la Culture et le Capitalisme Financier où ils … règnent en maître grâce à une monnaie de singe : l’ U.S. $

    01/09/2021 à 8 h 50 min
  • ELEVENTH Répondre

    La meilleure solution pour le parti « LR » actuel et toutes les girouettes qu’il charrie : qu’il se saborde en laissant les traitres rejoindre Macron. La nature ayant horreur du vide, un nouveau parti naitra (appelons le comme on veut) représentant tous ceux qui ne veulent pas se laisser entrainer vers l’anéantissement, ce qui exclus les faux-nez à la Bertrand, Estrosi, Muselier, etc…
    Pas d’espoir à avoir avec le RN tant qu’il sera cornaqué par MLP qui donne constamment l’impression de ne plus savoir où elle va, s’entoure de flagorneurs qui n’apportent rien à de rares exceptions près et ne servira finalement que de repoussoir pour faire gagner Macron.
    En pratique, les gens aux idées autres que les gaucho et alliés sont orphelin d’un leader qui ne parvient pas à émerger, laissant ainsi la place aux tartuffes de tous genres.
    Comme le peuple européen de France laisse peu a peu la place à ce que Mélenchon appelle faussement la « créolisation » alors qu’il s’agit de métissage et d’importation africaine majoritairement musulmane ( les créoles, maintenant qualifiés de Békés étaient les blancs des Antilles, sauf ceux de Guadeloupe qui ont tous été guillotinés par la Révolution. Si vous allez à Paris, baladez vous dans le triangle Barbès- La Chapelle, Chateau Rouge et n’oubliez pas de visiter les « puces » de St Ouen en banlieue Nord. Vous y serez « comme là-bas, dis », selon l’ancienne pub pour le couscous Garbit.

    01/09/2021 à 0 h 52 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: