Destruction de la démocratie et de l’état de droit

Posté le 29 janvier , 2019, 6:26
6 mins

En France, la démocratie a depuis longtemps un statut précaire. Et l’état de droit lui-même, au sens lockéen du terme, n’a jamais vraiment existé.

J’avais, il y a quelques années, publié avec des amis juristes un livre collectif appelé « Avancer vers l’état de droit » qui traitait du sujet.

La démocratie en France a été suspendue lorsque la France est devenue un État autoritaire en 1940, et il n’y a plus eu même le spectre d’un état de droit en France pendant cinq ans.

En 1958, le Général de Gaulle aurait pu créer un régime autoritaire, mais a dit qu’il n’entendait pas commencer une carrière de dictateur.

La Ve République s’est mise en place et, quoi que je puisse reprocher par ailleurs au Général de Gaulle, il s’est conduit de manière assez démocratique.

Sa légitimité ayant été remise en cause par mai 1968, il a provoqué des élections législatives anticipées, puis, lorsqu’il a organisé un référendum et l’a perdu, il est parti.

Après lui, une dérive a pris forme peu à peu.

Les années Mitterrand ont été sordides et immorales.

Les années Chirac n’ont pas valu mieux, et l’élection présidentielle de 2002 a vu s’affronter au deuxième tour un homme corrompu jusqu’à la moelle et un autre totalement diabolisé, ce qui a permis l’élection du corrompu.

Un référendum a eu lieu en 2005, dont le corrompu n’a tenu aucun compte.

Les deux successeurs de Chirac ont été indignes d’une démocratie, chacun dans son style, et ont contribué à ce que se poursuive la déliquescence enclenchée.

Les élections de 2017 ont été une forme de summum.

Un candidat donné favori a été éliminé par une campagne de démolition juridico-médiatique massive.

Un candidat quasiment sans programme et préfabriqué a été vendu à la population comme un baril de lessive et a été élu grâce à l’invocation d’un inexistant « péril fasciste ».

Une assemblée nationale dotée d’une majorité ne représentant pas le peuple a été élue dans un contexte d’autodestruction de plusieurs partis politiques.

Dix-huit mois plus tard, le candidat préfabriqué devenu Président, à force de mépris envers la population, s’est trouvé face à une révolte.

Plutôt que de prendre en compte celle-ci et d’y répondre, il a choisi d’insulter les révoltés et de les écraser par la force.

Et, plutôt que de tenter de se relégitimer en décidant d’organiser des élections anticipées, il a décidé de suivre obstinément sa trajectoire en organisant un simulacre de « grand débat » sous protection policière massive.

Ce simulacre lui permet de mener campagne pour les élections européennes en disposant d’un avantage absolument écrasant, puisqu’il peut mobiliser à son service tout l’appareil d’État et disposer des médias de façon peu ou prou illimitée, ce qui pourrait lui permettre une victoire aussi frelatée que celle qu’il a obtenue en 2017.

Ce qui se profilerait alors pour 2022 serait une réédition de ce qui s’est passé en 2017, avec une réélection du candidat préfabriqué devenu Président, quand bien même il serait rejeté par la population autant qu’il l’est aujourd’hui.

J’ai parlé la semaine dernière de glissement vers un totalitarisme soft.

Je pense que l’expression est pertinente.

Ce qui est en place en France constitue désormais un tel dévoiement de la démocratie qu’il reste des apparences démocratiques, mais que ce sont seulement des apparences.

En parallèle, tout ce qui pourrait ressembler encore à un état de droit s’estompe.

Le rôle de la police est de maintenir l’ordre, pas de s’en prendre à des manifestants pour blesser et mutiler.

Des émeutes importantes ont eu lieu en France en 2005 (il y en a eu d’autres depuis) : il n’y a pas eu, quelle que soit l’émeute, le nombre de blessés et de mutilés qu’il y a eu en France ces dernières semaines.

L’utilisation de la police faite par Macron est scandaleuse.

D’autant plus scandaleuse que les bandes de banlieue qui cassent et pillent sont traitées avec plus de mansuétude que des retraités portant un gilet jaune.

Les déplacements et réunions de Macron impliquent de placer des villes en état de siège, comme si la France était en dictature.

Ce qui se passe est très grave, honteux, préoccupant. Ce doit être dit. C’est dit. Ce devrait être clamé plus largement avant qu’il soit trop tard. Est-il trop tard ?

 

 

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

26 Commentaires sur : Destruction de la démocratie et de l’état de droit

  1. HansImSchnoggeLoch

    4 février 2019

    Macron voudrait remplacer le grand débat par un referendum.

    Ci-dessous quelques points qui pourraient figurer sur les bulletins de vote:
    a) êtes vous pour la protection des vieilles dames et pour un meilleur accueil des migrants? Oui / non
    b) êtes vous pour une réduction de la CSG des pensionnés et pour une augmentation conséquente des impôts? Oui / non
    c) êtes vous pour les gilets jaunes et le maintien du président à son poste? Oui / non
    d) êtes vous contre la criminalité organisée et pour l’utilisation des flash-balls par les forces de l’ordre? Oui / non
    e) les religions jouent-elles un rôle déterminant dans la morale des citoyens et l’islam de France doit-il y trouver sa place? Oui / non
    f) etc…

    À votre bon coeur, ne vous gênez surtout pas d’ajouter vos questions à cette petite liste non exhaustive.

    Répondre
  2. MINUX75

    2 février 2019

    Nous avons affaire à une VRAIE dictature, pas soft du tout, la seule différence avec une dictature pure et dure est que les médias cachent la vraie nature du régime, toute la propagande gouvernementale & journalistique cherche à nous faire croire que le régime est démocratique d’où les grands débats 100% truqués, notre dictateur est systématiquement entouré de femmes comme pour adoucir la vraie nature du régime. Nos fonctionnaires sont de géniaux bricoleurs, ils ont fait d’un flash ball, arme non léthale, un LBD parfaitement mortel, en changeant la munition & en équipant l’arme d’un viseur holographique. Tous ceux qui le peuvent quittent le pays ce que je vais faire dés que j’en aurais les moyens. Toute l’actualité politique est constitué de faux semblants. Dans l’opposition, la vraie, celle de YOUTUBE, on constate que nos dirigeants se comportent en dictateur ce qui est normal dans une dictature, mais pourquoi tant d’indignation, il y a longtemps que le démocratie de Claude FRANCOIS est morte.

    Répondre
    • IOSA

      3 février 2019

      Chut!!!! ne le dites pas trop fort, QQ le garde chiourme veille à la probité de la Macronie et il va vous balancer au rédac en chef.

      Répondre
    • BRENUS

      4 février 2019

      Bah! La démocratie n’est pas faite pour les “JOJO EN GILET JAUNE” et encore moins pour “ceux qui clopent – surtout les gitanes maîs- et roulent au diésel.”
      Et je parie qu’il y aura encore une belle quantité de ravis de la crèche pour voter à nouveau pour micron (sous la surveillance du sarazin espion de service de ce site). De vilains jours pour vous en perspective, mais de beaux jours pour les petits marquis et leurs séides dont celui ci-dessus qui risque même de vous coller un coup de sabre japonais dès qu’il aura appris à s’en servir, le drôle. A moins qu’il ne se soit estropié lui même entre temps. Donc courage, tenez bon, la roue tourne toujours et pratiquez au maximum la résistance passive, genre ventre mou, impavide. Et n’oubliez pas que tous les vrais zigotos LREM n’ont de valeur que celle que vous leur accordez. Pour le reste c’est peau de zébi .

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      5 février 2019

      la Démocratie de Claude François ? Les Claudettes comme Femens ?

      Répondre
  3. IOSA

    1 février 2019

    Novelles de la Macronie:

    Face à la montée du populisme jaune, Petit prince déclare que lui aussi est un gilet jaune .…… Demain samedi, j’aimerai le voir parmi les manifestants et recevoir une volée de LBD pour qu’il ressente que gilet jaune veut dire.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      1 février 2019

      Je crains fort qu’il ne reçoive au préalable quelques coups de pied au c… bien mérités avant de se faire flinguer par des LBD.

      Répondre
      • IOSA

        1 février 2019

        Comme disait les inconnus, Macron est plutôt jaune devant et marron derrière en ce moment.

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          2 février 2019

          Faudra lui acheter des Pampers 3ème âge.

          Répondre
          • IOSA

            2 février 2019

            Pas la peine, il lui suffit de prendre ceux de sa femme.

  4. quinctius cincinnatus

    1 février 2019

    Mueller et maintenant Mandelblit … sans compter Ghosn !

    vraiment, cette Justice étrangère est pourrie !

    Répondre
  5. Hilarion

    31 janvier 2019

    La démocratie c’est quand le Front national récolte 1 590 869 voix au second tour des élections législatives soit 8,75 % des inscrits et se voit accorder 8 sièges, le parti communiste obtient 217 833 voix soit 1,2% des suffrages exprimés mais 10 sièges. Les copains du PC, la France insoumise obtient 883 573 voix soit 4,86 % des inscrits mais 17 sièges. Au vu de ces résultats même les dirigeants des républiques bananières les plus prolifiques doivent se tirbouchonner de rire.

    Répondre
    • Gérard Pierre

      31 janvier 2019

      Selon la conception politico-médiatique parisienne boboïste, … « La démocratie, … c’est quand la pensée unique (*) est majoritaire ! »
      _______________________________________________________________________________
      (*) Pensée unique : ensemble de préjugés reçus dans un contexte de désinformation contrôlée, comprenant entre autres :

      – Être opposé à l’avortement c’est être contre le ‘’progrès‘’ !
      – Être catholique croyant c’est être obscurantiste !
      – Être pour la pérennisation de la famille c’est être homophobe !
      – Être pour la restauration de la souveraineté nationale c’est être un dangereux nationaliste,
      – Être attaché à la notion de Patrie c’est être xénophobe !
      – Être contre l’immigration incontrôlée c’est être néocolonialiste !
      – Être critique vis-à-vis de l’islam c’est être islamophobe … [mot le plus stupide de la langue bobo !]
      – Critiquer les institutions c’est être antidémocrate !
      – Critiquer la presse et les journalistes c’est être ‘’complotiste‘’ !

      Ne pas être en accord avec ce corpus idéologique c’est s’exposer à tous les anathèmes de la part des « bien-pensants », à leur ironie persifleuse, à leur morgue hautaine, à leur mépris compassionnel, …… et c’est ce qu’ils appellent « le dialogue » !

      …… et après ça, on s’étonne qu’il y ait un mouvement des Gilets Jaunes ! ! !

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        31 janvier 2019

        … et que lorsque vous êtes continuellement minoritaire vos idées ne soient pas reconnues comme étant celles de la majorité ! autant dire que vous vivrez en permanence dans un Etat totalitaire !

        Répondre
        • Gérard Pierre

          31 janvier 2019

          Le totalitarisme français a pour nom HYPOCRITOCRATIE ! …… Il se fabrique des majorités artificielles à force de savants découpages, toujours réajustés d’une élection à l’autre et des campagnes de propagande habilement menées sur des esprits de mieux en mieux préparés par l’éducation nationale à l’ablation de tout esprit critique.

          Dernier exemple en date : la destruction collégiale et méthodique d’un favori pour le remplacer par un homme lige pré acquis !

          …… et ça a parfaitement fonctionné !

          Avez-vous remarqué qu’avec sa ‘’révolution française‘’ mythifiée par un aréopage de faussaires de la mémoire la France est devenue la mère historique des totalitarismes modernes dans le monde post 1789 ?

          La violence, aujourd’hui conspuée par les héritiers des étêteurs, était alors ‘’justifiée‘’ sans complexe ! …… « On » génocida bien les Vendéens attachés au Roi et à l’Église, au nom de la … liberté … de penser comme à Paris ! …… et aujourd’hui les totalitaristes au pouvoir poussent des cris d’orfraies lorsqu’on se tire les tifs et qu’on se tape sur le pif, comme dans la Java des Gaulois de Ricet Barrier !

          Vu de la Province laborieuse, la France donne l’impression d’être découpée en trois zones qui ne vivent pas ensemble :

          – La capitale, dans laquelle vivent et passent les bénéficiaires de la mondialisation, promoteurs d’une fructueuse babélisation dont ils tirent l’essentiel de leurs revenus et de leurs trains de vie, avec une devise : « toujours plus ! »,
          – Une épaisse couronne qui l’entoure et dans laquelle sont parqués les serviteurs de ces mondialistes, … évacués de la capitale par le truchement du coût de l’immobilier, … mais pour lesquels « On » dépense des sommes astronomiques en infrastructures afin qu’ils puissent prendre leur service chez leurs maîtres,
          – La Province, taillable et imposable à merci car il faut bien entretenir le niveau de vie de l’État et des bénéficiaires de ses prébendes, directes ou indirectes : la caste des bobos patriophobes !

          Comment évoluera le mouvement des Gilets Jaunes ? …… bien malin qui, aujourd’hui, pourrait l’augurer ! …… Mais ce qui est certain, c’est que s’il ne débouche pas à terme sur une véritable insurrection, parce qu’une fois encore le pouvoir aura pratiqué le monkey management au profit d’une alternance à venir aux contours imprécis, …… les germes de cette révolution repoussée continueront à proliférer, et elle n’en sera que plus terrible le moment venu !

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            1 février 2019

            on augure DE quelque chose c’ est à dire qu’ on tire de l’ observation de certains signes DES conjectures ( seulement des conjectures et pas des certitudes ) sur l’ avenir

            pour ce qui est de la Grande Révolution de la Grande Nation ( comme disent nos amis Allemands et Russes ) et de l’ Histoire qu’ on en a fait en France je partage votre avis

          • IOSA

            1 février 2019

            Que deviendra le mouvement des gilets jaunes ?
            Pour les côtoyer je peux dire que la majorité sont issus du bas peuple, ne comprennent pas grand chose en politique et encore moins sur l’attaque macronienne de leurs futures retraite, mais savent qu’un sou est un sou et que Macron ne se prive pas d’ôter le pain de la bouche des leurs enfants.

            Alors, il plus que probable que l’esprit gilet jaune fasse davantage d’émules car d’ores et déjà les prix flambent pour ceux qui n’ont rien ou presque et les dernières frasques de Petit prince protégeant celui qu’il ne peut être, sauf par voie interposée d’un gladiateur téléguidé pour assouvir son envie de devenir un homme se frottant physiquement pour asservir la populace.

            Il finira par avoir des morts et ce moment là sonnera le glas de son règne sans partage.

  6. quinctius cincinnatus

    31 janvier 2019

    aux U.S.A. tout peut s’ exprimer librement , même les armes à feu !

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      31 janvier 2019

      Un peu comme dans les banlieues françaises et de plus en plus sur tout le territoire.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        1 février 2019

        en pire … chez nos amis américains

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          1 février 2019

          Vous vous répétez, souffrez-vous de sénilité précoce?

          Répondre
          • BRENUS

            2 février 2019

            Q.Q. a déjà dépassé ce stade.

  7. Gérard Pierre

    31 janvier 2019

    La France est un État de droits, …… avec un ‘’s‘’ !

    Oh, bien sûr, ces droits ne sont pas les mêmes pour tout le monde !

    Il y a d’abord les droits de la fonction publique, et particulièrement ceux des hauts fonctionnaires, qui, à la différence des fonctionnaires américains, suisses, britanniques, peuvent prétendre à être élus puis à retourner dans leurs corps d’origine si, au terme d’un mandat, ils ne sont pas réélus !

    Ce sont les droits des SANS RISQUES !

    Dans le même marigot, il y a les droits des élus, souvent autooctroyés, et la plupart du temps ignorés des contribuables qui les payent après les avoir élus dans une opacité soigneusement entretenue !

    Ce sont les droits des SANS VAGUES !

    Il y a les droits des médias, … (subventions gouvernementales annuelles non anecdotiques et en rapport inverse du taux de leur lectorat) … des journalistes, … (niches fiscales substantielles, et autres avantages confortables …)

    Ce sont les droits des SANS ÉTATS D’ÂME !

    Il y a, ne l’oublions pas car ce n’est pas fortuit, les droits d’une certaine population aux origines incertaines, qui n’a jamais cotisé à rien, qui n’a jamais contribué à rien, qui a des exigences ‘’philosophiques‘’, qui vandalise, caillasse, insulte, terrorise et caramélise à souhait ! …… et empoche au passage le fruit d’un hold-up institutionnel sur les revenus des gens qui travaillent !

    Ce sont les droits des SANS SCRUPULES !

    Et puis, in fine, il existe une catégorie … (la plus importante en nombre) … celle des personnes sans lesquelles les quatre catégories ci-dessus définies ne pourraient pas exister, qui ne dispose que d’un droit : celui de payer ses impôts, ses taxes, ses factures, son loyer, ses charges, la crèche, ses transports, l’éducation de ses enfants, sa nourriture, ses soins médicaux de moins en moins remboursés, ses contraventions, ses agios, …… après quoi, dans le moins pire des cas il ne lui reste plus rien ! …… [et bien heureux lorsqu’ils ne sont pas endettés jusqu’au cou] !

    C’est LE droit des SANS DENTS !

    Un éphèbe impertinent, issu des SANS RISQUES, parvenu à la magistrature suprême avec l’aide intéressée de sa ‘’caste‘’ a prétendu, depuis l’étranger selon son habitude, que le Français était réfractaire à toutes les réformes !

    Avec tout le respect que je dois à votre fonction monsieur le président de la république, le « Français réfractaire aux réformes » que je suis à vos yeux vous rétorque la chose suivante :

    « Commencez par nous démontrer que l’État au sommet duquel vous trônez crânement peut être réformé en profondeur [*] après quoi vous verrez peut-être que le « Français réfractaire aux réformes » ne l’est pas autant que vous l’affirmez péremptoirement ! ».

    En vous attaquant à ces réformes, DÉCISION QUI NE DÉPENT QUE DE VOUS, vous baisserez de façon substantielle les besoins de l’État en impôts et taxes diverses, et la différence pourra être réinjectée dans des activités productives, génératrices d’emplois !

    Montrez l’exemple, au lieu d’invectiver nerveusement !
    ________________________________________________________________
    [*] Nombre de députés et de sénateurs pléthorique, quantité impressionnante de commissions Théodule budgétivores et stériles, mille-feuille paralysant de la représentation des territoires, allant des conseils municipaux jusqu’aux conseils régionaux, avantages injustifiés de la fonction publique par rapport au secteur privé QUI LA NOURRIT, réduction significative du nombre de fonctionnaires, etc …

    Répondre
  8. BRENUS

    31 janvier 2019

    Actuellement, tourne sur YOUTUBE et Agoravox qui relaie, un petit clip en forme d’interview pas piqué des hannetons. Je vous invite à le regarder. Il s’agit d’un jeune 23 ans, THIBAULT, Vendéen et catho assumé (mais pas abruti contrairement à l’idée véhiculée par les ennemis de ceux ci) à l’esprit très rapide et analytique et surtout marrant. Même les lecteurs assez gauchistes de Agora sont scotchés et lui trouvent des “couilles”. Il avait dit quelques jours auparavant, au cours d’autre interview qu’il travaillait pour sa patrone qui le payait mais que Macron, lui, bien qu’il vive de l’argent du peuple – dont le sien- était en fait sa “pute”. Fureur dans les médias TV à la suite de ces propos, irritant les habituelles pétasses. Cette fois le Thibault s’excuse (auprès des putes) : il aurait reçu des réclamations de putes ne voulant pas être assimilées à Macron. L’esprit vif et l’humour bien placé ne manquent pas de pimenter les propos. L’espion macroniste du site va en faire une jaunisse.

    Répondre
  9. Christian FALGUIERE

    30 janvier 2019

    Tout à fait d’accord avec vous ! J’aime bien votre expression ” totalitarisme soft ”
    Je suis en train de lire ” Le régime totalitaire ” d’Hannah Arendt : elle explicite très précisément cette notion, vous y apportez la note actuelle. Merci.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      1 février 2019

      Monsieur, vous devriez vous méfier ! Hannah est souvent considérée par beaucoup d’ intellectuels comme une ” révisionniste ” …. ” soft ” et je doute fort que celle qui fût la jeune maîtresse d’ Heidegger soit une référence philosophique pour un Millière par exemple dont le jugement est beaucoup plus ” entier “

      Répondre

Répondre

  • (pas publié)