Désinformation et défense de la « liberté de la presse »

Désinformation et défense de la « liberté de la presse »

Je viens de découvrir Street Press. C’est juste un site de désinformation et de diffamation gauchiste de plus.

Je ne le connaissais pas. Je connais, par contre, son fondateur. Un dénommé Johan Weisz-Myara.

Un homme qui a publié en 2006 un livre crapuleux accusant ceux qui combattent l’antisémitisme en France d’être d’« extrême droite » !

J’ai eu affaire à lui autrefois et, si je le croisais, je devrais résister à l’envie de lui cracher au visage.

Voir que le site qu’il dirige s’en prend à Éric Zemmour ne me surprend pas du tout.

Voir que ledit site affirme qu’existe en France une « menace terroriste d’extrême droite » (sans jamais parler de la menace terroriste islamique, elle, bien réelle) ne me surprend pas non plus.

Il y a des gens prêts à tout pour faire avancer leur cause frelatée.

L’extrême gauche, partout sur terre, ment, occulte, salit, et soutient les causes les plus meurtrières depuis des décennies.

Elle aurait des morts par millions sur la conscience si elle avait une conscience, mais elle n’en a aucune.

Street Press dit que ses « journalistes » (je mets le mot « journalistes » entre guillemets, car les désinformateurs et les diffamateurs ne méritent pas d’être appelés journalistes) ont reçu des photos montrant des cibles sur leur tête.

J’ai de très sérieux doutes sur ce point et, connaissant l’extrême gauche, je les soupçonnerais volontiers, et jusqu’à preuve du contraire, de falsification.

Je les imagine très bien, par contre, avoir été très satisfaits des menaces de mort, elles très concrètes, adressées à Éric Zemmour, et je les imagine très volontiers avoir fait partie des gens qui ont collé des affiches à Nantes montrant vraiment, là, Éric Zemmour avec une cible sur la tête.

Sur la base des accusations, sans doute frelatées, du site Street Press, d’autres sites du même genre, et des associations de journalistes (trente-cinq en tout, et on y trouve la quasi-totalité des associations de journalistes de la presse écrite, radiophonique et télévisée française) ont récemment fait paraître une tribune : extrêmement orientée, comme on pouvait s’y attendre.

La tribune parle actes de « menaces et d’intimidations de l’extrême droite qui se multiplient contre la presse » et met sur le même plan viols et refus d’accès de pseudo-journalistes à une réunion politique (c’est bien connu : un viol et un refus d’accès à une réunion politique, c’est exactement la même chose !).

Et ces gens disent qu’il faut « défendre la liberté d’informer » et « prendre la mesure de la gravité de la situation à la veille d’une échéance politique cruciale ».

Ces gens n’incarnent pas la liberté d’informer. Ils n’incarnent pas l’information.

Ils désinforment, diffament, salissent sans cesse.

Ce sont des totalitaires et des dangers pour la démocratie, la liberté de penser, le pluralisme politique et la connaissance.

Ils entendent éliminer toute pensée qui ne serait pas de gauche ou d’extrême gauche.

Leur action fait que la France est un pays où quiconque ne cherche pas des informations à l’extérieur des insanités qu’ils débitent à jet continu a le cerveau essoré.

Quand ces gens parlent du Proche-Orient, ils crachent sur Israël dont ils souhaitent visiblement la disparition, dans un bain de sang provoqué par leurs amis terroristes.

Quand ils parlent des États-Unis ils continuent à déverser des tombereaux d’ordures sur les conservateurs américains et sur Donald Trump, mais portent un regard très tendre sur Joe Biden le vieillard corrompu, sénile, acheté par la Chine et installé à la Maison Blanche.

Et ils occultent totalement les ravages que les gauchistes qui entourent le vieillard corrompu infligent au pays.

Lorsqu’ils parlent de la France, ils veulent visiblement l’islamisation, la prolifération des zones de non-droit, l’insécurité, la ruine économique.

Si la population française avait un sursaut de lucidité, elle se détournerait totalement de tous les journaux, toutes les stations de radio et toutes les chaînes de télévision pour lesquelles travaillent ces pseudo-journalistes, jusqu’à ce que faillite s’ensuive.

L’échéance de 2022 est effectivement cruciale, et les Français qui veulent comprendre la situation politique ont intérêt à se détourner avec dégoût de ces journalistes et des médias où ils sévissent. Vite.

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • quinctius cincinnatus Répondre

    sacré Guy Millière ! ne supporte pas que tout le monde ne  » pense  » ( sic ) pas comme lui
    enfin, il a son  » fans club  » et  » Les 4 Vérités  » avec
    ça ne débouche sur rien d’ efficace mais qu’ importe ! cela  » rassure  » ! nous ne sommes pas des  » lâches  » encore moins des  » gogos  » seulement et heureusement d’ authentiques … gaulois imbattables en jactance !

    27/11/2021 à 8 h 17 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: